Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Face à l'avenir

le Mar 27 Juin - 15:44


Cela faisait bien longtemps qu'Eydel n'avait pas entendu de sons aussi parfaits, mélodieux et sereins. Le bip continu de l'ECG démontrait un cœur stable, mais surtout vivant.
Il ouvrit les yeux et fut ébloui par la lumière de la pièce. Il aurait bien protégé ses yeux clairs d'un tel éclat mais son corps était lourd, quasi paralysé : sous morphinique serait un terme bien plus adapté.

Il essayait de se souvenir de ce qu'il s'était passé, l'histoire n'était pas très claire. Mais il devait analyser avant de réagir, c'est ainsi qu'il avait été formé. Son corps n'essaya pas de faire un quelconque mouvement, il ne voulait alerter personne. Sa respiration restait calme. Il ferma les yeux de nouveau à fin de tout se remémorer.

Tout a commencé avec lui, j'ai perdu ma dague, les sanctuaris sont arrivés plus vite que prévus, j'ai même pas eu le temps de la récupérer et en plus il m'a fait plus de dégâts que je ne puis l'imaginer.

Il songea à cet homme et la venue des sanctuaris sur le lieu du combat, c'était suspect et louche, l'individu était arrivé dans son dos, silencieux et le coup de couteau asséné avait été bien placé. Eydel s'en était débarrassé au plus vite mais les sanctuaris étaient déjà quasiment sur place dès qu'il avait reçu le coup.

Sûrement un coup d'Erzan. Le visage de cet homme ne m'était pas inconnu..

Bien que la colère ; son sentiment le plus présent face à cet échec prît de l'ampleur penser à la satisfaction d'avoir laissé un cadavre derrière lui l'apaisa, car ce piège était un échec. Même si il avait perdu une arme précieuse, Erzan ne pouvait pas la récupérer non plus.
Son corps lui restait froid et sans vie comme la chambre qui avait été préparée rien que pour lui.

Ensuite cette femme, elle m'a sorti d'un mauvais pas, mais en voulant l'aider, voilà ou j'ai fini... D'un tas d'ordures je passe à un lit confortable. Etrange, je ne sais pas qui m'a aidé. Mais surtout je crois que ce lieu est plein de sanctuari...

Eydel ouvrit les yeux et regarda doucement la pièce dans laquelle il était. Son regard était froid,
En première approche on aurait envie de le fuir car on sentait que si une chose ou un être vivant osait avancer dans le périmètre de sécurité que dressait son regard il deviendrait agressif. Mais c'est un fait, un regard tendre pourrait voir qu'il faisait pitié : une coquille, un enfant abandonné, un chiot perdu.
A visage découvert on voyait un jeune garçon ou la misère marquait ses traits. Ses bras nus étaient remplis de cicatrice, toutes semblaient assez anciennes mais certaines restaient plus marquées. Seules ses mains ne semblaient pas avoir été détruites par le temps, de longs doigts fins et musclés, une peau rugueuse et abîmée synonyme de travail. En remontant sur le haut de son corps les épaules semblaient avoir subi la même épreuve que ses bras. Le haut de son torse, large mais pas d'une grande puissance dévoilait le même spectacle. Ensuite un bandage l'habillait et le drap finissait par le recouvrir.
Son visage jouvencelle donnait une certaine candeur à son regard durci par les épreuves du temps.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 28

Re: Face à l'avenir

le Jeu 29 Juin - 15:32


L'inconnu allant se trouver un chirurgien et des guérisseurs pour panser ses blessures, j'étais la seule disponible pour un interrogatoire dans les règles. Je leur avouais que j'avais croisé cet homme à peine une heure auparavant dans Magna et qu'il m'était aussi inconnu que pour eux. Les sanctuaris relayèrent leur message et les médecins cessèrent de me poser des questions quand mes réponses évasives les eurent lassés.

Enki n'était pas d'avis que je m'en aille sans connaitre la suite de l'aventure. Dès que je franchissais les portes du sanctuaire le chemin réapparaissait et tiraillaient ma conscience. Comme ça j'ai fais quelques allés et retours puis, au bout d'un temps plus ou moins long, je revenais sans faire d'histoire.
A la fin j'étais assise dans la salle d'attente et les magazines à disposition étaient tous devenus ennuyeux.

Une infirmière vint me chercher, elle ne pouvait pas savoir que je ne connaissais réellement pas ce type, en plus j'étais toujours dans la salle d'attente à l'attendre sagement... C'est pourquoi elle m'indiqua son numéro de chambre et même qu'il était encore endormi.

Ainsi j'étais dans sa chambre à son réveil, assise à une distance respectueuse et découvrant un nouveau magazine qui racontait autant de potins insolubles que ceux de la salle d'attente. Les Maitres étaient des personnalités comme les autres et entre deux amours de stars, il en apparaissait parfois un au bras d'untel et un autre en sale état...

Du mouvement m'indiqua qu'il était réveillé. Je l'observais avec méfiance avant de m'approcher.

-Bonjour, on dirait que c'était ton jour de chance.
Azura Ninsun
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Race : Humaine
Pims : 250
Messages : 102

Re: Face à l'avenir

le Ven 30 Juin - 20:59


Quand son regard croisa le sien, il se crispa. Amie ou ennemie ? Voilà deux fois qu'il croisait sa route, elle était suspecte, autant que le cadavre qu'il avait laissé dans la rue auparavant. Tant de questions défilaient dans sa tête, mais il n'a jamais vraiment su avoir une conversation, alors par ou et par quoi commencer?

Il enleva doucement le bipeur qu'il avait au bout du doigt pour ne pas alerter quiconque de son réveil, puis il daigna tout de même répondre à cette être vivant.

- Tout dépend de votre position vis-à-vis de moi ?

Il ne détourna pas le regard, franc, droit. Il était méfiant, regarda vite fait le magazine dans ses mains, connaître son ennemi pour mieux le cerner. Mais pour le coup, il ne connaissait pas vraiment ce genre de lecture. Il se redressa pour s'asseoir. La couverture glissa le long de son corps. Sa nudité ne semblait pas le perturber. Il continuait de fixer l'humaine scrutant chacun de ses gestes.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 28

Re: Face à l'avenir

le Sam 1 Juil - 19:06


Je ne pensais pas rencontrer quelqu'un de plus méfiant que moi un jour. Je dois remercier Enki pour cette nouveauté.
Il n'y a pas de honte de l'observer s'asseoir car le corps des hommes est l'oeuvre d'Enki, il a modelé le moule qui leur a donné cette apparence.

Pourtant, je me détourne un instant, remettant le magazine sur la table de chevet là où il prendra a poussière jusqu'à ce qu'une personne désespérée d'ennui se décide à le feuilleter elle aussi.
Ces gestes anodins me permettent de trouver une réponse appropriée à sa question. Mais ai-je tout intérêt à lui donner une réponse ?

-Si j'étais un ennemi je t'aurais laissé mourir dans la ruelle, tu ne crois pas ?
Azura Ninsun
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Race : Humaine
Pims : 250
Messages : 102

Re: Face à l'avenir

le Dim 2 Juil - 21:15


Eydel suivit le mouvement du magazine, il faillit réagir quand il fut déposer sur sa table de chevet, mais garda son calme, cette personne n'était pas encore menaçante.

- Jamais personne n'a voulu me sauver la vie, alors pourquoi une inconnue ? Et pourquoi m'avez-vous suivi ?

Son regard se glaçait au fur et à mesure qu'il parlait. Il ne comprenait pas pourquoi une femme était là, à son chevet, cela le rendait irascible.

A travers les stores, des ombres passaient devant la porte et la fenêtre, bientôt il devrait mettre fin à cette conversation et fuir cet endroit. Il ne savait même pas si les soins étaient gratuits ou payant. Le premier cas serait en sa faveur, il aurait plus de facilité de fuite. Mais dans la vie tout se paye.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 28

Re: Face à l'avenir

le Lun 3 Juil - 21:21


J'ai vécu dans un temple enfermée et interdite de soleil à cause d'un don soi-disant venant du dieu artisan, du dieu de la terre ayant modelé les hommes dans la glaise pour en faire des serviteurs, des travailleurs acharnés... J'ai vécu les intrigues, les vengeances, j'ai vu la prostituée sacrée mourir de maladie sexuelle et condamner toute une génération de femme à la mort...
Cette horeur qui a bercée mon enfance, j'en vois une image vivace dans son regard à lui. J'en ai froid dans le dos.
Comme un automate, je lui répond en regardant ses yeux intensément bleus.

-Je ne suis pas une ennemie. Je ne te connais même pas.


Enki m'avait menée là et Enki n'avait aucune réponse géniallissime à me souffler. Ca pour me mettre dans l'embarras, il sait. Mais pour m'en sortir... Que pouvais-je dire qui ne me ferait pas passer pour une folle à lier ?

-le fait que je t'ai retrouvé dans la ruelle tiens du hasard. Mais quand je t'ai vu lorgner les gardes j'ai compris que tu avais besoin d'un petit coup de pouce. Quant à ma présence ici... Je ne suis pas une mauvaise personne, je t'ai vu mal en point et même avec ces deux guérisseurs sortis d'on ne sait où... Bref, je me suis dit qu'un type comme toi ne devait pas avoir beaucoup de personnes à son chevet après une telle épreuve.

C'était bien résumé si on oublie que Hasard veut dire Enki.

- En plus de ça, tu sortiras plus aisément accompagné de quelqu'un que tout juste rafistolé et seul.
Azura Ninsun
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Race : Humaine
Pims : 250
Messages : 102

Re: Face à l'avenir

le Mer 5 Juil - 23:09


Même si cette jeune femme parlait très bien, sans bafouillage, Eydel remarqua l'hésitation à un moment et ce mot « hasard »... Il eut presque envie de sourire. Il n'y croyait pas. Il n'y avait jamais cru.

- Chaque choses et chaque personnes ont leur place dans ce monde, le hasard n'existe pas.

Étrangement, il baissa le regard et ferma les yeux, pensant à la situation actuelle. C'était ridicule.
Son agressivité semblait avoir diminué d'un cran, il ne répondait plus par des questions, il avait aligné des mots sans brutaliser verbalement son interlocuteur. Prochaine étape : la politesse, il le savait.

- Je vais être honnête, je n'ai pas de moyen financier pour me sortir de cet endroit, ni pour vous payer. Si vous attendez une contrepartie financière je ne pourrais rien pour vous. Il marqua une pause. Par contre, je peux accepter une demande de votre part. Si vous n'êtes pas une mauvaise personne moi je ne suis pas quelqu'un de bon. Je m'engage à être sous vos ordres pour un contrat.

Il leva un regard sincère sur elle. Il attendait une réponse et un travail. Toute sa vie avait été ainsi faite : attendre un ordre ou par automatisme achever ou soigner les hommes qui arrivaient selon leur état de santé.
Il remarqua de lui-même son erreur et baissa la tête gênée, il n'était plus là-bas, il savait maintenant que les humanoïdes réagissaient de façon différentes face à des inconnus, plus lentes car tout n'était pas forcément un calcul, ni une mission de survie.
Il baissa les yeux, ses joues avaient presque commencé à rosir de son erreur, mais il se ressaisit en commençant à retirer le bandage de son torse en l'entourant autour de sa main. Il commençait à dévoiler les points de sutures au niveau de son ventre et en dessous de ses côtes. Les points scintillaient, Eydel en avait déjà entendu parlé, c'était une magie qui permettait de faire cicatriser plus vite la plaie sans laisser de trace. Cela lui importait vraiment peu vu le nombre qui se dévoilaient au fur et à mesure qu'il enlevait ses linges de pansement.
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 28

Re: Face à l'avenir

le Dim 9 Juil - 17:05


Lui, il s'entendrait bien avec Enki. Avec toute le concept sumérien de la population esclave des dieux car créée pour travailler et rien d'autre. Je me crispais sur ma chaise car c'était un pensée trop tranchée pour être le fruit d'un homme simple. Dans quoi m'as-tu fourré Enki...
J'en suis convaincue lorsqu'il ouvre de nouveau la bouche pour me proposer un dette dont je n'ai pas envie. Être le créancier d'un tel personnage, je doute que cela m'attire que de bonnes choses. Il a un joli visage mais je l'ai trouvé mal en point dans une ruelle de Magna. Je commence à penser que mon pouvoir est en réalité une malédiction qui a pour but de tenter de me faire tuer par tous les moyens originaux à sa disposition.

Je remarque qu'il n'a pas adopté la familiarité avec laquelle je lui ai parlé. Je me sens à la fois mise en danger et gênée. Qu'il est compliqué de s'adapter à ce monde ! Il m'apparait sur la défensive et ça n'arrange rien pour que je sois plus à l'aise.

-Ça tombe mal car je n'ai besoin de rien. J'ai ce qu'il me faut pour vivre et je n'ai aucun travail qui requiert les compétences d'un homme. Quant à cet hôpital, il est gratuit. Ils ne vous demanderont rien sinon de ne pas revenir trop vite les voir. Donc vous êtes libre de vous laisser soigner...

Je jetais un oeil à ses bandages qu'il avait pris soin de retirer.

-Par exemple en évitant de défaire les bandages qui sont là pour vous éviter une infection.

Je n'ai pas fais grand chose pour le sauver, cela dit pour la petite quantité d'efforts fournis pour le tirer de son mauvais pas, je trouvais que se laisser soigner était une juste compensation. C'est ainsi que mes sourcils s'élevèrent haut sur mon front et qu'un tic d'agacement retroussa mon nez.

-Le bon côté des choses, en cas de nouveau risque de mort imminente, vous êtes au bon endroit...

C'est vrai que j'aurais aimé savoir comment il en était arrivé là. Mais les questions commençant par "pourquoi" ou "comment" faisaient mauvais genre et il était bien assez sur la défensive comme ça. Pas étonnant qu'il se comporte comme un animal traqué vu la quantité de cicatrices qui le recouvrent.
Azura Ninsun
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Race : Humaine
Pims : 250
Messages : 102

Re: Face à l'avenir

le Dim 9 Juil - 22:40


Il remarqua directement le changement de ton qu'elle avait employé à son égard, ainsi que son visage qui montrait une légère irritation face à la tenue qu'il adoptait envers la bonté des personnes qui l'avaient tirée de ce mauvais pas.
Son air froid et mécanique quand il parlait et qu'il regardait les gens le rendaient très désobligeant voir horripilant. Mais la vie l'avait ainsi formé. En tout cas il se sentait reposé, il se permit d'ajouter à l'égard de son interlocutrice qu'elle ne devait pas s'inquiéter.

- Je ne risque pas d'infection.

Eydel se voulait accueillant avec cette inconnue, mais ça n'allait pas durer car il ne pouvait pas rester ici. Il y avait un placard au bout de la chambre. Il commença à se redresser pour poser ses pieds au sol, doucement il faisait bouger son corps et il accueillait la douleur.
Il se leva, nu, suite aux opérations on habille souvent les patients d'une blouse, mais ses bandages sur le torse et les soins réguliers qu'avaient pu pratiquer les soigneurs lui avaient évité ce pagne. Cela ne le choqua pas d'être ainsi, il ne pensait pas à la place des autres et vivait en marge de la société, il n'avait pas été habitué à cette pudeur. Il se dirigea vers l'armoire d'un pas fragile, presque titubant et l'ouvrit. Alors que ses blessures auraient pu se rouvrir avec le choc du poids de son corps, il ne se passa rien.

A son grand soulagement ses habits étaient là, à son grand étonnement : propres ! Il commença à enfiler son caleçon. Plutôt rapidement pour un blesser mais trop lentement si la jeune femme était choquée. Il se tourna face à elle.

- Je ne peux pas rester ici. Et je ne comprends pas ce que vous faites ici si vous ne voulez rien de moi.

Il saisit son tee-shirt. Il avait fait pas mal d'effort pour mettre son premier habit, le deuxième était plus ardu puisqu'il allait passer sur ses blessures internes. Il décida de prendre son pantalon et de se rasseoir sur le lit pour se reposer. Sa respiration avait été plus forte un instant, mais il se calmait. Eydel s'était installée en face de l'inconnu et leva les yeux sur elle, insistant. Pour lui une personne qui attends son chevet et qui ne demande rien en retour c'est étrange.

- Si je pars, vous me laissez partir ?
Eydel
avatar

Avatar © : martinasavio

Masculin Race : Humain
Pims : 5
Messages : 28

Re: Face à l'avenir

le Mer 12 Juil - 13:31


-Je n'y comprends pas grand chose moi-même.

C'était dit dans un soupir et sur le ton de la plaisanterie mais puisqu'il était à fleur de peau c'est avec un train de retard que j'estimais qu'il pouvait mal le prendre.
Pour masquer ce qui me semblait être de l'embarras, je me levais et lui proposais mon bras.
Car, dans mon maigre plan établi à la va-vite j'estimais que nous devrions faire comme si nous étions des connaissances proches. Où les sanctuaris et internes pourraient avoir des soupçons.

Des soupçons de quoi, je me le demande ! Je n'ai rien fais de mal, j'ai vanné quelques miliciens à Magna et j'ai aidé un guérisseur à rapatrier au sanctuaire le corps d'un homme blessé. L'estime que je me portais était intacte, je n'avais rien à me reprocher qui ne soit plus limite que quelques mauvaises blagues et un jeu d'actrice déplorable.

-Je n'ai pas l'intention de vous retenir. Et comme je l'ai dit il y a cinq minutes, vous aurez besoin d'aide pour quitter les lieux discrètement. Pour les infirmières je serais votre... Et bien, vous avez l'air assez jeune mais trop âgé pour avoir une tante de mon âge. Disons que je suis votre sœur, on ne se ressemble pas beaucoup... Espérons qu'on ne nous demande pas de le justifier. Remariage du père peut-être... Si les questions en viennent là, nous pourrons dire que je vous emmène chez moi. A Ciel ? Non, l'altitude pourrait vous être déconseillé. A Tern, c'est aseptisé, au niveau de la mer et il y a des antennes du sanctuaire un peu partout... Donc, je vous emmène à Tern où vous vous reposerez avant d'aller voir les sanctuaris pour parler de votre agression. Vous ne vous sentez pas encore assez bien pour supporter un interrogatoire maintenant. Donc les sanctuaris attendront que vous alliez les voir quand le choc de cette terrible agression sera un peu passé. J'ai oublié quelque chose ?

Je le jaugeais de la tête aux pieds. Il avait l'air trop mal en point pour faire passer sa sortie comme normale et validée par le corps médical. J'insistais d'autant plus pour qu'il prenne mon bras afin que je le soutienne pendant notre passage dans les couloirs. J'avais pour objectif final qu'il ait l'air le plus adroit possible même avec des points de sutures frais.

-Cette version ne sera à sortir que si on nous pose des questions. Pour le moment, on sort sans faire de vagues. Il faudrait nous trouver un sujet de conversation anodin pour sortir sans attire l'attention...

Le regard sur le plafond je cherchais un sujet qui pourrait passer un peu partout.

-Vous avez des animaux de compagnie ?

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, je n'avais pas l'habitude d'aider un criminel recousu de peu à sortir d'un hôpital bondé comme un voleur. Nécessité fait loi. Ma loi étant Enki et le chemin qui me ramène à cet homme dont je ne connais même pas le nom.

-Au fait, je m'appelle Azura.
Azura Ninsun
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Race : Humaine
Pims : 250
Messages : 102

Re: Face à l'avenir


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires