Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

[île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Lun 10 Mai - 11:35


Spoiler:
Situation géographique
Vilvide, une ville à trente kilomètres au sud du port Urle sur l'île Est des Singes.


Ayame me salua depuis le porche du palais... un salue discrêt et un sourire soulagé. Il n'avait pas beaucoup dormi et s'était empressé de préparer mon départ. Je ne sais pas pourquoi il a voulu tout faire lui-même, j'aurais pu me débrouiller dans la matinée. Après avoir fini de courir partout, il m'avait trouvé quelqu'un avec le droit de perçant histoire de m'éviter le voyage à pieds jusque dans les îles... À croire qu'il s'inquiétait de me voir y arriver en un seul morceau. Au milieu de la place principale, une jeune femme récemment promu commissaire au nom de K'ouen me tendit une main gantée.

-Vous êtes prêt ?
-Toujours prêt.


Je lui serais la mains et comme dans un flash d'un vieil appareil photo elle disparue et moi avec elle. Le droit de perçant, ça c'est de la technologie pratique... Quand on l'utilise avec parcimonie. Propulsés à des centaines et des centaines de kilomètres de la ville, mes pieds n'eurent même pas conscience d'avoir quitté le sol de la ville pour celui d'une autre... Une petite ville sur l'île Est des Singes. À trente kilomètres au sud d'Urle, une ville construite à flanc de colline, et de loin je pouvais voir la petite maison au bord de la falaise.

-Je vous laisse ici, maitre, je serais en ville jusqu'à demain matin.

Elle me salua d'un sourire franc et je l'aurais trouvé séduisante en d'autres circonstances... sauf que je n'avais pas la tête à ça. Ayame avait raison, j'avais besoin de repos. Ces dernières années m'avaient porté sur les nerfs et je devais trouver un endroit calme où évacuer patiemment... à moins que je n'ai trouver le bon endroit pour casser du rocher ?
Mon épée sur l'épaule et le pas trainant, je gagnais les routes pavées et sableuses de Vilvide, patelin de pêcheurs, un coin tranquille où je subirais mes vacances dans le confort d'une maison que j'ai connu il y a vraiment longtemps à mes yeux.
Au bord de l'eau et pourtant à des mètres au dessus, je m'étais toujours senti à l'aise ici. Mon père adoptif m'y avait emmené une fois, avant de s'en aller à son tour. Quand je passais dans l'allée principale, quelques visages familiers se levèrent pour me dévisager avec curiosité. Quelques sourires naquîrent sur ces mêmes visages, quelques mains levées pour me saluer. J'y ai acheté une petite maison dont personne ne voulait. Pour la bonne raison que la remettre en état était hors de prix pour n'importe qui ici. Sauf pour moi, bien entendu. Sur la falaise, avec de solides fondations et des murs neufs, elle n'attendait que moi.

Un sentier un peu oublié parcourait les buissons roussis par le sel qui poussaient en grand nombre aux bords des chemins, je me frayais un chemin au travers de ces broussailles avant d'atteindre la maison. Volets fermés, j'aurais pu deviner l'odeur de poussière qui devait s'être répandue dedans. Je ne sais même plus depuis quand je n'étais pas venu, les gens d'ici se chargent d'éviter que n'importe quoi vienne crécher dans la propriété... mais personne ne vient y faire le ménage.

La porte espéra résister à mon intrusion, il manquait de l'air frais à l'intérieur.. Mais elle n'y résista pas et j'étais bon pour réparer les gonds avant la nuit... Comme si y avait déjà pas assez de travail comme ça. Je redécouvrais la maison une odeur forte de bois mélangée à celui de la poussière remplit mes narines, j'expirais brutalement pour chasser l'odeur qui me pris à la gorge.
Une heure après, toutes les fenêtres étaient grandes ouvertes, les portes tenues ouvertes, j'avais retiré les draps qui recouvraient les meubles... Je redecouvris l'espace d'un instant une collection de vieux ouvrages qu'on avait retrouvé chez ma mère décédée quelques mois auparavant, la plupart des livres appartenaient à mon père, et certains étaient encore tâchés de sang. La maison était quasi comme neuve... Les meubles n'avaient presque jamais servit, et si on oubliait la porte, rien n'avait jamais eu a subir mes sautes d'humeur. En deux mois j'avais le temps d'arranger ça.

En milieu d'après midi, il ne me restait plus grand chose à faire, le ménage et les courses. Même les maitres doivent entretenir leur intérieur. Et je songe sérieusement à engager du monde pour s'en occuper à ma place vu à quel point je m'embêtais monstrueusement à devoir récurer le sol. Tuer des gros monstres ça va, c'est facile on sait où cogner, on sait comment tomber... et on sait comment courir. Laver le sol c'est une autre histoire, il ne faut pas oublier les coins et éviter de marcher là où c'est encore humide sous peine de devoir recommencer... Les escaliers ? La flemme. J'avais des jours entiers devant moi pour remettre cette maison en état d'y séjourner longuement.
Finalement, mains dans les poches et lunettes sur le nez, je repartais sous le soleil (et j'abandonnais ma porte béante à qui il manque encore des gonds) pour aller chercher des vivres...

... Et de revenir m'enfoncer dans un fauteuil après avoir abandonné la caisse de courses sur le comptoir de la cuisine. Le garde manger désespérément vide fini rempli de légumes et de céréales, j'aurais de quoi tenir quelques jours, il me faudra juste aller chercher quotidiennement les trucs qui périment vite en l'absence de technologies comme le réfrigérateur (l'habitude de passer dans Tern me tuera). Et plutôt que de cuisiner, il fallut réparer la porte et la fatigue me pris après une journée à retourner cette maison dans le bon sens. Fenêtre fermées et portes closes, je finis étalé dans mon lit et les drap frais pour dormir quelques heures et commencer cette longue période de repos que je voyais mal s'enrichir d'évènements intéressant. Au mieux je mangerai des fraises dans quelques jours au pire je continuerai à m'ennuyer mollement jusqu'à ce qu'Ayame envoie quelqu'un me chercher pour reprendre du service... Aya ? Viens me chercher !

(j'attends uniquement Fafnir, ce sujet est privé pour le moment)


Dernière édition par Wergeld le Sam 31 Juil - 20:16, édité 2 fois
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13260
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Lun 10 Mai - 19:43


Spoiler:
Je profite de l'occasion pour me faire ma mission de moissonnage

Des jours à ramasser du blés, mes côtes guérissaient lentement et mon dos était plus douloureux que si j'étais passé sous les pattes d'un éléphant titanesque. Mais là je me faisais discret, personne ne faisait le lien entre le Rurik souriant borgne et Fafnir l'assassin borgne... C'était presque reposant, si on oublie de mentionner que je bossais 10 heures par jour à ramasser des céréales à deux kilomètres des remparts. Jusqu'à ce qu'on nous informe d'une décision d'urgence. L'évacuation immédiate des champs aux alentours de la ville. Le manque d'eau, qu'ils nous expliquaient, risquait de causer un incendie. Et bien sûr, personne ne précisait en quoi un incendie serait plus risqué aujourd'hui que demain... Jusqu'à ce que dans la petite taverne du village où on nous avait fait reculer, une radio grésillant nous fit connaitre les uns après les autres les communiqués venant de la ville... Wu' faisait fort, je ne doutais pas qu'il soit à l'origine de ce gros problème.

L'oreille collée au récepteur radio, j'attendis toute la journée à laisser chauffer ma bière pour savoir comment se terminait cette mascarade. Une suspension ? C'était prévisible et très intéressant.
Quand l'annonce tomba, quelques têtes furent plus ou moins dépitées, ils aimaient leur maitre de la zone du dehors et pour eux, il ne faisait aucun doute qu'on avait voulu lui faire prendre des vacances forcées. Et moi je jubilais, bien entendu, parce que mon boulot se terminait le soir même et que je pouvais retourner en ville voir comment allait se passer la mise à pieds de mon maitre préféré (à moi aussi... et à moi tout court, mais ça viendra).
Escalader la façade du palais n'était pas bien difficile quand on pouvait léviter d'une corniche à l'autre... Le plus compliqué était de se faire discrêt et de ne pas se faire choper par un soldat en patrouille. Jetant un oeil dans les pièces de l'aile réservé au maitre, déjà j'appris qu'il avait adopté un chaton... J'aime pas les chats. Et ensuite, à voir cet faux elfe courir à droite à gauche et préparer une valise pleine de vêtements... Je compris que le brun partait en voyage. Super... Me manquait juste la destination. Et ça, il me suffit de faire un tour par le bureau pour le savoir. Les secrétaires sont de vrais pipelettes... Une mine d'informations !

Ma virée sur K'ouen se termina ainsi, je partais immédiatement vers la demeure de vacances de Wergeld... J'irais forcément moins vite que lui, mais en deux jours à vol d'oiseau, je devrais pouvoir y arriver le lendemain soir... En prenant peu de repos.
Et c'est ce qu'il arriva. Réglé comme une horloge, j'arrivais complètement vaseux dans Vilvide épuisé mais à bon port... La nuit était déjà tombée et dans la maison sur la falaise, je ne vis aucune lumière. Peut-être n'était-il pas encore arrivé, à moins qu'il se couche avec les poules ? La porte fraichement réparée grinça à peine quand je pénétrais la maison.

*C'est pas sérieux il pourrait verrouiller les portes*

Une odeur iodée et de poussière accompagnait le citron des détergents, je passais pas la cuisine, le garde mangé avait été fraichement rempli. Il y avait de la vie dans la maison, j'en aurais mis ma main à couper. je passais les escalier en lévitant à peine... Pas la peine de risquer que le bois grince et rameute toute la maisonnée. Un petit couloir et la seul chambre ouverte était celle d'où s'échappait l'écho d'une respiration détendue. Je pénétrais la pièce et fermais la porte derrière moi. Approchant du lit, il me suffit de voir les cheveux noir se fondre dans la nuit pour m'assurer que je ne m'étais pas trompé de maison.
Je vis, contre une chaise, sa lourde épée... Pas la peine de risquer qu'il me tranche la tête, je la soulevais à deux mains -et oui c'est lourd- et je l'emportais avec moi dans une autre pièce... Avec ça, je risquais dans la pire des situations des côtes cassées et la tête écrabouillée. Et je peux l'éviter en courant un peu. Du moins, j'avais quelques espoirs.
De retour dans la chambre, je m'asseyais sur le lit et me penchais au dessus de son visage. Mes lèvres effleurèrent sa tempe.

-Endormi, tu paraitrais presque fragile...


Dernière édition par Fafnir le Ven 21 Mai - 22:28, édité 1 fois
Fafnir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant,

Race : Demi-dieu
Statut : Ex-assassin, Commissaire pour K'ouen
Pims : 122
Notes :
Officiellement
Rurik Ingmar
nouveau résident et commissaire de K'ouen.
(avant : assassin de Souen : Fafnir)

Messages : 244

http://ange-demon-sorcier.forumactif.ws

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Lun 10 Mai - 20:51


C'était sûrement mon imagination, ou un courant d'air. Du bruit, du mouvement me tirait lentement de mon sommeil et pourtant je n'ouvrais pas les yeux. Je guettais d'autres bruits, d'autres courants d'airs. Dans l'espoir que ce ne soit rien de plus qu'un oiseau près de la vitre, qu'une fenêtre ouverte, pour me rendormir et retourner profiter de la fraicheur de cette nuit d'été et du moelleux neuf des coussins jamais utilisés avant.
Mais une voix vont troubler le début de rêve qui surgissait sous mes paupières. J'ouvris les yeux et je vis au dessus de moi à quelques centimètres à peine, un visage que j'aurais aimé ne jamais revoir.

Paradoxalement, j'étais content de l'avoir sous les yeux. Ma main surgit de sous le drap et agrippa sa gorge, de force je le poussais contre le matelas et me plaçais au dessus de lui bien décidé à l'étrangler.

Qu'aurait dit Aya s'il m'avait vu ? Que j'étais stupide, que le tuer n'arrangerait rien si ce n'est me combler de remords pour le restant de mes jours.
Je ne suis pas un assassin, je tue des êtres qui menacent l'ordre nécessaire à la coexistence des civilisations et des autres créatures de l'Entre-Monde. Je ne tue pas ceux qui ont conscience de leur sort sans une raison valable. Et la vengeance n'en n'est pas une. Au dessus de lui chemise ouverte et caleçon sombre, j'avais l'impression d'être une ombre assassine. Mes doigts se desserrèrent et je restais là à me répéter mentalement que je ne pouvais pas être comme lui. Que je ne pouvais pas le devenir. C'était exactement ce qu'il voulait, briser ce en quoi je crois, ce qui me permet de brandir mon épée pour me battre dans la zone du dehors.

-Que fais-tu chez moi ?

Ma voix blanche eut du mal à démarquer l'intonation de cette question. Mon coeur battait à tout rompre et les mains toujours sur sa gorge je fixais son oeil bleu. Si semblable à Aya et si différent à la fois. Je me demandais comme il était possible que ces deux là se ressemblent autant en ayant si peu en commun si ce n'est le regard bleu comme un ciel d'été et ce cache oeil signe d'une souffrance qui m'était inconnue.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13260
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Mer 12 Mai - 1:12


Spoiler:
C'est de la provocation...

On m'avait déjà menacé plus d'une fois, des gens au dessus qui vous étrangle et pense pouvoir vous tuer s'il le veule. La sensation de pouvoir de vie et de mort est grisante, excitante. Je l'ai déjà ressentie, autant que j'avais déjà ressentie la douleur quand les poumons s'étirent pour se remplir et que rien n'entre dedans. Le coeur bat plus vite, il fait mal.
S'il n'avait été lui, mon épée l'aurait déjà percée de part en part, j'aurais vu son sang couler sur son torse, s'extirper de ses lèvres et de son nez et maculer mes vêtements. Son corps raidi aurait sombré sur le côté et je me serais libéré ivre du pouvoir de tuer. Mais c'est lui. Mes doigts cherchent à défaire les siens, je manque d'air et la douleur... Sa pression est inébranlable. C'est pour ça qu'il est si dangereux, quand il vous touche, il peut vous briser sans le moindre remords.
Mais non. Des remords il en a plein. Son coeur est rempli à ras bord de scrupules et d'idéaux. Ses doigts se dessèrent et ma respiration saccadée n'appaise en rien la douleur qui me vrille les côtes. Il est comme une ombre, le regard et les cheveux sombre. Sa peau se découpe à la lumière de la lune qui traverse la vitre. Si ses formes n'avaient été humaines je l'aurais qualifié de couteau.

Je dois dire que son côté dangereux me plait... Et qu'il est aussi doux qu'un agneau en réalité. Je tarde à répondre, je préfère me délecter de cette vision pharaonique. Vu sa position, nous avons déjà entamé les préliminaires. J'en frissonne... Ou je ris. Je crois bien que je ris. Devant son air très sérieux, je m'esclaffe en toussant de ma gorge sèche et de mon coeur qui se calme tout juste pour repartir d'un éclat de rire.

-Tu ne sais pas verrouiller tes portes.

Il n'est pas vraiment lourd mais c'est qu'il pèse au mauvais endroit. Je roule des hanches dans l'espoir de le déloger. En fait, non, je veux juste qu'il se souvienne de sa posture et qu'il se doute que j'en profite énormément.

Je ne sais pas pourquoi il me fixe. Dans le noir, je ne vois pas grand chose de ses expressions, je peux juste sentir la pulsation du sang dans les veines de ses cuisses. Je les empoignais et me retournais brusquement, l'emportant avec moi pour échanger nos positions. De nouveau dos au ciel, et extrêmement bien placé, je ne contenais pas la jubilation sur mon visage.

-On est vachement bien ! Là... Tous les deux...


Dernière édition par Fafnir le Ven 21 Mai - 22:28, édité 1 fois
Fafnir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant,

Race : Demi-dieu
Statut : Ex-assassin, Commissaire pour K'ouen
Pims : 122
Notes :
Officiellement
Rurik Ingmar
nouveau résident et commissaire de K'ouen.
(avant : assassin de Souen : Fafnir)

Messages : 244

http://ange-demon-sorcier.forumactif.ws

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Ven 14 Mai - 0:41


L'univers change à nouveau d'orientation. Je suis fatigué, encore pris dans les rouages d'un vieux rêve, et je me retrouve sur le dos avec l'assassin entre les jambes.

Merde.

Il ravive le souvenir de son baiser sur Atlantis. J'en ai les lèvres douloureuses rien qu'à me le rappeler. J'aurais dû le tuer. En fait, je pensais qu'il était peut-être mort, après tout je l'avais jeté sans ménagement contre un meuble, et s'il s'en serait sortit j'avais prévu de lui envoyer les milices de la ville aux fesses. Comme quoi, il est plutôt difficile à attraper et même à tuer. Sinon je ne l'aurais pas eu contre moi... Encore moins dans une position à ce point équivoque.

Une partie de moi souhaite le balancer par la fenêtre dans l'espoir qu'il se brise le cou en atterrissant, l'autre partie... Celle là, je ne sais pas vraiment ce qu'elle veut. D'un point de vue rationnel je suis dégoûté d'être ainsi placé et il me suffirait de l'envoyer valdinguer pour avoir la paix. Et du point de vue irrationnel...

Merde !

Il est si proche, je peux sentir son souffle chaud quand il parle. Je ne me rends pas compte que mes muscles se tendent sans concertation. Ils se contractent, j'en ai mal au ventre, mon cou et mes épaules sont raides. J'hésite, mon corps entier hésiter entre le tuer, ou du moins lui faire très mal, et le laisser faire ce qu'il veut. Je sais ce qu'il est, un fou furieux, je sais ce qu'il a fait, à cette idée ma lèvre saigne quand ma dent la tranche. Le fer s'insinue sur ma langue, comme une alerte qui m'électrise brutalement. Je me retourne et nous envoie tous les deux sur le tapis, cette fois encore le monde tourne, je suis de nouveau au dessus de lui, les jambes de part et d'autres de ses hanches.
Des jours trop longs, une ville qui m'asphyxie, des responsabilités contradictoires avec lesquelles je jongles sans jamais rien en apprendre. Il me manque cette atmosphère violente et saturée qui prévaut dans mon univers. Celle qui, de coin de l'oeil, me montre le meilleur chemin pour une confrontation. Cette atmosphère il la porte sur lui, en lui. C'est une violence qu'il suinte par tous les pores de la peau.

Quand je me penche, j'ai la lèvre encore gonflée, du sang coulant dans ma bouche et colorant ma peau. Je n'ai pas idée qu'en l'embrassant, lui aussi connaitrait ce goût de fer.




[la partie censurée dans la bonne section, on reprendra ici après...]
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13260
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Dim 27 Juin - 19:11


[retour de la zone de censure - *dictateur !*]

Une nuit entière à brûler sous les draps. Les maitres ont vraiment de quoi jeter l'argent par les fenêtres... Mais lui se permet de piocher dans du bon vieux coton. Quel manque de savoir vivre. Je note dans un coin de placard qu'il faut lui donner une bonne raison d'investir dans des tissus plus doux, plus léger. J'ai chaud et pourtant je continue de forcer le sommeil à rester. Un peu peur de me réveiller et de voir un lit vide, ou pire. Le drap me colle à la peau et quand la brûlure est trop insupportable en ce début de matinée j'ouvre les yeux.
Sur le ventre, la joue enfoncée dans le coussin et les bras dessous, les sens encore écrasés sous cette lourde chaleur et le sommeil divin dont je sors. Mes épaules sont douloureuses, les bleus naissant d'une nuit longue et acharnée me lancent sur le dos et les bras. Où en étais-je ? Je me souviens vaguement être entré dans la maison, avoir choisi de prendre mes quartier dans la chambre et puis... Oui, je me souviens d'autres détails quand je vois mes vêtements éparpillés sur le sol. Je recouds la nuit comme on recommence un canevas défait par les rêves, et je tisse, les moments douloureux qui sur le coup étaient fichtrement agréables, moins à présent.

Le ronflement léger d'une respiration à mes côtés, je le vois seulement quand je me redresse. Comment peut-on dormir autant ? Et je calcule, je dois avoir trois ans de plus que lui. Ou quatre ans, à un ou deux mois près.
La chasse fut très drôle, départager ce qui m'appartient de ce qui lui appartient en vêtement était la première difficulté, réussir à se rhabiller un minimum avec les os craquant de tous côtés fut la seconde. Je tanguais comme un ivrogne en descendant les marches vers la cuisine. Et mon estomac s'engagea dans une violente grève quand il remarqua qu'il n'y avait dans les placards, rien si ce n'est de quoi déjeuner... Il manque quoi le matin, le bougre ? Du vent ? Du poisson ? Note supplémentaire : lui apprendre à se nourrir convenablement.
Si je dois squatter chez lui aussi souvent qu'il me sera possible de le faire (j'y compte bien) il faut qu'il remplisse mieux ses placards. Comment se fait-il qu'ils ne possèdent pas de frigo les pequenots ? Le café je dois le récolter moi-même peut-être ? J'ai envie d'aller le réveiller là haut, pour le plaisir de le secouer de bon matin... Mais non, j'enfile mes bottes, je boucle ma ceinture et boutonne ma chemise pour filer au village.
Là bas en échange d'un sourire et d'un "je suis un ami du maitre" j'eus du pain frais, du lait frais et un pot de confiture de figue... J'aime pas les figues, mais on fera avec. Quand je reviens, j'admets qu'il serait bon de m'occuper en attendant que l'autre se réveille. Je finis pas me décider à ranger le bordel du comptoir dans les placards. Des légumes, des céréales... S'il cuisine je peux les manger, sinon et bien je vais mourir de faim chez lui !
Et quand tout fut ranger, que les chaises de la cuisine furent trop désagréables pour continuer d'attendre sans rien faire... Je grimpais à l'étage pour le forcer à se lever. J'approche ou je reste à l'écart ? Je le secoue ou je l'appelle ? Je mets ma vie en danger ou je reste prudent.
Vu comment ça s'est terminé hier, je vais réitérer l'expérience : qui ne tente rien n'a rien !
J'approche furtivement de ma cible, et je le secoue légèrement par l'épaule... folle mais pas encore morte la guêpe...
Fafnir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant,

Race : Demi-dieu
Statut : Ex-assassin, Commissaire pour K'ouen
Pims : 122
Notes :
Officiellement
Rurik Ingmar
nouveau résident et commissaire de K'ouen.
(avant : assassin de Souen : Fafnir)

Messages : 244

http://ange-demon-sorcier.forumactif.ws

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Mar 29 Juin - 22:51


Un rêve sans image, un rêve sans son, un rêve sans odeur ni goût, sans toucher ni ressenti. Je me réveillais l'esprit vidé de tout si ce n'est le pourquoi quelqu'un ose me secouer ainsi de si bon matin. Frais comme un gardon mal luné, j'ouvre les yeux et je fouille du regard la buée qui imprègne et colle mes cils si bien que je ne vois rien si ce n'est de la lumière. Beaucoup de lumière et des couleurs. Quelques couleurs qui se précisent lentement à mesure que je frotte mes yeux fatigués que mon esprit se remette de cette nuit pas assez reposante à ses yeux.
Et ma vue s'éclaircit. Je vis un blond, un borgne. Un instant je crus qu'Ayame avait décidé de laisser les rênes de K'ouen à quelqu'un d'autre pour venir me rejoindre en vacances. C'est surpris que je me redressais en voyant Fafnir. Et mon visage se rembruni sur le champs. Tout Fafnir qu'il était, il n'était pas en droit de me réveiller le matin contre mon gré. S'il y a bien une chose à savoir sur moi c'est ma mauvaise humeur au réveil. Je suis du genre ours lunatique quand je quitte mon lit... Le sommeil est une chose sacrée, quiconque le perturbe aura à faire à moi dans mon plus mauvais jour. Si bien qu'il n'eut pas le droit à un bonjour.

-Dégage.

Je le poussa du lit et me lève en faisant craquer tous mes os dans toutes les directions existantes. La minute d'après j'étais dans la salle de bain. Je remerciais Ayame de m'avoir forcé à faire installer un minimum d'équipement sanitaire. Douche, ballon d'eau chaude et fosse septique -et je ne me souviens pas très bien quelles sont les créatures qui baignent joyeusement là dedans pour m'éviter de devoir faire venir un nettoyeur tous les ans. Une bonne dizaine de minute plus tard je sortais de la salle de bain.

Déboulant dans la chambre l'air déjà bien plus réveillé et comme un sentiment de colère forçant mes muscles à se contracter contre ma volonté... Ravivant par la même occasion bien des douleurs dont je me serais passé. En serviette et les cheveux dégoulinant d'eau je le ciblais d'un regard plein de reproche.

-Dégage de chez moi, pervers ! Vire de mon espace vital ou je t'assure qu'il te faudra un univers entier pour t'éviter la mort !

Et Je cherche mon épée du regard. Où est-elle ? Bonne question. Dans la pièce il n'y a rien si ce n'est des draps en bordel, du linge éparpillé sur le sol. Je remarque avec amertume la tête de lit en éventrée, vomissant sur le sol et sur les coussins un monceau d'échardes. J'en ai mal à la tête...C'est toujours après qu'on regrette...

-Casse-toi !

J'ai pas besoin de mon épée pour lui trancher la tête. Je l'arracherai simplement.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13260
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Jeu 15 Juil - 18:53


-Pervers ? Rappelle-moi qui m'a allumé ?

Moi tout seul, mais c'est lui qui a donné le premier coup de langue. Je m'éloigne vers la porte d'entrée, place stratégique de fuite en cas de gros pépin.

-Vas te sécher tu dégoulines de flotte sur le tapis.

Je pointais du doigt le tapis récupérant l'eau d'un air plus ou moins intéressé. S'il y a une chose simple dans ce monde c'est de le mettre en rogne. Je devrais songer à tenir ma langue quand je ne veux pas souffrir le martyre. Par une si belle matinée, il aurait bien dans l'idée de m'arracher les os pour s'en faire des colliers.
Je haussais les épaules et lui tournais le dos pour quitter la chambre en lui lançant l'ultimatum matinal que tous les enfants détestent.

-Viens manger où je jette le petit déjeuner.

Et là, je m'en vais dans les escaliers, il peut hurler tout son saoul il ne fera que... révéler à tout le village pourquoi il faut faire venir un menuisier pour réparer cette tête de lit.
Fafnir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant,

Race : Demi-dieu
Statut : Ex-assassin, Commissaire pour K'ouen
Pims : 122
Notes :
Officiellement
Rurik Ingmar
nouveau résident et commissaire de K'ouen.
(avant : assassin de Souen : Fafnir)

Messages : 244

http://ange-demon-sorcier.forumactif.ws

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Ven 23 Juil - 0:06


-Je ne t'ai pas...

Je rougissais comme jamais, le bras levé, le doigt tendu à le voir filer à l'anglais. Il faisait comme chez lui ! J'allais lui dire de rester là le temps d'en finir à lui hurler dessus et je me retins de justesse en pensant brièvement qu'en fait je préfèrerais qu'il se casse et vite. Sauf que non, je me mords la lèvre, le village n'a pas besoin de savoir ce qu'il se passe dans mon lit, encore moins qui s'y trouve... Surtout qui s'y trouve.

Je fondis dans le couloir et descendais l'escalier en trombe, ma chemise dans la main et mon pantalon a moitié mis. Je finis de boucler ma ceinture et déboulais dans la cuisine les cheveux séchant bien plus vite avec cette courses sur les marches...

-Je t'ai dis de te tirer ! Et ne fais pas comme si t'étais chez toi !

Oui je suis en rogne. Même si ça lui fait plaisir. Je lui montrerais bien que le tuer ne me dérangerai pas le moins du monde quand mon estomac me rappela que je n'avais rien manger depuis la veille au déjeuner. Ce squatteur ayant monopolisé mon temps toute la nuit. Je tirais une chaise et m'installais en ronchonnant dessus. Soudainement calme, car la faim n'attend pas. Je mange et je le bute, impossible de faire mieux.

-L'est où le petit dej' ?

Cuisiner ? Moi ? Oui si ma vie en dépend...

-Si tu restes rends-toi utile.

La faim a des vertues apaisantes chez moi... ça ou la fatigue revient surpassant l'adrénaline qui me donne envie de le tuer, ou juste de prendre mes jambes à mon cou pour ne plus jamais remettre les pieds dans cette maison.

-Il y a pas mal de ménage à faire pour que la maison soit viable. J'irais voir le menuisier au village dans l'après midi.

Je récupérais le pain sur la table pour le rompre à la main. Lui aussi il devait avoir faim... Ayame, sauve-moi, je deviens gentil...
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13260
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld

le Sam 28 Aoû - 18:07


Utile ? Ménage ? Proposition subliminale pour que je lui offre une vue agréable ou je dois prendre au sens propre ce "utile" et ce "ménage" ? J'en déprimais d'avance !
Comme je les ai rangé, c'était bien plus simple de retrouver le petit déjeuner, j'ouvris les bons placards et dans le même élan déposais chaque élément devant le client heuuu le maitre. Il avait tellement l'habitude qu'on le serve que ça ne devait pas lui poser de problème d'exiger d'un assassin qu'il joue au serveur. Et moi j'ai le droit de petit déjeuner aussi ? Sauf que je suis plutôt viande le matin.
Je jubilais tout de même. Il venait de baisser les bras -et bien rapidement en plus- pour m'autoriser à rester chez lui. Génial, une maison rien que pour nous deux, elles durent combien de temps ses vacances ? Deux mois ? C'est tout ? !

-Oui oui je vais me rendre utile, tu me connais !

Je fis mine de retrousser mes manches même si mon visage ne vendait que trop mon expression ironique. Si je dois me rendre utile c'est pour lui faire faire du sport, je serais même prêt à lui faire la cuisine si je peux y ajouter quelques ingrédients magiques pour qu'il tombe dans mes bras. Mais le ménage... Il n'a pas idée ! La poussière sa se glisse partout et même après une douche on se sent encore poussiéreux quand on a fait le ménage ! Et je sais ps cirer un parquet. Je peux lui préparer le sandwich de la pause déjeuner, ça je peux le faire. Un oeil sur ses cheveux encore humides je croise les bras.

-Donc après-midi ménage. Au fait, j'ai déplacé ton épée dans l'autre chambre hier.

Je brûlais d'envie de lui demander si on dormirait encore ensemble, pour moi c'est évident j'irais pas dormir sur le canapé, mais le voir se mettre en colère pour une si petite chose...

-T'es mignon quand t'es en colère !

Spoiler:
Hop ! Je l'ai casé ! Ton dessin n'en sera que plus véridique !
Fafnir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant,

Race : Demi-dieu
Statut : Ex-assassin, Commissaire pour K'ouen
Pims : 122
Notes :
Officiellement
Rurik Ingmar
nouveau résident et commissaire de K'ouen.
(avant : assassin de Souen : Fafnir)

Messages : 244

http://ange-demon-sorcier.forumactif.ws

Re: [île - les singes] - Demeure de Wergeld


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

- Sujets similaires