Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Alliés ?

le Ven 30 Juin - 22:37


Le marché noir n'était pas un lieu d'échanges convivial ou on pouvait en apprendre sur les autres quartiers. Celui-ci était déjà bien fourni en malfrats et problèmes en tous genres ; le temps n'était pas à l'information des autres quartiers. Mais pour Eydel il vaut mieux s'éloigner de ce secteur un peu trop... Trop connu pour lui et pour les milices des sanctuaris. Il avait beau s'être tenu au calme quasiment une année, ça n'effaçait en rien son passé. Et c'est au détour d'une rue qu'il eut envie d'en savoir un peu plus sur le reste du « monde » ; des sanctuaris un peu trop bavards et moqueurs parlèrent d'une cyber-attaque au grand succès face à leurs alliés du rempart qui avaient essuyé encore une défaite.
Conclusion : Eydel pensait bien pouvoir trouver des alliés sur les lieux du crime. Ou tout du moins dans le secteur.

C'est intéressant, mais il va falloir que je refasse mon éducation je crois, car le mot « cyber » ne m'est pas vraiment familié. Je pense tout de même trouver un terrain d'entente avec ses hommes, mon don était un bon moyen de négociation.

Eydel décida que le train public le mènerait plus vite sur les lieux. Il était toujours affublé de sa cape cape avec capuche pour se dissimuler.
Une fois au rempart les recherches se compliquèrent. Le jeune homme n'avait jamais vu le monde et il était bien plus grand qu'il ne le pensait. Deux jours de marche et de recherche le laissèrent amer. Les lieux étaient plutôt vastes, la différence avec Magna outre la grandeur des lieux et la technologie omniprésente, c'est qu'ici on était plutôt serein en se baladant.
Enfin ses efforts furent récompensés : le lieu interdit d'accès était identifié par un ruban des sanctuaris qui criait le crime. Une porte de fortune faisait gage d'entrée, les lieux étaient déserts, pas un bruit à l'intérieur et la rue n'était pas vraiment fréquentée ; ce n'était pas les quelques passagers qui allaient le retenir d'ouvrir cette porte. Il espérait trouver un indice qui pourrait le mener aux terroristes, ou dans le cas contraire qu'eux le retrouvent.

D'un geste de la main Eydel poussa la porte qui émit un cri plaintif. Il arracha les bandes plastiques qui faisaient office de barrage et s'engouffra dans la pièce.
Tout avait été brûlé et saccagé. Il commençait à douter de ses capacités à trouver un indice. Il commença à farfouiller, s'accroupir, soulever des trucs carbonisés.
Il prit une chaise à disposition qui était juste noire de cendre. Un peu trop intacte en fait. Il s'assit et leva les yeux au plafond. Sa capuche glissa en arrière dévoilant son visage. Adulte mais candide, une chevelure blonde mal ordonnée encadrait la finesse de ses traits. Ses yeux d'un bleu profond cherchaient réponses à ses interrogations.

Ce plafond et ce siège. Si tout avait été brûlé, je ne me trouverais pas installé aussi confortablement, et le plafond aurait au moins des traces de brûlures mais là aucune...

Il soupira.

Après tout je ne suis pas détective, j'ai l'espoir de les trouver et j'imagine des choses.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 34

Re: Alliés ?

le Dim 2 Juil - 22:39


 “Infiltration”, sauvegardé sous le nom de fichier [Projet I2]
>Cible : Nomacron West Bank
>Accès : Plan des conduits d’aération (remodélisation des données)
>P1 - Désactivation du système de surveillance (l: 45.8315300° ; L: 1.2578100°)
>P2 - Déverrouillage de l’aile B, accès à la zone de stockage des données (l: 45.8315300° ; L: 1.2578100°)
>P3 - Aile B - Accès à l’ordinateur central : sauvegarde des bases de données (l: 45.8315307° ; L: 1.2578106°)
 
Le plan était simple, il nécessitait un automate programmé au piratage informatique, assez léger pour opérer en silence. La confrérie avait fait appel aux services de Jarr’hal pour piller les bases de données de la Nomacron West Bank. Un moyen pour lui de se faire un nom dans la sphère des hackeurs, et de récolter suffisamment d'informations pour consolider ses moyens de pression à l’égard d'une poignée de multinationales.
Le plan était simple, mais la cupidité grandissait dans la logique de ses associés. Si la désactivation des systèmes de surveillance s’était déroulée sans complications, les bases de données n’étaient plus un butin assez précieux à leurs yeux. Ils voulaient être craints, devenir le nouveau fléau de la finance en reprenant aux humains les bénéfices amassés à partir du travail sous-payé des automates. Un symbole de crainte et de justice, une ère de suprématie des I.A. sur leurs créateurs originels.
 
Alors que le pirate rejoignait l’aile administrative par les conduits d’aération, une détonation se déclara dans l’enceinte de l’établissement : le reste des machines avait rejoint les coffres-forts et commençait à amasser leur butin. Jarr’hal s’assit silencieusement, écoutant les bruits de pas qui s’accéléraient et les cris des directives. Il savait qu’il n’aurait pas le temps d’accéder aux ordinateurs centraux, encore quelques minutes et les premières sirènes résonneraient dans le quartier financier du Cerclon. Les unités du Sanctuari perquisitionneraient alors le bâtiment et il pourrait dire adieu à l'accès aux ordinateurs centraux.
 
Il attendait. 1 minute. Les sirènes se rapprochaient. 2 minutes. Les forces armées s’introduisaient dans les locaux. 30 minutes. Ronde infructueuse, les automates s’étaient enfuis. 2 heures. Fin du compte-rendu et de l’état des lieux, les policiers laissèrent place aux brigades de recherche. 5 heures. Fin de service.
 
A Cerclon, le monde de la nuit appartenait aux automates. La notion de  “repos” était source de moquerie chez les I.A., un signe de l’inéluctable chute de l’Homme dans l’ère de la productivité. Jarr’hal comptait sur la faillibilité des Sanctuari, il savait que les êtres de chair étaient trop aliénés par leur sens et leurs émotions pour accomplir parfaitement leurs devoirs. Si la perfection est du domaine de la machine, Jarr’hal comptait bien découvrir les données laissées par mégarde et les suppressions de fichiers incomplètes.
Il rejoignit furtivement l’aile principale afin d’évaluer l’étendue des dégâts, ce qui relevait davantage d’un élan de curiosité que de recherche. Il souleva précautionneusement la grille d’aération lorsque des bruits de pas se firent entendre. A travers les minces lamelles d’aluminium, il prit le temps d’examiner son nouvel intrus.
 
>Type : humanoïde. 
>Taille : 1m82. 
>Attitude : distraite. 
>Position : assise. 
>Armement : négatif. 
>Menace : 47%. 
>Hostilité : non renseigné.
 
Aucun signe extérieur n’indiquait son appartenance aux Sanctuari. Son hôte chassait-il sa proie ? Jarr’hal poussa violemment la grille d’aération, fendant le silence d’un bruit sourd. Il s’élança aussitôt hors du conduit, faisant dorénavant dos à l’étranger. Sa cape ne laissait entrevoir qu’une forme humanoïde, balayant les cendres du sol d’un mouvement rapide. Il était inutile de dévoiler son identité lors des premières phases d’intimidation.
 
Vous venez de pénétrer au mauvais endroit, au mauvais moment. Cette scène ne vous appartient pas. Je vous laisse quarante-cinq secondes pour quitter les lieux.
 
Le pirate jeta une sphère métallique au sol qui vint rouler aux pieds de l’intrus. Un minuteur s’enclencha, ponctuant la scène de signaux sonores à intervalle régulier. 45...44...43…
 
- "Partez”.


Dernière édition par Jarr’hal vol Enmeth le Ven 7 Juil - 16:30, édité 1 fois
Jarr’hal vol Enmeth
avatar

Avatar © : Nivanh Chanthara

Masculin Race : Automate
Pims : 5
Messages : 14

Re: Alliés ?

le Mar 4 Juil - 16:27


Combien de fois avait-il entendu cette phrase « au mauvais endroit au mauvais moment ». Eydel aurait presque eu envie de sourire à cet « homme » caché. Mais sa réaction est toujours aussi violente quand un autre est devant lui : son regard se durcit, son corps se contracte, il est prêt à mener le combat. Vers la victoire.

Son allié premier est son esprit vif. Il détailla l'entrée de l'individu ; blanche et propre. Il le soupçonna de vouloir voler des données encore cachées dans ses lieux, alors risquerait-il sa vie en y mettant une bombe pour le menacer ? Eydel connaissait la réponse. Minuteur ou bombe il allait vite le savoir, même si il avait déjà une idée sur la question. Dans tous les cas si cet engin devait exploser, cet homme ne risquerait pas sa vie, l'ampleur serait donc limitée à ses 4 murs. En sortant de ce bureau il serait sauf. Eydel avait la porte, l'inconnu un conduit d'aération un peu plus compliqué à rejoindre maintenant que le plafond était à 2m50.

Le chemin dans sa tête était fait. Eydel regarda l'homme, son ordre était clair « partir », mais les ordres ne servent qu'à asservir un besoin et avoir un contrôle : plus personne ne le contrôlerait. Tranquillement mais sûr de lui il se leva. A mi-chemin entre l'homme et lui il saisit l'objet de la menace. 30...29...28..

Une bombe ? Du bluff...

Il jeta l'objet aux pieds de la silhouette.

« Je ne suis pas sûr de comprendre l'intérêt de revenir sur les lieux pour y mettre une bombe ? Ma présence a beau vous être hostile, me détruire et détruire des données est-ce votre but ? Vous souhaitez vous créer des problèmes en plus non ? »

Eydel réfléchit à ce qu'il venait de dire, il avait omis un détail à son schéma, cet homme n'est peut-être pas une des personnes qui avaient menées la cyber-attaque ; il pourrait être un sanctuari infiltré qui attendait patiemment une proie ? Son cœur fit un bond, son corps lui resta de marbre, il avait certes éloigné l'objet menaçant mais si c'était bien une bombe les dégâts seraient bien réels.

La balle « tic-tac » est dans ton camp. Prouve-moi que ma première hypothèse était la bonne.


14...13...12...
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 34

Re: Alliés ?

le Jeu 6 Juil - 18:28


11...10…

La sphère oscillait, animée d’une danse inépuisable qui révèlerait très tôt son dernier tour. Jarr’hal restait immobile, une carcasse métallique au milieu d’un champ de ruines n’éprouvant ni l’agitation, ni les soubresauts de la chair. Cette inertie était scandée par les derniers échos de l’appareil, un espace-temps étréci dans lequel l’automate se distrayait. 


-”Vous aimez jouer, vous, les humains. Vos certitudes laissent place au hasard, et vous vous amusez cyniquement autour d’un pourcentage d’échec. Combien ? 2%, 10% ? Bien sûr, vous ne le calculez pas.”


2..1...

-” Boum.


Le dispositif se fendit en deux, laissant s’échapper une légère fumée blanchâtre . Une esbroufe. Fantaisie d’un droïde pour faire battre le coeur d’un homme. Des êtres fragiles à la réflexion d’un être de métal, dont il saluait néanmoins l’audace et la témérité. D’un geste fluide, il reposa les deux fragments de sphère dans son sac et fit brusquement volte-face.


-”Avez-vous eu votre taux journalier d’adrénaline, humain ?


Les bras croisés derrière le dos, il s’approcha nonchalamment de son détracteur en le toisant de sa hauteur.


-”Maintenant, c’est moi qui fixe les règles du jeu. Vous êtes un charognard qui semble convoiter mon territoire et mon butin. Si les explosions de la Nomacron West Bank vous ont attiré ici, elles feraient mieux de vous faire fuir présentement.


Son visage froid et lisse se rapprochait de l’humain dans un dernier geste de menace.


-”Mais vous ne trouverez rien ici. Rien qui n’ait de valeur à vos yeux : ni liquide, ni argent virtuel. Vous n’avez pas même conscience des vrais trésors que ces ruines peuvent vous offrir.


Dernière édition par Jarr’hal vol Enmeth le Sam 8 Juil - 19:34, édité 1 fois
Jarr’hal vol Enmeth
avatar

Avatar © : Nivanh Chanthara

Masculin Race : Automate
Pims : 5
Messages : 14

Re: Alliés ?

le Ven 7 Juil - 23:18


Si les humains aimaient jouer alors ce jeune homme n'avait pas été invité. Le jeu, il préfère laisser ça pour les Hommes qui ont le temps et l'argent, lui il n'a ni l'un ni l'autre. Alors jouer n'est pas vraiment pas le mot.
S'ensuit l'explosion, un nuage de fumé inutile, une esbroufe sortie de ce minuteur : un jeu, encore ?
Sur le coup Eydel eut envie de se protéger, mais son esprit reste plus fort que son instinct : il n'en fit rien. Il écouta en silence cet être biscornu déballer son savoir et son excellence, en des termes moins élogieux « un baratin pompeux ».
Il approchait Eydel avec l'allure d'un roi, celui qui veut le contrôle et qui l'aura. Mais son charognard était plus résistant qu'il ne l'aurait sûrement souhaité ; froid et dur, son visage d'ange ne laissait pas entrevoir ses pensées.

Eydel ne connaissait pas ce genre d'individu, il ne savait rien de lui, en fait il ne savait rien de la robotique. Son lieu de vie est bien trop humanisé par les bandits et voyous, certes des bras ou jambes articulés oui, mais un être entier... Il en avait croisé à Cerclon mais il pensait que ce n'était que des marionnettes, des objets contrôlés par les hommes.

L'individu se rapprochait jusqu'à être à hauteur d'Eydel, son visage proche du sien, si proche. Il ne broncha pas, ne recula, son souffle pouvait être distinguer que si on y prêtait grande attention. D'un geste rapide et sec il se mit sur la pointe des pieds et lui asséna un coup de boule.
Le pauvre malheureux, il lui coupa la chique. Le mot « trésor » trouva une nouvelle connotation dans la tête de ce cher Eydel et sûrement aussi dans celle de cet individu prit au dépourvu.

Une lueur de malice éclaira son visage, mais sa tête revint lentement en position en même temps que son émotion favorite : impassible.


- Vous avez raison Ô seigneur ! Pour moi ses ruines ne sont que du vide, il marqua une pause laissant le ton de la moquerie derrière lui, donc je ne suis pas venu pour elles. Puisque vous me permettez d'en dire un peu plus, car je ne voudrais être jugé trop vite, rassurez-vous, je n'aime pas le hasard, ni les choses inutiles.


Non, l'inutile, il l'évite, ce coup de boule n'était pas une simple provocation il avait pour ambition de tester deux paramètres, le premier était la dureté de cet inconnu, et il l'avait vérifié dans sa propre souffrance. Le deuxième de voir comment cet être supérieur allait accepter les choses.


- Je pense que votre valeur est bien plus importante que l'or liquide Je vous propose un contrat. Je vous aide pour vos travaux, et j'ai une simple tâche, facile d'accès pour quelqu'un comme vous, mais nous en parlerons plus tard, car je ne veux pas vous perturbez, je souhaite me tenir à votre service si vous percevez une utilité en moi.


Eydel attendait, comme autrefois, il attendait ; le boss lui donnait une mission, il écoutait, validait et était dépêché. Maintenant il changeait la configuration, il « donne » ses services. En échange d'une demande. Il gardait espoir que son visage ne soit pas connu de cet inconnu.
Son visage, d'ailleurs, malgré le coup avec force précédemment n'avait laissé aucune marque, pas d'hématome, de profil on pourrait voir une légère bosse, mais sa peau restait aussi blanche qu'un linge. Ses indices pouvaient sûrement donner des idées à ce Seigneur. Mais recouvrir maintenant sa tête de sa capuche le laisserait facilement se faire suspecter.


Spoiler:
Ta police est pas mal, le texte respire beaucoup plus, le mien ça fait vachement condensé :/
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 34

Re: Alliés ?

le Sam 8 Juil - 23:16



Le droïde analysait les différentes actions et dires du singulier personnage, mais rien ne semblait s’harmoniser ou prédire un comportement rationnellement déterminé. L’ironie était une arme oratoire complexe dont les humains se montraient très friands, et s’il suffisait de décrypter les intonations de la voix et les divers signaux de faciès, le programme de Jarr’hal n’avait été que trop peu exposé aux êtres organiques pour correctement fonctionner. Entre hostilité et asservissement, son analyse ne se synchronisait plus assez rapidement pour répondre le plus raisonnablement possible. L’I.A. sociable prit la place des calculs, tandis que le pirate laissa échapper un rire profond et mécanique à la suite de l’altercation physique.

Curieux spécimens que ces êtres mous ! Tout cela lui procurait un intérêt plus ludique que scientifique, et ces jeux de rôle et de pouvoir constituaient des variables peu usitées auprès de ses confrères automates. Cependant, cette expérience sociale développa un nombre croissant de parasites au déchiffrage de la dernière sentence : “ME tenir à VOTRE service”... “UTILITÉ”. Dans un geste peu compréhensible de défense, Jarr’hal recula d’un pas.

-”Vous ne semblez pas comprendre à qu… à quoi vous avez affaire. Et je pense me trouver dans une situation à la fois opposée, mais également similaire à la vôtre. Ce jeu de miroir… ne me plait pas.” Il s’éloigna davantage, en gardant un contact visuel avec son interlocuteur. “Jusqu’où s’arrêtent vos sarcasmes ? Et dans quelle société vivez-vous pour vous asservir à moi ? Qui est l’Homme et qui est la machine ? La douleur de votre front devrait vous donner un indice sur la frontière entre nos deux mondes.”

Sans attente, l’automate serra ses poings. Tête inclinée, torse bombé, épaules en arrière. Une pose en réaction à une émotion que son I.A. souhaitait lui transmettre. Une injustice, une frustration. Une colère. Les décibels de sa voix augmentèrent sans véritable contrôle, Jarr’hal se laissait aller sur le sentier d’une passion spontanée, une douleur stockée et non visitée depuis quelques décennies.

-”Je ne suis maître de personne, car personne ne saura être maître de moi. [vol : +10%]
Je n’accepte aucun contrat. [vol : +2%]
Je ne donne aucun contrat. [vol : +2%]


Son corps paraissait de plus en plus massif tandis que ses systèmes s'enflaient de rage. Assomer cette tête blonde. Quitter l’Entre-Monde et le ramener à la flotte. Lui attribuer un numéro de matricule et le laisser entre les mains de l’Architecte. Les images de ses archives et d’un futur improbable se mêlaient jusqu’à ce que la pression à laquelle était soumise son corps se relâche. La seule conscience d’un mot suffit :
>le hasard
Une propriété inconcevable pour un automate, si forte soit son I.A. Si cette rencontre n’avait rien de fortuit, il commençait à en saisir un but. Une analogie imprévue, entre l’humain esclave et le robot affranchi. Le guider ? Le délivrer ? Il se retourna soudainement en direction de l’aile administrative, et marqua une pause avant de s’engouffrer dans la galerie.

-”Chemin faisant, je pourrais néanmoins vous initier à l’idée de travail collaboratif.
Jarr’hal vol Enmeth
avatar

Avatar © : Nivanh Chanthara

Masculin Race : Automate
Pims : 5
Messages : 14

Re: Alliés ?

le Dim 9 Juil - 21:58


Interloqué mais surtout bluffé, Eydel ne s'attendait pas à une telle révélation : face à une forme de vie qu'il a imaginé, face à un avenir qui le dépasse, face à une intelligence artificielle, face à son plus grand point faible, face à une forme de rêve d'enfant.

Lui, il avait toutes les clefs en main pour exprimer ses idées à travers son visage, il pouvait fragmenter chaque partie de son être pour exprimer colère, jalousie et surprise : il était un homme. Mais rien comme toujours ne s'échappa de son visage. Il sentit la colère envahir son interlocuteur par ses gestes, même sa voix prit une forme d'intonation différente. Mais dans un dernier élan celui-ci se vit proposer un apprentissage.

Eydel toujours stoïque lui emboîta le pas. Il ne savait pas quoi répondre. La galerie était longue, mais sa réponse tout autant. Il le suivait, en soit, il acceptait une partie de cette idée. Mais comment travailler en collaboration ? Comment avouez ses faiblesses par des mots ?

Il s'arrêta net le laissant continuer sa route et abattit son poing serré dans le mur. La tête baissé, la douleur au front et à la main. Il était faible face à cet être, il était faible face à lui-même.


- … Faites ce que vous avez à faire, je réfléchis en attendant ici.


Comme un enfant boudeur, il s'adossa au mur et se laissa glisser pour se recroqueviller sur lui-même.


Je suis venu à lui, je me suis dit qu'il m'aiderait dans ma recherche, je souhaitais lui proposer mes services dans un premier temps pour ensuite qu'il me donne mon renseignement et c'est tout, fin de l'histoire ! C'est quoi cette collaboration ? Comment ça ?
De plus, il aura main mise sur moi, je ne peux rien contre lui... Est-ce une forme de manipulation ?




Chaque passé laisse des séquelles, même si on souhaite prendre le dessus, s'affranchir, se rendre utile au monde il y aura toujours des problèmes qui se dresseront face à eux.
La volonté seule est inefficace,
Les capacités seules sont inefficaces.
Jarr-El serait l'aboutissement d'une volonté mêlée à des capacités ?
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 34

Re: Alliés ?

le Lun 17 Juil - 19:22


scan du bâtiment en cours...60%
>anomalie détectée
système/NWB/bat/anomalies
>o
téléchargement des données…

-”Nombreuses fissures sur les fondations du bâtiment dues à l’explosion simultanée de 3 sources de dynamites…Édifice instable…Accélération du scan...Mise en veille des programmes inutiles.

La voix de Jarr’hal était d’une continuité linéaire cybernétique, une suite d’ordres et de réponses qui orchestraient son rapport au monde. Il posa les mains sur la porte blindée des archives administratives pour reposer son ossature. Le moindre effort aurait perturbé son analyse de l’aile B et le temps s’égrainait contre eux. Il ne pouvait plus prendre le risque de continuer leur opération sans un calcul approfondi des risques d’effondrement, le scanner ayant révélé de nombreuses instabilités trop risquées pour sa sécurité. Et celle de son nouveau collaborateur. Un fac-similé d’humanité l’avait enclin à aider cet être de chair à trouver sa voie. Perte de temps. Gaspillage de ressources. Evolution chaotique de l’opération.
La tête inclinée contre la porte, ses capteurs ne sondaient plus aucuns bruits de pas, la respiration de l’Humain_A1 provenait de la même source statique. Il avait cessé de bouger à une distance de 5m42.

scan du bâtiment en cours...75%
>nouvelles anomalies détectées

Le bâtiment B était devenu un véritable champ de mines, Jarr’hal déverrouilla ses capteurs visuels alors mis en veille, et pivota sa tête de quelques degrés pour recadrer l’humain dans son champ de vision. Quelle étrange attitude d’inertie. Dans quel but ? L’esprit des hommes était encore difficilement sondable pour une machine n’ayant évoluée qu’au sein d’êtres mécaniques. Il comprenait mal les informations données par l’hexis, le langage du corps de l’individu.
>psychologie
Une information puisée dans ses archives, malheureusement - ou heureusement - peu renseignées dans ses bases de données. Un extrait de livre donné en démo avec son programme sociable. Cinq leçons sur la psychanalyse, Sigmund Freud, 1910. Une boutade de la part du vendeur, un androïde anti-humain qui répandait sa propagande parmi les machines du Cerclon. Il se plaisait à ridiculiser les êtres de chair en invoquant certaines de leurs théories obsolètes, paroles de science devenues clichées.
>inconscient_conscient_subconscient
>acte manqué
Quelles conneries. Des concepts réfrénant leurs capacités à un seuil peu tolérable pour des créatures dites intelligentes.

A peine trois secondes pour amasser et synthétiser l’ensemble de ces données. Des données trop irrationnelles, trop absurdes. Et pourtant, quelque chose l’attirait vers cette humanité floue et désordonnée.

Le scanner n’annonçait plus rien de bon. Il désactiva ses outils de recherche pour réalimenter intégralement son ossature et atteindre en quelques foulées le corps recroquevillé de l’homme. Sans un mot, il arqua précautionneusement ses membres au dessus de lui, inclinant son visage contre le mur. Les premiers débris tombèrent, ricochant sur ses épaules. Les premiers cailloux qui annonçaient l’effondrement. Une fumée opaque envahissait le couloir, peignant la cape du robot d’un blanc immaculé. Seul son visage, orienté vers l’inconnu, gardait son éclat métallique noir et luisant.

Il n’avait réussi qu’à anticiper quelques secondes, la situation était maintenant critique. Une large plaque de plâtre vint s’abattre contre son dos, le forçant à fléchir les jambes.

-”Prenez ma main et suivez-moi.

Paroles du seul guide à anticiper les secondes cruciales qui les aideraient à sortir indemne de ce piège à retardement. Jarr’hal saisit sa main fortement, sans attendre d’accord.

-”Ne réfléchissez pas et suivez-moi.
Jarr’hal vol Enmeth
avatar

Avatar © : Nivanh Chanthara

Masculin Race : Automate
Pims : 5
Messages : 14

Re: Alliés ?

le Jeu 20 Juil - 10:24


Eydel commença à relever la tête quand il entendit le robot arriver, le bâtiment commençait bizarrement à faiblir. Avant même qu'il put réagir, l'être de science fut frappé par des débris tombant du plafond. Eydel le regardait avec ses yeux glacés. Dans cet élan de bravoure le robot lui proposa sa main. Eydel la regarda et voulu commencer à se relever tranquillement mais la situation ne se passa pas comme il l'avait pensé.

L'humanoïde lui attrapa la main sans son accord et l'entraîna dans son escale vers la sortie. Eydel était choqué par ce geste. Il touchait très peu les « hommes ». Son éducation lui avait laissé des séquelles, ce contact le glaça : dans tous les sens. Car oui... Lui... Ce n'était pas un homme, il le sentit a son contact : rien, le néant. C'était le vide à l'intérieur, pas de vaisseaux sanguins, pas de flux corporel à manipuler, pas de mort à infliger. Il fixa le dos de cet être encapuchonné, des questions existentielles traversèrent son esprit un bref instant, mais l'heure n'était pas à la réflexion.
Il continua à courir tout en lâchant la main de son partenaire pour le devancer, frustrer. Le bâtiment montrait de plus en plus de signe de faiblesse, Eydel esquivait avec habilité les débris qui jonchaient le sol.

La sortie se dessina sous ses yeux, il sortit et enfila sa capuche. La lumière du jour pondait à l'horizon amenant avec elle une pluie éparse. Nos acolytes devront bientôt s'abriter pour ne pas finir par être assimilés à une flaque d'eau. Le jeune homme reprit sa course regardant que son compagnon de route face de même. Il ne pouvait pas rester là, le bâtiment menaçait à chaque instant de s'écrouler ce qui allait ameuter sans nul doute les chiens de garde.

Il bifurqua deux rues plus loin et montra du regard des escaliers de secours au robot. Prendre de l'altitude leur permettrait de voir ce qui se passait. De plus, un malfrat ne reste jamais sur les lieux du crime, il s'en va toujours loin... Alors autant rester à proximité et ne pas se fatiguer inutilement, les sanctuaris n'auront sûrement pas idées de les trouver ici.


- Je ne connais pas le terrain. Par contre je vous propose que nous nous installions en haut, en attendant que le temps se calme et que les sanctuaris passent pour constater les dégâts et se mettent à l'affût de cibles qui auraient pu courir beaucoup plus loin.


Malgré cette course, son endurance était resté intact, Eydel observait son adversaire. Si il devait devenir partenaire, soit, mais avait-il au moins une faiblesse ? Un robot reste souvent un être parfait physiquement et mentalement.

Au loin, les restes de la structure finirent par s'effondrer. Ce bâtiment avait lui aussi sûrement eu un passé,
un présent et un avenir, mais rien est immuable, même le plus solide des êtres façonnés par l'humain cache une faiblesse. Un escalier aussi fabuleux soit-il nous mènera vers la réussite, il nous fera gravir les échelons, mais à le piétiner, il finira par s'écrouler.


Je suis cruel...


Eydel eu un soupçon de pitié pour cet être qui finalement créé par l'humain n'était qu'un outil vers une réussite, qu'un tremplin, mais maintenant doté d'une conscience, peut-être était-il diabolique ?


Rien ne reste là au hasard, je suis sûr qu'il n'ai pas du genre à se laisser abattre et c'est peut-être moi qui finira en chair à canon. Attendons... Je n'ai rien contre lui, mais lui en veut peut-être aux hommes.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 34

Re: Alliés ?

le Dim 30 Juil - 23:30



Du haut des escaliers, la vue était imprenable. On pouvait observer la lune s’empourprer, enveloppant les rues du Cerclon d’une lumière érubescente. Une lumière douce et sanglante, embrumée par la poussière de l’édifice. Un empire dont les décombres ranimeraient aussitôt un flux d’économie. Une cote en bourse. Une vie qui s’auto-alimente, où l’humain semble avoir surpassé le robot. Quelle fierté ?

-”Quelle fierté à piller des ressources. Et cela uniquement pour de la monnaie."

Jarr’hal se retourna lentement vers l’inconnu.

-”Ce n’était pas le plan. Les données étaient nécessaires pour les prochaines actions. Et elles le sont toujours...

On eût cru entendre un soupire tandis que le corps de l’androïde s’animait nerveusement. Le tissu de sa cape alors inerte ondulait d’une vitalité qu’il peinait à contrôler.
>trahison
Un terme qu’il connaissait bien, le premier seuil vers son affranchissement de l’Architecte. La première étincelle d’individualité qui avait embrasé ses programmes jusqu’à la totalité de son système. Mais il n’était plus le bénéficiaire de ce concept, il en était devenu la victime. Qu’éprouvait-il ? Etait-ce la même sensation qu’avait ressentie son créateur à son départ ?

-”Trois mois de recherches réduits à néant. Je me suis fait…
duper.


>trahison
>colère
Un concept peu exploité qui semblait embrumer sa maîtrise de soi. En somme, un concept fortement déconseillé aux I.A., mais qui semble parasiter tout programme avant diagnostic. Une fureur grandissante dans un corps de métal fixant de ses capteurs un être de chair. Un inconnu dans son monde.

-”Quelle fatalité d’être dupé par les siens. Les siens.

Le son des sirènes se rapprochait, et chaque humain s’affairait progressivement à sa tâche prédéfinie. De cette hauteur, ce spectacle s’apparentait à une fourmilière peu optimisée mais où d’aucuns avait sa place. Une place régie par des règles et des conventions, par un héritage et une formation dès la prime enfance. Cette idée apaisa étrangement ses stimuli physiques, le poussant à la réflexion.

-”Mais la frontière entre nos deux mondes est plus poreuse que j’ai pu le croire.
Votre idéal de perfection vous mène à adopter un comportement mécanique et apathique.
Le nôtre est d’atteindre le plus haut degré d’autonomie et de sensibilité.
Des miroirs nous laissant contempler un absolu inatteignable.
Comme si nous n’aurions jamais dû nous rencontrer.


L’automate recentra sa vision sur l’inconnu, son corps ayant retrouvé sa paisible inertie. Il haussa soudainement les épaules.

-”Je vous ennuie dans un flot de données, ce n’est pas dans mon habitude d’autant communiquer. Entre robots, nous en avons généralement…
moins besoin.
” Il marqua une pause avant de continuer.

-“Jarr’hal vol Enmet

Il approcha d’un mouvement lent, presque timide, sa main vers celle de l’inconnu. Trois doigts de métal articulés sous l’ombre d’une manche.

-”Automate affranchi, et pirate freelance depuis peu. Voilà des données plus importantes, il me semble.
Jarr’hal vol Enmeth
avatar

Avatar © : Nivanh Chanthara

Masculin Race : Automate
Pims : 5
Messages : 14

Re: Alliés ?


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

- Sujets similaires