Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Ven 13 Oct - 21:36


Témari observait les écoutants sans les voir. La magicienne observait la voûte de la salle des échos. Cette immense caverne absorbait toute lumière, sa pierre noire et rugueuse laissait croire aux curieux dont les yeux fatiguaient qu’une myriade d’étoiles les surplombait. Dans cette vision hypnotique, Témari se laissa aller à un nouvel élan de nostalgie. Il était bon de retrouver cette autre époque et en même temps, il était douloureux de la regarder au-delà des milliers d’années l’en séparant. Prise à ses propres mémoires, elle commença à parler avant que la magie du lieu ne se soit imprégnée des visiteurs.

- Des années passèrent au cœur de la forêt et Arcturus devint homme. La vie fut parfois douce, parfois difficile. Il eut à se faire entendre des loups, d’une arcturienne et de Nazoska dont le silence révélait une forte personnalité. Nous quatre réunis, c’était déjà un sacré défi pour le jeune homme. Nous étions têtus, bagarreurs, égoïstes et souvent capricieux. Le temps fit son œuvre ici encore. Bien qu’il soit difficile de nous concilier, le fait de vivre tous ensemble, malgré nos différences, nos forces ou nos faiblesses, nous nous sommes peu à peu attachés les uns aux autres.


Témari débutait ainsi son nouveau chapitre. Elle voyait dans les ombres de la caverne des souvenirs encore trop éloignés des écoutants. Ils ne pouvaient que se faire une idée des disputes, des soirées bruyantes et des moments incongrus ayant rempli sa vie dans la forêt du sud.

- Ce n’était plus le garçon mal dégrossit du début ! Les années l’ont gratifié d’un dernier cadeau. Il grandit brusquement, gagnant sa force à tailler le bois, à explorer les tropiques et parfois à nous remettre un peu de plomb dans la cervelle. La mince affaire…

Témari avait gagné un peu d’énergie en se remémorant les bons moments. Elle arracha quelques sourires à l’assemblée y trouvant la force de poursuivre l’étape la plus délicate de son récit.

- Il n’était toujours pas un très bon chasseur. Il lui faisait trop mal au cœur de tordre le cou à un lapin, quand bien même la saison pauvre ne donnait pas assez de fruits pour nourrir deux personnes. C’était un phénomène avec sa forte musculature, couvert de tatouages et son regard attendrit devant le moindre rongeur. Pendant un temps, j’ai eu peur de m’être trompée. Peut-être n’avais-je pas sauvé le bon Varathi…

* * *

C’était à l’époque où les palmiers aux bords du grand fleuve laissaient tomber des fruits mûrs de belle taille. Ils procuraient à eux seuls de bonnes ressources de nourriture et d’eau fraiche, un bien fait dont il avait appris à savourer chaque goutte sous les chaleurs tropicales. Il retrouva la hutte qu’il partageait avec la chamane les bras chargés des gousses encore intactes.

-Nazoska ?

Elle n’était pas là. Depuis plusieurs semaines, elle restait à l’intérieur, usant de ses métiers et des potions pour des raisons dont il n’avait encore perçu le sens. Il la questionna plusieurs fois, car tout homme qu’il était, il n’avait jamais manqué au devoir de la satisfaire lorsque ces temps venaient. Et tout Varathi qu’il était, il ne s’était jamais imposé à elle, car on lui avait enseigné le respect des femmes bien avant celui des hommes. C’est ainsi qu’il vint à elle et lui demandant naïvement si leurs unions s’étaient révélées heureuses. Son éducation l’invitait à ne pas se mêler des affaires des femmes et si cette dernière voulait de lui, il ne lui refusait jamais sa tendresse. Elle n’était pas d’humeur à se livrer, ni physiquement ni verbalement. Son silence était devenu un fait aussi réel que le ciel est bleu.
L’absence de réponse de la chamane lui suffisait… C’était à la fois une réponse négative et positive, dont la subtilité chez elle ne permettait de réellement savoir quoi choisir. En fin de compte, il la laissa travailler sereinement.

Il n’était pas le seul que le silence de Nazoska affectait. Témari était bien moins tolérante vis-à-vis de la chamane. La dragonne s’était fait un jeu de pousser l’ermite à se livrer. Heureusement pour Nazoska, l’arcturienne se taisait lorsqu’elle mangeait. C’était bien la seule chose qui la faisait taire !

Surpris de ne pas la trouver à ses affaires, il s’éloigna en forêt vers ces plants dont elle aimait protéger les jeunes pousses. Toujours pas de Nazoska en vue. Il était de plus en plus inquiet, appelant sa compagne et s’enfonçant toujours plus loin en forêt.

C’est Astérion au pelage tigré qui se montra à sa place. Les loups avaient perdu l’effet de surprise à force de trop en user pour terrifier le jeune homme. Il y était bien trop habitué aujourd’hui et surtout n’en était pas devenu un meilleur chasseur pour autant…

- Témari l’a emmené vers les cavernes à l’est. Elles ne reviendront pas avant plusieurs jours.
- Si soudainement…


La nuit tomba et les deux loups redevinrent aussi noirs que la voûte céleste. Ils n’étaient pas bien loquaces eux non plus, dans le silence d’un diner frugal, ces trois mâles se contentèrent d’observer l’été et les astres. Ils perçurent sans difficulté le changement d’humeur de la forêt.
Arcturus avait déjà connu un tel sentiment, il ne pouvait se défaire d’une panique raidissant ses membres. Des flammes percèrent les ombres de la nuit et illuminèrent l’horizon.

- Darhien, gronda Charra. Il profite de l’absence de Témari. Quel mauvais joueur…

Astérion s’était déjà levé. Il avait dans le regard une force nouvelle que le jeune chasseur n’avait encore jamais vu. Bien sûr, chacun d’eux savait qu’un jour comme celui-ci arriverait tôt ou tard. Arcturus allait devoir affronter un ennemi dix fois plus grand que lui et il se devait d’en sortir victorieux. Bien que la chasse soit réellement un don qu’il ne possède pas du tout.

- Nous t’aiderons autant qu’il nous sera possible de le faire. Mais tu dois accomplir cette chasse. Seul, crut-il bon de préciser.


Darhien se souvenait très bien d’avoir cédé une ancienne proie. Il faut dire que les arcturiens ne mangeaient pas, du moins, ils ne le faisaient pas par nécessité. Témari n’était qu’une gourmande pique-assiette selon l’expression favorite de Charra. Darhien n’échappait pas à cette règle et chassait, détruisait et brûlait tout ce qu’il pouvait par plaisir. Il n’existe pas beaucoup d’activité ludique lorsqu’on fait vingt mètres de haut de toute manière. Sinon tout terrasser méthodiquement.

Le dragon reconnaissait très bien les deux loups et il reconnaissait tout aussi bien le garçon devenu homme. Aussitôt sa gorge se gonfla de lumière et le feuille jaillit de ses entrailles. La langue enflammée ravageait la forêt, la cendre et la fumée ne furent bientôt que le seul paysage encore visible aux yeux du chasseur.



Au-delà de la forêt, là où les montagnes rencontrent les prémices du désert de K’ränessa, Témari se posa en douceur au pied de l’une d’elles. Un fragile nuage de cendre recouvrait la région d’une couche fine, mais immuable de neige grise. La lave que la montagne crachait en continu roulait délicatement avant de s’éteindre. En séchant, elle formait une pointe grisâtre pointée vers le ciel et visible à des kilomètres lors des nuits les plus sombres.

Par respect pour la magie en ces lieux, elles escaladèrent la montagne à la force de leurs jambes.
Nazoska et Témari n’eurent aucun mal à éviter la lave et la chaleur bien qu’étouffantes en s’approchant du pic. Elle était tout à fait supportable dans les petites galeries obscurent qu’elles dissimulaient.

- C’est là que je t’abandonne, n’as-tu rien oublié ? Je peux faire un aller-retour pour récupérer tes affaires, proposait la dragonne.

Nazoska lui offrit un sourire empreint d'une force profonde et silencieuse. Comme l'eau d'un lac, pensait-elle. Si forte et si douce, la dragonne fut réduite au silence. Ce n'était pas un mince exploit car Témari fut et est toujours la magicienne la plus bavarde de tout l’Entre-Monde. L'arcturienne s’en voulait d’être le témoin et le guide de cette drôle d’aventure et les écoutants dans la salle ne purent retenir leur peine qu’ils partageaient avec elle.

- Tu vas me manquer, lui dit-elle en essuyant ses larmes.

Mais Nazoska avait déjà disparu.

* * *

Une fois encore, le chapitre avait été assez calme. Les visiteurs de la salle des échos se levèrent en silence. Mais c’était un moment entre deux émotions, l’aventure approchait de sa fin et la peine de l’arcturienne transparaissait dans ses derniers chapitres.
Elle les invita à revenir plus tard car elle-même espérait faire une pause. Dehors, Témari s’attendait à trouver de quoi dîner et une toute autre compagnie.
Maitre du Jeu
PNJ
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Titre : N'a guère besoin de gadgets pour vous pourrir l'existence.

Race : Entité
Statut : Maitre des jeux
Notes : Assurez-vous que le MJ ne s'ennuie jamais, sauf si vous ne tenez pas à la vie.
Messages : 1356

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Ven 20 Oct - 10:33


Lorsque je rouvris les yeux ma gorge était nouée. Bien que calme ce chapitre se révélait être un tournant dans cette histoire. Je me levais, les jambes flageolantes. Remonter les escaliers fut une épreuve que j'oubliais vite, perdu dans mes pensées.

Arcturus jeune et fragile en début de conte avait été choisi par Témari pour chasser les Arcturiens. Aussi frêle fut-il ... Pourquoi lui ? Comment l'avait-elle choisi ? Et les tatouages ... Que signifiaient-ils ? Avaient-ils un sens dans le rôle du jeune homme ? Quant à Nazoska, à part élever Arcturus, quelle était sa mission ? Je craignais pour le dénouement de cette histoire. Allait-on la revoir ?

Il ne faisait nul doute que le protagoniste affronterait Dahrien, sûrement une épreuve pour prouver sa valeur auprès de Témari, lui affirmant son bon choix. Pourquoi avoir besoin d'un Varathi pour accomplir une telle tâche ?

Que de questions qui se bousculaient sans trouver de réponse.

J'étais arrivé aux tentes du camp sans m'en rendre compte, perdu dans mes pensées. Malgré la mise en garde d'Eva je voulus continuer l'aventure, elle me laissa me reposer à nouveaux à ses côtés. Je voulus me remémorer l'histoire en son ensemble en vain, après quelques secondes l'inconscience m'accueillit de sa pénombre sans vie.

Le réveil fut compliqué, sans rien dire je m'étirais avant de reprendre le chemin de la salle. Toujours préoccupé je m'installais, ma bonne humeur habituelle m'ayant quitté, j'étais concentré, prêt à entendre les dernières clés de cette histoire. Je commençais à sentir ce qui allait suivre, ce qui allait suivre après le dernier chapitre. Arcturus n'était plus, or Témari besoin d'un Arcturus ... Nous avions besoin d'un Arcturus ... Serions-nous ensemble ce jeune chasseur ?
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : SirWendigo

Suivi :


Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Amant, Cosmos, Domus, Hôtel, Chance, Salva

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 416
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 577

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Mar 24 Oct - 22:27


Il y avait toujours autant de monde là-dessous. Des curieux, des fainéants et des gens à deux pattes, quatre pattes ou beaucoup plus se serraient dans l'immense salle des échos. C'est toujours pareils avec les créatures sociables, elles se massent partout et le moindre pas est synonyme de parcour du combattant.

- Laissez passer le chat ! Oui le Chat ! En bas ! Regarde où tu mets tes pieds grosse peluche ! Et toi et tes sabots métalliques va voir ailleurs si j'y suis ! Qui t'a programmé ! On dirait une réunion des Je-suis-un-cornichon anonymes ! Attention ! AU MEURTRE !

Puis, je trouvais Eva. L'odeur canine y était toujours aussi forte mais elle était accompagnée d'un jeune homme.

-Je n'en reviens pas que quelqu'un supporte ton odeur de chien mouillé.

Je sautais sur ses cuisses et fit quelques tours avant de m'enrouler.

-Pour une fois, je te prierais de ne pas piailler à tout va, j'aimerais suivre la suite du récit dans le calme.

Je fermais les yeux, comptant sur la foule pour empêcher Eva de faire un esclandre et de m'expulser de ses cuisses confortables. Un vrai petit chauffage celle-là. Pourquoi croyez-vous que les chats adorent dormir sur les chiens... Ils sont doux et produisent assez de chaleur pour en faire des coussins convenables.
Pwyll Des Thoran
avatar

Avatar © : Moi

Masculin Titre : Cosmos

Race : Chat
Statut : Chatective Privé
Pims : 310
Messages : 201
Titre débile : Pa-chat

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Mar 24 Oct - 23:49


Le chapitre était d'une autre intensité. Je regrettais d'être venue car tout au long de la remonté j'ai ravalé ma peine. Pour Arcturus et Nazoska qui ont vécu il y a dix mille ans peut-être plus de malheurs que je n'en connais aujourd'hui. Les dieux sont fous, cruels et inconscients. Faire d'un enfant un chasseur d'arcturiens, faire d'une femme si simple et si forte le chantre d'un plan diabolique pour arriver à leurs fins... Je m'effondrais sur la couchette, m'enveloppais dans le duvet et tout en quittant la réalité pour les rêves, je laissais échapper quelques larmes de peine pour eux et leurs vies gâchées par les dieux.

Au réveil, j'étais toujours aussi déprimée et à la fois plus sereine. Témari nous avait communiqué sa propre douleur et je ne concevais toujours pas qu'une telle force de la nature avait accepté de telles conditions pour mener à bien cette chasse d'envergure... Je suivais Ayren dans la salle des échos en silence, car à présent j'attendais moi aussi des réponses.

Si j'avais été un tout petit peu plus moi-même à cet instant, j'aurais éjecté ce chat de malheur de mes cuisses, mais puisque Pwyll s'était déjà installé, je n'eus pas la force de l'expulser.

-Si je sens une griffe, je t'épile à la cire. Compris ?

Je glissais une main sous celle d'Ayren et je pris mon mal en patience. Le regard rivé sur la petite Témari qui n'était petite que sous forme humaine.
Que ressent-on à vivre plusieurs milliers d'années ?
Que ressent-on à naître Arcturien ?
Pourquoi, surtout, les dieux se sont-ils laissés aller à de telles créations ? Etait-il prévu que Témari soit la seule dotée de magie ou bien avons-nous manqué quelque chose d'important dans ce récit ?
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 301
Notes : .
Messages : 1041

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Jeu 26 Oct - 16:14


Lilou n’avait pas compris le chapitre précédent, mais à son réveil l’atmosphère de la salle des échos était étrange, tout le monde semblait triste, mais la fillette n’avait pas compris les sous-entendus, et les non-dits.

- Je comprends rien pourquoi tout le monde est triste ?

Cette fois-ci Kail ne c’était pas réveillé avant elle, elle eut donc le loisir de l’épier durant son sommeil. Il faisait tantôt des mimiques amusantes, ou des grimaces de dégoût. Même endormi il était distrayant. C’est Higor qui le réveilla à grand coup de langue râpeuse.
Après un petit rire, Lilou le récupéra, avant que Kaïl ne se décide à mettre fin à son existence.

- Bien dormi ? Tu faisais de drôles de tête tu sais ? mais c’était mignon. J’ai pas tout compris pourquoi les gens son tristes ? il c’est pas passé grand chose cette fois ci. Tu crois que c’est bientôt finit ? Je commence à avoir faim et Higor à épuisé ma réserve de cookies ! Tu crois que Témari aimerait bien passer du temps avec Richye, elle est jolie tu trouve pas ?


Elle était intarissable, comme si on avait enlevé le filtre entre son esprit et sa bouche elle disait tout ce qui lui passait par la tête.




( ゚ヮ゚) Toute connaissance commence par les sentiments. Leonard de Vinci
Lilou
Modérateur
avatar

Avatar © : Eri-chan de My Hero Academia

Féminin Suivi : Fiche , //Journal // Pims

Titre : Incontrôlable, Cosmos

Race : mi humain / mi esprit
Statut : Apprentie guèrisseuse
Pims : 5
Notes : si vous voulez savoir à quoi ressemble mes animaux, reportez vous à mon feuillet de vie
Messages : 457

https://www.artstation.com/christelleponche

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Ven 27 Oct - 12:00


Je m’éveillais en bâillant et en m’étirant comme un chat. Le sommeil reposant ne me rendait pas plus aimable pour autant. Boudeur, je lorgnais les autres, grouillant comme des cafards, massés dans le camp. J’étais morose. Plus encore car le dernier chapitre avait été ennuyeux au possible. Je m’attendais à du sang, des cris, des aventures… On me colle une histoire d’amour historique. J’ai l’air d’une bonne-femme qui lit des romans d’amour ?

Je décrochais Naska de mon bras. Le Karamel exigea ma poche de poitrine en guise de niche. Il s’y logea confortablement, sa tête dépassait de l’ourlet et portait sur le monde un regard curieux.
De mon côté, j’examinais Lilou.

-C’est mieux si t’as pas compris.

Je boudais toujours et je refusais d’avouer que j’étais un tout petit triste pour Nazoska, Arcturus et Témari. Ils sont presques tous morts alors, on s’en fiche un peu, non ? Les meilleurs étaient encore en vie, voilà tout. Sauf Témari.

-Je veux pas de Témari comme belle-mère. Déjà Richye, c’est trop. Viens, j’ai faim aussi.

Je lui pris la main et l’emmenais à l’extérieur. Nous avions du temps devant nous avant le prochain chapitre et, comme elle, j’avais les crocs.
Dans la tente de la cantine, des gens massés là-bas buvaient chaud ou froid, se servaient sur un buffet copieusement alimenté et certains discutaient. Je me servais abondamment et glissais quelques denrées impérissables dans mes poches.

Une fois l’estomac et les poches remplies, le retour dans le volcan se fit dans un état de satisfaction somnolente. Je m’assis au milieu de la salle, bien en vue des gens qui ne m’aimaient pas et de ceux qui rêvaient de me faire la peau.
Kaïl
avatar

Avatar © : Christelle Ponche

Masculin Suivi :

Titre : Cosmos

Race : Moire
Statut : Chieur pro'
Pims : 242
Messages : 219

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Dim 29 Oct - 12:42


Pensif et morose, Xénon remonta à la surface. Il n'avait guère envie de réfléchir à cette dernière partie du récit, aussi occupa-t-il son processeur à résoudre quelques problèmes de logistique de Ken. Le camp était plus agité que jamais. Il contourna la cantine bondée pour rejoindre la zone des générateurs. Là, il consomma sa deuxième potion et se mit en charge.

Lorsqu'il revint à lui une heure plus tard, HK l'avait déjà retrouvé. Ils redescendirent, non sans quelques commentaires incisifs de HK au sujet des "organiques" qui s'empiffraient toujours au buffet. Il n'eut pas une question au sujet du morceau d'histoire qu'il avait manqué. Cela ne surprit pas Xénon. HK n'était venu que par sens du devoir. Si la légende d'Arcturus contenait des informations primordiales pour leur situation actuelle, il en entendrait parler bien assez tôt, soit par Xénon lui-même, soit par d'autres Kens qui seraient inévitablement venus voir de quoi il retournait.

Pour être honnête, Xénon n'avait pas non plus envie de lui faire un résumé. Il était évident depuis le départ que l'histoire d'Arcturus ne serait pas spécialement joyeuse - difficile d'imaginer autre chose après avoir vu ces immenses créatures en personne - mais bien qu'il s'y soit attendu, Xénon se trouvait affecté par la mélancolie que Temari avait insufflée à ses souvenirs. HK n'aurait rien eu de bon à dire à dire sur ce chapitre. Ce n'était pas plus mal qu'il n'y ait pas assisté.

Ils reprirent place dans la salle et Xénon se prépara mentalement à la conclusion du rêve.


Xénon
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Optimus, Noble

Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 186
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1846

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Dim 29 Oct - 14:39


Je revenais à moi, empreint d'un élan de mélancolie qui venait s'ajouter à la fatigue subie par la séance de méditation. La plupart de l'assistance (parmi laquelle je reconnu Lilou, et à qui je rendais un sourire paternel et chaleureux) était visiblement dans le même état.

Pauvre Témari, elle qui traverse les siècles, veille sur ce monde, et qui doit toujours voir le bout des chemins qu'elle croise. Triste fardeau que l'immortalité.
Autant, la mortalité, on a peur d'en voir le bout, et on ignore aussi à quoi ressemble la fin de notre chemin. Mais quand le temps ne vous affecte pas, le plus dur doit être de toujours perdre ceux qui nous entourent...

Malgré tout, j'étais impatient de connaître la fin de l'histoire. Je repris une potion afin d'être prêt pour le chapitre suivant. Mais je sentais des effets secondaires relativement désagréables, sûrement dû à une prise trop forte et trop souvent : début de migraine, troubles de concentration,...




- Le gras, c'est la vie -Proverbe gallois
- Huit, ça suffit - Proverbe nain
- Si c'est bon, bah reprends-en - Proverbe à ma sauce Smile
Richye Erelm
Alchimiste
avatar

Avatar © : Christelle Ponche

Masculin Suivi : Description
Fiche de suivi
Compte en banque
Demeure

Titre : Artisan, Perçant, Curo, Sarkina, Incontrôlable, Cosmos, Précision, Cuisto, Cie, Challenger

Race : Humain
Statut : Alchimiste de l'Entre-Monde
Pims : 455
Messages : 625
Titre débile : Le pourfendeur de chauve-souris/Le PGM du thé

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus

le Lun 30 Oct - 20:19


Pour la dernière fois, Témari s’installa sur la coquille de pierre. Posture de scribe, elle scruta l’assemblée face à elle. Ils semblaient fatigués et tristes.

-Je touche à la fin de mon récit et si vous me le permettez j’aimerais introduire ce dernier chapitre par quelques mots.

Leur curiosité la rendit fière. Ils étaient conquis par ce souvenir du passé, ils étaient la nouvelle mémoire d’Arcturus et Nazoska. Elle ne pourrait jamais assez remercier les écoutants d’avoir cédé quelques jours de leurs vies mortelles à cette fastidieuse intrusion dans l’Histoire.

-La magie qui gouverne la prison a vécu sur cette terre il y a si longtemps qu’aucun de vos calendriers ne pourrait la situer. Mais grâce à vous, elle s’est ancrée à nouveau dans notre temps. En son nom, je vous remercie.

La salle des échos s’illumina un bref instant d’une constellation de pierres lumineuses incrustées dans la roche.

-Je suis retournée voir Arcturus après avoir fait mes adieux à Nazoska et j’ai alors découvert un champ de ruines…


* * *

Pour la seconde fois de sa vie, Arcturus observa la forêt brûler. Mais l’odeur, cette fois, était différente. Il se souvenait parfaitement de la nuit de cendres à l’autre bout du monde. L’odeur de la sève calcinée, le grondement sourd d’une bête à l’agonie, car cette forêt vivante vivait ses dernières heures. À nouveau la lumière, le feu et les cendres, mais l’odeur était celle de la terre. Plus il s’enfonçait dans le marais et plus l’odeur était forte. Les flammes rongeaient les arbres centenaires qui l’avaient autrefois protégé. Darhien détruisait avec soin sa dernière demeure. Arcturus pensa à Nazoska quelque part avec Témari. Il eut une pensée pour Astérion et Charra tels des flammes noires se faufilant dans le brasier à ses côtés. Enfin, il eut une pensée pour sa tribu. Sans un adieu, il les avait laissés derrière lui.

Puis, il regarda ses pieds dans l’eau boueuse. Les graminées chatouillaient la peau tendre derrière ses genoux. L’incendie avait ouvert une brèche dans l’antique forêt et le vent, pour la première fois depuis des décennies, s’engouffrait dans les marécages.
Il était brûlant et sec. Dans son mugissement, il entendait l’écho d’un rugissement. Darhien comptait bien tout détruire. Mais le vent portait encore autre chose en lui. Arcturus poursuivit ce sentiment fugace. Une sensation venue avec la nuit. Elle l’attirait droit vers la bête.

Les arbres s’effondraient tout autour de lui. Il pleuvait des branches et des lianes enflammées. Malgré tout, Arcturus avançait. Il ne pouvait ignorer le monstre plus haut que n’importe quel arbre et tout en marchant inexorablement vers le dragon, il prenait conscience de lui-même. Sa vie entière avait été bousculée. Il ne s’était pas rendu compte de l’évolution de son propre corps, de la conscience de cette forêt, de l’environnement autour de lui. Il volait avec les oiseaux fuyant la fournaise. Il courait avec le jaguar et regardait avec les yeux des caïmans. Sans peine, Arcturus repoussait les troncs sur son chemin. Même, les charbons ardents de la forêt se refusaient à le brûler et le sol boueux se faisait solide et fiable sous ses appuis.

Darhien l’attendait, il tourna vers lui sa tête immense. On eut dit que cette confrontation était écrite. Ses yeux étaient assez grands pour l’engloutir et dans cet échange muet, ils se défièrent.
Le Chasseur avait déjà survécu au monstre et le monstre ne lui offrirait pas de seconde chance. Ou bien, était-ce le dragon qui avait eu de la chance à leur toute première rencontre…

Darhien s’élança ! Sa mâchoire s’ouvrait tel un gouffre. Elle rougeoyait d’un brasier naissant et Arcturus semblait pétrifié de peur. Il leva un bras devant lui en un geste désespéré pour se protéger lorsque l’incendie se déversa sur lui.
Puis, la cascade s’épuisa et Darhien scruta le sol d’un œil satisfait. Étrange, la forêt le mit aussi au défi et le feu dont il était la source disparut sous ses yeux. Il n’y avait plus que des cendres noires tout autour de lui. Le dragon scruta la forêt et sans comprendre l’observa s’éteindre.

Une fine pluie de poussières tombait encore sur eux lorsqu’Astérion et Charra s’extirpèrent des ombres. Les deux loups louvoyaient entre les arbres morts. Ils étaient comme la fumée d’un volcan, dense et menaçante. La rage les animait, elle donnait à leur fourrure des allures d’océan furieux.
C’est cette même rage qui dictait leur attaque. Ils fondirent sur le Darhien dont ils ne supportaient plus la présence. Le dragon était venu trop tôt. Et leurs espoirs avaient brûlé trop vite.
Ils étaient rapides comme les ténèbres et sans crier gare se trouvaient déjà sur le dos de l’immense dragon. Les chiens féroces se saisirent chacun d’une aile dont ils brisèrent les os d’un claquement de mâchoire.

Pour la dernière fois, on entendit le rugissement de Darhien. Le dragon se défit des deux loups d’une roulade qui fit trembler la terre. Astérion et Charra bâtirent en retraite. Se noyant dans les ombres d’une nuit qui reprenait ses droits. C’est alors que les trois créatures remarquèrent une nouvelle perturbation sous les étoiles. Le feu avait comme disparu, ne laissant derrière lui que du bois fumant et des charbons encore chauds.

-Astérion ?
-Oui Charra. Je le vois également.


Ils percevaient une lueur. Elle formait des arabesques dans l’air enfumé. Soudain, une corde de feu jaillit des cendres. Le lasso s’envola vers le ciel et, trouvant sa cible, glissa le long de la gorge du dragon. La corde se tendit.
À son autre extrémité, un homme était fermement campé sur ses pieds et couvert de suie, il tira avec force sur le lien. D’un seul mouvement, le dragon haut comme une colline fit un pas et s’écroula tête la première dans le marais. On pouvait entendre ses mugissements intérieurs et on pouvait voir les flammes lécher ses babines scellées. De ses yeux fous, il déversait sa haine sur Arcturus qui, debout devant lui, dans ses mains aux tatouages faits de nuit, tenait une corde faite de feu.

Il y avait derrière lui un grand dragon blanc. Il était apparu dans le ciel comme une comète dévorant la distance entre le ciel et la terre.
Témari se posa en douceur et elle porta sur lui un regard soulagé. La dragonne retrouva une forme humaine et s’apprêta à se poster à ses côtés quand elle fut surprise par une autre corde. Piégée, elle n’osait plus bouger, car Arcturus lui faisait face à présent. Il était noir de suie, nu comme un ver et ses tatouages semblaient se nourrir des ombres.

-Pourquoi es-tu revenue seule !

Arcturus avait un regard fou comme celui de Darhien. Mais il portait sur le visage toute la peur et la peine du monde. Il prit Témari par les épaules et terrifié devant le pire de son imagination, il la pressa de répondre.

-Où est Nazoska ?

Témari ne sut comment lui répondre. Il y avait trop à expliquer. Trop pour une nuit au milieu des cendres, en tout cas. Son silence redoubla la colère du Chasseur qui après l’avoir secoué de frustration, en vint à se laisser submerger par la tristesse.
Une petite main féminine se posa sur son épaule. Témari s’assit à côté de lui. Elle aussi était triste, mais elle arborait un sourire et une lueur solaire dans le regard.

-Pourquoi, murmurait-il, pourquoi maintenant ?

N’était-il pas devenu un vrai chasseur ce soir ? Il sentit avant de les voir les deux loups s’approcher également. Charra observait avec méfiance la corde de feu abandonnée au sol.

-La nuit sera courte, Arcturus. Nous avons d’autres arcturiens à chasser avant le lever du jour.

Il passa son museau sous le bras du jeune homme et tout en l’aidant à se relever lui glissa un regard doux. Celui d’une créature loyale.

-Des arcturiens, croassa Témari, c’est un peu bizarre comme nom…

Ils prirent la route sur le versant de la nuit. Le chasseur et la meute filèrent au travers des bois et des plaines, à la recherche des cinq derniers monstres d’Arcturus encore libres en ce monde. Et comme Darhien, les créatures furent surprises d’être enveloppées d’une corde assez solide pour les piéger, assez forte pour les dresser.



Le jour se leva et six monstres endormis attendaient devant un volcan. La montagne s’était éteinte comme l’incendie. Elle dormait paisiblement, rejetant de-ci de-là quelques restants de fumée ocre.

Devant notre chasseur, une porte. Faite de la même pierre que la montagne et gravée des exploits de cette nuit. Arcturus y passa une main, comme pour graver à son tour le souvenir de cette chasse aux confins des ténèbres.

La porte s’ouvrit sur un couloir, une galerie de pierre, lisse et brillante de gravures immortalisant l’histoire des arcturiens. Il n’était pas difficile de reconnaître un grand dragon à la gueule large, Darhien. Son histoire était peuplée d’incendies quasi vivants à la lumière des torches. Ils marchèrent longuement jusqu’à atteindre une salle immense. De petites sphères faites de pierre mangeaient toutes les parois de la caverne de part et d’autre d’une grande porte d’or. Elle aussi racontait une histoire. Arcturus l’observa un temps avant de comprendre que le dragon représenté dessus était la jeune femme qui bâillait à ses côtés.
Deux humains étaient aussi représentés sur cette porte, un homme et une femme. Au moment de l’ouvrir, ce fut comme obtenir leur permission pour entrer dans le cœur du volcan. La porte d’or se referma derrière eux et dans les ombres d’une salle entourant une cheminée fumante, des pierres lumineuses avaient pris la forme de deux chiens faisant une ronde.

-C’est joli, critiqua Charra, mais ils ne nous rendent pas vraiment grâce…

En file indienne, ils descendirent les marches taillées dans la pierre et tout au bout du puits débouchait l’immense salle des Échos. Une présence invisible et silencieuse les accueillit.
C’est avec les larmes aux yeux que le chasseur s’avança au centre de la prison des Arcturiens. Sous ses yeux, les cages en forme d’œuf des derniers monstres immortels se formèrent. Durant ces quelques instants, Nazoska lui sembla si proche qu’il s’évertua à lui faire ses adieux. Puis, elle s'évanouit.

Le soleil était haut dans le ciel lorsqu’ils quittèrent le volcan endormi. Derrière eux, la salle des échos et sa porte d’or furent scellées. Arcturus allait dire adieu à la montagne et aux terres chaudes du sud quand Témari le retint.

-Nous n’en avons pas tout à fait terminé…

Charra et Astérion soupirèrent et à l’unanimité se désistèrent pour cette nouvelle aventure. Il y eut à nouveau des au-revoir et des sourires silencieux. Les deux loups s’éloignèrent vers le nord-est, dans les montagnes, disaient-ils, se trouvaient un passage pour une île extraordinaire. Ils voulaient aller la voir par eux-mêmes.

Quant à la dragonne, elle prépara Arcturus à son nouveau défi.

-On a toute une plaine à vider de ses tribus, dit-elle. Tu crois qu’il faudra leur dire qu’ils vivront au-dessus de six arcturiens acariâtres ?
-Si on leur dit ça, ils ne voudront jamais vivre dans le volcan… Je ne sais même pas comment je vais les convaincre de me suivre dans le sud. Regarde cette terre,
dit-il, elle semble stérile.
-Mais nous savons qu’elle ne l’est pas vraiment.
-Non. Elle est vivante. Et Nazoska aura besoin d’eux pour le rester. Tu m’aideras à leur parler d’elle ?
-J’aurais le droit de me transformer en dragon ?
-Autant que tu veux,
lui confiait-il avec un sourire. À condition que tu me trouves des vêtements plus chauds d’abord.
-Marché conclu ! Je suis partante !


Arcturus s’apprêtait à faire un nouveau voyage et avant même de se mettre en route, il trouva un abri auprès d’une dragonne excentrique et s’y endormit paisiblement.

FIN


Spoiler:
Merci d'avoir participé ! Les joueurs ayant participé au deux derniers chapitres en plus des cadeaux offerts pour l'event se voient attribués 50 pims supplémentaires.
Maitre du Jeu
PNJ
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Titre : N'a guère besoin de gadgets pour vous pourrir l'existence.

Race : Entité
Statut : Maitre des jeux
Notes : Assurez-vous que le MJ ne s'ennuie jamais, sauf si vous ne tenez pas à la vie.
Messages : 1356

Re: [Scénario] La Légende d'Arcturus


Contenu sponsorisé


Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

- Sujets similaires