Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Un livre d'en fer

le Lun 14 Aoû - 16:31


Après quelques missions périlleuses j'éprouvais le besoin de me reposer un peu. Au côté de l'Alchimiste je me découvris une passion, celle d'étudier les éléments pour potentialiser leur utilisation. Evidemment il serait ridicule de faire concurrence à Richye, plus que professionnel dans son domaine. L'Alchimie était pour le gringalet une seconde nature, que dis-je, un art de vivre ! Mais un autre domaine caressait mon intérêt : la forge.

J'y pensais depuis que j'avais conseillé Thäni sur son équipement, il m'était naturellement venu à l'esprit de comparer les armes avant de lui céder celle qui lui correspondait le mieux. Et le métal me semble une valeur sûre. Je pourrais comparer l'époque de mon Monde à celui de Cabèche, où nous vivions de nos cultures et de notre savoir faire. Pour sûr la technologie diminue les charges de travail me direz-vous, mais elle remplace également l'homme dans beaucoup de tâche qu'il pourrait réaliser lui-même. Et cela le rend humble l'homme de travailler dur. Plutôt que de laisser des machine le faire à sa place, fier de créer des robots, il se prend pour Dieu l'homme. Alors il se croit au-dessus du lot, et lorsqu'il tombe de son piédestal, il se fait mal l'homme, et il a souvent du mal à s'en remettre. Je ne rechignais pas à utiliser la technologie, par maintes reprises je n'eus le choix de travailler avec sa collaboration. Tout de même, je préfèrais me débrouiller par moi-même et me fier à une matière beaucoup plus brute, plus primitive peut-être, mais plus authentique.
C'est donc tout naturellement que je décidai de me dévouer corps et âme dans le métier de forgeron. Je l'avais dit, j'en avais marre de vadrouiller à droite, à gauche, sans but précis. Les miroirs ne faisaient aucun signe de vie, dix-sept ans de silence. Dix-sept ans que je ne faisais rien de ma pauvre carcasse à part vivre, survivre, goûter aux plaisirs de la vie. Je les avais bien déguster, pourquoi ne pas me poser et rendre service par intermédiaire de mes créations ?
Richye, Gwendolen, Thäni ... Toutes ces rencontres m'avaient décidé à me prendre en main.

C'est ainsi que je commençais par ce qui était pour moi le commencement : étudier l'art de la forge par les livres. Par des années de savoir retranscrit sur ces pages blanches que j'affectionnais. Eva ne m'avait vu dans sa bibliothèque qu'en tant qu'aventurier de bas étage. On ne verrait pas mon nom écrit dans un livre héroïque ou encore scandé par la foule. Wergeld était bien plus populaire que le pauvre Phœnix que je représentais. Il était un Maitre me direz-vous, et vous avez raison. Mais au delà de ce statut on retrouve son nom pour ce qu'il a accompli.

Toujours était-il que je me retrouvais à Cerclon, parmi ces technologies que je n'affectionnais pas particulièrement. Je me rendais à la tour du savoir dans un autre dessein que précédemment. J'avais pris soin de me laver jusque derrière les oreilles (comme aurait dit ma défunte mère), et d'avoir fait nettoyer ma tenue, ayant remarqué avec quelle minutie le maniaque petit robot de la bibliothèque s'acharner à garder l'endroit d'une propreté exemplaire.
C'est ainsi que j'essuyais mes bottes fraîchement cirées sur le tapis d'entrée, peine que je ne m'étais pas donnée jusque là.

Je me dirigeais vers le bureau de la louve-garou, attendant qu'elle ne montre le bout de son nez. Quand je l'aperçus non loin de là je m'approchais décidé.

- Bonjour dame Eva, je requiers vôtre aide. Dis-je sans détour. Je la laissais me toiser du regard avant de reprendre.
- Je ne vous importunerai que quelques instants. Voilà, il ne s'agit pas de missions. Je souhaiterais m'instruire sur le métier de forgeron. Au delà de cela, je veux connaître les propriétés de chaque métal, celle du bois et des cuirs. Comment les travailler dans leur optimal pour en faire des produits de qualités. Apprendre tout ce que je peux forger, il me faudra aussi connaître toutes les armes, les armures, et objets de défenses qui peuvent être réalisés par la main d'un homme.

Je repris mon souffle, exalté par mon idée je dis cela avec engouement, peut-être trop pour la jeune femme. Je ne savais si j'allais l'ennuyer avec toutes mes exigences ou si cela allait l'enjouer de me voir pour autre chose que m'inscrire à des missions rocambolesques.

- Et j'ai besoin de vous pour me guider dans cette immense salle du savoir, rajoutai-je légèrement mielleux.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : DocWendigo

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé, Amant, Cosmos

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 199
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 369

Re: Un livre d'en fer

le Mer 16 Aoû - 9:24


Une fois n'est pas coutume, j'accompagnais Kip dans le rangement des derniers arrivages. Le robot s'en chargeait seul d'ordinaire, je préférais l'entendre enregistrer des ouvrages et les poser sur des étagères que de courir après les aventuriers dans le hall. La petite bête n'avait pas les épaules assez solides pour cette activité. Lesdits aventuriers m'ayant confié que voir Kip aux commandes les angoissaient plus que leurs coeurs/circuits ne pouvaient le supporter.
Pour cette fois, c'est moi qui entrais dans l'univers du robot cubique. Les ouvrages utilisés ou nouvellement arrivés s'entassaient en piles fragiles sur les consoles et les chariots. A deux, en une demi-journée les livres, pour la plupart, avaient trouvé un emplacement logique. C'était sans compter les maladresses de Kip.
Quand une énième piles de livres s'effondra sur le sol, j'abandonnais la mission.

-Kip ! Madame Eva, Kip n'a pas fait exprès !
-Je sais Kip, je sais. Ranges-moi ça avant ce soir et ne t'avise pas d'approcher l'espace cafétéria aujourd'hui. Vu ta guigne aujourd'hui, tu vas finir par tous nous faire sauter.
-Kip ! Kip ne ferait jamais ça. Kip !
-Ne commence pas avec tes "jamais", je n'ose imaginer quel malheur cela attirerais. Aller, range tout ça et rejoins-moi en bas quand tu as fini.
-Kip !


C'était l'équivalent d'un "Chef ! Oui, Chef !" dans son langage. C'est ainsi que je retrouvais le hall de la bibliothèque, ses aventuriers et le son des voix émergeant comme un nuage. Les étages étaient d'un silence apaisant quand le hall grouillait continuellement du bourdonnement de voix et d'exclamations variées. En ma présence, la plupart des habitués savent chuchoter, ils économisent ainsi une visite à l'hôpital. Mais il m'avait suffit de disparaitre du hall quelques heures pour voir s'éveiller dans mon hall plus de décibels que je ne saurais le tolérer.

Je me serais contenter d'un rappel à l'ordre d'un voix ferme et indiscutable, si Ayren n'était venu me saluer d'abord. Je l'ai regardé, sûrement parce qu'il était bien trop élégant pour un aventurier. Où sont donc passés les bottes boueuses, les armes clinquantes et les équipiers plus ou moins gonflés à la testostérone ?

-Bonjour Ayren.

Il avait troqué l'attirail du parfait aventurier pour celui de l'étudiant assidu ? Prise de doutes, mes sourcils migrèrent au sommet de mon crâne au moment de lui répondre :

-Tu viens pour une liste de livres, vraiment ? Je veux dire, il est assez rare que les aventuriers passent par la case bibliothèque
, dis-je l'index montrant vaguement le plafond et les étages de savoir accumulés au dessus. Tu es sûr, hein ? Il n'y a pas de monstres là-haut, juste des illustrations plus ou moins bonnes.

J'admettais volontiers avoir sur-joué la boutade, pour me faire pardonner, je lui offris un sourire rayonnant et me décalais pour lui indiquer les escaliers.

-Troisième étages, sciences et techniques. On va te trouver les ouvrages qu'il te faut pour apprendre les bases du métier de la forge.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Un livre d'en fer

le Mer 16 Aoû - 11:23


L'ironie de la bibliothécaire me prit de court. Je m'attendais plutôt à un nouveau regard dédaigneux, comme elle sait si bien les faire. A l'inverse je fus gratifier d'un magnifique sourire que je ne lui connaissais pas, apaisant le sarcasme de ses propos.

Haa Eva, Eva si tu savais ... Tu aurais aimé le gamin que je fus il y a de cela une soixantaine d'années. Curieux, toujours en quête de savoir et de découverte. Si nous avions eu une telle source de savoir sur mon Monde, crois-moi que j'aurais fourré mon nez chaque jour dans ta bibliothèque pour en connaître chaque ouvrage.
C'est ce jeune homme plein de fougue et d'espoir qui se présentait là aujourd'hui, oubliant l'être abîmé qui avait fait place jusqu'alors. Je n'oubliais pas que la vie n'était qu'un jeu, coup de poker sur mon existence, à tout instant tout pouvait basculer à nouveau. J'entendais seulement redonner un sens moins primitif à mon avenir, exceller dans un art tout en alliant Ayren le créatif, et moi, Ayren le flegmatique. Je ne pouvais oublié mon passé, j'espérais seulement donner un nouvel élan à mon futur après des années de laissé allé.

Je me dirigeais vers les escaliers indiquaient par le jeune femme et gravis les marches à ses côtés.
- Depuis combien de temps travailles-tu ici ? Lui demandai-je avec intérêt. A part ton robot ... Jit ? Jip ? Rit ? Rip ? J'espérais ne pas la vexer en me trompant de nom, y-a-t-il d'autres personnes pour t'aider dans cet immense labyrinthe littéraire ?

Après trois étages mon souffle commença à s'accélérer quelque peu, heureusement que ma forme physique était excellente, je pus suivre sans difficulté Eva qui ne semblait nullement affectée par l'effort.

Je restais alors admiratif devant les allés de livres rangés en ordre d'oignon qui se présentaient devant moi. Et ce n'est que la partie science et technologie, me dis-je.

Quelques gens vaquaient à leur occupation, farfouillant parmi les étagères ou bien installés confortablement sur les fauteuils, l'esprit perdu dans leur lecture. Je posais à mon tour mon sac sur une table non loin de là et en sortis un carnet tout beau tout neuf et un crayon. En l'attrapant mon autre carnet beaucoup moins rutilant tomba, éparpillant quelques feuilles détachées au sol. Je me dépêchais de ramasser mes croquis plus ou moins sommaires d'Ark et Entre-Monde.

Croquis:
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : DocWendigo

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé, Amant, Cosmos

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 199
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 369

Re: Un livre d'en fer

le Jeu 17 Aoû - 8:16


Au moins, il ne se plaignait pas des marches. Nous étions peut-être à Cerclon, je refusais d'utiliser l'ascenseur si ce n'était pas nécessaire. Trois étages, ce n'est rien pour deux jambes aussi jeunes.

-Depuis sept ans maintenant. Kip est arrivé une année après moi. Et non, je ne veux personne d'autre pour m'aider. Kip est largement assez maladroit pour moi, hors de question d'y ajouter un nouvel électron libre.

Ponctuant ma phrase, le bruit provenant de la chute de plusieurs corps légers sur le sol du quatrième étage était providentiel.

-Le plus drôle c'est qu'au tout début, Kip n'était pas conscient, ce n'était qu'une boite de conserve mal programmée. Ils ont fait évolué sa conscience pour le faire enregistrer sous le miroir Ken deux ans après. Depuis ce jour, je n'ai plus le droit de l'obliger à rester sur sa station de charge. Mais... Il fait l'animation. La plupart des aventuriers se tiennent à carreau aussi grâce à sa présence. La menace de devoir traiter avec Kip pour toutes leurs missions futures suffit bien souvent à leur imposer les règles de l'immeuble. Enfin... C'est le cas pour presque tout le monde.


Je n'avais pas eu le temps de bien voir les croquis du futur forgeron mais de ce que j'en avais perçu, il avait un coup de crayon juste assez précis pour figurer les corps. Cela me donnait des idées tandis que Carine ronchonnait d'être de balade dans les rayonnages inintéressant.
Pour lui, un livre sert éventuellement à passer ses nerfs en cas d'anxiété. Les déchirer lui procurait un plaisir incommensurable. De plus, dans les étages les odeurs étaient toujours les mêmes, rares furent les fois où le loup trouva de quoi occuper son ennui. En revanche, dans le hall, c'était la fanfare des odeurs et des comportements grégaires.
La soudaine présence de Carine dans cet environnement de paix me fit aussitôt oublier les dessins.

-Bien, je vais aussi te trouver quelques ouvrages pour le dessins des objets, ça t'aidera à coucher sur le papier tes idées. Pendant ce temps...

Je regardais sévèrement une étagère comme si elle allait me tendre d'elle-même le livre que je cherchais. Mon regard fut absorbé par le mépris éhonté du simple meuble poussiéreux devant moi. Après quelques secondes de recherches, je finis par dégôter le "Fondamentaux et usages des métaux". Le manuel était assez épais pour servir de poids dans une salle de musculation. Je le déposais avec un soupir de satisfaction devant Ayren.

-Les bases sur les métaux. Tu as tout un rayonnage sur le travail du métal et les réactions primaires.

Il n'aurait pas besoin immédiatement des autres ouvrages promis alors je m'asseyais de l'autre côté de la table qu'il s'était choisi.

-Alors dis-moi, pourquoi vouloir subitement devenir forgeron. Ce n'est pas un métier très gratifiant et plutôt physique avec ça.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Un livre d'en fer

le Jeu 17 Aoû - 10:25


Eva déposa devant moi ce qui me semblait être une encyclopédie sur les métaux. Le livre épais émit un bruit sourd sur la table. Ce n'est pas en un jour que j'allais dévorer cet ouvrage, la bibliothécaire aura le temps de s'accoutumer à ma présence en tant que lecteur.

Contre toute attente la jeune femme s'installa en face de moi :
- Alors dis-moi, pourquoi vouloir subitement devenir forgeron. Ce n'est pas un métier très gratifiant et plutôt physique avec ça.

Je fronçais les sourcils. Ah un débat, je souris et lui répondis :
- En quoi pour toi, chère Eva, le métier de forgeron n'est pas gratifiant ?
Certes on peut avoir cette image barbare de l'homme qui tape sur du fer pour lui donner une forme bâtarde. Mais c'est faux, le forgeron façonne le métal de ses muscles pour lui donner une histoire, en quelque sorte une vie.


Avant qu'elle ne puisse rire de mes propos je continuais :
- Je compte bien donner un sens à la forge Eva, sublimer les créations pour en faire des outils uniques. Les armes sont des outils de morts, je suis d'accord avec toi. Mais cela ne relève plus de mon ressort mais de celui de son propriétaire. Je les forgerais dans un but louable, être un membre à part entière dans l'art du combat. Pas un poids qu'il faut soulever pour se défendre. Être une partie de soi. Et les armes que je fabriquerais seront bien moins traîtres que les armes à feu que l'on peut trouver chez l'ingénieur. Il faut une certaine maîtrise des combats pour manier la hache ou l'épée, et une maîtrise de soi. Une arme à feu tu vises et tu appuis sur une gâchette ... Je repensais à l'attaque sur Ark, les colons et leurs armes infernales crachant la poudre de la mort ... Au-delà du combat je peux aussi fabriquer des outils pratiques au quotidien. Regarde les fers à cheval, ils servent à protéger les sabots des équidés de l'usure des routes. Je suis sûr qu'il y a bien d'autres objets que je peux ainsi fabriquer.

Je repris mon souffle avant de conclure :
- Quelle qualité faut-il à un forgeron ? Avoir une bonne forme physique et musculaire ... Sans vouloir me vanter je les détiens. Être résistant à la chaleur ... De part ma nature je le suis. Je suis ce qu'on appelle un Phoenix sur mon Monde, je maîtrise le feu et ne crains celui-ci, j'ouvris la main et une flamme dansa sur ma pomme avant de s'éteindre. Je n'avais pas pour habitude de faire de telle démonstration, mais Eva n'était pas du genre à crier sur le toit au scandale et je savais que cette information resterait entre elle et moi. Et enfin, il faut connaître sa matière première et c'est bien ce que je compte apprendre en venant ici. Quant à l'habileté manuelle, c'est en la pratiquant que je la perfectionnerais. Ne dit-on pas que c'est en forgeant qu'on devient forgeron ? Je reviens sur ce fondamental, littéralement.

Je n'avais pas eu à réfléchir longtemps pour lui avancer ces arguments, je prenais très à cœur de défendre ce métier qui me paraissait vrai, élémentaire, essentiel.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : DocWendigo

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé, Amant, Cosmos

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 199
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 369

Re: Un livre d'en fer

le Ven 18 Aoû - 5:08


Avec stupeur je me rendis compte tardivement du volcan que j'avais réveillé. Ayren parlait avec sincérité et j'en fus quitte pour lui donner l'étiquette de l'idéaliste. Evidemment, tant qu'il ne recommence pas de démonstration enflammée dans ma bibliothèque, je pourrais bien le laisser se cultiver sur ce métier aussi longtemps qu'il le désirera.

-Tu sembles décidé, c'est une bonne chose. Je te souhaite de ne jamais être confronté à la rudesse de cette vocation.

Mon père était forgeron, dans un village où celui qui travaille le métal est considéré comme bénis des dieux. Mimant à la perfection l'agacement que me procurait d'ordinaire un Carine survolté dans mes pensées, je fronçais les sourcils et me massais une tempe. Mais en réalité, Carine s'était tut. Il avait entendu le nom d'un monde qu'il n'avait pas le droit d'approcher. Un mot quasi-divin pour un loup puni d'avoir dévoré l'un des leurs : les varvandels.
Une bouffée d'émotions gravita jusqu'au bord de mes yeux, je détournais le regard et finalement, dans une retraite calculée, j'allais lui chercher d'autres ouvrages. L'excuse me laissa le temps de faire disparaitre la peine surgissant du passé.

A mon retour, un compendium des armes forgées les plus courantes et un précis sur les techniques de création des armures rejoignirent la table. Je m'étais éclipsée juste assez longtemps pour rapporter un pichet d'eau et deux verres.
D'ordinaire, il est interdit de boire et de manger dans la bibliothèque sauf dans les espaces de lecture indépendants. Ce n'était pourtant que de l'eau que j'apportais et même si c'était une entorse aux règles, je sus d'avance que nous en aurions besoin tous les deux.
Peut-être au cas où il enflammerait un livre...
Je m'asseyais de nouveau, observant comment il allait s'y prendre pour commencer son apprentissage.

-Avec tout ça je pense que tu as déjà une bonne base. Lorsque tu te sentiras prêt, j'ai déjà une petite idée des autres ouvrages qui te serviront : couture, dessin et sûrement tannerie. Pour l'entretien du matériel, les huiles notamment, tu devrais t'adresser à Richye. Il est adorable, je suis sûre qu'il sera heureux de te donner le secret de quelques recettes efficaces.

Plus j'y pensais et plus je me revoyais dans la forge paternelle. Elle y sentait la suie et le fer, l'odeur puissante des peaux séchant derrière la maison portait jusqu'à moi, il y avait le vent du volcan et le bruissement de l'eau.
Mon père actionnait toujours le vieux moulin à eau dont nous jouissions du printemps à l'automne. Un canal d'irrigation parcourait le sol et rejoignait un bassin où il faisait refroidir les outils qu'il avait modelé. Il lui restait encore bien du travail pour leur donner leur toute dernière apparence.

Je repensais alors à un autre souvenir. Mon père détestait me voir dans son atelier. Chaque fois, il m'en chassait plus ou moins brutalement. L'âge me faisant grandir, la force qu'il y mettait redoublait au fil des années.
J'étais une enfant à la fois mortifiée d'être écartée du métier le plus reconnu de tout Varvandel et en même temps terriblement vexée. Qu'y avait-il de si dur dans cette forge que je ne puisse l'accomplir à mon tour ? J'ai alors lu. Lu énormément. Les prêtres me laissaient accéder à tous les ouvrages, après tout j'étais fille de forgeron. Dans un monde où Lu'Faol est le dieu vénéré et craint à la fois, on ne refuse rien à la famille du maitre forgeron.
Du moins jusqu'à ce que ma féminité apparaisse. Quels tristes souvenirs.

-Je me demande tout de même ce qui a pu pousser un Phoenix à quitter son monde et à décider subitement qu'il deviendrait forgeron.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Un livre d'en fer

le Ven 18 Aoû - 16:47


Eva ne contredit en rien ma longue tirade. Je commençais dès à présent à me plonger dans la lecture de l'énorme livre annotant par mot clé ce qui m'intéressait. La jeune femme revint avec quelques livres, un pichet d'eau et deux verres avant de se réinstaller devant moi.
Serait-ce que ma compagnie ne lui était pas si désagréable ?

- Ne t'inquiète pas je maîtrise le feu je ne risque pas d'embraser tes livres par mégarde, soufflai-je en riant.
Son attention me toucha, bien que cela ne m'aurait pas étonné qu'elle eut pensé au grand brasier que j'aurais pu créer ici.

Elle me conseilla de m'adresser à Richye pour l'entretien du matériel, et elle avait raison, en plus d'être doué il était gentil.
- Merci pour tes conseils, Richye est l'une des personnes qui m'a inspiré ce besoin de m'adonner à une passion, qui jusque là ne s'était pas révélée à moi. Mais dis moi, tu me sembles en connaître plus qu'il n'y parait sur le métier de forgeron je me trompe ?

Elle répondit par un questionnement :
- Je me demande tout de même ce qui a pu pousser un Phoenix à quitter son monde et à décider subitement qu'il deviendrait forgeron.

J'expirais un long moment en caressant l'une des pages des fondamentaux et usages des métaux.
- J'ai quitté mon Monde en espérant trouver une solution pour qu'il vive en paix. Dit comme cela on aurait pu croire que j'étais un tortionnaire et que j'avais été exilé pour ficher la paix aux Arkos.
Je reprenais donc plus précis :
- Pour faire un peu court mon peuple est bien plus archaïque qu'ici à Cerclon, et le jour où notre miroir a été découvert des colons ont voulu mettre la main sur notre Monde par le feu et le sang. Leur technologie était bien plus avancées que nos pauvres outils d'agriculture. Une chose que je n'ai jamais dit à personne : je viens d'un Monde où nous sommes tous végétariens ! Les animaux nous aident juste dans nos tâches ou comme ici pour les produits dérivés qu'ils nous permettent de consommer, comme le lait. Pas d'arme, à part nos fourches et nos marteaux.

Je remplis nos verres d'eau et bus une gorgée du mien.
- Bref, après des années de guerre et de souffrance nous avons réussi à les faire fuir. Par peur de revivre un tel désastre nous cherchions désespérément à fermer ou détruire le miroir. Alors je l'ai traversé dans l'espoir de trouver une solution une fois à l'extérieur, et ils se désactivèrent tous sans raison ...
La nostalgie me fit expirer encore une fois.
- J'ai toujours rêvé de découvrir d'autres horizons, mais rester coincé loin des miens sans un adieu ... Ça n'a pas été évident tous les jours. Tu sais là bas rares sont les êtres comme moi, nous étions presque des semi-Dieux pour les Arkos. Après j'ai été traqué comme du gibier par les colons de malheur. Alors ici j'ai cherché à me faire oublier, juste profiter de cette vie si joueuse. J'ai goûté à pas mal de plaisirs, et j'ai survécu en me dégotant des petits boulots ci et là. Il est temps pour moi d'accepter qu'Entre-Monde est mon nouveau chez moi. Alors autant y faire quelque chose de constructif, avoir un travail qui me plaît, un toit sûr chaque soir et commencer à créer des liens véritables. Comme sur Ark.

Je bus de nouveau jusqu'à finir mon verre.

- Et moi je me demande tout de même ce qui a pu pousser une jeune Louve-Garou à s'occuper de LA bibliothèque. Dis-je en employant exactement la même formulation que mon interlocutrice quelques instants plus tôt.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : DocWendigo

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé, Amant, Cosmos

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 199
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 369

Re: Un livre d'en fer

le Sam 19 Aoû - 12:02


Personne ne sait pour Varvandel, à part Augure. Je suis prise de court lorsqu'il me renvoie ma propre question et pourtant, je ne devrais pas. Il a une origine aussi pathétiquement triste que la mienne. A la différence que...

-Je suis désolée pour ton monde.

Et pour les miroirs. Mais ça, la plupart de la population entremondienne en a été victime. Ce n'est jamais facile de les écouter parler de leur monde perdu, de leur famille, de leurs amis, de tout ce qu'ils ont laissé derrière eux. Très souvent malgré eux, ils s'étaient retrouver dans l'Entre-Monde et presque aussi souvent ils regrettaient amèrement.
Le temps faisant son œuvre, je voyais de plus en plus de créatures venues d'autres mondes et qui ne quitteraient jamais leur terre d'accueil. Une métamorphose s'est faite dans leurs cœurs, ils ont fait le deuil d'un passé inaccessible et ils sont allés de l'avant. Au point de nourrir pour cette terre un amour nouveau.

-Tout comme toi j'ai perdu mon univers, alors je peux t'assurer que cette envie de devenir forgeron, de redonner un sens à ta vie, elle t'aidera. Je ne dis pas que ce sera facile...

Avec un sourire, je lui montrais l'épaisseurs des différents volumes déjà devant lui.

-Mais au bout du chemin tu seras fier de toi.

Assise au coin de ma chaise, j'observais la salle de la bibliothèque. Il n'y avait pas autant de personnes que je l'espérais et notre discussion n'incitait pas les lecteurs à venir profiter de cet espace. D'ordinaire, j'incite au silence mais nous étions assez loin des tables principales pour n'être une véritable gêne. Je crois que j'ai aussi envie de discuter. Kip est adorable à sa façon mais il n'est pas du genre à aimer discuter. Puisqu'il est véritable né il y a quelques années ses conversations sont de toute manière limitées. Quant aux aventuriers, ils ne viennent pas souvent avec le mot "courtoisie" tatoué sur le front.

-J'ai fini par en être fière, moi. Cette bibliothèque est ma forge. A mon arrivée dans l'Entre-Monde j'étais toute aussi seule et perdue. Mon monde n'a pas connu la guerre comme le tiens, la rupture n'en a pourtant pas été plus facile.

Ils me posent tous la question au bout d'un moment. Comme si être bibliothécaire dans cet endroit bizarre pouvait être un choix de carrière aussi étrange que de devenir thanatopracteur.

-C'est vrai que lorsque j'ai signé, je n'étais pas vraiment informée sur cette histoire de missions et d'aventuriers capables de débouler à toute heure du jour ou de la nuit. Aux appels désolant m'expliquant soit qu'ils ont détruits un village pendant leur chasse, soit qu'ils sont morts de manière peu enviable... Aujourd'hui, je me demande surtout qui pourrait faire ce job à ma place. Personne ne s'est encore proposé pour me remplacer. Je crois que c'est un poste trop ingrat.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Un livre d'en fer

le Sam 19 Aoû - 19:59


Eva commença d'abord par esquiver mon questionnement, en se concentrant sur moi. Elle me dit que je serais fier de ma force dans le futur qui se dessinait devant mes yeux.
J’acquiesçais par un hochement de tête, et accoudé d'un bras à la table je l'observais. Perdue dans ses pensées la jeune femme finit par avouer qu'elle était elle même fière de sa bibliothèque, qu'avoir quitté son monde avait aussi été compliqué bien que moins brutal.

Je souris devant sa mine dépité lorsqu'elle parla des désastres que pouvaient bien faire les aventuriers qui, prit de hardiesse, s'était imaginé devenir les nouveaux héros d'Entre-Monde. Ça finissait visiblement bien plus catastrophiquement qu'ils pouvaient ne l'imaginer.

Je tiquais lorsqu'elle traita son travail d'ingrat :
- Tu plaisantes ? Dis-je tout en contrôlant le volume sonore de ma voix. Celle-ci se fit basse et grave. Tu arrives à tenir la plus grande librairie d'Entre-Monde avec comme seule aide un robot maladroit. Et tout en tenant à jour un nombre incalculable de missions que tu arrives à suivre et à classer si elles sont menées à bien ou non. Et les badauds comme moi on en parle ? Tu maintiens le respect et l'ordre en bas, alors qu'il n'y a pas que des bons saint samaritain qui traînent ici. Ici il fait bon vivre ! C'est propre, ordonné, calme. Et tu oses dire que tu occupes un poste ingrat ? Tu te trompes totalement de qualificatif. Si personne ne postule c'est que personne n'est à ta hauteur Eva, tout simplement.

Je dis ceci avec sincérité. Cela ne devait pas être évident de tout gérer, même moi en énumérant ce que je savais de son travail je me rendis compte de l'énorme tâche qui l'occupait chaque jour. Car je supposais bien que ce n'était là que la partie visible de l'iceberg. La jeune femme ne devait pas avoir beaucoup de temps pour elle. Là tout de suite j'aurais voulu lui faire découvrir un autre lieu que ces avenues de livres qui formaient sa route quotidienne. Mais là tout de suite je devais travailler pour mon propre avenir bien que je n'étais pas à deux heures près. Je me fis la promesse d'offrir un jour à cette louve-garou le plaisir de quelques heures de détente à se faire dorloter quitte à m'occuper moi-même de cette belle entreprise littéraire ... Clairement cela risquait d'être une catastrophe au retour d'Eva, mieux valait que je trouve une autre solution. Mais tout de même ... Le peu qu'elle me racontait me touchait et j'eus envie de la remercier pour tout ce qu'elle faisait.

- On ne te remercie pas assez pour ce que tu fais, alors là tout de suite je le fais. Merci Eva ! Sans toi bon nombre de personnes vaqueraient à des occupations bien moins captivantes.

Je nous resservie de l'eau.
- As-tu de la famille ici ?
Bien plus direct, j'espérais que ma question ne serait pas trop indiscrète.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : DocWendigo

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé, Amant, Cosmos

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 199
Notes : Compagnons : Ice le Sampal et Tea le renard Stellaire
Messages : 369

Re: Un livre d'en fer

le Lun 21 Aoû - 12:16


Ce type était tout l'inverse d'Augure. Lui me trouvait une bonne raison pour me convaincre que j'étais devenue une part de ce travail quand Tchen s'était contenté de me rappeler que personne n'est indispensable. Ou plus exactement, si je voulais partir, il pourrait me donner un ou deux noms pour me remplacer. Le jour et la nuit. Il eut le mérite de m'arracher un sourire rayonnant. Je ne cédais pas à la flâterie pour en observer toutes les couches dont on me tartine à longueur de journée, ce n'est pas pour autant que je la refusais. Au contraire, je l'accueillais avec plaisir.

Dans son petit monde de pensée, Carine renâclait en s'intéressant à mon compagnon de discussion. Le loup n'était pas très heureux de me voir nouer un lien social avec un homme. Les femmes ne le dérangent pas puisque dans son esprits pervers de loup meurtrier, il les considère comme prenant part à une meute fictive. Mais les hommes... Des concurrents direct à sa suprématie.
Le genre de réflexion qui déclenche automatiquement mes migraines et :

*N'y compte même pas sale bête. Je me fais les amis que je veux et toi tu vas te contenter de regarder, de pester et de retourner dans ton panier.*


Mais Carine n'était pas du genre à laisser ce genre de provocation impunie. Mon humeur déclina aussi vite qu'il dégaina ses griffes spirituelles pour arracher à ma mémoire les bribes de souvenirs qu'il trouvait.

J'avais perdu le sourire mais pas le file de la conversation. Mon verre d'eau en mains, je le regardais comme pour distraire le loup avec mon reflet.

-C'est gentil de ta part. Même s'il est temps que je coupe le cordon avec cet endroit. Je suis devenue une part de cette bibliothèque et je crains que ça ne m'empêche de vivre pleinement ma vie. C'est dommage de voir tout ce monde partir à l'aventure et de ne jamais pouvoir en faire partie aussi.

Un verre d'eau re-rempli plus tard et un merci :

-Non, je n'ai pas de famille dans l'Entre-Monde. J'ai un chien. Un gros chien mal élevé et agressif. Mais d'ordinaire il ne pose de problème à personne. Mon loup n'est pas souvent de sorti alors on peut dire que non, je n'ai personne ici.

Avec un brin d'humour :

-Et ne compare pas Kip à un petit frère, s'il te plait.

L'horloge murale m'indiqua que nous avions déjà passé une bonne demi-heure à discuter. Je me levais en abandonnant mon verre. Et tout en lissant ma robe :

-Si tu as besoin d'autre chose, je serai dans le hall. Je vais demander à Kip de te trouver les autres livres dont tu auras besoin. Il te donnera les références et leur emplacement.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Un livre d'en fer


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires