Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Re: Un livre d'en fer

le Lun 21 Aoû - 23:20


L'humeur d'Eva changea en quelques instants. Après un magnifique sourire qui me ravie, un regard maussade prit la relève. Elle semblait regretter de ne jamais partir en mission :

- Et Kip ne pourrait-il pas prendre ta place le temps de quelques jours ? Je regardais le robot venu à notre étage. Il restait près d'un lecteur lui proposant son aide dont il n'avait besoin. Il semblait être en mode pause à côté du type qui s'exaspérait de la présence de la machine. Bon je retire ce que j'ai dit, peut-être pas Kip. Dis-je en rigolant. Je suis sûr qu'il y a des solutions Eva pour que toi aussi tu vives des aventures. Nous pourrions même faire une mission ensemble un de ces quatre ? Ce n'était pas vraiment une question, mais plutôt la suggestion d'un avenir différent que ce qu'elle pouvait s'imposer.

Elle me parla ensuite du seul être avec qui elle partageait sa vie. Son loup, qui d'après ce que je comprenais par mi-mot n'était pas des plus adorables.

La jeune femme se leva et me quitta rapidement, me laissant à mes révisions. Son départ anticipé me troubla, je regardais l'horloge et compris que cela faisait un long moment que nous parlions. Je n'avais pas senti le temps passer.
Je me plongeais alors dans mes lectures, dévorant page après page, remplissant le carnet plus vite que je ne le pensais. Il y avait beaucoup de détails fort intéressant et tout me semblait utile à savoir. Je coupais ma lecture par celle des autres livres, complétant ainsi certains éléments par les pages plus détaillés de livres plus spécifiques. De même que ma conversation avec Eva je ne vis pas la journée passée. L'horloge avait bien avancer son tour lorsque je relevais le nez, m'étirant le dos. Je refermais les livres, en confia un certains nombres à Kip avant de redescendre avec le volumineux "Fondamentaux et usages des métaux".

Je m'arrêtais devant le bureau d'Eva et lui demandais la permission d'emprunter le livre pour la nuit.
- Je reviens dès demain avec, je suis plus tranquille pour travailler ici.

Je retournais à l'hôtel où j'avais loué une chambre pour quelques nuits avant de ressortir manger un morceau. Je n'avais pas mangé le midi et mon ventre criait famine.
De retour dans ma chambre je me remis à mes lectures, je ne me sentis pas m'endormir. Le livre qui glissa au sol me réveilla dans un sursaut. Cela devait faire trois heures que j'avais fermé les yeux, et je sentis le besoin de me dégourdir les jambes.

Après une balade plus que matinale, une bonne douche et un petit-déjeuner bien garnis je retournais à la bibliothèque dès son ouverture. Je me glissais jusqu'au comptoir d'Eva et lui déposait discrètement un sachet avant de reprendre le chemin des escaliers.

Dedans s'y trouvait une lettre sur une petite boîte :

Chère Eva,
Je sais bien qu'il est interdit de manger ici mais il faut que tu goûtes cette brioche qui est l'une des meilleures que j'ai goûté. Pas aussi bonne qu'à Ligéré, leur pâtisseries sont plus légères là bas.

Et pour l'accompagner voici un thé aux épices chai, elles sont légères, et donne une délicieuse saveur à la brioche si tu la trempes dedans.

Je me doute que tu veux montrer l'exemple, mais la maîtresse des lieux peut s'octroyer une petite pause dégustation, j'en suis certain.

Si tu me cherches, tu sauras où me trouver.

Ayr'
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 206

Re: Un livre d'en fer

le Jeu 24 Aoû - 21:16


-Mon dieu ! Ne parle pas de malheur !

Kip pourrait l'entendre... Et les aventuriers aussi. Mon air paniqué s'effaça bien vite derrière un sourire. Ayren me proposait exactement ce que j'espérais. Que quelqu'un accepte de partir en mission avec la bibliothécaire. Ce n'est pas gagné, ça non plus. Quel genre de chasse au dahu intéresserait à la fois un aventurier occasionnel et une bibliothécaire ? Chasse qui n'implique pas de poursuivre du papier ou un robot cubique maladroit.
Je posais les yeux sur les livres.

-Prends le temps qu'il te faut, tu peux demander à Kip de te mettre les livres de côté, ça t'évitera d'avoir à les chercher à ton retour.

Un salue et je m'en allais retrouver mon bureau, la foule et les aventuriers impatients qui se massaient devant. Qui vais-je devoir taper pour obtenir le silence ?

*Carine, tu as une idée ?*



Ma brioche sous le coude et mon thé dans un main, je grimpais avec l'agilité d'une louve de bonne humeur les trois étages me séparant des Sciences et Techniques. Malgré le fait qu'il est interdit de manger dans les étages, nombre de visiteurs ne se privaient pas de le faire. Pour certains en cachette sous les tables. Pour d'autres, ils gardaient sous les yeux leurs petits déjeuners qu'ils descendaient manger en vitesse dans le hall lorsque leur estomac devenait intenable.
Mon deuxième bras était chargé de livres. Je n'avais pas chômé la veille et j'avais retiré des rayonnages quelques ouvrages clefs d'un apprentissage parfait sur les métiers de la forge.
Je repérais assez vite Ayren.

-Bonjour, chuchotais-je.

Une main sur l'épaule je le remerciais pour la dose de beurre et de sucre qu'il m'avait offert. On n'imagine pas comme un loup peut se révéler adorable lorsqu'on lui met sous le nez une brioche et ses perles de sucres.
Autrefois, un barman avait réussi à l'amadoué avec de la tarte aux abricots. Carine aime le sucre... C'est aussi suspect que fantastique. Bien entendu, si je veux garder la santé j'ai tout intérêt à ne pas en abuser. Même si c'est pour m'octroyer quelques heures de repos chaque jour.

-Je t'ai trouvé ces bouquins. Ils sont moins techniques que les autres, ils feront de bons livres de chevet.

Tout en les déposant sur la table, j'en retirais un ouvrage, fin et petit comme un livre de poche. Il n'avait pas de titre doré et le cuir aux coins de la couverture était usé jusqu'à la corde.

-Il s'agit du journal de travail d'un ancien forgeron, on l'appelait Léandre. Il a laissé beaucoup d'informations sur ses techniques, ses astuces et mêmes sur les métaux spécifiques à l'Entre-Monde. Je l'ai emprunté à ton nom, tout le monde se l'arrache puisqu'il contient aussi des infos sur les emplacements de gisements. Je me suis dit qu'il t'intéresserait.


Certains empruntent ce livre car Léandre aurait été, soi-disant, en contact avec d'anciens Maitres morts et même la mafia. Il parait qu'un code est caché dans ces pages et qu'il détient la clef de pas mal d'histoires et d'énigmes non résolues à ce jour. Le genre d'enquête dont raffole une partie des désaxés de l'Entre-Monde.
Je ne l'avouerai que sous la torture, mais j'avais aussi lu et relu ce livre dans l'espoir de décrypter le fameux code caché. Sans jamais y parvenir. La frustration m'ayant gagné et j'avais finalement remis ce livre sur les rayonnages.

-Je te laisse travailler et merci pour cette brioche !


Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Artisan

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 213
Notes : .
Messages : 775

Re: Un livre d'en fer

le Ven 25 Aoû - 11:32


Les attentions d'Eva me touchèrent, je me retrouvais avec masse de livres plus intéressant les uns que les autres.
J'étudiais d'arrache pied ainsi pendant un long mois. Je ne loupais aucune information, entamant même un nouveau carnet d'annotations.

J'apportais encore quelques fois le petit-déjeuner à Eva lui faisant découvrir ou redécouvrir les différentes spécialités des boulangeries. Il m'arrivait même de m'éloigner de Cerclon pour dénicher une pâtisserie peu commune. J'aimais cette petite tradition qui s'était installée entre nous, je lui déposais le sachet avec un petit mot toujours, et quand elle pouvait elle venait me saluer, me gratifiant toujours d'une main sur l'épaule. Contact que j'appris à apprécier et qui m'avait presque manqué lorsque par manque de temps un simple regard s'échangea pour un bonjour.

Le journal de Léandre fut une vraie source d'or pour moi. Je le relus trois fois tellement j'en apprenais, je revenais sur des détails qui m'avaient échappé aux premières lectures. Un vrai condensé d'informations.

Lorsqu'au terme de mes lectures je le rendis avec , je dois l'avouer, réticence à Eva, j'échangeais quelques de mes remarques avec cette dernière. Il se faisait tard, encore une fois j'avais passé la journée entière cloué sur ma chaise, les fesses endolories par manque d'activité.
- Bonsoir Eva, bien que je l'avais déjà vu aujourd'hui cet instant me semblait être un autre jour après tant de lecture. Merci beaucoup d'avoir partagé avec moi ce précieux ouvrage. Il y a quelques détails qui m'ont interpellé, déjà quand on regarde les gisements sur une carte, je sortis une mini carte d'Entre-Monde que je m'étais procuré dans un commerce et sur lequel j'avais retranscrit tous les gisements. Et bien à une branche près, ça pourrait former une étoile, il suffirait juste de rajouter un point ici, montrai-je en pointant une ville de la carte. Étonnant non ?

Je tournais les pages du petit livre, de mémoire je lui montrais les pages 7, 15, 27, 31 et 33. Que des pages à nombre impair.
- Et regarde ce petit dessin là, il s'agissait d'un cercle barré dans un triangle, il revient sur toutes ces pages je ne comprends pas la signification. Ce n'est pas mentionné dans le texte. En plus l'angle le plus aiguë du triangle n'est jamais pointé au même endroit. Aurais-tu déjà vu ce schéma ailleurs ? Peut-être était-ce juste un gribouillis répétitif que le forgeron dessinait lorsqu'il réfléchissait, il m'arrivait de faire la même chose, mais jamais un symbole particulier comme lui.

Après en avoir discuté un long instant avec la jeune femme je finis par la saluer avant de partir me dégourdir les jambes et me restaurer. Il me faudrait vite devenir apprenti du forgeron, les sous commençaient à me manquer. Peut-être devrais-je faire une petite mission histoire de renflouer mes poches.
Toujours est-il qu'il me restait encore une chose à étudier ....

Je revins le lendemain, plus tard qu'à l’accoutumée. Je m'installais sur le même bureau que ces dernières semaines, pris un livre que je connaissais déjà et fis mine de l'étudier. J'attendais Kip, il finissait toujours par passer par là. Lorsque enfin il croisa mon chemin je l'interpellais discrètement.
- Kip ? J'ai besoin de ton aide pour me trouver un livre. Je sais que je ne suis pas du tout au bon étage, mais j'aimerais rester ici. Peux-tu m'apporter un livre sur les moeurs et comportement des loups s'il-te-plaît. J'aimerais que ceci reste entre nous.

Aussitôt dit, le robot s'exécuta. Pas aussi discrètement que je l'espérais. Au lieu de me ramener un livre regroupant toutes les informations il revint avec cinq livres ... Il avait tellement l'habitude que je dévalise les rayons qu'il continua dans cette lancée. Et comme à son habitude il fit tomber les ouvrages dans un bruit qui me parut résonner dans toute la pièce. Ce n'était évidemment pas le cas, mais j'espérais tellement que tout ceci reste secret que le moindre dérapage me semblait une torture.
Je l'aidais à ramasser tout en triant les bouquins et n'en retins qu'un : "L'univers du loup : portrait intime". Je le pris sous le bras et dis à Kip de ranger tout le reste. Je retournais m'asseoir sur ma chaise, essayant de repérer Eva dans la foule du hall, en vain. J'ouvris le livre sous couvert de celui sur les métaux et commençai ma lecture.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 206

Re: Un livre d'en fer

le Mar 29 Aoû - 9:00


Deux choses agrémentaient mon hall, mon haut-parleur, sagement posé sur le bureau et menaçant la foule d'aventuriers de réduire leur audition s'ils osaient perturber la mienne, et l'absence de Kip. Il n'était pas rare qu'il soit absent du hall lorsque autant d'aventuriers étaient présents. Même si d'ordinaire il se fait un plaisir de leur proposer tout un tas de boisson chaude en souriant.

Lorsqu'après plus d'une heure à bataillée les fiches furent remplies et les missions terminées payées, j'étais sur les rotules et la bibliothèque me paru bien calme. Le comble c'est de s'habituer à la foule et de ne plus savoir apprécier le silence feutré de l'endroit. Carine somnolait telle une ombre sur mes pensées et Kip venait de réapparaitre comme par magie, me proposant une tasse de thé fumante.

-Tu as éteint la bouilloire ?

Kip m'offrit sa plus belle image de sourire et s'en alla vers le coin cafétéria où il débrancha tous les appareils, au cas où... Brave petit.

Pas d'incendie, pas d'aventurier et pas d'appels déprimant sur la mort de l'un d'entre-eux. Cette journée n'était pas si mauvaise.

-Garde la boutique, je fais une pause. Et pas de bêtise Kip !

-Kip !

Il se mit au garde-à-vous le temps que j'atteigne les escaliers. Trois marches plus tard j'entendais le bruit significatif d'un paquet de feuilles s'écroulant sur le sol. Je continuais de monter l'escalier, tâchant d'oublier à jamais cet instant précis.
C'est avec un ouvrage d'archéologie sous le coude et mon thé à moitié consommé que je gagnais la table d'Ayren.

-Bonjour Ayren.

Je glissais l'index sur la tranche du livre, découvrant le ruban marquant la dernière page lue. J'avais vingt minutes devant moi pour avancer dans la découverte des sites archéologiques pré-historique de l'Entre-Monde.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Artisan

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 213
Notes : .
Messages : 775

Re: Un livre d'en fer

le Mar 29 Aoû - 18:37


Le loup est l'animal social par excellence. Son identité se fonde sur l'appartenance à sa meute. Il s'agit le plus souvent d'une "famille" : un couple, les petits de plusieurs générations mais aussi : oncles, tantes, demi-frère ou demi-sœur, et quelquefois même des individus étrangers. Elle compte le plus souvent entre sept et douze loups. Cet effectif varie cependant en fonction de la région, il peut atteindre une trentaine d'individus dans les régions froide, alors que dans les régions chaudes, il n'y a en générale que quatre à cinq.

La vie en communauté implique des contraintes. Pour permettre une bonne entente entre tous, chacun possède une place bien définie dans la hiérarchie. Le couple qui se trouve au sommet de la pyramide s'appelle couple alpha. Chaque partenaire du couple règne sur les individus de son sexe. Le mâle alpha prend les décisions pour la meute. C'est lui qui décide ainsi des déplacements et de la chasse. C'est lui également qui sera le premier à manger, mais pour autant, il est loin d'être un dictateur et affiche une patience certaine envers ses subalternes, sauf à la saison des amours.
*

Quelqu'un s'installa en face de moi, je poursuivais ma lecture absorbé par ce paragraphe.

L'envie pour un jeune loup d'accéder à un statut plus élevé, en général à l'approche de la période d'accouplement, provoque des combats entre individus dont l'issue n'est que très exceptionnellement la mort. Ces coups d'Etat ont comme conséquence un changement de la hiérarchie de temps en temps, en sélectionnant les meilleurs individus pour la reproduction. Pendant les périodes de famines hivernales, tous les membres de la meute se concentrent sur la recherche de nourriture.*

Quelle place peut-on avoir dans la hiérarchie d'un loup coincé dans le corps d'une femme ? Me questionnai-je.

Je relevais la tête, et vis apparaître le visage d'Eva. Sa présence me donna le sourire avant de me rappeler le livre que je tenais entre les mains. Je le rabattais doucement avant d'entamer la conversation :
- Bonjour Eva comment vas-tu ? Pas trop surchargée aujourd'hui ? Le thé te plaît-il ? Je compte partir sur Ordae demain afin de m'entretenir avec le forgeron, je me sens prêt à montrer de quoi je suis capable. J'espère qu'il me prendra en tant qu'apprenti que je puisse m'exercer.
Je parlais plus vite qu'à l'accoutumé comme pour dissimuler mon malaise. Voyant que la jeune femme avait un livre ouvert devant ses yeux je m'excusais :
- Tu veux peut-être que je te laisse lire tranquille ?

Il était ridicule que je me cache de ma lecture, je pouvais très bien me documenter sur la vie sociale des loups par pure curiosité ... Malgré tout je ne repris pas ma lecture, gardant le livre penchait sur la table, celui sur la forge le recouvrant de sa reliure en cuire.

*Référence texte:
Ce texte est un quasi pur copier collé de ce site : La société lupine. J'ai juste retiré les pays de notre monde les remplaçant par des régions vagues. Très intéressant soit dit en passant.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 206

Re: Un livre d'en fer

le Sam 2 Sep - 21:17


Il m'avait repéré plus vite que je ne l'imaginais. Je refermais aussitôt le livre entamé, prenant grand soin d'y glisser le ruban marquant la page.

-Ne t'en fais, je ne me serais pas installée ici si je n'avais pas eu envie de prendre de tes nouvelles.

J'observais le grimoire imbuvable qu'il portait devant lui.

-J'espère qu'il t'acceptera comme apprenti. Les intérimaires se sont enchainés ces derniers temps à la boutique. Ce pourrait être une bonne chose qu'il forme quelqu'un...


Je ne m'excusais pas d'être une usine à informations inutiles dans ce goût là. Les visites innombrables d'aventuriers et de lecteurs est une petite mine de choses à apprendre. Chacun, à sa manière, me glissait ces potins au détour d'une conversation et, malgré moi, je les mémorisais.

-Mais...

J'ouvris des yeux étonnées.

-Artisan c'est un métier qui demande de l'investissement. Cela veut-il dire que je te verrais moins souvent ici ?


Carine va devenir intenable si on lui dit qu'il n'aura plus sa dose de sucre régulière. Kip va déprimer de ne plus se sentir utile à quelqu'un et moi je vais devoir abandonner l'idée de boire un bon thé après un dur labeur.
Il va peut-être me manquer un peu, aussi.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Artisan

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 213
Notes : .
Messages : 775

Re: Un livre d'en fer

le Dim 3 Sep - 10:03


Je pris cette information les bras ouverts, il est vrai que Thäni et moi avions nous même joué les intérimaires pour l'Artisan.
- Merci pour le tuyau, ce sera un argument supplémentaire pour convaincre le Forgeron de me prendre comme apprenti. Il aura quelqu'un de confiance et connaisseur pour tenir la boutique pendant ses absences.

L'interrogation qui suivit me troubla. Effectivement je ne pourrais revenir aussi souvent.
- Il est vrai que je ne pourrais revenir quotidiennement, mais je te promets que vous me reverrez ici, j'ai encore trop de beaux sujets à découvrir. *Notamment celui qui te concerne chère Eva*, me dis-je en mon for antérieur. Je souris malgré moi, serais-ce que la jeune bibliothécaire appréciait ma présence ici ?
- Et saches que je tiens toujours mes promesses, rajoutai-je, c'est pour cela que je n'en fais pas à outrance.

Nous parlâmes ensuite de sujets plus légers, discussion trop courte à mon goût lorsque la jeune femme dû s'échapper pour jouer son rôle de dure à cuire.

Je partis dans la soirée, ayant lu une bonne partie de "L'univers du loup : portrait intime". Je jugeais que ce que j'avais appris suffirait à appréhender l'animal dans l'éventualité où celui-ci ne s'éveille un peu trop.
Après un rapide au revoir à la jeune femme je filais vers la ville d'Ordae. Je comptais bien retrouver le forgeron au plus tôt le lendemain en espérant qu'il soit là.

_________________________________________________________________

Le lendemain
Le soir pointait le bout de son nez, après une longue journée j'avais rejoins Cerclon au plus vite. Je me précipitais à la bibliothèque, oubliant mon rituel de bien essuyer mes bottes à l'entrée je cherchais Eva du regard, enjoué. Lorsque je la repérais je fonçais droit sur elle.
- Eva ! M'écriai-je. L'intensité de ma voix était plus forte que je ne le pensais, je me repris plus calmement avant de m'attirer le regard noir de la jeune femme.
- Eva, le forgeron ! Je suis son apprenti ! J'ai réussi ! Merci mille fois ! Dans mon engouement je la pris dans mes bras. Je ris de joie, et la relâchais. Je me fichais qui pouvait bien voir cette scène, mais peut-être n'était-ce pas son cas à elle. Je me repris une nouvelle fois.
- Je commence dès demain, il a été difficile à convaincre le bougre et je ne vais pas rigoler tous les jours à mon avis. Mais j'ai réussi ! Ha ha je vais pouvoir m'exercer ! C'est grâce à toi tout cela, comment puis-je te remercier ?

Je n'allais pas beaucoup dormir le temps de revenir sur la ville médiévale, mais le trajet en valait la peine, avec qui d'autre aurais-je pu partager cette nouvelle qui allait changer ma vie ?
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 206

Re: Un livre d'en fer

le Ven 8 Sep - 14:19


Mon nom fusa dans le hall, je n'étais pas habituée qu'on me hèle ainsi surtout à une heure aussi tardive. Des papiers plein les mains, je vérifiais et réorganisais méticuleusement les panneaux de mission depuis déjà plusieurs minutes. C'était la bonne heure pour ces choses-là. Il n'y avait quasiment personne dans les étages et les aventuriers étaient peu nombreux à se pointer en soirée. En matinée aussi d'ailleurs.

Il ne me laissa nullement le temps de le saluer. Sa joie innondait le hall. Ce n'était pas commun non plus ça. Ce genre de sourire ne va pas de paire avec une bibliothèque. C'était rafraîchissant. Pendant une seconde j'oubliais le travail ingrat qui m'attendait.

-Félicitations ! Je ne sais pas si je dois être heureuse pour toi de savoir qu'il va t'en faire baver. Mais au moins c'est ce que tu voulais. Je suis un peu triste de te voir quitter la bibliothèque. Je vais devoir me réhabituer au café.

Je lui fourrais une partie des fiches dans les bras. Il était plus facile de cacher ma gêne en regardant fixement mon panneau désordonné. Je me focalisais sur cette mission le temps de reprendre le cours normal de mes pensées.

-Aide-moi à les installer. Il faut retirer les punaises en trop et celles qui sont en partie déchirées.

Faisant mine de me concentrer, j'ajoutais :

-Je ne te verrais pas non plus pour des missions. Tu vas avoir de sacrées journées maintenant.

C'est l'hôpital qui se fout de la charité... J'étais la première à être ici aux aurores et à n'en partir qu'après la nuit tombée. Un jour je m'installerais une chambre dans une salle vide et je n'aurais même plus besoin de quitter la bibliothèque le soir.

Carine m'interpella de ses jappements spirituels. Pour sa part, la disparition d'Ayren de mon quotidien lui allait très bien. Il n'en pouvait plus de ce déluges de souvenirs sur Varvandel et de la relation privilégiée que j'avais nouée avec l'apprenti forgeron. Il était jaloux par nature et considérait tout mâle humain ou lupin comme un rival potentiel. J'avais beau m'échiner à lui expliquer que Carine et moi ne formions pas un couple alpha au sens où il pouvait l'imaginer. Rien ne réussissait à calmer l'animal sinon deux choses : les souvenirs de mon ancienne vie et le sucre.
Sa soudaine présence dans mes pensées, moi qui le croyait endormit par l'ennui suscité par mon job, me fit froncer les sourcils.

*File-moi une migraine à cette heure-ci, Carine, et tu passeras la semaine à manger de la salade. Comprends-moi bien sale bête. Je ne suis pas d'humeur à te supporter.*
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Artisan

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 213
Notes : .
Messages : 775

Re: Un livre d'en fer

le Sam 9 Sep - 20:02


Je n'eus pas le temps de réagir que je me retrouvais avec des fiches sur les bras. Je souris devant la gêne apparente de la jeune femme tout en m'exécutant, enlevant les punaises seules pour accrocher de jolies missions toutes fraîches toutes belles sous leur dard.

- Je ne te verrais pas non plus pour des missions. Tu vas avoir de sacrées journées maintenant.
J'arrêtais mon travail et me tournais vers Eva :
- Je ne sais pas encore comment va se dérouler ma formation, sûrement que je ne pourrais me libérer facilement. Je l'arrêtais dans sa tâche pour la forcer à me regarder. Mais je te promets de venir au moins une fois par semaine pour t'amener un petit thé accompagné d'une petite spécialité d'Ordae. Cette ville regorge d'artisans à défaut de technologie, il devrait y avoir de bonnes pâtisseries.

Je tenais toujours mes promesses, et sans l'avouer j'avais besoin de revoir la jeune femme, en sa présence j'oubliais. J'oubliais mon passé, j'oubliais mon présent et avec le futur qui se dessinait à chacun de mes pas. J'étais bien et j'avais oublié ce petit sentiment qui commençait à naître.
C'est à cet instant que je m'en rendis compte, que voir la jeune femme chaque jour était ma motivation pour venir étudier. J'étais heureux d'apprendre le métier de forgeron, ma vie allait enfin se stabiliser, mais une boule au ventre se forma lorsqu'Eva affirma qu'avec mes futures journées je ne pourrais plus être aussi présent.

Cette fois c'était moi qui était mal à l'aise, je repris mon rôle de dépunaiseleur (si si je vous assure c'est aussi un métier à temps plein) avant de rajouter :
- Et que crois-tu ? Que je vais tirer un trait sur mon passé d'aventurier ? Que nenni Eva, regarde Richye il arrive bien à combiner les deux. Je t'assure que tu me reverras.
Je tâchais de lui donner mon plus beau sourire.

Le temps fila alors qu'il me semblait en suspend. Je finis par proposer à Eva un petit repas dans la rue avant de retourner chacun de notre côté.
- Je connais un petit restaurateur de Cerclon dont la guinguette ne paye pas de mine mais ses sandwichs sont à tomber par terre. C'est une sorte de Kip adroit qui sert les clients, il est marrant. Ils ont une petite terrasse, la vue sur la ville est sympa, surtout de nuit avec les nombreuses lumières des différents quartiers. Ça te dit ?
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 206

Re: Un livre d'en fer

le Mer 13 Sep - 23:04


Il avait parlé comme si je désespérais de le voir. Ne voulant me l'avouer à moi-même, blocage évidemment d'ordre lupin, je rougis et me renfermais. Un calme bienvenu puisque nous avions plusieurs panneaux à mettre à jour.
Je ne m'étais pas posé la question de ma vie amoureuse avant ces derniers mois. La présence de Carine valait pour un motif de solitude avéré. Et puis... Sincèrement, comment puis-je m'occuper de quelqu'un d'autre alors que prendre soin de moi-même est déjà un combat de tous les jours ? C'est ainsi que mes pensées prirent le pas de ma concentration. J'insultais copieusement ma distraction quand il me fallut reprendre l'arrangement de tout un panneau car j'avais mélangé les missions...

Carine me laissa à mes pensées bien rapidement. Il avait appris de ses erreurs passées et sa mésaventure avec Augure lui était littéralement resté entre les dents. L'animal avait gagné de cette sagacité qui lui permettait de concevoir que j'étais aujourd'hui celle qui décide. Je craignais pourtant que cette situation ne demeure pas éternellement.
Chasser le loup et il revient au galop, quelque chose dans ce goût-là, non ?

Le travail se termina sur une note joyeuse. La journée touchait à sa fin et je pouvais enfin espérer profiter d'un peu de repos. La bibliothèque se verrouilla dès que nous en fûmes sortis. J'entendis le ronronnement singulier des machineries de confinement s'enclencher. Puis, elles reprirent leur silence.

-Tu as bien mérité qu'on fête ton nouvel emploi. Et j'aimerais vraiment voir un Kip adroit un jour dans ma vie.

D'un mouvement naturel, je passais mon bras dans le sien et nous quittions la bibliothèque. Quelques marches, puis le couloir de Cerclon dévalait devant nous en une lente courbe. Les devantures que je connaissais par coeur pour les voir chaque jour depuis des années me parurent différentes, plus lumineuse ou bien plus vivantes.

-Je crois être un peu fatiguée ce soir. Ou bien le silence du chien me perturbe. Je ne l'ai que rarement connu aussi calme. C'est vraiment agréable de voir qu'il est capable de se tenir tranquille de temps à autre. Le dressage porte ses fruits.

Il gronda, d'une pensée à l'autre son mécontentement fit écho jusqu'à mon coeur. Mais il restât sur ses gardes. Pour connaitre Ayren un petit plus depuis quelques semaines, je me doutais qu'il n'aurait pas cette force brute dont faisait preuve Tchen à l'égard du loup. Il était plus... Ayren était nonchalant. Un jeune homme qui croque la vie plutôt que de s'y accrocher avec peine. Un optimiste.

-Lorsque tu connaitras Ordae mieux que Cerclon, tu devras me faire visiter. Je n'y ai pas mis les pieds depuis très longtemps. Son souvenir... impérissable à fini par flétrir tout de même. De mémoire, les immondices dans les ruelles et les bâtiments les uns sur les autres m'avaient convaincu de ne pas m'y attarder.

L'enseigne vers laquelle nous nous dirigions n'était que peu éloignée de la bibliothèque. Alors que nous nous y présentions, une jeune femme trop mince pour être humain nous y accueillie. Elle avait le sourire complice de celle qui reconnait un phénomène peu commun.
Ou bien Ayren est connu comme le loup blanc, ou bien je suis le fameux loup blanc et personne ne s'attendrait à voir Eva aller dîner en compagnie de quelqu'un d'autre qu'elle-même.

Ou plutôt, en compagnie de quelque chose d'autre qu'un loup têtu, agressif, dominateur et narcissique. Et psychopathe. Bien entendu.


Spoiler:
Je te propose de sortir de la bibliothèque pour ouvrir à Cerclon
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Artisan

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 213
Notes : .
Messages : 775

Re: Un livre d'en fer


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires