Black holes living in the side of your face.

le Mar 9 Oct - 19:56


I’ve got a defect in my core, I’m shutting down, shutting down my brain.
A.u.r.o.R.a
Modèle : A.u.r.o.R.a. + Numéro de Série : 49821. + Version du logiciel : 3.7 + âge : 20 cycles. + Race : Droïde de classe Gynoïde. + métier/études : écrire ici. + avatar : Cyber Face by loftydreams ( pas sûre, les sources sont difficiles à trouver )+ crédit icône/gif : Blindness, Dandelion, allichangkyun, xxjkmxx / Automata + crédit avatar : vinyles idylles.
Compétences et attributs
« Cette catégorie de gynoïde est semblable aux modèles Mist (Multisource Interface for Safe Tactics). En effet, en plus d’être capable d’extraire des informations cryptées et des données sensibles, elle sont programmées pour l’extraction de cible non-informatique. Elles sont dotées d’une version plus édulcorée et réactive que les Mist quant aux calculs des variables. Si vous recherchez plutôt un appareil purement spécialisé dans les tactiques militaires approfondies, préférez le modèle Mist, qui saura vous accompagnez loyalement dans vos centres de commandement.
Les A.u.r.o.R.a seront préférées pour leurs actions sur le terrain, plus efficaces qu’un simple droïde de combat, leur centre de comportement est développé pour que vous puissiez vous reposer sur elles. Celui-ci étant en constante évolution au contact des utilisateurs et des autres droïdes, elles sauront vous amener vers une victoire certaine dans les combats que vous entreprendrez.
Leur design est aussi pensé pour leur efficacité lors des missions. Leur exo-squelette est recouvert d’un alliage de plasto-métaux qui marient la légèreté à la […],.
Elles possèdent également comme caractéristique la possibilité de recouvrir cet alliage d’une couche de peau de synthèse, pour qu’elles se fondent plus aisément dans la masse des non-synthétiques. Les caractéristiques de cette apparence sont à prédéfinir par l’utilisateur, il existe plusieurs pré-enregistrées, mais des options supplémentaires sont téléchargeables lors de l’achat.

De par leur utilisation directe sur le terrain, les A.u.r.o.R.a. ne nécessitent pas d’être constamment branchée à un ordinateur proche. Il est cependant recommandé des les recharger une fois dans le mois.
Une base de rechargement mobile est disponible pour 500 crédits supplémentaires. » ….. Extrait du Catalogue des Droïdes CF n°157, éditions CyberFictions.

Depuis que le modèle 49821 s’est retrouvée coincée dans l’Entre-Monde, elle n’a pas effectué suffisamment des mises à jour nécessaires afin de s’imprégner des codes informatiques de Cerclon, elle est donc dans l’incapacité de s’introduire dans des circuits et d’extraire des informations confidentielles, du moins, tant qu’il y a des barrières et protections sur celles-ci. Elle a les capacités d’intrusion d’un ordinateur simple, tant qu’une personne extérieure n’y aura pas mis le nez pour modifier sa programmation.
Sa capacité à produire une peau synthétique est également dormante, son module d’approvisionnement lui réclame une pièce dont il tait le nom, elle ne peut ainsi pas réparer cette fonctionnalité.
Inventaire en cours...
« La batterie externe sur laquelle l’A.u.r.o.R.a. doit se recharger de temps en temps, et en cas d’absence de la base de recharge fournie avec le modèle, est de forme circulaire, d’une trentaine de centimètres de diamètre, quinze de profondeur. L’alliage est assorti à celui de la Droïde, on y retrouve son numéro de série et sa version, peinte à côté de la jauge de chargement. Celle-ci est une barre verticale, située au milieu de la batterie, elle fait dix centimètres de large. Des diodes horizontales représentent le niveau de charge de l’appareil, du rouge, tout en bas, au orange, puis au jaune, au vert et enfin au bleu, en haut. Quand le droïde est entièrement rechargé, la mascotte F100F de CyberFictions apparaît sur cet écran et danse.
Il est bien entendu nécessaire de recharger la batterie avant utilisation, sur une prise ou via les panneaux solaires se trouvant dans le cœur de la boîte et auxquels on peut accéder via un bouton se trouvant sur le dessus de l’engin. » …. Extrait du Catalogue des Droïdes CF n°157, éditions CyberFictions

Bien sûr, les panneaux solaires sont bloqués sur le modèle 49821. Rouille ? Bug ? Déformation des plasto-métaux ? Difficile à dire.
49821 porte des vêtements. Pas les mêmes que l’uniforme militaire qu’elle portait il y a dix-huit ans, puisqu’il avait fait son temps.
Aujourd’hui, il s’agirait plutôt de vêtements basiques, mais suffisamment extensibles et dans lesquels il est aisé de se mouvoir : un pantalon noir d’un savant mélange de lycra et de simili-cuir, un débardeur noir basique et une veste en cuir, ainsi qu’une paire de Rangers noires aux lacets toujours étroitement serrés.
Téléchargement des caractéristiques…..
Droïde de forme Gynoïde, à l’aspect donc féminin, mesurant exactement 1m75 et pesant dans les 80kg. Son alliage de plasto-métal est, à l’origine, d’un blanc gris et à la surface vaguement réfléchissante. Avec le temps, celle-ci a un peu jaunie et bruni par endroits. A l’exception de sa cuisse gauche et de l’arrière de son bras droit, son exo-squelette et ses circuits sont recouverts de ces plaques.
Bien qu’ayant perdu sa peau synthétique, elle a conservé sa chevelure, ce, à cause d’un bug lors de son redémarrage, ainsi celle-ci arbore une couleur blanche, puisque les pigments n’ont même pas pu être téléchargés.

49821 est un droïde qui ne fonctionnait que via les commandes de son utilisateur, maintenant que leur contact est coupé et qu’elle a été réactivée, elle a un eu de mal à prendre des initiatives. L’organique qui l’a remise sur pieds l’y pousse, mais ça lui reste difficile. Plus à l’aise quand elle a des directives, à partir du moment où elle en reçoit, elle sait réagir comme il le faut pour la situation indiquée.
Quant à son module comportemental, plus le temps passe, plus elle se comporte comme … un organique. Ses capteurs vibrent, ses circuits se remplissent d’énergie étrange : Elle commence à ressentir. .
….Accès à la mémoire...
Les bourdonnements des appareils qui soudent et les bruits étouffés des tapis qui roulent vers une certaine destination. Les gestes répétitifs, chorégraphiés, exécutés à la perfection par des robots parfaitement codés et programmés. Successions de bras, de jambes, de torses, de têtes, sur les lignes parallèles de production, s’étendant à l’infini. Les morceaux disparaissent derrière des rideaux de PVC transparents, pour se rejoindre dans une autre pièce, plus bruyante, où le rythme cadencé est tenu par un Métronome géant. Tic. Un corps à gauche. Tac. Un corps à droite. Pièces détachées. Réunies pour former un seul être. Synthétique. D’autres machines les assemblent. Puis, les droïdes se voient donner une toute petite boîte carrée, implantée dans leur dos encore ouvert. Corps penchés vers l’avant, ils continuent leur route jusqu’aux bornes d’activation. Là, les courants électroniques traversent leur vaisseau, leur conférant ce que les êtres organiques développent depuis des décennies maintenant : une pâle copie de ce que ces derniers appellent la Vie.
Passe la dernière étape, celle des tests, où les organiques vérifient le bon fonctionnement des synthétiques, puis, ils sont envoyés dans leurs caissons de transport, à destination de leurs utilisateurs.

Le modèle A.u.r.o.R.a, numéro de série 49821, comme beaucoup de ses consœurs est envoyée dans les quartiers militaires, direction les centres d’entraînements et de commandements, où elles seront ensuite dirigées vers leurs postes ou directement sur le front. Uniforme sur le dos, apparence téléchargée pour qu’elles se fondent dans la masse des organiques et armes à feu entre les mains. Chacune dans un bataillon différent, parfois en duo, mais le plus souvent seules.
49821, bien qu’étant initialement aussi performante en extraction de données informatiques qu’en extraction de cibles organiques ou synthétiques est plus souvent envoyée sur des missions du deuxième type précédemment cité. Parfois, même est-elle envoyée sur d’autres mondes, empruntant la route des Miroirs pour des extractions sensibles demandant à ce qu’elle se fasse passer pour humaine, du moins, suffisamment pour ne pas éveiller les soupçons quant à sa quête. Son centre comportemental étudié pour copier celui des humains et ses apparences optionnelles sont de bons atouts pour tromper l’organique ou le synthétique lambda… tant qu’on ne la regarde pas de trop près.

Ainsi, c’est pour une nouvelle mission qu’elle a du franchir les Miroirs, en direction de celui de Souen. Les raisons ? Confidentielles. Cependant, quand ceux-ci se sont refermés et qu’elle s’est retrouvée coincée dans l’Entre-Monde, avec tant d’autres êtres, la mission s’est retrouvée bien compromise. Après quelques tentatives de connexions au module qui la liait à son Utilisateur et autant d’échecs, elle a lancé plusieurs scanners et plusieurs diagnostics. Oh, elle est capable de fonctionner sans le commandement de l’organique qui la dirigeait, mais elle perd tout de même un bon nombre de ses fonctions et n’a plus personne pour autoriser les accès que ses modules peuvent demander.
Profitant de ces quelques instants de troubles, elle a pu explorer les environs, mais, toujours asservie par cette mission impossible à terminer, elle s’est retrouvée de nouveau face au Miroir de Ken, attendant un signe, un ordre, un changement. Pour rien. Le temps passe, les jours, les semaines et sa batterie crie famine, son skin se dissipe, ses fonctions se raréfient. Même le module externe permettant de la recharger pour un autre mois finit par rendre l’âme et c’est à son tour de s’éteindre. Vidée. Elle n’est plus qu’une enveloppe vide dont les derniers instants se sont vus ponctués de différents sons stridents alertant sa prochaine extinction.

***


Pendant quinze cycles, 49821 est restée éteinte. Pendant quinze cycles, la nature, les insectes et autres êtres organiques… et se sont emparés d’elle. Pendant quinze cycles, elle a souffert des sautes d’humeur de la météo, des manipulations et du vol de certaines de ses pièces par certains qui pensaient en tirer quelque chose. Mais au bout de ces quinze cycles, un être organique s’est enfin décidé à s’occuper de cette chose en perdition, passionné par les robots depuis toujours, il s’est donné pour mission de réparer ce qui est réparable et récupère des tas de ferrailles normalement bons pour la casse. L’organique l’a ramenée chez elle, dans son quartier de Cerclon et l’a entreposée dans son atelier, à côté de carcasses d’autres êtres synthétiques potentiellement réparables et d’autres définitivement silencieux. Pendant de longues semaines et de longs mois, le petit bout d’humaine aux doigts de fée s’est affairée sur 49821, nettoyant sa carrosserie et ses circuits, redonnant un coup de peinture là où c’était nécessaire, réparant ce qui avait vraisemblablement lâché et remplaçant certaines pièces par d’autres avant de s’attaquer à ses modules et autres processeurs obsolètes et/ou manquants. Nombreuses étaient les composantes qui lui étaient totalement inconnues et que, malgré de longues heures d’études et de recherche, elle n’est parvenue à comprendre, encore moins à réparer. Comme par exemple son module d’approvisionnement, dans lequel elle s’est plongée corps et âme pensant qu’il gérait tout autre chose. Or, lorsque des cheveux se sont mis à apparaître sur le crâne lisse du droïde, elle n’a pas exactement compris ce qui se passait, encore moins les crépitements qui ont suivi et l’impossibilité d’à nouveau interagir avec cette fonction.
Quand, sûre d’elle, l’organique s’est dit que la remise en route de la synthétique n’allait pas réduire à néant chacun de ses efforts, elle se saisit de la prise de ce qu’elle avait compris être sa batterie externe et la branche, croisant les doigts et implorant tous les Dieux pour que cela fonctionne. De très longues secondes s’écoulèrent avant que l’objet circulaire se mette à souffler d’un coup et à clignoter. Soupir de soulagement. Il y avait peut-être encore un espoir de voir ce Droïde renaître.
Et en effet, ce fut une réussite, en rebranchant la batterie sur son emplacement dédié, des faisceaux lumineux on traversé le corps de la Gynoïde et elle s’est redressée, s’éveillant de son trop long sommeil.
Après de multiples analyses et de nouvelles corrections, l’organique parvint à aider la synthétique à s’exprimer à nouveau, bien que sa voix soit encore partiellement grésillante. Ses fonctions moteur ont été restaurées, ainsi que les connexions entre le cortex mécanique et le centre comportemental. Les logiciels internes quant à eux, bien qu’anciens, après quelques nettoyages de la mémoire et quelques trafics de codes, se sont mis à fonctionner de manière plutôt correcte. Encore sujets à quelques bugs, mais mineurs par rapport à ce dont ils avaient fait preuve à l’allumage.

Malheureusement, mais, au final, c’est plutôt logique, l’organique n’a jamais pu récupérer toutes les capacités de 49821 qu’elle appelle par le nom de son modèle, A.u.r.o.R.a., plutôt que par son numéro de série, comme son utilisateur avec l’habitude de faire. La Gynoïde est pleine de bugs qu’elle parvient parfois à réduire et/ou réparer au fil du temps, mais elle est loin de l’unité militaire parfaite qu’elle avait pu être. Cependant, Ambre – c’est le nom de l’organique – est fascinée par ce modèle. Car, bien que son apparence ne trompe personne, plus la synthétique passe de temps avec elle, plus elle copie son comportement et plus elle a tendance à avoir des réactions semblables à celles des humains, en grande partie car elle mime de plus en plus leurs émotions. Chose qui ne plaît pas vraiment à la programmation de ses modules, qui tentent souvent de la faire reboot, causant chez elle des redémarrages inopinés. Mais la demoiselle s’acharne, essayant de provoquer des réactions aléatoires et imprévisibles chez la synthétique.
C’est dans ce but-là, qu’elle l’a poussée à rentrer dans la milice, pensant que manier à nouveau des armes à feu pourrait provoquer un je-ne-sais-quoi en elle. Sa tentative fut une réussite aux yeux d’Ambre, puisque la Gynoïde est parvenue à s’intégrer parmi ses confrères, malgré quelques couacs. Puis, c’est dans les rangs des Sanctuaris qu’elle a fini par trouver sa place, faisant ronfler ses moteurs avec joie en partant en mission.
☾ ANESIDORA
A.u.r.o.R.a
avatar

Avatar © : ©Cyber Face by Loftydreams

Féminin Race : Droïde de classe Gynoïde.
Pims : 5
Messages : 1

Re: Black holes living in the side of your face.

le Ven 12 Oct - 10:48


- Bon Sten est gentil et je sais que la campagne de recrutement marche du tonnerre, mais vous avez vu la tête de la nouvelle ? Elle est encore moins finie que Septembre !

° Ouais, et on parle pourtant du robot-IKEA !

* Arrêtez de vous plaindre... Franchement, on aurait pu avoir le droit à une excitée de la gâchette, une autre bourrin à la Morok ou une hyperflic à la Haru... Si la nouvelle parle clairement , gentiment et fait preuve d'un peu d'autorité en évitant de devoir tronquer les rapports, je prends.

-... Pas faux, mais bon. Plus ça va et plus on va finir estampillés "Foire du Trône" plutôt de "Forces de l'Ordre".

° Elle arrive, tout le monde sur son clavier !

Le bruit des claviers mécaniques reprit soudainement alors que la dénomée A.u.r.o.R.a entrait dans la pièce, son pack d'entrée dans les Sanctari entre les mains : Son badge Miroir, symbole de son appartenance au groupe d'intervenants, un petit pistolet Plasma, son titre Percant et surtout son badge PIMS flambant neuf, puisque l'IA venait selon les registres, d'être activée il y a à peine un mois. Son compte avait été gonflée d'une 50aine de PIMs, montant souvent jugé nécessaire pour l’équipement supplémentaire.
Quelques visages se relevèrent de leur écran, curieux, tandis que d'autres se levaient pour accueillir leur nouvelle unité. Les Sanctuari, malgré leur disparité, formaient une grande famille... Et comme toute famille, certains membres préféraient leur solitude ou leur abnégation au travail. Les nouveaux arrivant étaient souvent salués, dirigés à leur bureaux et recevaient une liste des différents collègues, avec des annotations devant ceux dont il fallait se méfier, ou ceux à qui on pouvait demander facilement des infos ou de l'aide.

La nouvelle vie professionnelle d' A.u.r.o.R.a pouvait commencer.




Bienvenue sur Entre-Monde ! Ta fiche est niquel, le « pouvoir » de changement d'aspect visuel à l'air d'avoir sacrément souffert, j'espère que tu pourras le faire réparer un jour.

Petite remarque tout de même,
A.u.r.o.R.a a écrit:Ainsi, c’est pour une nouvelle mission qu’elle a du franchir les Miroirs, en direction de celui de Souen


Les miroirs agissent comme des filtres. Un robot arrive par Ken et repartira par Ken. La seule raison pour laquelle tu te postes devant Souen, c'est d'attendre que quelqu'un en sorte. Je voulais juste être sur que c'était ok pour toi.

Comme tu postules pour être Sanctuari, petit rappel : Tu obtiens un pistolet plasma, un titre Percant, 50 Pims et ton miroir circulaire qui te permets d’accéder un peu là ou tu veux en passant d'abord par la caserne, mais attention. Pour toute activité officielle, tu devras le porter sur toi.

En tout cas, Je te valide, te range chez Ken et te range chez les Sanctuari. Tu verras, ils ne sont pas tous méchants.
Bon jeu !
Corben Krayt
Admin | Technomage
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Chance, Sarkina, Artisan, Lin, Hôtel, Bénédiction Divine, Jus, Ferra, Hanami, Titan, Précision, Tchi, Unelma, Blum, Ballast, Aquarius, Cie, Perçant

Race : Demi-Dieu
Statut : Technomage
Pims : 1046
Notes : PNJ : Raku
Nounours vivant pervers
Messages : 1697
Titre débile : Bouboule Boum Boum / M'sieur Magique

Re: Black holes living in the side of your face.

le Ven 12 Oct - 13:42


Bienvenue parmi nous ! Ne fais pas attention aux secrétaires de la Caserne, elles aiment les ragots et nous embêter...mais elles sont sympas !
Morgan Sunny
Sanctuari
avatar

Avatar © : Clear par Namiya

Féminin Suivi :


Titre : Perçant, Sarkina, Cir

Race : Humain
Statut : Herboriste, Sanctuari
Pims : 434
Notes : Trans, personne ne sait qu'elle est une fille
Selene: Renard Stellaire
Messages : 320
Titre débile : Monsieur Koala

Re: Black holes living in the side of your face.

le Ven 12 Oct - 13:52


Bienvenue à toi future Android poupée polymorphe ! Que la technologie de demain te soit toujours favorable jusqu'à l'infini +1 !
Leiline
Modérateur | Commerçant
avatar

Avatar © : Audrey Baille

Féminin Suivi :

Titre : Optimus, Artisan, Acolyte, Perçant, Dies G'einmyra, Incontrôlable, Bienfaiteur, Etoilé

Race : Hybride
Statut : Épicière
Pims : 670
Notes : WJLFWIJ QJ OTZWSFQ IJ QJNQNSJ
Messages : 1062
Titre débile : Queen Dice / Lady Lei / Leiline "Hasard" Devalle

Re: Black holes living in the side of your face.

le Ven 12 Oct - 15:35


Tiens c'est bizarre, tu ne comptes pas à l'infini deux fois toi ?


Bienvenue à toi Lady Gaga !
Kaname
avatar

Avatar © : Manhwa : Pulse / Mel

Féminin Suivi :


Race : Succube
Statut : Aventurière
Pims : 80
Notes : Etant une succube, Kaname se nourrit de la séduction des gens
Messages : 371
Titre débile : Kanapé

Re: Black holes living in the side of your face.

le Sam 13 Oct - 14:29


Salut !

J'ai hâte de jeter un œil à ta programmation.

Moi ? Vouloir éliminer un sanctuari ? Jamais !

En tout cas, au plaisir de RP avec toi.
Silver Taurus
avatar

Avatar © : Kiyana Ikebana

Masculin Pims : 5
Messages : 8

Re: Black holes living in the side of your face.


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires