Un cri dans la nuit (PV Lya et William )

le Dim 2 Sep - 14:30


Elliot bailla alors qu'il fermait la porte de sa bijouterie. Il était tard, la nuit était déjà tombée. Il était resté bien après la fermeture pour faire l'inventaire de son stock et vérifier les commandes qu'il avait prit dans la journée. Dans le reflet de la vitre, l'ondin grimaça en voyant son visage. Il avait un peu maigri et surtout, en fin de journée, son maquillage n'était plus suffisant pour cacher les énormes cernes qui trahissaient sa fatigue extrême.

Depuis deux mois, depuis son premier essai avec les anneaux des couples, Elliot dormait à peine. Une ou deux heures par nuit, ponctuée de cauchemars atroces. Les visions des tueries de William s'étaient ancrées dans son cerveau mais il n'avait rien trouvé pour les effacer. Heureusement, son compagnon s'occupait beaucoup de lui, le serrant dans ses bras quand il se réveillait en sursaut. L'ange déployait même ses ailes rassurantes presque toute les nuits. Là alors, l'ondin arrivait à dormir quelques heures, rassuré par la présence de son bien-aimé et son corps le réclamant. Mais ce n'était pas suffisant malheureusement et Elliot se demandait combien de temps il tiendrait. D'autant plus qu'avec sa fatigue physique, sa maladie avait reprit de la place et il se sentait plus faible. Il nageait moins et restait le plus souvent dans son atelier, n'allant à la boutique ou au temple que dans ses meilleurs jours.

Elliot savait qu'il allait finir par péter les plombs. Mais il ne savait pas à qui parler. Car parler de ses visions, ce serait dévoiler les crimes de William et le mettre en danger. Si ses crimes passés étaient connus, les Sanctuari risquaient de faire le rapprochement avec des crimes bien plus récents ! Et l'ondin était certain d'une chose: perdre William signerait son arrêt de mort. D'autant plus depuis qu'ils s'étaient retrouvés... L'anneau des couples avait bousillé ses nuits, mais il ne s'était jamais senti autant en osmose avec l'ange que depuis qu'ils s'entraînaient à s'échanger des messages télépathiques. A chaque fois, Elliot ressentait la même chaleur douce dans son cœur quand l'âme de William se connectait à la sienne. C'était une sensation extraordinaire, presque addictive.

Elliot soupira et termina de fermer la porte à clé pour s'éloigner de sa boutique. Il avait laissé Nemo chez lui, la bijouterie n'était pas un endroit approprié pour un Precious aux ailes abîmes, il avait peur qu’il ne se blesse en explorant l’endroit. L’ondin préférait attendre que le petit oiseau s’habitue bien à lui avant de l’emmener.
Il était tard et seuls les bars et restaurants de la place étaient animés. L'ondin sourit en passant devant, salua un ami artisan, continuant tranquillement sa route. Il n'était pas pressé, William était de garde cette nuit et resterait au Sanctuaire jusqu'au lendemain. Il ne savait pas quoi manger... S'il lui restait quelques fruits, il se ferait une salade et irait se coucher après un bon bain. Le bijoutier avait récupérer quelques agates de son stock à la boutique. Il les mettra dans un sachet qu'il glissera sous son oreiller. Elles avaient la propriété de chasser les cauchemars alors...

Soudain, Elliot fut tiré en arrière par une main puissante qui agrippait son bras et attiré dans une ruelle. Une autre main se plaqua sur la bouche de l'ondin. Et une voix, suave et chaude, glissa sur son oreille.


- Enfin...tu es à moi...

------------------------------------------------------

Le soleil se lève sur Entre-Monde, illuminant les rues de sa lumière, réchauffant la pierre et le béton.

Elliot ouvre les yeux. Douleurs. Partout. Sa tête est lourde. Il a froid, ses vêtements sont en lambeaux. Et mal, si mal, une douleur à vous rendre fou. Partout: sa tête, ses bras, son ventre, ses jambes...ailleurs aussi. L'odeur du sang est entêtante, il a envie de vomir. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Il ne s'en souvient plus. Mais il a mal...tellement mal...si seulement quelqu'un pouvait faire cesser cela...

Il fait froid dans cette ruelle où il est abandonné. Sa tête baigne dans une flaque de sang, mais d'autre coulées parcourent son corps brisé, tâchent les lambeaux de ses vêtements, tâchent la peau de ses cuisses. Son sac a dos a disparu, ses souvenirs aussi.

Une ombre approche, l'ondin se tend. Mais une odeur connue le rassure, une odeur sucrée. Sa vue est floue, il se sent si mal...


- Qui...

L'ondin s'arrête. Sa voix...était-ce vraiment sa voix ? Pourquoi sa si jolie voix est-elle rauque et cassée ? Sa peau le démange, il est déshydraté. Qu'est-ce qu'il fait là ?

Soudain, des flashs de la nuit assaillent son esprit brumeux. L'homme dans la ruelle...les coups...la douleur...les mots...

Elliot se redresse d'un coup et s'écarte de la personne pour vomir. Non...finalement il ne veut plus savoir...il veut dormir, dormir longtemps ...

Elliot s'évanouit.




Elliot ondin:
Elliot Broekheart
Prêtre de Ha'kynai
avatar

Avatar © : Image trouvée sur pinterest

Masculin Suivi :


Titre : Dies Ha'kinay

Race : Sirène
Statut : Joaillier/Prêtre de Ha'kynai
Pims : 610
Messages : 357
Titre débile : Ariel lessive

Re: Un cri dans la nuit (PV Lya et William )

le Mer 12 Sep - 17:30


L'herbe brillait de milles perles brillantes sous les rayons du soleil levant et l'odeur de la terre humide emplissait mes narines alors que je trottinait à travers champs pour retourner vers la capitale, portant entre mes crocs, un liouzoit plutôt massif. Une sorte de taupe duveteuse avec un long bec qui lui sert à broyer les pierres et des griffes impressionnantes . Celui là terrorisait une famille, détruisant leur champ , ravageant des cultures à cause de ces galeries qu'il aime creuser. ça ne fut pas une mince affaire de le sortir de son trou mais après diverses courses poursuites, de creusages intensifs et ... de champs vraiment ruinés, j'avais réussi à attraper la bestiole qui grognait , mécontente. L'attrapant entre mes crocs , je retournais à présent donner mon trophée au fermier. L'animal se débattait furieusement mais je tins bon. Si le fermer était ferme, il pourrait s'en faire un animal de compagnie très pratique. Bien dressé, il pouvait récolter les oignons , pommes de terres et carottes et même rapporter des pierres précieuses.

Je n'avais pas le cœur à tuer le Liouzoit. Même s'il était teigneux, ce n’était pas la bestiole la plus dangereuse que j'avais rencontré malgré le coup de griffe qu'il avait réussi à me faire sur la patte avant. Enfin j'atteignis l'habitation du fermier, déposant l'animal dans une cage solide, la refermant vivement pour éviter qu'il ne s'échappe. L'animal tournait en rond en grognant de mécontentement. J'entrais dans la demeure et fit un signe de tête au fermier que le travail était fait. Il me désigna la pièce ou j'avais laissé mes vêtements. La femme m'avait préparé un bac d'eau pour que je me lave après cette chasse et je m'y glissas avec délice , ayant repris forme humaine. L'eau était bien chaude et je me frotta le corps, nettoyant mes ongles et ma blessure avant de sortir, me sécher et me rhabiller.

Après un bref échange avec la famille, quelques conseils pour apprivoiser le liouzoit et mon "salaire" donné, je rentrais , fière d'avoir fini mon affaire avant 8h. Je m'étais levé tôt mais la récompense valait le sacrifice de mon sommeil.

Je repassais par Northrives, profitant du calme ambiant de ce début de journée pour me promener tranquillement, ma robe flottant contre mes jambes. La blessure du Liouzoit n'était pas belle et j'espèrais que mon nettoyage bien que sommaire, m'évite une infection.
Le soleil montait doucement dans le ciel . Je m'amusais à l'éviter en me faufilant dans les petites ruelles encore sombres, ressortant pour me faire envelopper de ces chauds rayons, riant doucement de la chaleur sur mes bras nus.

Mais ce petit jeu m'emmena dans un coin reculé que je ne connaissais pas ... je crois même que je suis du côté de Fumerolles ... Même les pavés étaient plus grossiers. Je les observait quand d'un coup, une main sur le sol.

Je sursautais et regardait à qui cette main appartenait. Il y avait un homme allongé sur le sol. Une chevelure bleue claire couvrait le visage de l'homme .. mais ... ELLIOT ??
J'avais retenu avec peine un cri quand j'avais reconnu l'ondin. Dans la pénombre et .. avec tout ce sang autour de lui ... comme des ailes ensanglantées , je n'avais pas reconnu tout de suite le bel homme.
Tombant à genou, je posais ma main sur son épaule , essayant de ne pas être brusque.

- Mon Dieu Elliot !! Tu m'entends ? Elliot ???


La peur me serrait le ventre mais je me forçais à la garder éloigner de mes pensées pour aider le jeune homme.
Il ne bougeait pas...

- Qui...


- Oh .. Elliot ... J'ai eu si peur .. Comment .. tu te sens .. as tu quelque chose de cassé ?

Je regardait son corps brisé ... ses vêtements déchirés .... et ce sang ... L'odeur me prenait à la gorge ...
Je passe ma main très délicatement sur son visage pour décaler les mèches de cheveux qui tombent sur son beau visage ... Il est ... blanc .. et il a des cernes foncés sous les yeux ... mais que c'est il passé ? Qui lui a fait ça ... William ??
Cette idée me dégoute et je sens la colère monter en moi, envahir mes veines comme un poison.

Mais Elliot tente de se redresser et j'ai à peine le temps de lui offrir l'appui de mes bras qu'il me repousse violemment pour vomir sur les dalles de pierre avant de s'évanouir.

- Elliot ... Oh non non non ... c'est pas vrai ... ELLIOT !!

Je le prends par les épaules pour le retourner pour voir son visage tout en l'éloignant du sol sale.
Je vérifie sa respiration et bien que faible, il respire toujours.
Je .. je ne sais pas quoi faire ... je suis pas médecin ... je sais seulement faire du bouche à bouche mais là tout de suite ça sert à rien ...

La peur que je ressens à cet instant pour Elliot m'empêche de rester immobile et de réfléchir correctement.

L'adrénaline m'aide à redresser Elliot et agrippant ces bras autour de mon cou, je me redresse. Je retiens un cri de douleur ... j'ai l'impression que je vais jamais réussir à avancer, Elliot pèse de tout son poids sur moi mais comme il est plus grand que moi, ces pieds trainent sur le sol.
Sa tête ballotte contre mon épaule, et je le maintiens fermement contre moi, de peur de le laisser tomber.

- Ne ... ne t'inquiètes pas ... Je vais te sortir de là...

Je fais un premier pas, peu stable sur mes jambes mais je regarde droit devant moi, la mâchoire crispée. Un autre pas et je manque déjà de souffle. Mais je n'ai pas le temps de trainer .. je dois l'emmener voir un médecin au plus tôt.
Chaque pas me fait battre le coeur a une vitesse folle et je donne un coup d'épaule pour remonter Elliot sur mon dos. Je me force à avancer plus vite ... j'ai trop peur de sentir son dernier souffle contre mon cou.

- Elliot .. reste avec moi ... bats toi ... Je vais t'emmener chez un médecin et il va te soigner ... Je te le promet, ça va aller ...

J’atteins péniblement la bout de la ruelle le soleil m'aveugle. Je suis trempée de sueur et du sang de l'Ondin mais je ne sens rien ... ni cela, ni les larmes qui coulent sur mon visage.

- Je te promet ... que je vais retrouver celui qui t'a fait ça .... et je le tuerais.

La place sur laquelle je viens d'arriver est horriblement déserte. L'hopital ne doit pas être bien loin ... mais arriverais-je à temps ?

Je crie à l'aide plusieurs fois ... mais ma voix effrayée ne se porte pas loin. Resserrant mes doigts sur les bras d'Elliot, je continue d'avancer vers mon objectif, déterminée à ne pas m'arrêter.


HRP:
Vraiment désolé , j'ai complètement zappé ce rp >...< Dites moi si ça vous convient ou s'il faut changer quelque chose !
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Titre : Lin

Race : Kitsune
Pims : 10
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 329
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

- Sujets similaires