La bonté d'un Dieu.

le Mer 20 Mai - 23:12


Depuis que la lumière s'était éteinte sur Entre-Monde, les jours, ou plutôt le temps indéfini s'écoulait à une vitesse impressionnante. Peut-être était-ce dû au fait que le cycle du soleil ne puisse plus indiquer l'heure, ou bien à la panique et aux réactions urgentes face au début de la guerre. En tout cas, Siothrún avait rapidement plongé dans le cœur de cette nouvelle vie. L'ancienne lui manquait un peu - tout était tranquille et plus heureux - mais il prenait cette nuit éternelle comme elle venait, s'y adaptant avec une rapidité qui le surprenait. Pour la première fois, il s'investissait avec beaucoup de ferveur dans la vie grouillante autour de lui ; la peur et le désespoir des autres avait apparemment ce don de le faire réagir.

Alors, quand il avait appris, grâce au camp de ravitaillement de Northrives, qu'une caravane allait au Nord, vers le temple de G'einmyra pour y apporter des vivres et des objets de première nécessité, Siothrún s'était porté volontaire. Il n'avait même pas eu le temps de s'étonner de lui-même, qu'il avait été sur la route sombre. En vérité, apprendre que le temple accueillait les réfugiés l'avait totalement décidé. Le Dieu acceptait d'offrir cette aide, ce qui avait réussit à surprendre le demi-dieu. Il ne connaissait certes pas les dieux, mais que de simples mortels tels qu'eux soient entendus, était une chose formidable. Alors, il avait voulu aider ces réfugiés, et adresser un mot à G'einmyra.

Bien évidemment, le jeune homme n'était pas seul. Le véhicule était conduit par un homme aux cheveux grisonnants, d'une cinquantaine d'année, qui était d'agréable compagnie. Tous deux étaient "protégés" par deux jumelles qui, d'après leurs visages toujours attentifs, devaient être féroces. En réalité, Siothrún, malgré cette garde rapprochée, n'était pas totalement rassuré - il faisait nuit noire, et dans l'obscurité, chaque bruit semblait annonçait une embuscade. Après avoir longuement observé les ténèbres oppressants, le blond avait finalement fermé les yeux, et avait ressenti le monde autour de lui différemment. Cela lui avait permis de ne pas paniquer, reconnaissant la brise du vent, le froid du nord, et le bruit des roues sur la terre, puis sur la neige.

Après une route relativement calme, qui se trouva agréable par la conversation de l'homme - un petit amateur de roman, ils avaient pu parler bouquin - ils arrivèrent aux murs du temple. La lumière du véhicule se répercuta sur la glace, donnant au lieu une magnificence différente de celle de jour.
Ils commencèrent alors à décharger leur marchandise, les jumelles sur le qui-vive observaient les alentours. Siothrún porta avec beaucoup de difficultés une caisse, qu'il déposa dans une petite pièce de stockage.
« Va distribuer ça aux réfugiés, petit. Je me charge des caisses. » ordonna alors le vieil homme.

Malgré ses protestations - il était plus jeune, tout de même ! - la force évidente de l'homme, qui ne devait pas être un simple humain, eut raison de son hésitation. Ainsi, il ouvrit la première caisse, pleine de couvertures pour se protéger du froid d'une nuit éternelle. Siothrún s'approcha tout d'abord timidement des quelques personnes ayant trouvé refuge ici, mais leurs remerciements lui donnèrent un peu d'assurance. Il adressa de beaux sourires aux enfants, faisait un signe de tête humble aux remerciements des adultes, et apprécia la bonté qui émanait de ce lieu.

Quand il eut distribué ce qu'il y avait à distribuer, rangé ce qui devait être rationner, et manger le petit repas proposé par le prêtre, le demi-dieu se dirigea vers l'autel. Il se remémora sa venue, il y a quelques temps, quand tous venaient implorer l'aide de G'einmyra. Aujourd'hui, le dieu aidait ceux qui étaient en danger, et face à ce privilège, il se sentit à nouveau très humble. Bien qu'il soit ici en tant qu'aide et non en réfugié, Siothrún se sentit également reconnaissant envers le Tigre, pour ces quelques familles qui fuyaient les dangers des contrées sauvages. Fermant les yeux, le jeune homme songeait au dieu, à qui il souhaitait offrir quelques remerciements.

« Malgré tout, vous nous avez entendu... Vous avez perçu notre besoin. Et vous y répondez en accueillant ces personnes, en les protégeant. Ce n'est peut-être pas mon rôle de le dire, mais... Je vous suis reconnaissant pour accepter de les aider. » commença-t-il.

Il se tut un instant, se mordant la lèvre inférieure. Puis continua, relativement peu sûr de ses mots : étaient-ils au moins corrects pour un Dieu ?
« Je dois admettre que... Hé bien, j'imaginais mal un Dieu prêter attention à de simples mortels, qui n'ont certainement pas beaucoup à lui offrir, contrairement à ses divins frères. Pourtant, vous avez fait preuve d'une grande bonté en accueillant ces réfugiés. »
Une rougeur s'installa sur ses joues, l'humble prit une inspiration.
« Merci. Merci pour eux... » susurra-t-il avec dévotion.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

- Sujets similaires