Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Jeu 10 Aoû - 12:23


Quiz!:
D'où vient la citation formant le titre du post?
(Pas de triche, on ne Google pas ! Very Happy)


Le sanctuari fit au trio un petit signe qui pouvait vouloir dire "bonne chance" aussi bien que "ravi de vous avoir connus", activa son Perçant et disparut. Gwendolen repoussa une mèche blonde, fit tourner trois fois son bracelet autour de son poignet et descendit de la plate-forme : quand fallait y aller, fallait y aller. Le bourgmestre de Vink, un type de taille moyenne, grisonnant et qui arborait la brioche de l'intrépide banqueteur, les attendait, un sac à dos en main. Cinq villageois à l'air inquiet l'entouraient.

- Ah, voilà donc les aventuriers envoyés par la Tour du Savoir. J'espère que vous retrouverez rapidement nos reliques, on les attend pour une controverse sur la richesse qu'on a déjà dû repousser de deux semaines...

- Pas d'inquiétude, répondit notre héroïne avec assurance. D'ici quelques jours, ce sera une affaire réglée. N'est-ce pas?

Elle s'était tournée vers Ayren et Thänille. Toujours rassurer le client, règle numéro un pour un commerce prospère.
Gwendolen
avatar

Avatar © : Hito76 sur DeviantArt

Féminin Race : Humain/Mutant
Statut : Bijoutière-Joaillière
Pims : 5
Messages : 23

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Jeu 10 Aoû - 18:07


Le petite ville de Vink était accueillante, des hommes vinrent directement vers nous dès notre arrivée, pour nous demander si nous étions ceux qui étaient chargés d'aller retrouver leurs précieuses reliques. Il paraît que c'est ici que se rassemble certains intellectuels afin d'écrire Cogito, une revue connue et appréciée à travers tout l'Entre-Monde. Je passerais bien quelques jours ici afin de me ressourcer de nouvelles connaissances en compagnie de ces fameux intellectuels, mais nous n'étions pas là pour ça.

Nous étions tous les trois partis à la poursuite d'un groupe de singes voleurs de reliques, nous allions avoir besoin de certains renseignements plus précis afin de se lancer dans l'aventure.

Excusez moi, monsieur. Est-ce qu'on pourrait avoir une carte un petit peu plus précise de la région ? Et vers où sont partis les singes la dernière fois que vous les avez vu ? Ils sont dangereux comment ?
Thänille
avatar

Avatar © : ENTFWIN3D

Féminin Titre : Hermès, Incontrôlable

Race : Ange
Statut : Intérimaire professionnelle autoproclamée
Pims : 579
Messages : 160

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Jeu 10 Aoû - 18:10


réponse:
Ce n'est pas vraiment juste je l'ai vu il n'y a pas longtemps ... Je ne dirais qu'une chose ... Tu m'as pourri mon groove !

Eva n'avait pas changer d'un poil (ha ha) depuis la dernière fois que je l'avais vu. Toujours aussi chaleureuse et avenante envers ses clients. Je voulus lui répondre mais déjà la bibliothécaire fouetta d'autres chats et disparu de la circulation.

A peine arrivés qu'un comité d'accueil nous aborda. Gwen s'avança en disant que l'affaire sera réglée en quelques jours. Vink était au bord d'un fleuve, et de souvenir on y trouvait au nord une forêt et plus haut encore la montagne. Il nous faudrait déjà du temps pour s'y rendre si les soupçons des habitants étaient véridiques : la mission stipulait que les singes auraient emporté les biens dans les montagnes de l'est.

Je tempérais les propos de ma compagne, de voyage je précise :
- Nous prendrons le temps nécessaire pour retrouver vos bien, quoi qu'il arrive, soyez rassurés. Dis-je à l'attention de nos "clients".

Je rejoins Thäni sur son interrogatoire :
- Ne tardons pas, que pouvez-vous nous dire sur ces singes ? Leur nombre ? Avez-vous pu repérer s'ils suivaient un chef ? Et avez-vous un moyen de transport à nous prêter pour que nous puissions nous déplacer plus rapidement ?
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 291

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Ven 11 Aoû - 10:26


[Bon, je vais allègrement PNJiser le bourgmestre et ses acolytes, en espérant parvenir à museler mon petit côté cheat... souhaitez-moi bonne chance !]

Heureusement pour notre commerçante, Ayren, pragmatique, tempéra ses propos auprès des villageois. Gwen, par contre, ne l'entendait pas de cette oreille, et jeta un regard discrètement agacé au rouquin : s'ils commençaient à donner deux sons de cloche différents aux clients, ils n'allaient pas s'en sortir ! Néanmoins, ses questions, ainsi que celles de Thänille, étaient pertinentes. Une femme entre deux âges prit la parole.

- Il s'agissait d'une armée de douze singes. Ils ont pris plein Nord, vers les montagnes... enfin c'est ce que m'ont dit mes gars. Je tiens la seule épicerie du village. On a une caravane qui est arrivée de Cabèche aujourd'hui : avec l'attaque des Wyverns, on n'a plus rien...

- Vous comprenez l'importance des reliques ! Au moins que notre programme de débats soit conservé, sinon plus rien n'a de sens ! coupa un grand échalas dont la toge écrue avait connu des jours meilleurs.

- ...Ce que j'étais en train de dire, repartit l'épicière en levant les yeux au ciel, c'est que la caravane continue vers Verdi. Ils prennent plutôt Nord-Ouest que plein Nord, mais ça vous fera quand même un bout de chemin.

- Ils pourront aussi vous aider à vous orienter, compléta le bourgmestre, ils connaissent mieux les montagnes que nous. On n'est pas très portés sur la randonnée par ici...

Gwen sourit : effectivement, ni le bourgmestre bedonnant, ni le philosophe en toge, ni l'épicière vieillissante ne semblaient équipés pour aller faire de l'escalade, et les trois autres larrons pas davantage. De plus, si le climat à Vink était particulièrement clément, il devait l'être moins dans les montagnes... Elle interrogea ses compagnons du regard : que faisait-on maintenant?
Gwendolen
avatar

Avatar © : Hito76 sur DeviantArt

Féminin Race : Humain/Mutant
Statut : Bijoutière-Joaillière
Pims : 5
Messages : 23

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Sam 12 Aoû - 17:05


Une fois l'interrogatoire finie, nous savions ce qu'il fallait savoir et laissant seul les villageois, je me dirigeais vers la caravane qui semblait sur le point de partir et m'assis à l'arrière. Les renseignements que les villageois nous avaient donné suffisait pour savoir à qui nous avions à faire. J'avais peur de remonter à l'arrière d'une caravane depuis ce qu'il s'était passé en compagnie d'Ayren, lorsque nous étions pourchassés par les Pygmées, mais ça ne serait sûrement plus le cas ici, puisque les Pygmées ne vivaient pas dans les parages, à moins que je ne le sache pas.

Je regardais un peu en arrière pour vérifier si Ayren et Gwen me suivaient, il ne fallait pas que je parte seule à la poursuite de cette douzaine de singes. Surtout que je ne savais pas encore me servir de mon équipement, n'ayant pas eu les leçons d'Ayren sur comment me servir d'une arme.

Est-ce que vous pouvez nous montrer le chemin pour aller au Nord, dans les montagnes, s'il vous plaît monsieur ? Nous aurions besoin de ces indications pour poursuivre des singes voleurs qui se sont enfouis dans des montagnes, enfin vous le savez sûrement
Thänille
avatar

Avatar © : ENTFWIN3D

Féminin Titre : Hermès, Incontrôlable

Race : Ange
Statut : Intérimaire professionnelle autoproclamée
Pims : 579
Messages : 160

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Sam 12 Aoû - 22:19


Nous partîmes donc en charrette vers nos singes voleurs. De l'inquiétude se lut dans le regard de la jeune Ange, et je supposais que ce n'était pas lié à notre famille de macaques ... Comme elle je repensais à la dernière fois que nous avions voyagé avec ce moyen de transport, et l'attaque que nous avions subi ... Et ce pauvre marchand. Je revois encore son corps tomber du véhicule dans un bruit sourd, et les petites créatures cannibales lui sauter dessus pour s'en repaître ... Je secouais la tête pour effacer cette image de mes paupières.

Les marchands étaient peu loquace, je tentai tout de même de discuter avec eux :
- Ainsi vous continuer votre route vers Verdi ? Les villageois pensent que les singes sont partis vers l'Est, cela ne vous dérangerez pas de faire un petit détour de ce côté pour nous y déposer ? J'avais peur que, Verdi étant plus à l'Ouest, nous nous retrouvâmes plus éloignés encore de notre but. Au pire, cette ville minière de mémoire abritait de nombreux tunnels qui, peut-être, nous permettraient de traverser les montagnes sans encombre. Mais encore fallait-il se repérer dans les sous terrains et être sûr qu'ils étaient assez long pour joindre d'un bout à l'autre la chaîne rocailleuse.

- Que pouvez-vous nous dire des Wyverns dorés ? Je craignais plus une attaque de ces bêtes qu'affronter notre douzaines de singes.

Le chariot eu un violent soubresaut nous faisant perdre l'équilibre à l'arrière. Mal installé je glissais sur Gwen.
- Je savais que je pouvais compter sur toi pour me rattraper ... Enfin presque. Dis-je avec un sourire en coin.

Nous continuâmes la route, je perçus une certaine tension venant des hommes de commerce. Puis un second choc ébroua la caravane ...

Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 291

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Lun 21 Aoû - 23:44


Spoiler:
Comme tu n'as pas répondu depuis quelques temps, après avoir parlé avec Ayren, on saute ton tour jusqu'à ce que tu reviennes, dès que tu es revenue, tu crées ton post pour continuer l'aventure comme si tu étais avec nous depuis le début !

La carriole roulait depuis quelques temps quand un marchand s'exprimant avec un fort accent décida de prendre la parole afin de répondre à nos questions, il était difficile de comprendre ce qu'il disait étant donné qu'il baragouinait et que je n'avais jamais entendu un accent aussi fort et différent, mais les informations principales étaient comprises.

Nan, on va pas faire un détour pour si peu, tu dois juste savoir qu'à un lieu du ch'min, on va passer au début de la montagne, là où ça commence à grimper fort et qu'on a du mal à marcher, 'fin jpense que tu vois d'quoi jparle. Et sinon tnous accompagne jusqu'à Verdi, c'est pas loin, un beau bled, autant aller là-bas que de de marcher derrière le cul de trois ptits singes enragés. Jsais même po à quoi y ressemblent, le plus grand spécialiste de ces foutus bestioles devait être à ta place, mais il est mort la semaine dernière, à cause d'eux ... le pauvre. C'était un bon gars.

L'homme avait pas l'air très poli et heureux de nous avoir dans son chariot, mais c'était mieux que rien pour nous, le voyage se promettait cependant d'être long si personne ne brisait la glace. Je finis finalement par m'endormir je ne sais comment, sur les épaules d'Ayren. Puis me réveillant brusquement après un arrêt brutal, je compris qu'il était temps de descendre.

Le premier contact avec le sol me remit les idées au clair, et n'ayant pas marché depuis un petit bout de temps, mes articulations étaient un peu endolories. Nous étions plus que trois, devant la montagne, à la poursuite de notre groupe de singe, peut-être allais-je me servir de mon arc pour la première fois, ou de mes dagues.


Spoiler:
Je crois que j'ai pas mal caricaturé le marchand, j'ai rien contre eux bien sûr hein
Thänille
avatar

Avatar © : ENTFWIN3D

Féminin Titre : Hermès, Incontrôlable

Race : Ange
Statut : Intérimaire professionnelle autoproclamée
Pims : 579
Messages : 160

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Mar 22 Aoû - 10:54


Les marchands nous lâchèrent sans ménagement au milieu de je ne sais où. Fort heureusement je leur avais demandé s'ils avaient quelques vivres à nous laisser pour que nous puissions subsister quelques jours rendus à nous même, et c'est avec une joie bien dissimulée qu'ils nous laissèrent quelques denrées. J'avais pensé à remplir ma gourde avant de partir, j'espérais que les filles avaient aussi quelques objets de survie pour que nous puissions progresser sans trop de peine.

J'utilisais ma montre boussole pour nous guider, celle-ci indiqué Vink en ville la plus proche. Nous pouvions donc continuer en direction de l'Est. Je sortis le Cude dont la fumerolle restait rouge. Nous n'étions donc pas proche de notre but. J'observais les alentours, des arbres à perte de vue entourant la route de terre principale. Entendant les clapotis lointain de la rivière je proposais aux filles de s'y approcher pour suivre le cours d'eau.

Les singes devaient avoir élu domicile non loin de cette source d'hydratation et de toilette. J'ouvrais la marche suivit de Thäni avec qui je discutais :

- C'est l'occasion de parler défense cher petit Ange. Tu as deux dagues et un arc. L'arc te servira surtout pour de l'attaque à distance comme tu le sais, en cas de surprise il te sera plus aisé d'utiliser tes dagues. C'est donc par là que je vais te conseillais. Je connais mieux le maniement des armes de combat rapproché je dois avouer. Lui montrant avec mes propres dagues je continuais mon explication. Le but d'une position de défense est de protéger les parties vitales de ton corps. Tête et torse principalement. regarde,
tu vas venir les cacher derrière tes dagues et tes avant bras. Tu plies tes coudes et les places le long de tes côtes, laissant tes avant bras libres devant toi. Tu fais une légère rotation de tes poignets pour couvrir ton ventre et ton visage derrière tes dagues. Oui, comme ça.
Je lui replaçais un poignet. Personnellement j'aime bien tenir de la main droite la lame vers le haut et de la main gauche la lame vers le bas, mais ça induit deux techniques de combat légèrement différente. Commençons d'abord avec les deux lames vers le haut ce sera plus simple.

Je continuais ainsi à parler tout en marchant, l'air très sérieux de la jeune fille me fit sourire, concentré on voyait ses sourcils légèrement froncé. Je lui montrais quelques parades et nous les travaillions en répétant les mouvements. En marchant ce n'était pas évident mais je ne préférais pas perdre de temps.
Le bruit de l'eau qui coule s'intensifiait, nous étions proche de la rivière. Un craquement aérien se fit entendre, je levais les yeux au ciel, vers la cime des arbres, mais ne vis rien. Je ressortais mon Cude qui n'avait pas changer de couleur.

- Longeons l'eau vers le Nord-Est, dis-je en regardant la boussole.
Je reçus un espèce de gland sur la tête, levant de nouveau les yeux j'aperçus cette fois un écureuil. J'aurais préféré y voir un singe. J'allais reprendre la marche lorsque je me souvins de mes achats chez l'alchimiste.
Je pris la noix blabla et me mis à parler à l'écureuil qui était resté immobile sur sa branche.

- Dis moi adorable boule de poil rousse, aurais-tu vu un groupe de singe passer par ici ?

L'animal se mit en alerte et parut ne pas comprendre ce que je disais. Aurais-je acheté une noix arnaque ? Son petit museau trémoussa avant qu'un petit son ne se fasse entendre.
- Par là, par là.
Il descendit de sa branche, vint au sol et nous ouvrit la route. Il se retournait en me regardant avant de bondir en avant.

Je regardais les filles et suivis le petit animal.
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 291

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Mar 22 Aoû - 23:43


Je regardais Ayr' sortir beaucoup d'objets de son sac, il s'agissait en fait des objets que je lui avais vendu à une époque, lorsque j'étais intérimaire ! Mais je ne me souvenais plus de leur fonctionnement et à quoi ils servaient, mais lui semblait avoir appris. Quand enfin, il choisit une direction et je le suivis tout en observant ce qu'il faisait, on allait suivre le chemin d'un cours d'eau. Puis soudainement, pendant que nous marchions, il voulu me former à l'utilisation de mes dagues, je ne pensais pas qu'il allait le faire maintenant, pendant que nous marchions, ce qui me déstabilisa un petit peu.

Il me montra plusieurs mouvements, enfin plutôt un seul, le positionnement de base lorsqu'on manie des dagues pour se défendre, peut-être que cette position s'étendait pour toutes les armes, je n'en savais rien. Il me montrait avec ses propres dagues dans quelle position il fallait que je me place, j'essayais de l'imiter mais je me manquais à plusieurs reprises, ne trouvant pas le bon angle pour mes poignets, ce qui laissait un trou béant facile d'accès au niveau de mon torse, si je me mettais dans cette position lors d'un combat, j'étais morte dans les quelques secondes qui suivaient.

Il finit par me saisir les poignet afin de me mettre lui-même dans la bonne position et enfin je compris comment il voulait que je me place, ça paraissait assez simple en fait, il suffisait juste de s'entraîner et de répéter souvent afin que ça devienne un automatisme, comme dans tous les sports, sauf que là c'était du sérieux, des vies étant en jeu, dont la mienne. Il me perdit lorsqu'il me parla d'une légère différence dans la position de défense qui permettait de développer un nouveau style de combat, mais je venais tout juste de débuter, ce n'était pas le moment de partir dans la fantaisie. Je me concentrais pour réussir enfin ce qu'il me disait, seule.

Ayren était en quelque sorte notre guide, puisqu'avec ses différents outils, il était capable de savoir dans quelle direction aller, enfin c'est ce que je pense. Je ne faisais que de le suivre, nous menant vers notre destination finale, nos singes voleurs de reliques sacrées. Et puis d'un coup, Ayren pris la parole, je ne compris pas à qui il s'adressait, ça n'avait aucun sens, qui pouvait-il appeler "Adorable boule de poil rousse", entre nous ...

Et je vis qu'il s'adressait en fait à un animal, n'aurait-il pas prit quelque chose avant de partir, c'était tout sauf normal de parler à un animal en pleine nature alors qu'on était en train de poursuivre des singes voleurs, et que la distance s'agrandissait à chaque fois que l'on ralentissait.

Qu'est ce que tu fais ?


Et maintenant, il se faisait lui-même guider par l'écureuil, j'étais définitivement perdue, mais j'étais destinée à le suivre, donc à quoi bon changer notre voie. Peut-être que nous serons menés jusqu'aux singes.
Thänille
avatar

Avatar © : ENTFWIN3D

Féminin Titre : Hermès, Incontrôlable

Race : Ange
Statut : Intérimaire professionnelle autoproclamée
Pims : 579
Messages : 160

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...

le Lun 28 Aoû - 18:18


Il était très étrange de discuter avec un animal, la façon de s'exprimer de l'écureuil était étrange. Comme s'il manquait parfois des mots à ses phrases.

Je répondis à Thän qui devait me prendre pour un fou :
- J'ai pris une noix blabla chez l'Alchimiste, j'arrive à parler avec les animaux, ça dure 24h m'a-t-il expliqué. Je dois vous avouer que c'est étrange ...
Je leur expliquais alors la conversation sur les glands et autres fruits sec que j'avais avec le petit animal.

Cela faisait 2h que nous marchions, ma gourde à moitié vide je pus la remplir avec l'eau de la rivière que nous avions plus ou moins suivi. Je sortis mon Cude, la fumerolle virait sur le vert, nous touchions bientôt au but.

Le silence ce fit d'un coup dans la forêt, plus de chant d'oiseaux, plus de stridulation de grillons, juste le clapotis de l'eau qui court sur son lit. L'écureuil se stoppa renifla les airs avant de déguerpir.
- Attends rev... Commençai-je à dire. Une ombre s'abattit sur nous me coupant net dans ma phrase. Des craquements se firent entendre. Plus loin, une Wyverns dorée venait de se poser.

De ce que j'avais lu de ces bêtes il ne valait rien qui vaille. Elles étaient vives, intelligentes, carnivores, agressives et souvent restaient en une sorte de meute .... Je fis signe aux filles de ne plus bouger, évitant le moindre bruit. Je ne pensais pas qu'elle nous avait vu, mais pourquoi se poser ici, ce n'était pas très pratique avec tous les arbres.
Nous l'entendions gronder, râler ... J'osais à peine respirer.

Pour cacher nos odeurs j'avais bien un pot d'argile bleu mais j'avais peur de ne pas en avoir assez. De plus la rivière coulait non loin de nous, l'eau était un cache-odeur fiable et efficace. Comment y aller sans faire de bruit et sans se faire remarquer par notre amie la mangeuse d'hommes ?
Ayren
Forgeron
avatar

Avatar © : Natsu Dragneel par Micaela Frojdh

Suivi :

Titre : Artisan, Perçant, Sarkina, Incontrôlable, Etoilé

Race : Phoenix
Statut : Forgeron
Pims : 109
Messages : 291

Re: Quatre-vingt-dix macaques, qui sautaient sur la couette...


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

- Sujets similaires