Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Re: Je panse donc j'essuie

le Lun 29 Mai - 20:39


L’homme à la peau Nacrée ressortit enfin, il appela deux infirmières à qui il chuchota des instructions que Lilou, même en tendant l’oreille ne put entendre. Ensuite il se tourna vers elle, ses cheveux lisse et soyeux ondulait au rythme de ses pas tandis qu’il s’approchait. Bien qu’il soit très jeune physiquement, une grande maturité se dégager de son attitude. Il lui fit un sourire qui la mit d’emblée en confiance, avant de s’accroupir pour se mettre à son niveau. Il lui parla d’une voix cristalline très agréable à l’oreille.

- Bonjour Monsieur Neïne… Nenvel, répondit elle.

Elle marqua une petite hésitation, qui s’effaça presque aussitôt en regardant à nouveau le visage angélique du guérisseur.

- D’accord, fit elle en hochant la tête.

Elle descendit de la chaise, pris soin de ne pas laisser son sac derrière elle, et poussa la lourde porte de la salle d’examen n°4. Ses yeux pétillèrent, elle avait déjà vu des médecins et des guérisseurs auparavant, mais c’était toujours dans le cadre de l’orphelinat. Les enfants se transmettant souvent leurs microbes, la plupart du temps c’était le médecin qui se déplaçait pour soigner l’épidémie, plutôt que l’inverse. C’était donc la première fois qu’elle voyait une vraie salle d’examen, ce qui intrigua en premier lieu la rouquine, fût les grands posters explicatifs accrochés aux murs, puis ce fût la multitudes d’instruments qui attendaient patiemment bien rangé et aligné, elle ne savait pas à quoi pouvait servir la plus part d’entre eux…

Après avoir photographié mentalement chaque recoin de la pièce son regard s'attarda sur une sorte de couchette peu épaisse qui trônait au milieu de la pièce, avec à ses pieds, un petit escalier, la fillette en conclu qu’elle devait grimper dessus. Elle se dirigea vers lui avec entrain, l’escalada et s’assit sur le rebord, puis, elle recommença à battre l’air de ses pieds, en attendant la suite des événements. Son visage illuminé d'un grand sourire, ses yeux pétillaient, ravi de ces nouvelles expériences.




( ゚ヮ゚) Toute connaissance commence par les sentiments. Leonard de Vinci
Lilou
avatar

Avatar © : christelle ponche

Féminin Suivi : fiche personnage , feuillet de vie

Race : mi humain / mi esprit
Statut : Apprentie guèrisseuse
Pims : 181
Notes : Titou : ressemble à un petit écureuil
Higor : un sniffleur dessiné par Kaïl
Messages : 190

Re: Je panse donc j'essuie

le Mar 30 Mai - 12:27


Le Dieu avait laissé la jeune enfant ouvrir la marche. Sa voix avait également ces accents de jeunesse que l’on retrouvait dans son visage et sa gestuelle. Il avait devant lui une jeune fille adorable qui semblait s’interroger sur tout ce qu’elle voyait autour d’elle. Il n’avait pas trouvé d’ancien dossier à son nom, ça devait donc être sa première visite au sanctuaire. Lui même se rappelait sa première visite il y a bien des années déjà. Le sanctuaire avait beaucoup changé depuis cette époque, et c’était énormément modernisé afin de pouvoir traiter les pathologies les plus compliquées et surtout des patients qui pouvait sortir de l’ordinaire. Une fois que Lilou fût installée en face de lui, il commença à l’examiner à distance, elle avait effectivement beaucoup moins de blessures que son mentor. Celui-ci avait dû la protéger de son mieux, comme le devait un maître.

« C’est la première fois que tu viens au Sanctuaire ? Ca peut être impressionnant la première fois, mais on s’y fait vite et même certains – comme moi – finissent par y passer toutes leurs journées. »

Un sourire franc et bienveillant ne quittait pas le visage du guérisseur, dont les yeux avaient maintenant pris une couleur framboise. Il avait commencé à examiner plus précisément les blessures de Lilou. Il s’agissait principalement de griffures au niveau des bras et de la nuque. Pas de vraie morsure. Elle s’en sortait bien. Il prit toutefois le temps d’ausculter le cœur et les poumons de la jeune fille à l’aide d’un stéthoscope.

« Tu n’as que quelques blessures superficielles, ne t’en fais pas. Je vais te donner une pommade qui va aider à apaiser les douleurs et surtout à favoriser la cicatrisation. »

Neñvel s’arrêta quelques secondes en pensant à ce que Richye lui avait dit par rapport au baume à l’Arnica, il s’agissait d’une idée de Lilou.

« Monsieur Erelm m’a dit que c’était toi qui avait eu l’idée de lui mettre un baume à l’Arnica sur l’épaule ? C’était une excellente idée ! D’ailleurs la crème que je vais vous donner à tous les deux et à base d’Arnica, de Valériane et d’extrait de Coca. Il faudra t’en appliquer un peu au niveau des griffures qui te gênent le plus tous les soirs avant d’aller te coucher, d’accord ? »

Il sortit alors d’une armoire à pharmacie disposée en hauteur un petit pot en terre cuite contenant le baume qu’il avait lui même préparé. Après avoir vérifié qu’il s’agissait bien du bon remède il le tendit à la jeune fille.

« Avant de te laisser partir, il va falloir que je te fasse une toute petite piqûre. Il s’agit de deux vaccins pour être sûr que ces chauves-souris ne te transmettent rien de grave. Ca va aller, tu as déjà eu des piqûres ? »

Neñvel avait préféré garder le sujet – toujours sensible chez les enfants et parfois même chez les adultes – de la piqûre pour la fin, le retardant le plus possible, le temps d’instaurer une relation de confiance entre Lilou et lui. Les piqûres étaient très souvent indolores mais c’était surtout l’aspect anxieux de l’aiguille qui posait problème dans un certain nombre de cas.
Neñvel
Directeur du Sanctuaire
avatar

Avatar © : Heise

Masculin Statut : Directeur du Sanctuaire des Braves
Pims : 275
Messages : 19

Re: Je panse donc j'essuie

le Mar 30 Mai - 18:22


- oui ! Faut dire que le médecin je le vois plus souvent à l’o… la maison, répondis-t-elle.

Elle marqua une pause se rendant compte qu’elle avait faillit vendre la mèche. Pour mieux effacer sa maladresse, elle reprit en puisant dans ses véritables sentiments, à savoir, l’émerveillement.

- c’est clair que ça me gênerait pas de rester ici pour toujours !

Son interlocuteur avait décidément un bien beau visage. Elle s’attarda un peu sur ses yeux, tandis qu’il examiné ses petites coupures. C’est à ce moment là, qu’ils changèrent de couleur, ils passèrent d’un gris rougeoyant à un rose acidulé. Lilou ouvrit la bouche béatement, et ponctua d’un
« OUAAAAH !!!! Comment vous faites pour changer la couleur de vos yeux ? »

Il l’examina également avec l’outil que tout les médecins possédaient- il y en avait même qui l’avait constamment autour du cou. Lilou ne se souvenait pas de son nom, elle avait juste le souvenir que c’était imprononçable. Elle se souvint des consignes qu’elle recevait généralement lors de cet examen, elle prit donc soin de respirer fortement par la bouche pour qu’il puisse entendre.

Enfin, elle hocha la tête lorsqu’il lui expliqua qu’elle devrait mettre une pommade sur ses plaies. Il détailla la composition de cette dernière. Lilou se retint de sortir son carnet pour prendre des notes, mais se répéta mentalement et à plusieurs reprise la composition. Elle ne voulait pas oublier, pour pouvoir l’inscrire dans son carnet à la rubrique « futurs expérimentations ».

Elle prit le pot en terre cuite qu’il lui tendait, et l’ouvrit sans attendre pour en sentir l’odeur, puis elle referma et regarda à nouveau le guérisseur en souriant.

- merci beaucoup

Il lui parla alors de piqûre, elle n’aimait pas particulièrement ça, mais ça ne la gênait pas outre mesure, en plus elle était persuadait qu’il ne lui ferait pas mal. Elle tendit son bras devant elle et dit avec détermination « vous pouvez y aller, j’ai pas peur des piqûres »

Une demi-heure plus tôt, elle avait voulu repartir, et maintenant... Elle voulait rester à tout prix. La compagnie de cette homme, si souriant, lui était tellement agréable.
*je pourrais venir pour aider, se dit elle, et peut-être même que j’apprendrais des trucs en le regardant travailler… *
Pensive, elle regardait le sol à présent, il pouvait lui faire une piqûre sans probléme, son esprit était ailleurs, il vagabondait....




( ゚ヮ゚) Toute connaissance commence par les sentiments. Leonard de Vinci
Lilou
avatar

Avatar © : christelle ponche

Féminin Suivi : fiche personnage , feuillet de vie

Race : mi humain / mi esprit
Statut : Apprentie guèrisseuse
Pims : 181
Notes : Titou : ressemble à un petit écureuil
Higor : un sniffleur dessiné par Kaïl
Messages : 190

Re: Je panse donc j'essuie

le Mar 30 Mai - 22:31


Pendant que le jeune médecin s'attelait à ausculter mon "élève", je profitais d'un repos réparateur... qui fut de courte durée, interrompu par l'arrivée d'un interne :

- Monsieur Erelm ? Veuillez me suivre, je vous prie. Je vais vous mener à la salle de radio.

Je le suivis jusqu'à la salle en question, traversant couloirs et coursives, jusqu'à une grande salle où trône en plein milieu une immense machine.

- Installez-vous ici, ça ne prendra que quelques minutes.

Je m'exécute. Un bruit grave et continu résonne pendant que la machine s'active. Je reste immobile jusqu'à que le bruit s'arrête et que l'interne s'approche, et me dise :

- C'est terminé. La luxation n'est pas importante, elle n'a pas entraîné de lésions supplémentaires. Nous allons également nous occuper de votre main.

Je suivais l'interne jusqu'à la salle pour aller me faire recoudre. Je me demande comment s'en sort Lilou ?




- Le gras, c'est la vie -Proverbe gallois
- Huit, ça suffit - Proverbe nain
- Si c'est bon, bah reprends-en - Proverbe à ma sauce Smile
Richye Erelm
Alchimiste
avatar

Avatar © : Christelle Ponche

Masculin Suivi : Description
Fiche de suivi

Titre : Artisan, Perçant, Curo
Race : Humain
Statut : Alchimiste de l'Entre-Monde
Pims : 141
Messages : 179
Titre débile : Le pourfendeur de chauve-souris

Re: Je panse donc j'essuie

le Mer 31 Mai - 0:54


Tiens, la petite était observatrice. Elle avait remarquée que ses yeux changeaient sans cesse de couleur. Lui même ne savait rien du moment où se produisaient ses changements ni même de la couleur qu’ils allaient prendre. Un reliquat de sa très longue existence passée à l’état d’esprit, ne revêtant presque jamais une apparence charnelle. Le corps qui lui avait été offert à son arrivé dans l’Entre-Monde présentait certaines instabilités, en témoignage de ce long passé. La question le surpris toutefois, si beaucoup devaient se demander la même chose, peu osaient lui poser la question directement. Encore, un avantage de la jeunesse, rien ne paraît déplacé lorsqu’on le demande avec la même curiosité émerveillée que Lilou. C’est donc en souriant qu’il lui répondit.

« Pour tout de dire, mes yeux et mes cheveux changent de couleur sans que je ne puisse les contrôler. Avant d’arriver en Entre-Monde, je n’avais pas l’habitude d’avoir un corps physique, ce qui explique surement que celui que j’ai actuellement n’arrive pas à se fixer sur les détails. »

Il avait fini de préparer la seringue contenant le sérum antirabique ainsi que le vaccin antitétanique. La fillette lui tendait le bras vaillamment, ses pensés perdues au large. Il avait toujours aimé les enfants, même s’il n’en avait pas et n’en aurait probablement jamais lui-même. C’est donc avec précaution, tout en œuvrant à toute vitesse, qu’il plongea l’aiguille dans le deltoïde droit de Lilou, pour la retirer tout aussi vite après une petite pression sur le piston. Rangeant la seringue et son aiguille afin d’éviter que quiconque ne se blesse avec, il reprit en regardant la jeune fille.

« Et voilà, Lilou. C’est fini. J’espère que tu n’as pas eu mal, j’ai fait de mon mieux. »

Il regardait dans le bocal où se trouvaient d’habitude les sucettes qu’on donnait aux enfants, après les soins. Il était vide. Quelqu’un avait oublié de le remplir, après avoir pris la dernière sucette. Neñvel se rappela alors l’intérêt qu’avait eu la jeune fille lorsqu’il lui avait décrit les plantes qui se trouvaient dans son remède. Par chance, se trouvait dans cette chambre un pot vide contenant de la terre – probablement une plante qui avait fanée et dont on s’était débarrassée, sans prendre la peine de replanter. Le Dieu eu une triste pensée face au funeste destin de cette plante et sorti de la sacoche, qu’il avait toujours sur lui, une graine de Valériane. Il enfouit celle-ci de quelques centimètres sous la terre. Le calme se fit alors autour de lui alors qu’il usait du don qui lui restait. Lentement mais surement la plante commença à germer, à sortir de terre, un cotylédon puis l’autre. Les premières vraies feuilles apparurent, la tige commença à se lignifier. En quelques secondes là où ne se trouvait précédemment qu’une graine, se trouvait maintenant un arbuste d’une quinzaine de centimètre présentant même quelques boutons floraux. Le Dieu se retourna, le pot en mains, un magnifique sourire sur ses lèvres avant de le tendre précautionneusement à Lilou.

« Je n’ai plus de sucette, mais il me semble que t’intéresse un peu aux plantes. J’ai donc pensé que ça pourrait te faire plaisir. Il s’agit d’un jeune plant de Valériane, dont les extraits peuvent être notamment utilisés pour aider à dormir ou pour se détendre. J’espère qu’il te plait. »

Après une petite pause, laissant la jeune fille disposer de son cadeau, il ouvrit la porte de la salle, l’invitant à sortir.

« Il est temps que j’aille m’occuper de ton mentor, Lilou. C’était un réel plaisir que de te rencontrer. Utilise bien le baume que je t’ai donné et surtout repose-toi bien avant de repartir en mission. Si jamais tu as de la fièvre, ou tu ne te sens pas bien, dans les prochaines semaines, n’hésite surtout pas à repasser, d’accord ?»

Un dernier sourire à la jeune fille et le Dieu s’apprêtait à partir pour la salle d’examen adjacente afin d’y terminer les soins de Richye Erelm, maintenant que les radios devaient être faîtes. Toutefois, il s’arrêta, se retourna et ajouta.

« Si tes parents et ton mentor sont d’accord, et que tu en as toi même envie, tu es libre de revenir au Sanctuaire quand tu le souhaites, Lilou. Je pourrais te montrer comment prendre soin de ta Valériane et comment préparer quelques décoctions, si cela t’intéresse. »

Il salua une dernière fois la jeune demoiselle d’un petit signe de la main, puis rentra dans la salle ou se trouvait l’homme. Un interne se trouvait déjà sur place et avait commençait à lui suturer la main. Le Dieu salua son élève d’un signe de la tête et d’un sourire avant de s’intéresser aux radiographies de l’épaule. Comme il le pensait, une luxation simple antérieure de l’épaule, sans signe de gravité. Il allait falloir la réduire et ça risquait d’être désagréable quoiqu’il fasse. Il s’approcha de son patient.

« Mon collègue vous l’a probablement déjà dit, il s’agit bien d’un luxation de votre épaule gauche. Je vais devoir la réduire et vous allez devoir garder le bras en écharpe pendant trois semaines environ. La réduction peut être un peu désagréable, je suis désolé. Vous allez essayer de garder un angle de 90° entre votre bras et votre avant-bras pendant que je remonte celui-ci dans le plan de l’épaule, ça vous va ? Je vais compter jusqu’à trois.»

Une fois l’homme correctement installé, avec le coude en flexion interne à 90°, le Dieu se plaça devant lui, maintenant d’une main son coude et de l’autre son épaule. Il avait préparé l’écharpe qui avait passait au cou de Richye pendant que celui-ci suivait les instructions. Il lui sourit et vérifia d’un regard que l’homme avait bien compris ce qui allait se passer. Puis le médecin acquiesça de la tête. Le moment était venu.

« Un... Deux... »

Neñvel n’attendit pas le « trois ». D’un coup sec, il remonta le coude et entendit le petit « clac » typique signifiant que la tête acromiale était de retour dans son articulation. Sans plus attendre, il plaça le bras en écharpe afin d’éviter toute luxation secondaire. Une réduction n’était jamais une partie de plaisir. C’était maintenant un regard désolé qu’il portait à l’homme assis devant lui.

« Je suis vraiment désolé, mais tout va bien maintenant. Mon interne a fini la suture et à profiter de la réduction pour vous faire la piqure. J’imagine que vous ne l’avez même pas ressenti. Voulez-vous quelque chose contre la douleur ? »
Neñvel
Directeur du Sanctuaire
avatar

Avatar © : Heise

Masculin Statut : Directeur du Sanctuaire des Braves
Pims : 275
Messages : 19

Re: Je panse donc j'essuie

le Mer 31 Mai - 10:08


J'acquiesce et place mon coude en angle droit. Le jeune médecin place une main sous celui-ci et une autre sur mon épaule. Je me tenais prêt.

Un...Deux...

Avant même d'entendre le "trois", une vive douleur assaille mon épaule, mais elle s'atténua assez vite. Le bras placé dans l'écharpe, je ne sentais plus qu'une gêne insistante dans mon épaule, un rappel à l'ordre si je bouge mon bras par mégarde.

- Non merci, ça ira pour les anti-douleurs. Au pire, je reviendrais en consultation si la douleur persiste ou s'accentue.

Je remercie chaleureusement le médecin et son assistant qui me raccompagnent dans la salle d'attente. Je retrouve alors Lilou qui se porte visiblement mieux, et avec un pot contenant un plant de Valériane en fleurs.

- La visite médicale s'est bien passé ?




- Le gras, c'est la vie -Proverbe gallois
- Huit, ça suffit - Proverbe nain
- Si c'est bon, bah reprends-en - Proverbe à ma sauce Smile
Richye Erelm
Alchimiste
avatar

Avatar © : Christelle Ponche

Masculin Suivi : Description
Fiche de suivi

Titre : Artisan, Perçant, Curo
Race : Humain
Statut : Alchimiste de l'Entre-Monde
Pims : 141
Messages : 179
Titre débile : Le pourfendeur de chauve-souris

Re: Je panse donc j'essuie

le Mer 31 Mai - 14:56


- mon papa non plus il avait pas de corps matériel, dit-elle avec simplicité. C’est géniale ! Ça vous donne un côté magique !

Et Lilou n’était pas au bout de ses surprises pour le côté magique.

- j’ai rien senti, merci monsieur Nenvel.

Machinalement, elle recommença à battre des pieds, tout doucement, les bras enfoncés dans le siège. Le guérisseur sembla chercher quelque chose. Il prit un pot en grès, y mit une graine, et resta quelques secondes la main dans le pot les yeux fermé, à se concentrer. Lilou ne comprit son geste, que lorsqu’elle vit la première tige sortir du pot. Une fois encore elle était béate d’émerveillement. Un buisson se forma et au bout de quelques tiges des bourgeons prirent naissance.

- c’est… magnifique… souffla-t-elle.

Et là, il lui dit qu’il lui offrait le plant de valériane, Lilou n’en revenait pas… mais ce n’était pas tout ! Au moment de partir il lui dit que si elle le voulait, il lui apprendrait comment faire quelques mélanges….
Elle avait déjà reçu de petites attentions dans sa vie, quelques habitants de Northrives lui avait à l’occasion offert une petite pièce pour service rendu ou une sucrerie, mais ces dernier temps elle se sentait vraiment très chanceuse, la vie lui souriait. Après sa fabuleuse dernière rencontre où elle avait gagner un animal de compagnie et un nouvel ami, on lui proposait d’apprendre des choses sur ce qui la passionnait le plus au monde.

Elle ne trouvait pas les mots pour exprimer sa reconnaissance. Serrant l’arbuste dans ses bras comme elle aurait pu le faire avec un ours en peluche, elle finit par répondre

- merci beaucoup, ça m’intéresse énormément, je viendrai ! À bientôt alors ! 

Il la salua et disparus dans la salle d’examen n°3. Elle se réinstalla dans un des sièges de la salle d’attente, se délectant de cette journée. Aujourd’hui elle avait rencontré Richye, combattu vaillamment une horde de chauve-souris, gagné 10 pims, un robot lui avait offert une glace, et un médecin très gentil lui avait offert une plante en lui proposant de revenir pour apprendre de nouvelles choses… Elle ne redescendit pas de son petit nuage avant que Richye ne ressorte de la salle d’examen.

- Oui ! le médecin est vraiment très gentil !

Elle pointa son bras qui était en écharpe, son sourire jusque la béa, s’effaça légèrement.

- Pour toi visiblement c’est plus douloureux…





( ゚ヮ゚) Toute connaissance commence par les sentiments. Leonard de Vinci
Lilou
avatar

Avatar © : christelle ponche

Féminin Suivi : fiche personnage , feuillet de vie

Race : mi humain / mi esprit
Statut : Apprentie guèrisseuse
Pims : 181
Notes : Titou : ressemble à un petit écureuil
Higor : un sniffleur dessiné par Kaïl
Messages : 190

Re: Je panse donc j'essuie

le Mer 31 Mai - 18:52


Un côté magique... Ces mots résonnaient dans l’esprit du Dieu. Effectivement, il avait encore des traces, même visible, de cette magie, mère de tout ce qui existe. Il était la magie tout comme il dépendait d’elle. C’était là l’ambiguïté des Dieux, savoir où commençaient leurs créations et où ils commençaient eux-mêmes. La fillette avait dit que son père était lui même un esprit. Etait-ce pour cela qu’elle lui semblait si familière ? Qu’il se sentait si libre en sa présence ? Peut-être, l’Entre-Monde avait ses propres moyens de vous faire découvrir ce que vous auriez su en un clignement de cils, ailleurs.

Après avoir récupéré un petit pot en terre cuite, identique à celui qu’il avait donné à Lilou, dans la pharmacie de cette salle d’examen, il accompagna Richye Erelm dans la salle d’attente où se trouvait la fillette, balançant ses pieds dans le vide comme elle le faisait plus tôt, serrant contre elle le plant de Valériane qu’il lui avait offert. Du coin de l’œil, Neñvel avait observé tout ce qu’avait fait son interne. Il s’était bien débrouillé, il n’oublierait pas de le lui dire un peu plus tard. Le Dieu s’arrêta au niveau du mentor et de son élève, l’interne l’imitant. Il tendit alors le pot en terre cuite à Richye.

« Voilà un onguent à mettre tous les soirs sur les morsures et les griffures. Ca devrait vous faire le plus grand bien, tout en aidant vos plaies à cicatriser. »

Ses yeux qui avaient pris la couleur des jeunes citrons verts, se posèrent sur la fillette avec affection. Même si les internes trouvaient cela plutôt ennuyant, il préférait cent fois s’occuper de deux aventuriers en herbes comme Richye et Lilou, plutôt que d’un Wergeld aux portes de l’inconscience.

« Prenez soin de vous deux. N’hésitez surtout pas à revenir si vous avez de la fièvre, des nausées ou des vomissements inexpliqués dans les prochaines semaines. Ou si vous avez toute autre inquiétude, par ailleurs. Reposez-vous bien surtout ! »

La dernière phrase était surtout adressée à Lilou, qui dans la fougue enfantine pouvait très bien négligeait son corps qui demandait quand même un peu de repos pendant les prochaines heures. Sans même s’en rendre compte, alors qu’il les saluait de la main alors que l’homme et la fillette s’éloignaient, il faisait le vœu en son cœur de revoir cette petite fille pleine d’entrain, aux yeux émerveillés.
Neñvel
Directeur du Sanctuaire
avatar

Avatar © : Heise

Masculin Statut : Directeur du Sanctuaire des Braves
Pims : 275
Messages : 19

Re: Je panse donc j'essuie

le Ven 2 Juin - 0:10


Alors que nous ressortons de la salle d'attente pour rejoindre la sortie, Lilou m'annonce que sa visite médicale s'est déroulée sans encombres, pour mon plus grand soulagement. Mais son sourire s'effaça à la vue de mon bras en écharpe. Je me voulais rassurant :

- Ne t'inquiète pas. Trois semaines de repos, et ce sera de l'histoire ancienne. Et puis, je m'en serais beaucoup voulu si c'était toi qui aurait dû porter cette écharpe.

Au beau milieu de la conversation, un étrange messager accoure vers moi, comme si la mort elle même était à ses trousses.

- Mr Erelm !!! Mr Erelm !!! J'ai un pli pour vous, de la plus haute importance. Remise en main propre uniquement.

Je récupère la lettre et en lis le contenu :

Cher Mr Erelm Richye,

Par la présente, nous vous nommons officiellement Alchimiste de l'Entre-Monde. Le coursier vous remettra les clés de la tour d'Elantra, ainsi que le titre d'artisan.

Félicitations


Le coursier me remit le titre en question ainsi qu'un trousseau de clés.

Joie ! Je deviens officiellement Alchimiste.
Mais avant cela :

- Bon. Avant de me diriger vers Elantra, Lilou, je crois qu'il est de bon ton que j'aille présenter des excuses à tes parents. Certaines de mes maladresses t'ont causé des égratignures, et je ne souhaite pasque tu sois punie par ma faute.




- Le gras, c'est la vie -Proverbe gallois
- Huit, ça suffit - Proverbe nain
- Si c'est bon, bah reprends-en - Proverbe à ma sauce Smile
Richye Erelm
Alchimiste
avatar

Avatar © : Christelle Ponche

Masculin Suivi : Description
Fiche de suivi

Titre : Artisan, Perçant, Curo
Race : Humain
Statut : Alchimiste de l'Entre-Monde
Pims : 141
Messages : 179
Titre débile : Le pourfendeur de chauve-souris

Re: Je panse donc j'essuie

le Ven 2 Juin - 9:12


Tandis qu’ils s’éloignaient vers le hall, Lilou adressa au guérisseur un dernier signe d’au revoir. Elle espère revenir ici le plus rapidement possible, elle avait tant à apprendre.

Une fois arrivé dans le hall, un coursier déboula en courant, s’arrêtant devant Richye, le jeune homme qui devait à peine avoir 16 ans était à bout de souffle. Il donna un plis à son acolyte, qu’il s’empressa de le lire. Lilou ne savait pas de quoi il s’agissait, mais à voire la mine réjouit qu’arborait son ami, elle devina que c’était une très bonne nouvelle. Le coursier lui donna des clés ainsi qu’un autre bout de papier avant de s’éclipser comme il était venu. Puis Richye se tourna vers elle et lui dit qu’il souhaitait rencontrer ses parents.

Lilou s’assombrit, elle baissa la tête et pris le temps de réfléchir, serrant la valériane contre elle, elle ne savait plus quoi faire. Lui mentir ? Non ce n’était pas dans sa nature… Elle pris une profonde inspiration, et sans relevé la tête elle marmonna

- Richye… Je… j’ai plus de parents…

Une fois ces mots prononcé, elle se reprit, releva la tête et fit un large sourire qui sonnait faux.

- Mais c’est pas grave tu sais !
dit elle d’une voix qu’elle souhaita entrainante. Si tu veux tu peux rencontrer l’intendante de l’orphelinat, mais elle n’est pas commode, ton intervention risquerai surtout de m’attirer des problèmes.

Lilou espérait qu’il ne souhaiterait pas rencontrer son intendante, la femme revêche, se ferai un plaisir de la punir, et deviendrai encore plus suspicieuse à son égard. Jusque la Lilou réussissait à ne pas trop attirer son attention, mais si quelqu’un venait lui raconter ses aventures, ça pourrait changer.




( ゚ヮ゚) Toute connaissance commence par les sentiments. Leonard de Vinci
Lilou
avatar

Avatar © : christelle ponche

Féminin Suivi : fiche personnage , feuillet de vie

Race : mi humain / mi esprit
Statut : Apprentie guèrisseuse
Pims : 181
Notes : Titou : ressemble à un petit écureuil
Higor : un sniffleur dessiné par Kaïl
Messages : 190

Re: Je panse donc j'essuie


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

- Sujets similaires