Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Re: Un château aux aboies

le Mer 11 Juil - 18:20


Il riait, ou plutôt il se moquait.
Kimi s’empourpra, enfonça ses poings dans ses poches, et attendit qu’il se transforme à l’abri de son regard. Elle attrapait son sac en vole en lui jetant un regard noir et montait « en selle » avec la grâce d’un éléphant rancunier.

Le trajet eut le mérite d’apaiser son coeur, elle devait bien admettre qu’elle aimait le voir sourire même si c’était pour se foutre d’elle.
Les paysages défilaient, offrant à Kim de merveilleux souvenirs romanesque.

Le château à moteurs se dessinait à l’horizon dégageant d’épais nuages de fumées noires. En l’apercevant, Kim fut prise de curiosité, le goût de l’aventure l’envahissait.

Aeldrynn tournait autour du château tel un oiseau autour de sa proie, Kim en profitait pour analyser les mécanismes de la bâtisse. Puis l’appelant par un surnom qu’elle ne connaissait pas il effectuait une descente en piqué. Comète… c’était plutôt joli comme surnom.

Kim se prépara à l’atterrissage des éclats de verres se brisaient tandis qu’ils entraient par la fenêtre en faisant un roulé boulé.
La jeune femme donnait une impulsion sur ses jambes et sautait du dos d’Ael, pour atterrir à sa manière. Autrement le poids du dragon lui aurait causé quelques problèmes. C’est son épaule qui accusa le choc. Elle roulait sur le sol en tonneaux. Le château continuait de tanguer, si bien que, lorsqu’elle se releva, elle perdit aussitôt l’équilibre, se retrouvant à sautiller jusqu’au mur opposé de la pièce.

Les meubles étaient tous soudaient au sol pour parer aux problèmes d’une maison mobiles. Beaucoup d’objets étaient suspendu au plafond par des cordes, transformant la pièces en dangereux parcours d’obstacles pour quelqu’un de grande taille. Heureusement pour Kim ce n’était pas son cas. Elle jetait son sac à Aeldrynn, se demandant comment il allait pouvoir s’habiller alors que le sol ne cessait de tanguer. Mais bon ça… c’était ses oignons.

Elle profitait d’un changement de direction de la maison pour sautiller jusqu’à la porte. Celle-ci donnait sur un escalier en colimaçon.

- On se retrouve en bas. Bonne chance pour enfiler tes fringues,
dit elle sur un ton moqueur.

La descente de l’escalier était compliqué, mais c’était surtout une question de rythme, Elle callait ses pas sur une mélodie inexistante, s’accrochant à la rampe de l’escalier pour s’éviter une chute.

En bas de la tour ça s’annonçait compliqué un grand couloir zigzaguant et un enchevêtrement de pièces minuscules… Ils n’allaient quand même pas tous fouiller si ?

La logique voudrait que la salle de pilotages soit sur la face avant de la maison, pour qu’il puisse se diriger en voyant où il va. Sauf s’il était équipé de caméra ou d’enchantement qui rendrait caduc ce besoin. La jeune femme faisait quelques pas dans le couloir nord, et trouvait un endroit ou se tenir en attendant qu’Ael la rejoigne. Mieux valait ne pas se séparer, cette maison pouvait renfermer des surprises.
Kimiko
avatar

Avatar © : Grimm Forest

Féminin Suivi : Fiche °°°° Journal °°°° Compte

Race : être de lumière
Pims : 5
Messages : 94
Titre débile : Comète

Re: Un château aux aboies

le Dim 15 Juil - 22:50


Il suffisait de prendre le rythme. Campé sur mes pieds, nu dans une maison qui marche, je la regardais s'enfuir dans le couloir. Projeté vers l'avant, je tombais lourdement sur mon sac, l'épaule douloureuse mais un accès privilégié à mon pantalon et mes bottes. Je rejoignais Kimiko quelques instants plus tard, me débattant tout en tanguant sur les marches avec mon t-shirt.
Je la bouscula malgré moi en passant au devant d'elle, mon bras rencontrant son corps mince l'espace d'une seconde, celui d'échanger un regard désolé, qui ne l'était pas vraiment.

Je me sentais comme un poisson dans l'eau. Hormis les nageoires, le rythme de la marche berçait notre avancée.

-Trop complexe d'inspecter tout le chateau... On commence par la base, là où s'accrochent les pattes de ce truc de dingue. On remonte le mécanisme jusqu'aux commandes. Ce mec doit bien avoir du personnel...

Je filais vers l'étage inférieur, l'escalier en colimaçon donnait sur plusieurs portes, des couloirs interminables et des objets brisés dans toute la maison. Jusqu'à ce qu'il ne soit plus possible de descendre plus bas. Penché à une fenêtre à la fenêtre brisée, un coup d'oeil vers le mur extérieur confirma la fin de la cavalcade.
La porte était bloquée. Fonçant dedans l'épaule la première, l'épais panneau de bois résista. Il me fallait attendre que le balancement soit à mon avantage pour réussir au second essai à la faire sortir de ses gonds.

Un bout de couloir et au delà, un hall. Le vaste lustre explosé sur les tapis et autant de cristal brisé nous menaçant à la moindre chute.

-Assure tes pas, c'est miné.
Aeldrynn
avatar

Avatar © : Guangjian Huang

Masculin Race : Dragon des mers
Pims : 155
Messages : 40

Re: Un château aux aboies

le Dim 29 Juil - 22:25


Un frôlement fugace lui permit d’apprécier la fine musculature de son corps d’albâtre dévêtue. Il passe devant elle et Kim se redresse pour mieux cacher l’émotion qui transparaît dans son regard l’espace d’une seconde. Un vertige la traverse, vertige qu’elle préfère attribuer aux balancements de l’habitation.

Kimiko glisse ses pas dans ceux d’Aeldrynn, tel une ombre. S’il stoppait sa marche nul doute qu’elle le percuterait de plein fouet. Ils arrivaient derrière une porte close où ils espéraient trouver le sujet de leur mission.
Ael enfonçait la porte, un vrai tank quand il s’y mettait, faire dans la dentelle, comme porter des vêtements, c’était pas son truc... Tant mieux. La porte donnait sur un nouveau couloir jonché de verre brisé.

- T’inquiète pas pour moi et regarde où tu mets les pieds plutôt.
Fit elle sur un ton sec. Je voudrais pas avoir à te porter pour sortir d’ici !

Mais pourquoi était-elle aussi cassante ? Il voulait juste se montrer prévenant et elle ne pouvait s’empêcher d’être mordante dans ses paroles. Elle était sur la défensive alors qu’elle ne rêvait que d’une chose depuis leur rencontre, c’était qu’il fasse tomber sa muraille.

Au loin on voyait des panneaux de direction. Du pain béni pour eux, ils allaient pouvoir se diriger vers la salle des machines avec certitude. Il traversaient le couloir difficilement, effectuant une danse étrange pour conserver l’équilibre et pour ne pas planter du verre dans leurs pieds.

Ils arrivaient enfin devant les panneaux, lorsqu’une énorme bourrasque de vent obligea Kim à fermer les yeux et à se protéger en plaçant ses mains devant son visage.
Lorsqu’elle les rouvrit, un chat noir campait sur ses pieds et se faisait les griffes avec une lime à ongle. Des ailles de corbeaux ornementaient son dos et ses yeux brillaient d’un dorée surnaturel.

- Maaaaaaou… Je peux savoir qui vous êtes ? Qui vous à permit de grimper à bord, le château est fermé aux visiteurs. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous somme en pleine crise interne veuillez rebrousser chemin maaaaou.


Kim passa devant et s’adressa au matou, il ne l’inspirait pas du tout.

- On peut savoir qui t’es toi ? Et ouai on a remarqué c’est pour ça qu’on est là.
- Moi je suis le majordome, et vous, vous êtes la vermine qui c’est introduis illégalement en ces lieux. Veuillez partir immédiatement maaaaou.


Il bailla et se lécha l’avant bras lascivement, avant de leur adresser un regard brillant de menace.

- Ok ok, du calme chaton, on est juste là pour aider, on veut voir la salle des machines. Tu peux nous y conduire.
- Maouuuuu… châton… ?


Vif.
Surprenant.
Les griffes fusent à une vitesse aberrante, Kim n’a pas le temps de s’en protéger, un filet de sang coule sur sa joue, à quelques millimètres de son œil. Elle essuie le sang et un sourire fend son visage. La lumière irradient ses bras tandis qu’elle charge, les symboles qui viennent épouser ses bras lui donne des allures de guerrières viking.

Le chat est agile, elle n’arrive pas à l’atteindre, il esquive la moindre de ses offensive et les balancement de l’habitacle rendent la tâche difficile, le majordome lui n’a pas ce problème vu qu’il a prit son envole.

Le combat les mène vers une pièce plus spacieuse. Le chat aux ailles de corbeaux slalome entre les objets suspendus au plafond. Seule, le combat s’annonçerait difficile… Mais elle n’était pas seule.

- Ael, occupe le s’teup…


S’il retenait son attention, Kim aurait le temps de charger une projection de lumière qui devrait théoriquement le mettre chaos et la viderait d’une grande grande quantité d’énergie….

Kimiko
avatar

Avatar © : Grimm Forest

Féminin Suivi : Fiche °°°° Journal °°°° Compte

Race : être de lumière
Pims : 5
Messages : 94
Titre débile : Comète

Re: Un château aux aboies

le Sam 25 Aoû - 13:52


Point sensible atteint, j’étais un peu surpris d’avoir fait mouche avec une remarque factuelle. Si banale dans cette situation, mes derniers mots prononcés ne me permirent pas de deviner pourquoi Kimiko était sur la défensive. Elle l’était et c’était une petite victoire gagnée à la lumière de l’étoile filante, il se rapprochait avec certitude de la jeune femme si bien cachée derrière cette force de façade, derrière le regard dur et les poings fermés. Une levée de bouclier ne signifie-elle pas que la muraille est prête à tomber ?
Le couloir, puis le chat. La créature est minuscule, c’est injuste il ne sait pas à qui il parle. J’attends de voir comme la jolie Comète allait le recevoir. Les chiffonniers commencent à se battre. Je rejoins le panneau, un plan fait main de la maison y est affiché, abîmé par endroit là où l’huile d’une lampe brisée l’avait détrempé.
Je levais les yeux sur un couloir vide, la double-porte d’une salle à manger dévastée et Kim luttant contre un chat volant. La vision était hilarante, pouffant de rire je venais lui prêter main forte.

Elle était belle cette comète s’illuminant en approchant du soleil. Le majordome toujours à voltiger dans les hauteurs de la salle, j’avais besoin d’une diversion pour attirer son attention. Je repérais des sculptures sur le montant d’une antique cheminée, des tableaux aux murs… J’allais devoir m’alléger un peu.
Pour la seconde fois en moins de deux jours, ma transformation eut raison de mes vêtements. J’étais gorgée de l’eau de la rivière, lourd de presque deux fois mon poids, le plancher grinça de douleur, ma queue longue étendue autour de Kimiko, elle offrait un rempart insoupçonnée à la magicienne de la lumière. A l’autre extrémité, je me préparais à projeter sur ce chat démoniaque la douche de sa vie…

Un premier jet d’eau le rase de près, le majordome s’exclame de terreur et s’éloigne de quelques battements d’ailes agiles.

-Sommation, M. Le Majordome. La prochaine fois, je ne vous loupe pas.

J’étends mes ailes, elles semblent remplir l’espace de la salle et en battant provoquent des turbulences qui rendent le vol du chat bien moins aisé.
Aeldrynn
avatar

Avatar © : Guangjian Huang

Masculin Race : Dragon des mers
Pims : 155
Messages : 40

Re: Un château aux aboies


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

- Sujets similaires