Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Re: Distribution sous tension

le Dim 8 Nov - 19:47


L'autre se faisait tellement oublier qu'Uriel, tout concentré sur sa distribution et sa paranoïa, l'avait presque chassé de son esprit. Presque : entre deux clients difficiles, il vérifiait que Sasu ne s'était pas débiné. Pas question qu'il se retrouve tout seul ! Sur cinq personnes qui ouvraient la porte, deux recevaient leurs rations sans faire les difficiles, deux autres tentaient de le convaincre de se montrer plus généreux en prenant leur air le plus pathétique (certains avaient vraiment l'air de crever de faim, mais qu'est-ce qu'ils croyaient ? Uriel n'était que le livreur, il ne pouvait pas matérialiser du rab par le pouvoir de son esprit ! sinon il serait resté chez lui, hein), et le dernier faisait un vrai raffut.

Il essayait justement de se dépatouiller d'un de ceux-là, un grand gaillard qui ressemblait à s'y méprendre à un ours bipède et qui le dominait de trois têtes, quand il vit Sasu apparaître juste à côté de lui. Déjà sur les nerfs, il sursauta et retint à peine un couinement. Qu'est-ce qu'il lui voulait, là ?!

Mais le garçon se contenta d'éconduire un voleur. Surpris de le voir se montrer utile, Uriel croisa les bras et prit un air sévère peu crédible pour crier au malfrat qui détalait :

"C'est ça, et n'y reviens pas !"

Comme Sasu se tournait vers lui, attendant apparemment un commentaire (quoi, il voulait qu'il lui tapote la tête en disant "bon travail" ?), Uriel ajouta un vague :

"Hum..."

Cela aurait-il été suivi d'un tout aussi vague remerciement, on ne le saurait jamais. Car à cet instant, décidant qu'il en avait assez d'être ignoré, l'ours poussa un rugissement et voulut se jeter sur Uriel. L'ange fit un bond impressionnant, poussa un cri qu'il réussit en cours de route à changer en "raaah !" guerrier, et balança une décharge de foudre droit dans les yeux de la créature.

Le client recula aussitôt en titubant, gémissant qu'il n'y voyait plus rien. L'effet était temporaire, mais il l'ignorait et fit tellement de tapage que les autres pique-assiettes qui avaient commencé à se rassembler, attirés par le conflit comme autant de vautours, s'arrêtèrent d'un air indécis.

Plutôt fier de son réflexe, Uriel dégaina son katana et le brandit à la ronde.

"Bon, ça suffit les bêtises !" clama-t-il de son air le plus menaçant. "Le prochain qui cherche les ennuis, il va les trouver ! Vu ?"

On recula en maugréant. Un peu rassuré, Uriel entrebâilla sa sacoche.

"J'ai plus rien là-dedans... Reste plus que la tienne. Je ne la porte pas, déjà que je fais tout le boulot ! Amène-toi."

Il prit Sasu par le bras et l'entraîna vers la prochaine porte. Ce faisant, il faillit trébucher sur sa queue et reprit son équilibre en jurant.

"T'es quoi, d'ailleurs ?" demanda-t-il avec un regard mauvais pour le membre en trop.
Uriel
Prêtre de K'ränessa
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Voyageur, Lux, Scarabée, Perçant, Oxygène, Hôtel, Luki, Tchi, Sarkina, Zelva, Salva, Chance, Rockstar, Daya, Hermes, Altera, Eol, Cie

Race : Ange déchu
Statut : Messager/Livreur
Pims : 316
Notes : Compagnon :
Foudre, un Daken (sorte de dragon, très fier)

Messages : 1913
Titre débile : Le poulet =D

http://www.dragonaplumes.fr

Re: Distribution sous tension

le Dim 8 Nov - 21:32


Je m'attendais à quoi au juste ? Comme si on allait remercié quelqu'un comme moi. De toute façon, je me contre fiche de sa reconnaissance. Juste, sans moi, il se serait fait voler sa sacoche, mais bon. Les ingrats peuplent le monde ! Un grognement m'empêche de réagir plus que ça et je remarque l'énorme ours qui se tient devant nous. Je n'ai pas le temps de dégainer mes armes qu'Uriel règle son compte à l'animal, ne me laissant pas le temps de faire quoi que ce soit ! Je décide donc de laisser mes armes là où elles sont. Ce qui m'énerve le plus, c'est qu'après on va dire que j'ai rien foutu. Après avoir régler son compte à la créature, Uriel menace tout le monde puis s'adresse à moi, m'expliquant qu'il n'a plus rien dans sa sacoche.

>> Reste plus que la tienne. Je ne la porte pas, déjà que je fais tout le boulot ! Amène-toi.

Quand je dis qu'après on va raconter que je fous rien. Sans me laisser réagir, il me prend le bras et me traine, manquant au passage de tomber en se prenant les jambes dans ma queue féline, suite à quoi il me demande ce que je suis. Je dégage vivement me bras et me le frotte, m'étant fait un peu mal en tirant.

>> Pour commencer, ne te plains pas que tu fais tout le boulot, tu ne m'a absolument pas sollicité. Ça se voit pas que c'est ma première mission ? Dis moi ce que je dois faire et je le ferais, c'est pas compliqué non ? Mais ne fais pas la carpe pour te plaindre après. Malgré les mots choisis, je me montre très calme, un peu agacé, mais calme. Je ne veux pas me disputer avec lui. Pour te répondre, je suis à moitié chat, et si tu regardais où tu vas, tu te serais pas pris ma queue dans les jambes. Je souris faiblement en disant ça, c'est vrai qu'un tel manque d'observation est risible.

Sur ces mots, je reprends la marche que j'avais interrompu pour parler et me dirige là où il voulait m'amener, agitant légèrement la queue comme pour le narguer ironiquement. Tout en marchant, gardant ma démarche naturellement décontractée qui doit lui donner l'impression que je m'en fous alors que ce n'est pas le cas, je m'étire puis croise mes doigts derrière ma tête pour la reposer sur mes mains tout en marchant.

>> C'est peut-être un peut tard maintenant, mais vu que tu ne semble pas capable de penser à me demander de faire quelque chose, je vais le demander moi. Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour me rendre utile ?

Je lui demande ça sans me retourner, mais ma voix est légère, souriante, agréable. Je ne veux vraiment pas être en froid avec lui. Malheureusement, mon attitude peut lui laisser croire que je suis un type m'enfoutiste au possible, alors que je suis juste calme. Mais tant pis pour ce qu'il pense de moi. J'espère au moins qu'il se remettra un peu en question. Je voulais être utile moi, et si javais trouvé un truc à lui proposer pour ça je l'aurais fais. Mais je sais pas comment ça marche moi, ces missions.


Sasu Taniel
avatar

Titre : Domus

Pims : 25
Messages : 70

Re: Distribution sous tension

le Dim 15 Nov - 23:01


A moitié chat, c'était pire ou mieux qu'à moitié singe ? Et comment est-ce qu'un truc humanoïde pouvait naître "à moitié chat" ? Encore une question qu'il valait mieux ne pas se poser sous peine d'imaginer des trucs sordides. Uriel suivit l'arrière-train de Sasu d'un œil vexé. Il le narguait, là ? Il réprima l'envie de faire apparaître ses ailes juste pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Si Sasu trébuchait dessus, ce ne serait pas lui qui aurait le plus mal. Et puis, se dit Uriel à retardement, il n'était pas si puéril.

"Je tombe toujours sur des débutants," râla-t-il. "Je te donnerais bien la liste, mais je parie que tu ne sais pas lire, en plus. C'est à cause de gens comme toi que le service postal périclite, tu sais. Si personne n'écrit de lettres, qu'est-ce que je suis censé livrer, moi ? Et je ne te parle même pas de "l'Internet" de Cerclon, ce truc essaie de nous mettre au chômage technique."

A ce stade il se plaignait plus pour la forme qu'autre chose, n'y mettant plus vraiment d'agressivité. Ils étaient à l’œuvre depuis une bonne demi-heure, il ne leur était encore rien arrivé de fâcheux et il avait donné une bonne leçon aux gens du coin qui les encouragerait (du moins il l'espérait) à ne plus leur casser les pieds. Il se détendait un peu.

Il considéra quand même la prochaine porte avec méfiance. L'inspiration lui vint.

"Tiens, t'as qu'à frapper ! Je te donne les rations, tu livres et tu t'occupes des geignards. Et tu peux faire bouclier félin, aussi, tant que tu y es."

Il sourit ironiquement et, consultant sa liste, fouilla dans la sacoche de Sasu pour ensuite lui fourrer trois paquets dans les mains.
Uriel
Prêtre de K'ränessa
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Voyageur, Lux, Scarabée, Perçant, Oxygène, Hôtel, Luki, Tchi, Sarkina, Zelva, Salva, Chance, Rockstar, Daya, Hermes, Altera, Eol, Cie

Race : Ange déchu
Statut : Messager/Livreur
Pims : 316
Notes : Compagnon :
Foudre, un Daken (sorte de dragon, très fier)

Messages : 1913
Titre débile : Le poulet =D

http://www.dragonaplumes.fr

Re: Distribution sous tension

le Ven 20 Nov - 17:38


Je ne prend même plus la peine de relever ses plaintes. De toute façon, là, je comprends à peine la moitié de ce qu'il dit. "Périclite" ? Mais qu'est-ce que c'est que cette invention ? Encore un de ces mots super compliqué qui a probablement un synonyme tellement plus accessible à comprendre ! Enfin, ce qui m'a surtout refroidit, c'est ce que j'ai compris de sa réplique.

>> Je te donnerais bien la liste, mais je parie que tu ne sais pas lire, en plus. Je vais pas relever la partie incompréhensible de son dialogue une nouvelle fois ! Si personne n'écrit de lettres, qu'est-ce que je suis censé livrer, moi ?

Je suis tellement choqué par sa constatation exacte que je relève à peine l'information qu'il vient de me livrer sur lui ! Cependant, je ne peux protester. Il a raison. Je ne sais pas lire. Ce sentiment d'ignorance m'envahis alors. Je suis ignorant, je ne sais que trop peu de choses de ce que savent les gens normaux. Ah ! Que je les maudits et que je les envie, ces gens-là ! Eux, ils ont pu apprendre à lire, à écrire, à compter ! Euh, ils ont eu une famille ! Eux, ils ont su au moins une fois dans leur vie ce que c'est d'aimer sans traitrise de l'autre, sans duplicité de sa part, dans la sincérité, ne serait-ce que jusqu'à ce que ce sentiment s'estompe. Il me juge, comme tous ! Ah mais j'aurais voulu l'y voir, lui ! Aurait-il été plus intelligent ? Croit-il que j'y peux quelque chose ? Se pose-t-il, seulement un seul instant, la question qui est de savoir les conditions dans lesquels je suis contraintes de vivre ? J'ai froid, je ne sais rien qui pourrait m'aider à changer ma condition, je ne peux plus faire confiance à personne d'autre qu'à la solitude !
Alors que mes pensées s'emballent, laissant ma voix sous silence, nous arrivons vers la deuxième porte. Je fais face à l'endroit, écoutant à moitié les instructions de l'homme qui m'accompagne.

>> Tiens, t'as qu'à frapper ! Je te donne les rations, tu livres et tu t'occupes des geignards. Et tu peux faire bouclier félin, aussi, tant que tu y es.

Je lui lance un regard en coin, neutre. Il peut aisément sentir que je lui en veux. Je sais que c'est enfantin d'agir de la sorte, mais c'est comme ça. Ce type n'est qu'un égoïste. Depuis avant, il n'a de cesse de se plaindre, de se concentrer sur son petit point de vue de je-suis-un-poisson. Il ne pense pas aux autres. Du moins, pas à ceux qui l'entourent directement, même si c'est temporaire. Ah oui, on a pas tous la capacité de réflexion de se poser la question de savoir qui est la personne qu'on croise. Même celles qu'on aperçoit que quelques instants, très courts. Je suis avec lui depuis un moment déjà. Et pas un instant il ne s'est demandé comment je recevais ses critiques. Oui, je suis un clochard ignare et opportuniste ! Mais j'ai froid, j'ai faim et je n'ai pas le choix. Je n'ai nul part où aller, personne vers qui me tourner, rien. Strictement rien, si ce n'est deux pitoyables lames cachées sous ma tunique.
Alors que j'allais frapper, il se met à fouiller dans ma sacoche et me met trois rations dans les mains. Je les plaques contre moi d'une main pour pouvoir frapper la porte avec l'autre, puis m'en sert à nouveau pour tenir la nourriture. Je suis au comble du désespoir ! Je crève de faim, j'ai de quoi nourrir dans les mains et je vais devoir l'offrir à un parfait inconnu qu'on rationne probablement assez régulièrement en nourriture, ce qui n'est pas mon cas. Mais peut importe. Je ne suis rien aux yeux des autres. Uriel, comme tous les regards ne font que me le confirmer. Toute ma vie déjà, me l'avait prouvé. Je ne suis rien.

Cette fois-ci, c'est un homme qui ouvre, la cinquantaine, plus vêtus que moi mais plus sale. Il nous regarde à peine que ses yeux sont attiré par ce que j'ai dans les mains. Il essaie alors de me le dérober, sans un mot. Il n'en a pas le temps, j'esquive habillement puis me met en équilibre sur une jambe et appuie mon pied sur son torse pour créer un périmètre minimum de distance. Je me tourne vers Uriel, étant aussi stable sur un pied que sur l'autre.

>> Combien de portion pour cet homme ?

Contrairement au début de notre mission, je ne me force plus à sourire. Je n'en ai plus la motivation. Tant pis de ce qu'il pense, peut-il m'estimer plus mal qu'il ne le fait déjà probablement ?
Pendant qu'il formule sa réponse, je retire mon pied de l'homme qui allait le saisir pour me faire tomber, lui lançant un regard qui en dit long sur ce qu'il risque. J'ose à peine imaginer à quel point je n'ai aucune crédibilité au vu de mon allure par rapport à la sienne.
HRP:
Pardon pour ce temps d'attente :3


Sasu Taniel
avatar

Titre : Domus

Pims : 25
Messages : 70

Re: Distribution sous tension

le Dim 3 Jan - 13:16


Il s'imaginait qu'il lui avait mis un nombre de rations complètement aléatoire dans les mains, ou quoi ? Mais le numéro d'acrobatie de Sasu l'amusa assez pour qu'Uriel ravale le commentaire sarcastique qu'il s'apprêtait à faire. Avec un vague sourire, il pointa les paquets que tenait son collègue.

"Trois. Plus une prune s'il continue à se montrer malpoli."

L'homme se renfrogna, mais sembla se calmer. Uriel s'éloignait déjà vers l'autre côté de la rue, le nez rivé à sa liste.

"Allons bon, tu fais la gueule ?" ajouta-t-il, enchaînant comme si leur conversation n'était pas à peu près à sens unique à ce stade. "C'est marrant, d'habitude soit les gens tiennent moins longtemps, soit ils m'ignorent jusqu'au bout. Faut que tu travailles ton endurance. Ou tu pourrais parler plus si le son de ma mélodieuse voix t'incommode à ce point. Ce boulot est déjà assez ch*ant, je refuse de le faire en silence."

Il déroula le papier jusqu'à trouver la bonne ligne, émit un grognement de satisfaction et désigna la prochaine porte.

"Une ration."
Uriel
Prêtre de K'ränessa
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Voyageur, Lux, Scarabée, Perçant, Oxygène, Hôtel, Luki, Tchi, Sarkina, Zelva, Salva, Chance, Rockstar, Daya, Hermes, Altera, Eol, Cie

Race : Ange déchu
Statut : Messager/Livreur
Pims : 316
Notes : Compagnon :
Foudre, un Daken (sorte de dragon, très fier)

Messages : 1913
Titre débile : Le poulet =D

http://www.dragonaplumes.fr

Re: Distribution sous tension

le Mer 6 Jan - 21:48


Je reçois sa réponse en me souvenant que les chiffres et moi sommes loin d'être en de bons termes, la question a surtout été un réflexe. Au moins, cela aura suffit à faire croire à un parfait inconnu presque aussi pauvre que moi et en tout cas tout aussi désespéré que je sais compter comme une personne normale. Je n'ai qu'à me tracasser pour réaliser qu'Uriel n'est pas con. S'il peut agir comme un con - envers moi en tout cas - ça ne veut pas dire qu'il en est un. Je me doute que le nombre de ration que je tiens correspond au chiffre qu'il m'a répondu. Je donne donc à l'affamer ses rations, admirant avec un sourire franchement amuser sa moue suite à la remarque d'Uriel sur la "prune" qu'il risquait. Tandis que le monsieur plus-poli-tu-crève rentre chez lui sans même prononcer ou laisser paraître le moindre remerciement, mon compagnon se dirige déjà vers la prochaine porte. Je l'y suis et reçois, pour ne pas changer, une nouvelle plainte. Quoi que c'est une plainte moins désagréable que les autres.

>> C'est marrant, d'habitude soit les gens tiennent moins longtemps, soit ils m'ignorent jusqu'au bout. Faut que tu travailles ton endurance. Ou tu pourrais parler plus si le son de ma mélodieuse voix t'incommode à ce point. Ce boulot est déjà assez ch*ant, je refuse de le faire en silence.

Tiens donc ? On me reproche mon silence ? En attendant, je tiens avec patience avec lui et qu'il le croit ou non c'est un effort assez conséquent, bien que je ne soit habitué à bien plus de cruauté et de rejet qu'il n'a pu m'en témoigner, petit joueur va. Enfin... Il veut que je parle ? Il trouve la mission chiante dans le silence ? Ah... Attend un peu, encore une porte et je vais l'ouvrir. Et crois-moi que je pourrais choisir de te faire préférer le silence à mes paroles, mais je vais me contenir, je n'ai pas envie de m'énerver. Je me limiterait à la simple expression de mes pensées, pour le peu que cela ne l'intéresse, au moins il n'aura plus ce silence qui l'ennuie tant.
Je suis la porte qu'il désigne, toujours sans parler, la seule ration dans les mains. Je frappe et offre à un homme qui vit probablement seul vu son relâchement visible. Il tente bien sûr de râler et ne peut s'empêcher de faire une remarque désobligeante sur le fait qu'il se fasse livrer par un clochard. Contenté de son propre amusement, l'homme se plait à comparer sa corpulence forte à ma maigreur, mettant en avant toute ma misère. Cela doit probablement lui permettre de relativiser. N'ayant pas envie de subir ces remarques qui risqueraient de rendre mon humeur moins agréable, je m'en vais en lâchant à peine un "au revoir" que je me force à prononcer pour ne pas être trop impoli. Je reviens vers Uriel, espérant au fond de moi qu'il n'ai pas assisté à cette humiliation. Pour l'empêcher de réagir dans le cas où il aurait entendu, je prends les devants et parle, ayant tout de même un léger sourire, content qu'il ai tenté par cette critique d'engager un dialogue.

>> Alors ... Uriel, c'est ça ? Le silence t'ennuie ? Il fallait le dire plus tôt ! le ton de ma voix est léger, dépeignant ainsi une critique dites dans une certaine bonne humeur ou sur un ton de la simple conversation, en somme, rien qui ne conduit à une impression désagréable dans ma voix. Vois-tu, avec toutes tes critiques et vu comme tu semblais hautement ravi de ma présence, je pensais mieux de me faire tout petit.

Il faut dire... Que c'est totalement ça ! En plus d'avoir été vexé, j'ai vraiment jugé préférable de m'effacer au maximum. Si ses plaintes ne sont rien à côté de ce que j'ai pu vivre, il n'en reste pas moins qu'elles ont été désagréables et que si je pouvais éviter d'être face à même le plus insignifiant reproche, cela m'arrangerait.

>> Enfin, puisque tu veux divertir ta mission, autant le faire. Je me doute que tu es bien ennuyé de tomber sur un clochard maladroit et ignorant, mais je vais te poser une simple question qui devrait t'aider, je l'espère, à relativiser.

Je lui sourit un peu plus grandement, un sourire franc, presque amical... Et étrangement sincère. Un sourire qu'il ne mérite pourtant pas après les désagréments qu'il a pu me causer de ses mots.

>> Penses-tu vraiment que je serais venu si je n'avais pas l'intention de travailler ?

En effet ! Ce travail étant basé sur un principe de volontariat, il peu sembler logique que je ne soit pas venu pour lambiner. De plus, rien ne m'indiquait, avant qu'on ne me l'annonce, que je serais mis avec quelqu'un. Je pensais retirer des informations auprès des gens. Peut-être qu'il était précisé quelque part que la mission se ferait à deux... Mais vu que je ne sais pas lire...
Je crois qu'au fond, mon sourire est surtout de satisfaction... A l'idée d'avoir trouver de quoi au moins le faire réfléchir un peu. Je garde une intonation loin de la critique qui ne colle pas à mes mots dont le fond révèle, même implicitement, une certaine plainte quant au comportement qu'il a eu.
Tout en attendant sa réponse, je me met à marcher vers la prochaine porte, l’incitant - toujours dans l'implicite, j'aime bien ça - à me suivre.


Sasu Taniel
avatar

Titre : Domus

Pims : 25
Messages : 70

Re: Distribution sous tension


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

- Sujets similaires