Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Re: Soleil sur rue

le Mar 12 Juin 2018 - 13:31


William comprenait tout à fait la réaction de la jeune personne avec qui il parlait, bien sûr il pouvait comprendre qu'elle n'avait pas envie d'être importuné.

Importuné par un homme qui semblait être un clochard qui plus est.

D'ailleurs William ne pensait pas qu''elle resterait si longtemps, mais comme on dit :"La chance sourit aux audacieux". Un aphorisme que le joueur appréciait particulièrement, l'audace et la chance étant les deux pierre de voûte à son existence.

- Et vous , que faites-vous dans la vie ?


Bien sûr il allait se retenir de sortir ce qu'il avait envie de dire.

"Ahaha, je suis un chômeur mais parfois je voler à la tire."

-Je... vivote de petits boulots, je joue à des jeux de hasard et je pense que je vais essayer de me diriger vers des missions de la bibliothèque. Même si j'aimerai bien me trouver un boulot plus calme, ça fait deux ans que je cherche à me ranger, mais la vie en décide autrement à chaque fois. Je n'ai pas grandis avec une vraie éducation, j'aime lire et apprendre mais rien qui puisse faire office de diplôme quelque part et j'aurai du mal à prendre du temps pour me payer des études tout en faisant mes petits boulots.


William inspira un grand coup, même si il parlait de choses lourdes, aujourd'hui étrangement il arrivait à voir cela du bon œil. La jardin commençait à s'animer de passants, le vent soufflait faisant danser la sauge et l'absinthe et les allés des passants formait vraiment un ballet d'espèces colorés et de visages variés tournoyants au rythme du beau temps.

Il laissa ses soucis s'envoler un moment alors que des enfants riaient gaiement, même à Ordae on pouvait voir le spectacle des joies de l'enfance, à Magna aussi ça arrivait.

-Vous vous êtes déjà demandé, si vous vouliez des enfants, mademoiselle ? Moi, je crois que... oui, je me le suis déjà demandé. Et bien sûr au passage on se demande ce qu'on peut offrir à notre progéniture, de la joie, une bonne éducation, c'est tellement de responsabilité. Mais la question la plus importante je crois, c'est "est-ce qu'on sera capable de lui donner une meilleure enfance que la nôtre ?". Je n'ai pas forcément eu un si mauvais début de vie, mais pas celui sans le moins de soucis, mais j'aimerais votre avis aussi.


L'homme en noir rigola un coup avant de changer de sujet.

-Mais vous n'avez pas de compétences en particulier ? Je ne peux pas le croire, une jeune femme aussi assurée et indépendante que vous doit forcément avoir deux ou trois tours dans sa manche.




William Smith
avatar

Avatar © : Ilya Glazunov

Masculin Suivi : Compte

Fiche

Journal




Race : Humain
Pims : 5
Messages : 138

Re: Soleil sur rue

le Mer 13 Juin 2018 - 15:28


-Je... vivote de petits boulots, je joue à des jeux de hasard et je pense que je vais essayer de me diriger vers des missions de la bibliothèque. Même si j'aimerai bien me trouver un boulot plus calme, ça fait deux ans que je cherche à me ranger, mais la vie en décide autrement à chaque fois. Je n'ai pas grandis avec une vraie éducation, j'aime lire et apprendre mais rien qui puisse faire office de diplôme quelque part et j'aurai du mal à prendre du temps pour me payer des études tout en faisant mes petits boulots.

La petite hésitation au début de sa réponse me fit légèrement tilter mais je ne releva pas. C'est surtout sur sa phrase sur la bibliothèque que je réagis tout de suite.

- Je pourrais en faire une avec vous si vous voulez afin de vous servir de guide !

Mais à peine avais-je répondu que je me rendis compte de ma bêtise et de ma naïveté. Je ne le connaissais ni d'Adam ni d'Eve et je ne savais rien de lui. Comment pourrait-il réagir face à ma transformation en Kitsune ... Une autre pensée plus sombre me vint à l'esprit mais je ne parvins pas à l'arrêter alors qu'elle s'imicait dans ma tête avec force : "Et s'il essayait de me tuer pour vendre ma fourrure ... peut-être connait-il la valeur d'une fourrure de Renard ... de Kitsune ..." J'avais vu les prix fièrement affichés sur les comptoirs de l'Ordae et j'étais devenu blême en voyant une femme exhiber la fourrure d'un renard, tel une écharpe autour de son cou qu'elle avait fraîchement acheté. J'avais eu des hauts le coeur jusqu'à ce que je me sois éloignée dans une ruelle adjacente.

William avait une tenue simple et ... bien que je ne le juge pas pour autant là dessus ... une tenue assez pauvre .... Dans ce genre de situation, on en vient vite à chercher à tout prix à gagner de l'argent, peut importe le moyen ... j'avais bien enterré des cadavres ou accepter une mission illégale.

Un peu nerveuse, je me tourna pour fixer un buisson couvert de fleurs ... Il faudrait que je veille à lui faire prendre une petite mission tranquille qui ne nécessiterait pas que je me transforme. Me mordillant le bout de mon doigts, le regard toujours tourné vers le buisson, je réfléchissais à cela quand à nouveau William eu le don de me poser une question ... qui me laissa encore une fois sans voix.

- Vous vous êtes déjà demandé, si vous vouliez des enfants, mademoiselle ?

Je tournais vers lui en le regardant d'un air perplexe et abasourdie. Moi ? Mère ? Cela me semblait tellement inconcevable, moi qui me sentait encore tant enfant à bien des moments ... Et que pourrais-je offrir à un enfant ? Et qui serait le père ... ? Ce genre de questionnement avait le don de me faire paniquer mais je veillais à garder mon calme malgré les battements fracassants de mon cœur.

- Je vous avoue ... que je ne me suis jamais posé la question actuellement ...

Ayant passé des années sous forme Kitsune, je n'avais pas l'impression d'avoir profité pleinement de ma jeunesse.

- Quand au fait d'offrir une belle enfance ... Je pense que c'est ce que tout parent espère et essaye de faire. Mais je pense déjà que si un enfant est aimé par ses parents et qu'ils restent réunis, tous ensemble qu'ils soient dans la misère ou la richesse, cela sera déjà une belle enfance.


Mais encore une fois, William après avoir rit, changea de sujet

-Mais vous n'avez pas de compétences en particulier ? Je ne peux pas le croire, une jeune femme aussi assurée et indépendante que vous doit forcément avoir deux ou trois tours dans sa manche.

"Assurée et indépendante" ? C'est ainsi qu'il me voyait ? Fixant mon regard au sien, je venais à me demander ce qu'il pouvait bien cacher derrière ces pupilles violettes. Et pourquoi il insistait sur mes "capacités" ? Je pencha la tête légèrement sur le coté, renforçant plus fortement l'emprise de mon hormone sur ce cher Monsieur Smith et avec un sourire d'excuse répondit d'une voix douce.

- Je n'ai , malheureusement, rien de plus à offrir, que ce soit en capacités ou tour de passe-passe. Je ne suis que Lya.

Je posais mon coude sur mon genou et appuya mon menton sur ma paume, observant mon voisin avec un sourire mutin, mon hormone l'emprisonnant comme dans une toile incassable.

- Et vous William ... que cachez vous derrières ces jolies pupilles violettes ?




Signature:
" Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir." Tranches de vies libertines - Denis Grattepain



Mon tatouage:
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Race : Kitsune
Pims : 20
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 228
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

Re: Soleil sur rue

le Mer 13 Juin 2018 - 17:05


Le jeune homme avait été touché par la proposition de la jeune femme, il serait ravi de faire une mission de nettoyage tranquillement avec elle. Il était sur que quelque chose simple se présenterait, mais il était étonné de voir que son interlocutrice n'avait aucun talent, ni pouvoir, ni compétence martiale.

Une mission dans ces conditions ne serait pas forcément des plus simple.

Quand à ce qu'elle avait dit sur l'enfance, William pouvait approuver, une enfance avec des parents qui faisaient de leur mieux, c'était sans doute tout ce qu'il aurait put demander.

Peut-être qu'il pouvait envisager l'adoption, un jour, quand il aurait de bons revenus et une situation stable, peut-être jamais du reste.

- Et vous William ... que cachez vous derrières ces jolies pupilles violettes ?


-Ahaha, vous voulez savoir ? Vous m'avez mit de bonne humeur en acceptant de répondre à mes questions, je vais donc vous montrer, ne bougez pas je vous prie.


Le jeune homme se rapprocha jusqu'à ce que leur front se touche presque, parce qu'il était légèrement plus grand sa tête cachait le soleil et son visage s'était couvert de sa propre ombre, même en plein jour il pouvait sans doute lui montrer quel type de personne il était. Une odeur de fleur, de la même couleur qu'un printemps calme enrobait la femme dorée, mais William lui n'avait à proposer que le rance et le vieux, et ses nuits passées dans un fauteuil éventré et ses jours déguisés en nuit qui évitaient son quartier et son appartement cloîtré.
A la lumière de sa nuit projetée, les lueurs moqueuses mauves, enfoncées dans son visage de cire blanche prêt à dégouliner, se tâchaient d'inclusions noires qui semblaient éviter précautionneusement les petits éclats brillants dans l'iris du joueur.

De plus en plus doucement, il s'était rapproché de plus en plus près, jusqu'à ce que Lya puisse voir dans ses pupilles son propre reflet et que lui-même puisse se voir dans les yeux de la jeune fille. Pendant ce temps, son cœur s'était arrêté de battre, sa respiration avait stoppé de même et il était resté comme ça en arrêt, le temps figé pendant des secondes ou des minutes qu'il n'avait pas compté. Il eu le temps d'admirer le visage fin, les lèvres à la courbe délicieuse et l'ambre florale du regard de la jeune femme.

Lorsqu'il retira son visage, il doucement revint à une blancheur ordinaire et ses yeux au lilas clair prêt à s'évanouir dans le pâle, en revenant dans le jour, il était sortie du domaine de la réalité de la nuit, sa présence s'était effacée, comme si le soleil tentait d'éblouir son existence hors de la vue des gens.

-Venez me voir à Magna une nuit et vous verrez peut-être mieux ce que je suis. Je suis beaucoup de regrets, beaucoup de culpabilité, je suis né dans un quartier si sombre et j'y ai tant vécu que j'en ai oublié l'apparence qu'un humain devait avoir à la lumière. C'est la curiosité, le hasard, l'audace, l'excentricité aussi, qui me permettent de ne pas me perdre, je m'accroche si fort à ces points de repères que j'en oublie que je suis autre chose parfois. C'est pour cela que je m'excuse encore d'être si dur à supporter, je suis étrange souvent, mais c'est ce qui me permet de ne pas disparaître comme toutes ces ombres sans principes.


De nouveau le joueur souriait, il se sentait bien. De mieux en mieux en fait, il avait envie de passé tout le temps qu'il pouvait à parler avec son interlocutrice, il sentait que ces soucis ne comptaient plus en sa présence.

-Oui, je suis un homme qui vit dans le noir enfermé sans manger assez souvent, emprisonné dans mon propre appartement, c'est assez peu responsable de ma part, je sais. J'ai aussi un pouvoir si vous voulez tout savoir, il me permet de copier celui que les gens m'expliquent et dont j'ai eu une démonstration. J'ai même commencer une liste, j'espère que je pourrais la remplir abondamment. Maintenant, voulez-vous parler d'autre chose ? Avez-vous une passion ?
William Smith
avatar

Avatar © : Ilya Glazunov

Masculin Suivi : Compte

Fiche

Journal




Race : Humain
Pims : 5
Messages : 138

Re: Soleil sur rue

le Jeu 14 Juin 2018 - 0:22


Le jeune homme ne se fit pas prier et me sourit en déclarant être de bonne humeur, et être prêt pour "me montrer son pouvoir", me demandant de ne pas bouger.

Sa demande me laisse perplexe mais je n'ai pas le temps d'y réfléchir car déjà l'homme rapproche son visage du mien ...

Qu'est ce qu'il f-


Son visage est près ... trop près ... Son souffle frôle mes lèvres légèrement entrouvertes pour laisser passer mon souffle irrégulier. Je suis tétanisée par sa proximité. Son ombre me recouvre le visage, éclipsant le soleil et la chaleur comme un lourd manteau sombre qui envelopperait l'azur du ciel.
Je crois que je griffe le bois du banc avec les ongles de ma main droite mais je n'ai plus totalement conscience de là ou je me trouve. La peur se mélange à la fascination. L'odeur du jeune homme me prends à la gorge ... cette même odeur de renfermé ... de rance ... comme chez mon oncle ... une odeur que je déteste tant ... Retenant mon souffle, je cligne à peine des yeux , plongé dans le violet de ces pupilles tachées d'ombres et de tristesse. Je voudrais reculer ... m'éloigner de mon reflet effrayé et distordu que m'offre ces yeux accentués par la pâleur maladive de sa peau... Un sentiment effrayant de ... souvenirs ... celui d'avoir plongé mes crocs dans la gorge froide d'un cadavre à la peau identique à William .... si blanche et fine qu'elle tombait en poussière sur mes babines ...

Ce même malaise qui me donnait envie de fuir mais une fascination perverse me fixant sur ce banc, penchée contre lui, à regarder le macabre spectacle qu'il m'offrait, me donnant envie de passer mes doigts sur sa joue.

Je m'étais perdu dans son regard... effrayée ... charmée... hypnotisée ... ensorcelée ...
Cet instant sortait même de la mesure du temps et du réel ... une bulle de savon qui éclate ne laissant que quelques traces humides sur le sol en gage de son existence ... C’est le tremblement persistant de mes bras et de mes jambes ainsi que la trace de griffure sur le bois qui furent les indices de la réalité de cela...

-Venez me voir à Magna une nuit et vous verrez peut-être mieux ce que je suis.


J'aurais du dire Non à cet instant... Mais un faible "Oui" franchis le seuil de mes lèvres.

William continua à parler et ce qu'il disait de lui me laisser de plus en plus pensive et désabusé. Je ne retenais que noirceur , solitude ...

Comment supportait il cela ... qu'est ce qui le faisait avancer ... une vie paradoxalement étouffante .... -suffocante qui n'attendait qu'un peu de liberté


- J'ai aussi un pouvoir si vous voulez tout savoir, il me permet de copier celui que les gens m'expliquent et dont j'ai eu une démonstration. J'ai même commencer une liste, j'espère que je pourrais la remplir abondamment.

Il parlait de son pouvoir bien aisément ... C'était à la fois déroutant et ... culpabilisant pour moi. C'était donc un ... copieur de pouvoir ? Voilà quelque chose de bien étrange ... Mais encore une fois il changea de sujet. Il était dur à suivre ...

- Maintenant, voulez-vous parler d'autre chose ? Avez-vous une passion ?


Je dus réfléchir de longue minutes à cela ... Une passion ... séduire ? Non ... la chasse ? Non plus ... C'était troublant de se rendre compte que l'on avait pas vraiment de passion ... Il y avait bien une chose que j'aimais .. la sensation enivrante d'être libre quand j'étais sous ma forme de Kitsune ... Courir à vive allure sans s’essouffler ... La sensation grisante du vent se déversant sur ma fourrure ... Partir explorer de nouveau horizon ... sentir des odeurs inconnus...

Mais là encore , ce n'était pas possible de le lui révéler .. Je pris encore quelques secondes et finit par lui dire avec un sourire :

- J'aime la musique .. la danse ... le chant. Bien qu'étant mauvaise dans tous ces domaines, c'est quelque chose que j'apprécie de voir ou d'entendre ... Et les promenades aussi. Mais cela est plus de l'ordre du hobby que d'une passion. Et vous ... En avez vous une ...ou plusieurs peut-être ?




Signature:
" Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir." Tranches de vies libertines - Denis Grattepain



Mon tatouage:
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Race : Kitsune
Pims : 20
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 228
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

Re: Soleil sur rue

le Jeu 14 Juin 2018 - 1:51


Pendant tout le temps et même après sa "démonstration", la jeune femme avait retenue un peu de la pâleur et de l'état d'esprit de William. Sans vraiment y réfléchir, il l'avait éclaboussé de son ombre. C'était comme si sur le beau visage de la jeune femme il y avait maintenant des tâches qui ne voulaient pas partir, apparues ou mises en évidences seulement.

Elles étaient là en tout cas, peut-être ne partiraient-elles jamais, peut-être demain ou dans une heure. Mais avoir accepté de revoir William à Magna voulait dire que ce ne seraient pas les dernières.

Sans même la toucher une seule fois, juste en ayant montrer un peu de son ombre telle qu'elle pouvait l'être, il avait commencé à la faire sortir du chemin sous le soleil.

-La musique ? J'apprécie la musique classique, je la trouve intéressante, mais pas passionnante. Mais vous me demandez mes passions ? Et bien, le jeu n'en fait pas partie mais y ressemble. En fait une passion est un amour, un enthousiasme très vif pour quelque chose ou quelqu'un, mais le jeu est une addiction, une obsession, un palliatif à quelque chose qui me manque. On m'a fabriqué en oubliant des pièces et je tente de jouer avec le destin pour lui emprunter quelques instants par quelques instants ce qui me manque tellement.

Mais de l'amour ? De l'enthousiasme pur et sain ? Non, je suis... impossible de vous dire que j'aime, il y trop de destruction et pas assez de création dans mes désirs et dans mes pulsions.


La tête du jeune homme se leva d'un coup, il se mit à regarder quelque chose quelques instants puis commença à s'éloigner.

-Attendez-moi quelques instants à nouveau, je reviens, pardonnez-moi. Une petite pause dans cette conversation ne vous fera pas de mal, je crois.


William s'éloigna rapidement, il avait vu une chose brillante et ronde au loin et se demandait s'il ne s'agissait pas de... une pièce !

Il allait pouvoir acheter quelque chose à manger pour eux deux pendant qu'ils parlaient.

Quelque chose n'allait pas, n'allait plus en fait. Juste après s'être éloigné de Lya il pouvait sentir de nouveau la bonne humeur le quitter.

Son visage commençait à se refermer, il ne tentait pas de le cacher sous une fausse couche de bonne humeur, quelque chose clochait. Il observa de loin la jeune femme avec un air de doute.

-Qu'est-ce que c'est que...


C'était juste un peu plus faible, mais ça avait suffit à William pour réfléchir et faire les liens logique. Elle devait avoir une capacité, des phéromones ou un pouvoir qui lui permettait de faire ça. Ce bien être.

-Elle a trifouillé avec mon esprit, hein ? Je vois que ça.


Pour autant, le joueur n'était pas sûr que la femme avec qui il parlait depuis un moment, ai eu des intentions mauvaises. C'était possible, mais l'inverse l'était tout autant.

Lorsqu'il revint, le joueur portait un air différent encore. Beaucoup plus franc encore.

-Vous avez un pouvoir, non ?


William Smith
avatar

Avatar © : Ilya Glazunov

Masculin Suivi : Compte

Fiche

Journal




Race : Humain
Pims : 5
Messages : 138

Re: Soleil sur rue

le Jeu 14 Juin 2018 - 16:41


Je reprenais doucement mon souffle tandis que mon interlocuteur s'éloignait de moi pour reprendre sa place sur le banc. J'avais eu cette impression désagréable mais enivrante d'être plongé dans un état second pendant lequel j'avais retenu mon souffle pour faire battre mon cœur si violemment contre mes tympans que ce bruit assourdissant était seul rappel de la réalité ...

Ce moment terminé, nous revenions à une conversation plus classique et moins ... intense. William m'apprit qu'il aimait la musique avant de me parler de son addiction au jeu. Sa manière de décrire cela était un écho troublant de ce que je pouvais ressentir vis à vis de mon pouvoir et de son utilisation ... Ce désir que je façonnais dans le regard des gens ... leur envie ... leur excitations que j'augmentais ou diminuais selon mon bon plaisir ... être au centre de leurs yeux ... Me nourrir de leur désir .. .de leur envie ... Une maîtresse implacable, désirable, irrésistible qui s'offre ou se refuse ...

Je hoche la tête à ces paroles mais le rapide mouvement de sa tête se relevant me sort de cet léger état de torpeur. Il s'excusa , me proposant une pause dans cette conversation. Je ne compris pas trop ce qu'il faisait mais je le laisser s'éloigner, en profitant pour m'étirer un peu, secouant la tête pour me défaire des ces toiles dans lequel je m'engluais un peu plus à chaque parole de William.
Je respirais mieux quand il s'éloignait de moi et je relevais les yeux vers le ciel u peu caché par le feuillage d'un arbre. Revoir la clarté du ciel après toutes ... ces ténèbres ... était revigorant ... Ces quelques minutes passés avec ce Monsieur Smith avaient le don de me vider de mon énergie ... cette petite pause était synonyme de calme et de paix bienvenues.

Le bruit de pas de mon compagnon de banc se firent plus fortes et je rebaissais la tête pour le regarder approcher.
Mais ... je ne comprends pas l'expression qu'il a sur le visage alors que quelques instants plus tôt, il me souriait ...

- Vous avez un pouvoir, non ?

Il se tient face à moi et je me recroqueville un peu , mon hormone étant au même niveau que tout à l'heure. Si je baisse mon pouvoir, il le sentira ... à le laisser tel quelle il pourrait croire que c'est seulement ma présence qui le rendra heureux ...

- Je... Je ne vois pas de quoi vous voulez parler ... pourquoi ? Que vous arrive t-il ?


J'étais légèrement penchée en arrière, sur la défensive, un bras resserré sur mon ventre, essayant d'analyser ses réactions malgré la légère frayeur qui bouillonnait à la surface de mes veines. Je ne voulais pas ... qu'il découvre mon pouvoir ... c'était mon seul bouclier ....



Ne t'approche pas de moi ...




Mon regard était fuyant, ayant perdu toute son assurance.

Sans lui laisser le temps de répondre et tentant le tout pour le tout, je me relevais du banc et tout en lui souriant, proposa de l'emmener à un petit bar non loin d'ici qui offrait de délicieux jus de fruits frais.

- Le patron me connait bien, nous aurons des prix abordables , voir même un verre gratuit si je lui souris !

Je lui fis un petit clin d'oeil sous entendu et en profite pour m'écarter de lui. J'espérais seulement qu'il se laisserait distraire par ma proposition et n’insisterait pas sur "mon pouvoir".



Signature:
" Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir." Tranches de vies libertines - Denis Grattepain



Mon tatouage:
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Race : Kitsune
Pims : 20
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 228
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

Re: Soleil sur rue

le Jeu 14 Juin 2018 - 17:21



[b] - Je... Je ne vois pas de quoi vous voulez parler ... pourquoi ? Que vous arrive t-il ?


Lorsqu’il s'était éloigné la sensation avait un peu baissé, maintenant qu'il revenait il se sentait de nouveau bien. La nervosité de la jeune femme ne laissait qu'assez peu de place au doute, William n'avait pas dû se tromper de beaucoup.

- Le patron me connait bien, nous aurons des prix abordables , voir même un verre gratuit si je lui souris !


Alors qu'elle s'était écarté de William, il pouvait de nouveau sentir sa bonne humeur fluctuer, c'était désagréable mais il en avait l'habitude dans un sens. Le joueur avait fait de grand pas pour se rapprocher de Lya et avait recommencer à parler. Elle n'arrangeait vraiment pas son cas avec cette tactique.


-Les pouvoirs qui laissent des effets permanents sur la personnalité ou le mental d'une personne sont rares, mais il est possible que le votre le soit. Je ne veux prendre aucun risque. Pour le moment la seule chose qui s'est passée c'est que mon niveau de bonne humeur à augmenté, il se peut que ce soit un pouvoir passif dont vous n'avez pas le contrôle ou tout l'inverse.

Dans tous les cas je vous demanderais de me révéler la nature exacte de votre don, si vous m'expliquez tout en détail je serai capable de savoir si vous m'avez tout dit ou non. Je vous ne pense pas forcément de mauvaise volonté, on a pas toujours le choix.



L'homme en noir continua à marcher un moment en réfléchissant, laissant passer un silence peut-être un peu gênant.

-Vous voyez, mon pouvoir consiste à copier, à gagner la confiance des gens pour qu'ils m'expliquent précisément la manière dont leur don fonctionne. Parfois je fais appelle à une forme simple de manipulation et je ne révèle mon pouvoir que après qu'on ne m'ait expliqué, parfois je ne dis rien tout simplement rien, c'est plus rare mais ça arrive.

Pourquoi faire ça, vous me direz ? Parce que j'ai peur qu'on ne me dise rien et collectionner les pouvoirs est un vrai avantage tactique, je ne suis obligé à rien pourtant, mais c'est... une sorte de compulsion. Je peux le faire, alors je le fais, ça ne fait de mal à personne en plus, mais parfois je m'en veux...

Et parfois j'ai peur qu'on ne me rejette, alors quand la tentation est trop forte mais que j'ai trop peur qu'on me ne me voit comme un voleur ou un plagieur... je prend sans dire un mot.

Je ne sais pas ce qu'il en est de votre pouvoir, mais si vous n'aviez pas d'intentions de me voler ou d'attenter à ma vie, alors il n'y a rien d'irréparable.


Toujours de bonne humeur, le joueur fit un sourire, sous le soleil ses yeux apparaissaient presque blanc.

-Et vous m'avez vu dans mon ombre, non ? Vous savez qu'on a tous une face cachée, mais parfois porter un masque peut être affreusement fatigant, on porte un masque de gentillesse, un masque de gaieté, un masque de force, d'assurance, on final on a du mal à se rappeler quel masque est notre vrai visage. Je vous en prie, abaisser un peu votre masque et faisons un peu plus connaissance avec nos vrais visages ou en tout cas les masques qui s'en rapprochent.

William Smith
avatar

Avatar © : Ilya Glazunov

Masculin Suivi : Compte

Fiche

Journal




Race : Humain
Pims : 5
Messages : 138

Re: Soleil sur rue

le Jeu 14 Juin 2018 - 23:38


Malgré ma tentative pour m'éloigner, le jeune homme s'était rapprocher rapidement de moi et ne répondis pas à mon invitation , revenant sur le sujet de mon pouvoir.

Il me parla sans détour et sûr de lui, m'expliquant que mon pouvoir le rendait de bonne humeur. C'était donc bien ce que j'avais perçu mais sa dernière phrase sonna comme un ordre qui ne fit que me crisper plus encore. Pendant qu'il me parlait, je n'osais le regarder

- Dans tous les cas je vous demanderais de me révéler la nature exacte de votre don, si vous m'expliquez tout en détail je serai capable de savoir si vous m'avez tout dit ou non. Je vous ne pense pas forcément de mauvaise volonté, on a pas toujours le choix.


Je ne répondis rien. La peur bloquait les mots dans ma gorge et je regardais le sol en avançant.Le silence n'était interrompu que par le bruit de nos pas...

Puis william parla ... il m'ouvrit, l'espace de quelques secondes, son âme ... comme lorsqu'il m'avait couverte de son ombre. Il le dévoila ses secrets sur sa manière d'obtenir les autres pouvoirs... un copieur de pouvoir.

- Je peux le faire, alors je le fais, ça ne fait de mal à personne en plus, mais parfois je m'en veux... Et parfois, j'ai peur qu'on ne me rejette, alors quand la tentation est trop forte mais que j'ai trop peur qu'on me ne me voit comme un voleur ou un plagieur... je prend sans dire un mot.


Ces mots résonnaient tel un écho en moi et je ne pus m'empêcher de poser ma main sur mon cœur, resserrant mes ongles sur le tissu de mon vêtement. Je relevais les yeux vers lui ... Ses pupilles étaient si clairs dans la clarté solaire ...cela me rappelait le regard de Morgan ... et je resserrais la prise de mes doigts sur l'anneau, caché au creux de mes seins, qui était accrochée à la chaine, entourant mon cou.

- Je vous en prie, abaisser un peu votre masque et faisons un peu plus connaissance avec nos vrais visages ou en tout cas les masques qui s'en rapprochent.

Nous nous étions arrêtés et je lui faisais face. Je l'observais sans détourner le regard. J'essayais de percer le secret de ces pupilles .... atteindre son âme ... essayer de voir si je pouvais lui faire confiance. Je n'y voyais que solitude, tristesse .. curiosité ... et cette même chose malsaine que je ne définissais pas ...

- Suivez-moi.

Je lui attrapais le poignet sans attendre son accord et le mena plus loin, cherchant une ruelle déserte ou nous serions tranquilles. Je finis par tomber sur une impasse déserte, toute en longueur , dans laquelle le soleil semblait couper le sol en deux ... Une partie ensoleillée ... l'autre plongé dans l'ombre que le rebord des toits créait. Je tirais William derrière moi, l'impasse étant assez exigüe et une fois au fond, je le relâchais enfin, le plaquant contre le mur nimbé de soleil. Je me tenais dans la partie sombre et le regardait, légèrement essoufflée et les battements de mon cœur déjà bien bruyant.

- Mon pouvoir ne vous aidera pas à vous battre ... Il ne sert à rien ... si ce n'est détruire ... blesser les gens. Mais puisque vous le souhaitez, je vais vous le montrer.


Je plaçais mes mains de chaque coté de son visage, mon torse collé au sien, mes prunelles ambrés se fixant au violet de son regard.

Comme une écharpe de soie, mon pouvoir s'enroula autour de William ... une caresse sensuelle ... irrésistible ... immatérielle ... qui se fixait autour du jeune homme. J'étais concentrée sur lui et augmentait de plus en plus la puissance de mon pouvoir. Mes mains se placèrent sur son cou, se resserrant légèrement sur sa peau fraîche. Je lui souris d'un air mutin, la tête légèrement penchée sur le coté, mes cheveux suivant la courbe de ma poitrine et de ma taille , quelques reflets dorés se dessinant sur mes mèches que le soleil captait parfois. Je n'étais pas encore à ma puissance maximale. Je connaissais la limite ... je connaissais le contre coup. Mais je scellais ma peur dans le désir de soumettre cet homme en face de moi. Que ces pensées se remplisse de mon nom ... que son corps, son cœur ... son âme me soient offertes.

Mon sourire se fit séducteur, je me mordilla la lèvre inférieur et dans un petit soupir de plaisir, envoya mon pouvoir dans sa puissance la plus brute et la plus forte droit sur William. Il ne pouvait m'échapper, il ne pouvait résister ... il ne pouvait qu'abdiquer .. il ne pouvait que me désirer ...

- Me désirez vous, William ... ?

Je me pencha jusqu'à ce que ma bouche frôle la sienne, maintenant son visage avec mes deux mains ... murmurant dans un souffle .

- Vous êtes ... mien ...





Signature:
" Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir." Tranches de vies libertines - Denis Grattepain



Mon tatouage:
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Race : Kitsune
Pims : 20
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 228
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

Re: Soleil sur rue

le Ven 15 Juin 2018 - 3:11


- Suivez-moi.

La jeune fille venait de le prendre par la main, c'était un peu étrange de sa part, est-ce qu'elle voulait l'emmener dans une ruelle sombre où l'attendait des complices ? Le joueur préféra chasser cette idée, au pire il fuirait en courant.

Finalement ils s'étaient retrouvés tous les deux, l'une dans l'ombre, l'autre dans la lumière. Il n'y avait personne d'autres, ce n'était donc peut-être pas un piège. Son comportement s'était fait plus étrange, peut-être qu'elle voulait me montrer son pouvoir ou m'en parler.

- Mon pouvoir ne vous aidera pas à vous battre ... Il ne sert à rien ... si ce n'est détruire ... blesser les gens. Mais puisque vous le souhaitez, je vais vous le montrer.

La jeune femme avait placée ses mains sur le visage cireux du jeune homme, elles étaient douces et chaudes, elle s'était rapproché de plus en plus jusqu'à faire toucher sa poitrine avec le torse de William, son odeur de fleur et ses yeux s'étendait à perte de vue. Peu à peu, comme un liquide brûlant, elle déplaça ses mains sur la peau neige de l'homme sombre, dans ses mains, dans sa poitrine, William pouvait ressentir les battements de cœur de Lya.

Il avait encore une fois l'occasion de contempler le visage beau et jeune de cette personne qu'il avait rencontré tout à l'heure et l'avait emmené ici d'un seul coup pour une raison mystérieuse, mais c'était un visage différent de celui contemplé précédemment, il y avait de la séduction, de la luxure et l'abandon à ce quelque chose de plus puissant qu'on ne l'est. L'abandon à l'impuissance, l'abandon au hasard, l'abandon à "cette sensation". Un visage doux aux yeux d'or dans l'ombre et un visage froid aux yeux pâles dans la lumière, cela pouvait ressembler à la situation d'avant mais il n'en était rien.

Un sourire tranchant comme un clair de lune et un soupir d'émoi firent plonger la rue dans un océan chaud et sulfureux.

- Me désirez vous, William ... ?


Son souffle caressa les lèvres du supplicié comme une annonce à la douceur de ce qu'il allait suivre, son odeur et ses yeux était tout ce qui existait, tout était ce parfum d'ambre entêtant qui fit pousser au jeune homme un soupir.

- Vous êtes ... mien ...


-Je crois... que je vous aime...


Les lèvres de la jeune touchèrent fatalement la peau blanche de l'homme, la paume de sa main.

-Mais pas comme ça... et vous non plus.


Il murmura ces mots à l'oreille de la jeune femme, ses bras autour de son dos, il avait imprimé un tour au couple dont les positions étaient maintenant inversées. Il avait sa tête derrière celle de la jeune femme et la tenait doucement mais fermement dans ses bras. Elle ne pouvait pas voir son visage, elle ne pouvait pas voir ses yeux, mais une légère averse menaçait d'inonder les lacs améthystes.

Il y avait quelque chose qui lui rappelait ce qu'il était dans cette personne qu'il tenait dans ses bras, et qui lui rappelait des gens qu'il avait connu. Les circonstances, les raisons, tout était différent, mais aussi douloureusement semblable.

-Votre pouvoir et vous-même êtes formidables. J'ai passé presque toute ma vie dans ma propre ombre, assaillit par les doutes et l'angoisse, mais vous m'en avez fait sortir pour la durée de notre rencontre. C'est pour cela que vous êtes magique. J'ai connu un... une personne belle et brillante, comme vous, qui illuminait l'ombre que les hommes projettent sur eux-même, jusqu'à oublier qu'elle pouvait avoir une ombre à l'intérieur qu'elle tentait de cacher. Ce... cette... je l'ai perdu un jour, avalé par le cœur noir de Magna, je l'aimais d'une certaine façon. J'ai arrêté de la chercher, mais je n'ai jamais put quitter cet endroit sombre et mon cœur bat au même rythme que celui des tréfonds du quartier.


Il s'était arrêté un instant pour chercher de l'air, pendant toute la durée où Lya s'était rapproché il avait sentit l'odeur des fleurs, mais surtout la sienne, l'odeur qui ne le quittait jamais dans son trou noir. L'odeur qui le hantait dans sa nuit jamais finie, qui lui vrillait le crâne, qui ne partait jamais, qui lui donnait envie de crier, de détruire.

Mais ce qu'il ne savait pas et ce que pouvait sentir Lya, c'était que ses cheveux eux avait l'odeur douce d'une nuit de printemps. Trop court pour être sentis par le jeune homme, néanmoins.

Lorsqu'il relâcha son étreinte, l'on put clairement voir les yeux de William qui brillaient comme deux saphirs mauve, sa peau même dans l'ombre était plus légère moins laiteuse et son sourire était fin et rose, différent de la béance qu'il affichait d'habitude.

-Je suis désolé, mais vous devriez vous pardonner et vous tenir dans la lumière avec des gens qui vous apprécie pour ce que vous êtes vraiment. Votre pouvoir est merveilleux, il peut montrer la joie même à un homme comme moi, comme vous l'avez fait avant. C'est un pouvoir extraordinaire, vraiment !



William Smith
avatar

Avatar © : Ilya Glazunov

Masculin Suivi : Compte

Fiche

Journal




Race : Humain
Pims : 5
Messages : 138

Re: Soleil sur rue

le Ven 15 Juin 2018 - 13:10


Un souffle ...
Un battement de coeur
Un battement de cil
William
Lya
Une ombre
Un soleil

--------------------------------------------------------------------------------------------------



Mes mains qui l'emprisonnent, mon pouvoir qui le soumet.


- Je crois... que je vous aime...


Et voilà ... encore un ... qui se perd dans l'illusion ... mais au moment ou mes lèvres vont s'emparer des siennes, il me bloque avec sa main.

- Mais pas comme ça... et vous non plus.

Sur le coup de la surprise, je cligne des yeux et mon pouvoir s'estompe brusquement.
Sans que je comprenne ce qu'il venait de se passer, je me retrouver éblouie par l'éclat du soleil, les bras de William me maintenant contre lui alors que ma tête ballotait légèrement.

Je ne voyais plus son visage, je ne sentais que sa présence, son buste contre le mien et ses bras sur mon dos. Je clignais des yeux pour essayer de m'acclimater à ce changement de luminosité. J'avais l'impression que mon cerveau venait de vriller et la lumière me piquait les yeux ... Le mal de tête , la chaleur qui s'insinuait dans toutes les veines de mon corps comme un poison purulent et inopposable ... ces même sensations que j'avais eu lors de ma soirée avec Kaname et Marc lorsque la grosse brute avait tenté de s'en prendre à mon amie. Cette sensation d'être vide ... de ne plus pouvoir rien faire.

Je relevais mon regard vers le ciel ... le soleil me rendait aveugle ... je ne voyais qu'un voile blanc au dessus de ma tête ... Des petites taches noires apparaissaient devant mes yeux ébahis comme des roses noires qui éclosent sur une neige trop pure. Les points se rassemblent pour ne former qu'un seul et même ciel .... noire ... sans aucune étoile pour le teinter ... un noir qui se pose sur mes pupilles.

Je ferme les yeux quelques secondes, mon souffle irrégulier trouble le silence qui s'est installé dans notre petite ruelle.


J'entends William me parler et je rouvre les yeux pour regarder dans sa direction, la tête bien trop lourde ... je comprends un mot sur deux ... de ce que je comprends, il me trouve formidable ... il a aimé une femme mais elle a été ... engloutie ... Il reste à Magna en espérant ? Il parle de lumière mais d'une part d'ombre que nous avons tous. Il vient pourtant de voir la mienne et il me trouve "formidable"

J'esquisse un sourire... La chaleur qui m'entourait s'éloigne d'un coup ... c'est si brusque ... ou peut-être le geste fut lent mais je ne m'en rendais pas ... plus compte ?

William vient de me relâcher et je me recule jusqu'à ce que mon dos se cogne contre le mur , appuyant ma tête contre la pierre froide.

Si je ne m'adosse pas je vais tomber... ça serait drôle ... tomber sur le sol comme une feuille qui tombe d'un arbre ... y a pas beaucoup d’arbre dans l'Ordae ... Magna c'est loin ? Je crois que je n'y suis pas allée non plus ...

Je ris en regardant William ... Il est drôle au final ... même si sa peau ressemble parfois à de la cire qui fondrait au soleil ... mais ... il a une voix bizarre ? Il va pleurer ? Ces yeux ... c'est des joyaux ?

- Je suis désolé, mais vous devriez vous pardonner et vous tenir dans la lumière avec des gens qui vous apprécie pour ce que vous êtes vraiment. Votre pouvoir est merveilleux, il peut montrer la joie même à un homme comme moi, comme vous l'avez fait avant. C'est un pouvoir extraordinaire, vraiment !


Je ricane

- Mon pouvoir ... moi ? Formidable ? Vous voyez ... vous êtes tellement floué par mon pouvoir que vous arrivez à dire ce genre de sornettes ... En quoi s'est merveilleux de manipuler les gens ... de leur faire croire des choses ... jouer avec leurs sentiments .. Vous m'avez dit m'aimer ... peu importe qu'il s'agisse d'amour , de sexe , d'attirance ... vous éprouvez quelque chose que j'ai crée ... une dépendance ... une envie ... un espoir qui se brise quand je m'éloigne ... C'est sa mon pouvoir ... générer une hormone qui rends les gens autour accro ... dépendant ... Ils sont attirés par moi ... certains sentent une odeur qu'ils aiment particulièrement .. d'autres vous direz être "comme dans un cocon protecteur" et certains sont carrément excités ...

Je pose mon bras contre mon front pour cacher le haut de mon visage avec l'ombre qu'il génère, riant de plus belle alors que des larmes tracent des lignes brillantes sur le bas de mes joues.

- C'est qu'une foutu illusion William ... rien de merveilleux ... d'extraordinaire ... et le pire ... c'est que je me suis prise à ce ... ce pouvoir .... et c'est moi qui le suis devenu.. Et c'est ce qu'il vous arrivera si vous en usez ... pouvoir devenir désirable et se faire aimer ainsi ... c'est si facile ... et si gratifiant ... on en redemande toujours ... on veut rester le centre du monde mais on est rien d'autre qu'une illusion ... Je peux vous rendre heureux ... quelques secondes .... quelques minutes ... si je pousse un peu plus même plus longtemps encore .... mais après , la réalité reviendra vous frapper en plein fouet.

Je sens mon corps trembler ... les quelques miettes de force qu'il me restent s'estompent ... je déteste cette sensation de perdre le contrôle sur mon propre corps ... Je ne peux que rester là , tétanisée contre le mur froid de cette ruelle lugubre ...


Signature:
" Beaucoup se perdent dans la luxure, Moi j’ai choisi de m’y épanouir." Tranches de vies libertines - Denis Grattepain



Mon tatouage:
Lya
avatar

Avatar © : Manga : Pulse // Personnage : Lynn

Féminin Suivi : Fiche du Perso // Feuillet de Vie

Race : Kitsune
Pims : 20
Notes : Kermit Hellyeme est mon Oncle !


Messages : 228
Titre débile : Petite Loutre / Lya-senpai (oui oui :3)

Re: Soleil sur rue


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires