Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Promesse

le Mar 10 Mar - 17:42


Deux journées pouvaient être très longues, lorsqu'on est dans l'attente de quelque chose. Les heures défilent avec une lenteur insoupçonnée, quand bien même ces quarante huit heures d'attente furent largement comblées par le travail. Si le soir de sa rencontre avec Atrya avait été calme - car principalement consacré à l'observation sous-marine et aux croquis - le lendemain fut une torture. Ce grand blond aux perles bleues que Siothrún avait pris plaisir à dessiner lui avait suffisamment fait bonne impression pour qu'il ait hâte de le revoir. La dernière fois qu'il avait eu un rendez-vous autre que "professionnel" datait d'un certain moment. En même temps, ce mot - rendez-vous - le gênait, le demi-dieu n'osant pas l'utiliser pour une personne rencontrée récemment : ce n'était pas comme si ils étaient amis. Au contraire, cela lui semblait improbable. Ainsi préférait-il pensait que, tous les deux, deux jours plus tôt, s'étaient promis de se revoir.

Après une pénible attente - Siothrún se sentait suffisamment seul pour trouver cette rencontre programmée exceptionnelle - il était en route vers la partie sud de Cerclon, quelques essais précieusement gardés dans son sac. Le ciel gris laissait tomber quelques flocons dans une chute délicate, rappelant au blond le sucre glace que sa mère mettait sur ses gâteaux. Il n'y avait pas de vent pour faire s'insinuer le froid sous les couches de vêtements ; il faisait doux et il neigeait - un cadre qui plaisait à l'artiste.

Remontant la lanière de son sac sur son épaule, Siothrún leva le regard vers les imposantes remparts. Alors qu'il marchait dans les rues de Tern vers le point fixé deux jours plus tôt, il fut prit d'un doute. Atrya serait-il là ? Peut-être avait-il eu un empêchement, peut-être avait-il oublié, ou pire, peut-être avait-il changé d'avis ? Il se demandait un instant ce qui le prenait, d'où venait cette peur irrationnelle. Certainement était-ce dû à sa pesante solitude qui l'empêchait de savoir comment réagir avec une autre personne. S'il n'avait jamais été très doué pour se socialiser, sa presque exclusion sociale ne l'aidait en rien. Après un soupir contrit, il se mordit la lèvre inférieure - terriblement gercée par le froid - mais relâcha rapidement la pression sous une légère douleur. Claquant la langue avec agacement, son doigt récoltait un peu de sang sur sa lèvre ; visiblement le froid avait eu raison de sa peau en la craquelant. Il fallait avouer qu'avant la douceur de la matinée, la nuit avait été glaciale.

Le blond atteignit les escaliers menant vers les hauteurs de Cerclon un doigt pressé sur sa lèvre inférieure, donnant l'image d'un idiot cherchant à faire coaguler son sang en appuyant dessus. Il détestait le goût du sang. Le demi-dieu allait gravir les marches, mais suspendit son geste : ses yeux s'étaient posés là où d'autres yeux se seraient détournés. Un homme âgé était recroquevillé contre la muraille, sous une couverture, indéniablement plus miséreux que lui. Il allait à peine être midi. N'y tenant pas, Siothrún fit demi-tour et acheta un café chaud qu'il rapporta à cet homme. Ils parlèrent un petit quart d'heure, faisant oublier au blond son angoisse par rapport à sa promesse et prenant le risque d'être en retard - bien qu'il n'ait pas d'heure précise.

Lorsqu'il reprit son chemin muni d'un petit sourire, Siothrún se sentait plus léger, ne pensant plus qu'à sa chance d'avoir rencontré Atrya. Il était un homme - enfin, un poisson - charmant et de très bonne compagnie ; le demi-dieu songea que les instants à venir ne pourront être que plaisants.

En haut des remparts, le jeune homme regardait avec attention autour de lui, cherchant celui avec qui ils s'étaient promis de se revoir ici. Il secoua la tête, faisant voler les flocons attachés à ses cheveux, hésita quelques secondes quant à ce qu'il devait faire. Malgré sa description, il se pouvait qu'Atrya n'ait pas trouvé le point de vue dont il avait parlé. Siothrún entreprit donc de faire le tour, à sa recherche. Ce fut infructueux. Il monta les marches vers l'emplacement duquel le panorama offrait une vue imprenable sur la ville. De là-haut, il voyait la bibliothèque à merveille. Cherchant des yeux un reflet d'eau bleue, ou l'ondulation d'un cheveu couleur sable, Siothrún arriva à se convaincre d'attendre encore un peu, avant de porter son regard plus loin qu'il ne le pouvait actuellement.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Promesse

le Jeu 19 Mar - 16:46


Ayame avait insisté pour le déposer, prétextant que traverser Ordae et Tern lui était déconseillé au vu de ses expériences passées. En quittant le véhicule du semi-elfe, Atrya fit un gros effort pour ne pas fuir à toutes jambes.
Il faut l’avouer, le capitaine avait une certaine tendance à materner tout le monde… Atrya avait beau faire vingt centimètres de plus que lui une fois sur ses deux jambes, l’elfe ne pouvait pas s’en empêcher.
Il salua rapidement le capitaine de la main et s’éloigna vers le rempart dès que les voitures lui en laissèrent le temps.

Cerclon avait son charme, que le poisson trouvait difficile à déceler. Du métal partout, des couloirs enfermés avec quasiment aucun accès aux lumières naturelles, l’air y était ventilé et contrôlé par des technologies insoupçonnées si bien qu’il n’y avait ni courant d’air ni même fluctuation dans leur densité. Il humecta ses lèvres, trouvant cette atmosphère sèche.

Grimper dans les étages du rempart s’avéra être une aventure spécialement dédiée à un poisson amateur de looping aquatiques dans les tubes de corail. Il se faufilait entre les passants, grimpait quelques marches et se rendait compte qu’il avait pris la mauvaise intersection…
L’arrivée au sommet méritait d’être savourée. A l’instant même où le soleil couvrit son visage il ferma les yeux et inspira profondément.

Ne restât plus qu’à trouver Siothrún. Atrya, naturellement, alla questionner le premier passant venu. Le mendiant sembla immédiatement reconnaître le jeune homme dont lui parla le triton, il indiqua une direction et reçu aussitôt quelques pièces en échange.
Ce devait être son jour de chance.

Il sut immédiatement reconnaître Siothrún et pressa le pas pour le rejoindre plus vite. Tout d’abord souriant, en s’approchant de plus près son expression changea. Tout d’abord interloqué, il fixa les lèvres du jeune homme avec l’air contrarié.
Automatiquement il porta une main au menton de Siothrún.
Atrya était un guérisseur, il est né pour ça et ne sait faire que ça. Sans aucune appréhension ni gêne, il porta ses lèvres sur celles de son récent ami. Sous l’excuse de ce baiser, il œuvrait délicatement pour nettoyer et aider cette égratignure à guérir proprement.
En s’éloignant, il sourit d’un air satisfait. Il aurait pu expliquer son geste, mais il ne le fit pas.

-Je m’excuse pour le retard, j’ai mis un peu de temps à trouver l’endroit.

Ceci dit, il porta enfin son regard au-delà du chemin de ronde. D’un côté la ville, immense, s’étendait à leurs pieds et de l’autre, au-delà de la bande colorée des champs, l’horizon dévoilait sur ses collines les lignes sombres des forêts.
Le souffle-coupé, il regarda comme hypnotisé par cette vision de grandeur.
Atrya Luyten
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant, Lin

Race : Hybride Poisson Ange (sirène)
Statut : Guérisseur, Commissaire de K'ouen
Pims : 378
Messages : 118

Re: Promesse

le Dim 22 Mar - 0:03


L'attente ne fut pas longue. Malgré qu'il n'y avait pas d'heure précise de prévue, seulement un instant de la journée, ils arrivaient presque en même temps. Siothrún regardait, haut perché, les environs ; son regard se perdait quelques fois sur l'horizon lointaine et étrangère. En se retournant, il remarqua cet homme dont il gardait un magnifique souvenir des tâches bleutées en train de monter les escaliers, tout sourire. Le demi-dieu alla de lui même à la rencontre d'Atrya, un sourire également, mais plus timide, sur les lèvres. Il était heureux de le revoir, et avait tant de choses à lui dire - ses observations - à lui demander - sa vie - et à lui montrer - ses croquis. D'une main, il remonta la lanière de son sac - contenant lesdits croquis - sur son épaule, plus pour avoir quelque chose à faire de ses mains que par réelle nécessité. Ses doutes s'envolèrent, lui faisant réaliser qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter pour si peu.

Ils s'approchaient l'un de l'autre que Siothrún baissa naturellement les yeux, ne voulant pas le dévisager - ce serait malpoli. Il ne vit pas l'expression du nouvel arrivant changer, et, toujours muni de son beau sourire si doux, sa voix se pâma d'une note joyeuse.
« Bonjour. » souffla-t-il simplement.

Le blond releva les yeux, voyant le visage... se crisper ? Pourquoi cet air ? Il n'eut pas le temps de s'interroger là-dessus, ni même d'en être surpris. Cela lui évita une angoisse soudaine, mais il n'en est pas moins qu'il finît interloqué. Même "interloquer" était bien trop faible pour expliquer la déconnexion totale du cerveau de Siothrún quand Atrya attrapait son visage pour l'embrasser.

Effectivement, il ne s'était pas attendu à une telle réaction. Sa surprise fut telle qu'il ne réagit pas, se contentant de rester figé, les bras ballants, les paupières ayant oublié comment elles pouvaient bouger pour cligner. Ses yeux, subitement ronds, apercevaient la proximité du visage d'Atrya sans vraiment la voir. Pourquoi l'embrassait-il ? Une seconde, le demi-dieu songea qu'il n'était finalement pas le seul à avoir hâte de revoir l'autre. Mais tout cela lui semblait si irréel, qu'il ne trouva aucune réponse aux questions qui lui vrillèrent la tête à ce moment-là, les questions arrivant à une telle vitesse qu'elles n'étaient pas elles-mêmes très claires. L'unique fait cohérent demeurait qu'à leur nouvelle rencontre en haut des remparts de Cerclon, Atrya s'était jeté à ses lèvres - diantre comme cette pensée le déconcertait.

Ses quelques neurones encore en état de fonctionnement disjonctèrent au moment où il sentit la langue d'Atrya sur ses lèvres. Là, il jeta le peu d'intelligence qui lui restait quelque part, s'arrêtant de réfléchir pour juste savourer le moment présent. Quoi, ce n'était pas mauvais après tout, pourquoi ne profiterait-il pas ? Ses paupières tombèrent avec lenteur sous la caresse, c'était indéniablement bon et au diable sa retenue. Instinctivement, Siothrún entrouvrit légèrement ses lèvres, pas le moins du monde contre un approfondissement : le blond était timide, pas prude pardi !

Cependant, l'instant se termina - pourquoi ce genre d'instant ne pouvait-il continuer indéfiniment ? - quand Atrya s'éloignait, rompant le contact. Le demi-dieu reprit violemment conscience. Mais que venait-il de se passer ! Rouge comme une pivoine - la pivoine éclatante du plus beau des printemps - il ne comprenait pas le geste soudain de l'homme. D'autant plus qu'il semblait très heureux de son petit effet, troublant plus encore sa pauvre victime. Il prêta à peine attention à ses paroles, le retard en question était totalement oublié à présent. Il essaya d'y répondre, baragouinant des bruits ressemblant plus à des onomatopées qu'à des mots, un « rien » légèrement audible. Conscient de sa tentative pathétique et défectueuse, Siothrún secoua la tête de gauche à droite, dans un drôle de langage voulant signifier que ce n'était rien, qu'il n'y avait pas de raison de s'excuser.

De par sa gêne, Siothrún se mordit la lèvre inférieure, ne se rendant pas compte de la guérison spectaculaire de sa lèvre. La morsure du froid s'était intégralement faite oubliée par la caresse d'Atrya. Il osait à peine lui jeter des coups d'œil, ne sachant plus comment agir après cette entrée en matière. Il remarqua que son vis-à-vis ne le regardait plus, mais s'était tourné lui aussi vers l'horizon, apparemment époustouflé par la vision. Il était épatant de s'apercevoir à quel point ce qui venait de se passer semblait naturel pour lui. Peut-être était-ce réellement le cas, bien que le demi-dieu n'en sût pas pourquoi ? Cette simple pensée sembla ragaillardir Siothrún qui demanda simplement, d'une voix plus petite qu'il ne l'avait voulu :

« Vous aimez ? »

Spoiler:
Moi, fourbe ?! tumcherche


Dernière édition par Siothrún Nolan le Mer 20 Mai - 19:55, édité 1 fois
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Promesse

le Lun 6 Avr - 20:01


Atrya s'extirpa de la contemplation du paysage pour observer Siothrun.Il avait conscience de tout rapporter à lui, à son passé sous les mers, c'était plus fort que lui. Il ne pouvait pas s'empêcher d'en parler comme si les mots le rapprochaient un peu de son monde natal.

-On dirait un océan.

Atrya indiqua du doigt un champs battu par les vents. Une onde se propageait sur leurs épis. De près, personne ne pouvait se douter de la forme du courant, ce n'était qu'un épis tremblant. Mais d'en haut, sous les yeux du poisson-ange se dessinait des vagues, elles roulaient sur elle-mêmes et formaient des cercles fuyants.

-A l'intérieur de la ville, on oublie que l'extérieur est grand.

Le triton regarda vers l'ouest un court instant. Il espérait vainement apercevoir de cette hauteur un bref scintillement. Il ne vit que l'horizon onduler au gré des collines. Il se sentait apatride. Bien plus encore maintenant que l'océan était une zone fermée en raison des conflits.

Au lieu de se laisser abattre, il s'adossa au garde-corps et se laissa aller à sourire, yeux fermés, le visage caressé par les vents d'altitude.

-Je ne vous l'ai pas demandé en arrivant, est-ce que tout va bien depuis l'autre fois ?

Atrya se souvenait parfaitement qu'ils avaient prévu de déjeuner. Il faisait encore trop froid pour manger dehors, mais le poisson se souvenait d'une auberge ouverte dans un petit village au abord de Cerclon. Cela leur permettrait de quitter la ville, durant quelques instants.
Avant de le proposer, il préférait s'assurer que Siothrun n'avait pas d'autres plans en tête. Ses envies de poisson grillé pourraient attendre un peu. Pas trop longtemps tout de même, son estomac risquait de le démasquer au bout d'un moment.
Atrya Luyten
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant, Lin

Race : Hybride Poisson Ange (sirène)
Statut : Guérisseur, Commissaire de K'ouen
Pims : 378
Messages : 118

Re: Promesse

le Mer 20 Mai - 19:54


Atrya regardait au loin, loin de la personne à ses côtés, un regard perdu dans l'immensité du paysage. À ses côtés, le plus petit lui, ne posait pas son attention sur le même objet. Observant l'homme-poisson, Siothrún se lécha légèrement la lèvre, y goûtant encore une fois la saveur qui y était restée. Après une chose pareille, Siothrún se lamenta d'être seul, puis se demanda pourquoi il l'était. Mais la réponse fut une évidence lorsqu'il se rappela être un timide silencieux compulsif qui tremblait rien qu'à l'idée d'aborder un inconnu. Plus communément appelé un coincé. Et à cet instant, il regrettait sincèrement de l'être, tout en s'accrochant à l'espoir qu'au même moment, il n'était pas seul. Finalement, une joie perça sa gêne : oui, il était bêtement content de cette entrée en manière, et il s'en moquait comme d'une guigne des raisons.

Après avoir observé un temps le monde lointain, Atrya se tourna vers lui, et bien malgré lui, le demi-dieu se prit à admirer une fois de plus ce visage. Il l'avait déjà détaillé pour l'étaler sur une feuille blanche il y a deux jours, pourtant il ne s'en lassait pas. Ce visage était trop unique et beau pour qu'il puisse s'en lasser. Son âme d'artiste restera toujours admiratif. Il entendait ce qui se disait, mais percevait avec plus d'aisance la nostalgie qui se cachait derrière, ce qui lui tira un petit sourire réconfortant. Il était évident que l'homme-poisson désirait ardemment la mer, sa maison. L'idée qu'il la rejoigne, que le petit blond ne puisse plus le voir, amena une pointe de tristesse. En si peu de temps, il s'était attaché à l'être à la nature marine.

Siothrún promena son regard vers les champs, se détachant de la jolie vision qu'offrait l'autre homme. Peut-être valait-il mieux, effectivement, détourner le regard, pour ne pas se rappeler cet étrange baiser - et voilà il s'en rappelait ! Mentalement, il se gifla d'être si obsédé par cette caresse, et essaya de s'investir un peu plus dans la conversation pour l'oublier.

« Oui, immensément grand. » ne trouva-t-il qu'à appuyer.
Certes, pour une réplique aussi impressionnante, peut-être aurait-il mieux fait de se taire. Siothrún venait encore une fois de briller par sa difficulté avec les mots.

Heureusement, Atrya semblait apporter peu d'importance à cette lacune chez lui. Peut-être était-ce simplement pas pure politesse, toujours est-il que cela aidait le demi-dieu à se sentir serein, et non pas comme le gars le plus idiot d'Entre-Monde. Il le vit se tenir contre la barrière, les yeux fermés et un sourire figé, profitant de la douceur de cette journée hivernale. Les flocons tombaient toujours avec délicatesse, ornant leurs têtes de petits cristaux blancs. Pour s'empêcher de tomber, une fois encore, dans la contemplation des tâches bleutées si inédites, Siothrún se tourna vers la barrière, posant ses mains sur la rambarde froide. La voix de l'autre homme revint, dans une question simple, mais qui rappela à l'artiste ce qu'il transportait dans sa besace. Ses croquis des souvenirs qui avaient été contés il y a deux jours attendaient encore d'être vus. Sa main se porta à son épaule, sur la lanière du sac, par réflexe.

« Oui, je vais bien, merci. En fait, j'ai profité de mon temps pour... mettre sur papier les souvenirs que vous aviez évoqué. Mais, je n'ai jamais vu la mer et... Enfin, j'aimerais avoir votre avis. » osa-t-il demander avec réserve, espérant ne pas ennuyer Atrya avec ses gribouillages.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Promesse

le Lun 25 Mai - 21:45


Atrya se retournait et le vent de face il s’adossa au garde-corps. Les coudes appuyés, le menton levé, l’air courait sur son cou et caressait ses branchies. Sensibles, elles frémissaient agréablement.
Pour le poisson, les yeux fermés, c’était s’imaginer allongé entre deux eaux. Se laisser porter par les courants… Mais la gravité et l’absence de résistance de l’air étaient frustrant. Il n’arrivait pas à retrouver ses anciennes sensations.

Il ouvrit les yeux et les abaissa sur Siothrún. Il se rendit compte qu’il était grand comparé au jeune homme. Même comparé à Ayame, il était toujours grand. Les tritons sont donc plus grands que les gens de la surface ?
Rien d’étonnant à ça ! Ils sont toute la journée écrasés par le poids du ciel, ils ne peuvent pas grandir correctement dans ces conditions. C’est une évidence.
Selon cette réflexion, il se dit que ce serait amusant de voir tout ce petit monde avec des nageoires et des branchies. Quelle belle pagaille sous l’océan…

Avec des nageoires, Siothrún serait minuscule. Un petit poisson qui serait bien souvent dérangé par les plus gros. Même ses muscles auraient du mal à suivre, il en faut pour nager dans les courants !
Atrya ne pouvait pas s’empêcher de sourire largement à cette image. Décidemment, il avait bien envie d’emmener ce petit homme pour découvrir la mer une bonne fois pour toutes !

-D’accord, mais avant, allons trouver un endroit où nous asseoir !

Il lui proposa son bras avant de s’éloigner vers l’ascenseur.

Spoiler:
Je fais court pour avancer dans le rp, désolé de te donner si peu de lecture
Atrya Luyten
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant, Lin

Race : Hybride Poisson Ange (sirène)
Statut : Guérisseur, Commissaire de K'ouen
Pims : 378
Messages : 118

Re: Promesse

le Mar 26 Mai - 22:27


L'accord et la proposition d'Atrya arrachèrent un sourire à Siothrún.
« Bonne idée, et de quoi nous protéger de cette neige, aussi. » acquiesça-t-il.

Il passa sa main dans ses mèches, les secouant pour faire tomber les flocons qui s'y étaient accrochés. Avisant le bras offert, le demi-dieu se mordit légèrement la lèvre inférieure, trouvant l'attention adorable. Cet homme-poisson était d'une telle gentillesse ! Il mit rapidement son sac plein de croquis sur son autre épaule, pour ne pas être gêné, avant de prendre le bras d'Atrya. Si le temps était clément aujourd'hui, l'hiver restait cependant froid. La chaleur de ce simple contact était agréable. Ils descendirent du promontoire, et le demi-dieu suivit simplement le mouvement sans faire le moins du monde attention au chemin pris. Il se plongea dans ce qui avait été la vie de son compagnon, et qui l'avait tant fasciné.

« Je n'ai jamais visité les profondeurs de la mer, mais j'ai déjà vu des représentations ou des photographies de coraux et de poissons. Je doute d'être très fidèle à la faune et à la flore que vous connaissez par cœur, mes excuses. » commença-t-il à expliquer.

Bien qu'il parlât peu en temps normal, se sentir à l'aise aux côtés d'Atrya et passionné par ce qui le passionnait également, facilitait beaucoup son élocution. Il connaissait très bien son sujet tout en n'ayant pas l'impression d'être trop ennuyant. Ils rejoignirent facilement la sûreté des niveaux inférieurs ; à l'abri de la neige et du vent, autant dire qu'il faisait meilleur.

« J'ai ressassé vos paroles, et j'ai essayé au mieux de les dessiner. J'ai eu beaucoup de difficulté quant à réaliser une raie bien proportionnée, mais j'ai beaucoup aimé dessiner des méduses. » raconta-t-il, le sourire toujours sur ses lèvres.

Évidemment, Siothrún s'abstint de raconter sa petite observation sous-marine. S'il n'avait pas projeté son regard dans les abîmes, certainement n'aurait-il pas pu aussi bien réussir ses croquis. Le curieux qu'il était émergea avec des étoiles dans les yeux. Ce monde inconnu était très beau. Sur leur route, ils croisèrent quelques personnes et droïdes, parfois devant se serrer pour passer dans les rues étroites de Cerclon. Ils passèrent devant des ateliers et des boutiques desquels des bruits de moteurs, de turbines, et d'autres choses non-identifiées, s'échappaient. Ceci fit rappeler à Siothrún quelque chose.

« Oh, puisque nous sommes à Cerclon... Peut-être pourrions-nous chercher la résine qui vous a été conseillée, afin de... » il hésita, ses joues rosissant un peu, « de... garder la petite esquisse que je vous ai faite. »
Le fait qu'Atrya veuille le garder était un compliment en soi, et cela faisait doucement plaisir à l'artiste. Puis, se rappelant de l'heure qu'il était, il ajouta :
« Sauf si vous avez faim ! Je-Je ne voudrais pas vous gêner. »

Au même instant, ils débouchèrent sur une rue plus large, et, contre un mur, était fixé un banc de métal.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Promesse

le Jeu 11 Juin - 10:00


Atrya souriait, acquiesçais et s’amusait même des quelques souvenirs que les mots raies et méduses avaient éveillés chez lui.
Il ponctuait parfois les phrases de Siothrún de ses “une fois j’ai vu une méduses avec quatre ailes, il y avait tellement de petits poissons sous son ventre que j’ai failli en compter cinq !” et les méduses étaient aussi ses favorites. Certaines en forme de boite pouvaient atteindre des tailles incommensurables !

Chaque sortie avec le jeune homme lui donnait l’occasion de se perdre dans ses souvenirs et pour un poisson il avait une excellente mémoire.

Atrya accepta volontiers de gagner le banc et de s’y asseoir, la neige avait fondu sur sa tête et ponctuait ses cheveux de reflets cristallins.
Il souhaitait vraiment voir les croquis du jeune homme, bien avant de penser à la résine pour l’autre.

Le précédent croquis était soigneusement posé sur l’une des rares tables autour de son bassin. Il aurait rapidement besoin de le protéger avant que l’humidité de la pièce ne le détruise.

-Bonne idée ! Il y a une borne internet de l’autre côté, on cherchera après ?

Bien sûr, Atrya était affâmé. L’heure était l’heure, c’est du moins l’habitude qu’il avait prise au palais. Ce n’était pas une bonne chose, son futur retour sous l’eau risquait d’être difficile, puisqu’on ne mange pas à heure fixe au fond de l’eau !
D’ailleurs, il n’y a pas tant d’horloge que ça.

-Après, après, dit-il.

Son estomac pouvait attendre. La question qui, brusquement, lui faisait se demander comment une horloge pouvait fonctionner à plusieurs milles sous l’eau attendrait elle aussi ! Il était impatient.
Assis, il pivota vers Siothrún et se penchait sur lui.

-D’abord montre-moi tes merveilles !

Ses branchies papillonnaient à son cou en signe d’excitation.
Atrya Luyten
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant, Lin

Race : Hybride Poisson Ange (sirène)
Statut : Guérisseur, Commissaire de K'ouen
Pims : 378
Messages : 118

Re: Promesse

le Mer 17 Juin - 17:43


Montrer ses croquis, chercher la résine résistante à l'eau et dîner, pour une fois, Siothrún avait un tas de choses à faire en compagnie de quelqu'un. Ce n'était pas pour lui déplaire, l'ennui n'étant pas une distraction plus attrayante. Il sourit à la proposition d'Atrya, tout en hochant la tête. Il espérait juste que son vis-à-vis savait utiliser internet ; bien que cela ne lui était pas totalement étranger, le demi-dieu n'était pas un expert dans l'utilisation de la toile. Sa recherche prendrait certainement plus de temps que s'il demandait directement aux passants. Tout de même, pour ceux ayant des facilités avec cette technologie, ce devait être très pratique.

Mais l'empressement d'Atrya à reporter la recherche de ce moyen de préservation pour ses croquis le flatta. D'autant plus au terme « merveilles », qui le fit doucement rougir de plaisir. Il recevait rarement de tels compliments, et autant dire qu'ils étaient plaisants à entendre. Un sourire un peu idiot naquit sur les lèvres de l'artiste, couronné par ses joues roses. Il était simplement heureux d'être à cet endroit, accompagné d'une personne charmante et adorable - bon sang, sa rencontre avec Atrya était la meilleure chose qui lui soit arrivée ces derniers temps.

« Mes "merveilles" ne sont que des ébauches, pour le moment, » relativisa-t-il.

Le demi-dieu les sortit néanmoins de son sac, quelques feuilles blanches sur lesquelles des traits au crayon gris représentaient des poissons ou des coraux, une grande méduse, ainsi que les scènes qu'avait évoqué l'homme-poisson il y a deux jours de cela. La raie, notamment, mais aussi la carcasse de baleine, avec l'arrivée d'un essaim de méduses. Cette dernière était fait de traits gris, mais quelques coups d'aquarelle avaient été ajoutés : le bleu foncé des abîmes contrastait avec le blanc cassé des méduses. Le résultat était grossier - ce n'était qu'une ébauche - mais joli à regarder.

En parfaite objectivité, les crayonnés étaient précis pour quelqu'un n'ayant jamais vu ce qu'il a représenté. En tendant les feuilles vers son vis-à-vis pour que celui-ci puisse les admirer de tout son soûl, Siothrún expliqua :

« Ce sont surtout des essais, j'aimerai que vous me disiez ce que vous en pensez, et ce qu'il y a à corriger. »
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Promesse

le Mar 30 Juin - 14:54


Atrya n’écoutait déjà plus Siothrun. Le poisson-ange n’était pas spécialement polyvalent, il vivait l’instant présent, comme n’importe quel autre animal. Les poissons ne sont pas doués pour se projeter dans l’avenir. Ses branchies papillonnaient d’excitation, il passa une main nerveuse dessus pour calmer ces minuscules spasmes.
Les branchies lui étaient totalement inutiles à la surface, l’air était trop fluide et trop fuyant pour s’y faufiler.

Frustré de ne pas pouvoir retourner sous l’eau tant que son devoir ne serait pas accompli, frustré de s’être remémoré ses souvenirs deux jours plus tôt et qu’ils ne soient toujours que des souvenirs, le triton posa un regard avide sur les dessins.
En quelques secondes ses yeux s’embuèrent de larme de joies, un plaisir sans gonflait au fond de sa poitrine.

-C’est comme ça.

Il insista plusieurs fois sur cette phrase tandis qu’il revoyait la baleine drapée dans ses bernacles, les méduses, les vieux poissons interrompus dans leur sieste…
Chaque détail faisait écho à un moment de son existence. Contrairement à ce qu’on en dit, ce poisson-là a de la mémoire.
Un index fin passé sur la lèvre, seul indice de son malaise, Atrya mélangé entre souvenirs et croquis laissa filer deux longues minutes en oubliant le reste de son environnement. Le claquement d’une porte et le cliquetis d’un chariot le sortit brusquement de son rêve éveillé.

En restituant les croquis à leur propriétaire, Atrya ouvrit quelques fois la bouche puis la referma. Il goutait l’air depuis trop longtemps. Il souhaitait plus que mais pouvoir retourner chez lui.

-Ils sont biens ainsi, peut-être… Tu sais, il n’y a pas beaucoup de lumière au plus profond de l’eau. Se repérer relève d’une autre façon de voir. Parfois, la seule chose qui permet de savoir qu’on est sur le bon chemin c’est d’entendre le chant d’une baleine à plusieurs milles…

Atrya essuya d’un geste sans intention une larme perdue sur ses cils.

-Allons déjeuner, dit-il soudainement. Nous verrons les autres choses plus tard, je suis affamé !

Pour la première fois il ne voulait pas s’étendre sur l’océan. Il avait besoin de repartir. La surface finirait par l’assécher définitivement.

Pourtant, son espèce est une grande voyageuse par nature. Les poissons-anges se reproduisent à la surface pour permettre à leurs oeufs d'être emportés le plus loin possibles par les courants.
Lui-même, s'il le souhaitait pourrait traverser l'océan simplement pour le plaisir de sentir l'eau remplir ses branchies et s'échapper sur ses épaules.

Malgré tout le chemin qu'il a parcouru, il ne s'est jamais aussi senti éloigné de là où il devait être. Cela devait sûrement provenir de ce côté territorial instinctif chez ses congénères.
Atrya Luyten
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Perçant, Lin

Race : Hybride Poisson Ange (sirène)
Statut : Guérisseur, Commissaire de K'ouen
Pims : 378
Messages : 118

Re: Promesse


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires