Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Mar 26 Mai - 16:52


Augure a écrit:Je joue Anté Ishtar


Voilà la commerçante qui arrivait au campement de Northrives, les bras chargés de denrées. Derrière elle, ses employés tout aussi chargés qu'elle. Lorsque la déesse avait entendu parler de l'initiative du nouveau maître de K'ien, elle ne se fit pas prier pour aider. L'inventaire du magasin avait pris un peu de temps, mais tout le monde y avait mit du sien et finalement tout ce qui pouvait être donné s'était retrouvé empaqueté.

Il était difficile de reconnaître la ville dans cette obscurité omniprésente, mais une chose n'avait guère changé... Tout la cité était en ébullition. Est-ce que cet état d'esprit perdurera avec le temps... Seul l'avenir le dira.

En attendant, les vivres apportés furent pris en charge par les responsables du camp et Ishtar resta quelques heures de plus pour aider les bénévoles et les miliciens.
PNJ
avatar

Titre : n°1
Pims : 5
Messages : 87

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Jeu 28 Mai - 14:17


> Namtaru, je t’en prie, les Sœurs ne peuvent se séparer d’autant de réserve…

> Le soigneur de notre Sœur nous a dit que notre Sœur allait mourir de faim. Nous avons préféré agir plutôt que de perdre notre Sœur.

Comme d’habitude, Bohan surprotégeait la femme-araignée. Le parent adoptif de Manaë, vétérinaire local quand elle avait été récupéré par ceux de Verdi, s’inquiétait toujours pour sa protégée, mais là… Une grande charrette de bois remplie d’épais sacs de soie douce attendait derrière la dénommée Namtaru, Sœur Latroda de la jeune Manaë et surtout, deuxième et dernière des survivantes de l’incident d’overdose de Noizumènes à l’origine de la transformation de quelques Latroda. Cette deuxième survivante était restée auprès de Bohan et servait d’intérimaire entre le vétérinaire et le peuple araignée.

Aussi, quand les Latrodas avaient appris que l’ « Anthropophile » pouvait potentiellement mourir de faim à cause de la Nuit, les araignées avaient sélectionné les vivres de la réserve comestibles pour les humains et avaient chargé une petite troupe de les emmener à Verdi où Bohan ferait le nécessaire pour les emmener à Manaë.

Seulement voilà. Les Latroda avaient chargé la charrette pour toute une nouvelle colonie, et celle-ci semblait craquer à tout moment. Manaë sourit à la pensée que ses Sœurs prenaient toujours soin d’elle, malgré la distance, mais elle n’avait aucune intention de créer un nouveau nid. Aussi récupéra-t-elle quelques denrées précieuses du nid de la Mère et dirigea Namtaru vers le point de rendez-vous de la récolte de vivres.

De nombreux morceaux de viande séchée, des sucs et autres liquides énergétiques furent confié à la ville. Quelques sacs conservateurs en soie stérile furent ajoutés, pour que les denrées périssables soient conservés plus longtemps. Manaë passa quelques minutes pour renouer avec Namtaru mais les deux femmes araignées passèrent la plus grande partie de leur temps commun à vider la charrette.
Manaë
avatar

Féminin Suivi : ,

Race : Araignée géante sous forme humaine
Statut : Urgentiste au Santuaire
Pims : 140
Notes : Dépendance au Feu Distillé

Seringues en réserve : 0
Messages : 88

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Ven 29 Mai - 10:57


Voilà maintenant un moment que le dieu voyait arriver les livraisons de nourriture les unes après les autres, tout ceci l'enchantait au plus haut point, il se disait que la ville pourrait ainsi mieux gérer les provisions afin de tenir le plus longtemps possible, mais il voulait aussi apporter son aide. Toute cette agitation et il devait rester là à regarder? Non merci ! Meliel prit la direction du Sud pour arriver au petit village agricole de Namusu, quelques céréales ou légumes en plus seront les bienvenue.

Essayant tant bien que mal de ne pas tomber sur la route avec le peu de visibilité disponible, le dieu alla frapper à chaque porte du village, accueillant les habitants avec un grand sourire et un petit discours pour leur expliquer la situation.

- Salut toi! Alors! Comme tu peux le voir, bah il fait tout noir partout et c'est pas cool! Du coup! Ce qui serait bien, c'est que t'accepte de nous donner un peu de nourriture pour qu'o la stocke et qu'on la redistribue au fur et à mesure des jours qu'on va passer comme ça. Tu veux bien?!

Bien qu'il n'était pas encore habitué à formuler des phrases correctes pour un maître, le dieu réussit à collecter plusieurs sacs de grains et divers céréales qu'il empila dans une brouette qu'un des habitant accepta de lui prêter. Une fois les sacs rassemblés, Meliel fit la route en sens inverse, prenant un peu plus son temps afin d'éviter de renverser un sac sur la route.

A son arrivée à Northrive, il fût aidé par les quelques personnes qui avaient décidé de rester là en attendant un quelconque changement, aidant ainsi ceux qui venaient livrer à décharger leur brouettes.


Meliel
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Titre : Noble, Hanami, Perçant
Race : Dieu de l'illusion
Statut : Maître du Miroir
Pims : 475
Messages : 170

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Dim 31 Mai - 10:29


Les plus grands hangars étaient remplis. La ville d’Entre-Monde serait en mesure de subvenir aux besoins de sa population avec une bonne organisation, un rationnement intelligent, et bien sur, aucuns vols de nourriture.


Du moins pendant le prochain mois. Cette solution d’urgence leur avait donné un répit, mais sans solutions pour devenir autonome, le problème se reposerait bientôt. Et cette fois, les récoltes auront déjà pourries.

La section génie agricole des laboratoires de la ville carburent déjà au café pour trouver des solutions. Les terres souterraines des Fumerolles intéressent particulièrement les scientifiques.


(Merci de votre participation ! La ville peut se nourrir pendant quelques temps sans problèmes, mais ne vous attendez pas à pouvoir manger des plats grandioses. Les vivres sont rationnées. Vous ne mourrez pas de faim, mais j’espère pour vous que vous aimez les patates.)

MISSION TERMINÉE
Daeythe
avatar

Féminin Race : Dieu de l'Entre-Monde
Statut : PNJ
Notes : Je suis un Maitre du Jeu
Messages : 67

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Mar 2 Juin - 11:10


Après une brève vérification ainsi qu'un moment de rangement afin de laisser tout de même de la place pour se déplacer, Meliel prit un petit moment pour souffler. La nourriture était bien arrivée et avec tout ceci Entre-monde pourra tenir un bon moment, bon ce n'est pas de la grande gastronomie mais ça fera l'affaire, ils ne vont pas faire les difficiles en temps de guerre.

Seulement, s'occuper de Northrive et de la nourriture, c'est bien, mais tout l'Entre-Monde est concerné et les habitants commencent à paniquer de plus en plus à l'idée de vivre dans le noir. Pour palier à ça, le dieu a changé son annonce, ce n'est plus de la nourriture qu'il faut, mais du matériel. Pour quoi faire? Et bien pour fournir en énergie les quartiers.

Le dieu demande qu'au moins un générateur d'énergie puisse être fourni à chaque quartier, si jamais vous ne trouvez pas de générateur, essayez de fournir quelque chose d'autre.


Note:

Et voilà une nouvelle mission qui cette fois, va se diviser en deux groupes.



Premier groupe: Ceux qui peuvent fournir du matériel.

Piles, batteries, moteurs, générateurs, tout ce que vous voudrez tant que ça peut apporter de l'électricité. Chaque quartier aura besoin d'énergie.

Récompense de 15 pims.



Deuxième groupe: Ceux qui ne peuvent pas fournir de matériel.

Et oui, on pense aussi à ceux qui n'ont rien. Vous ne vous tournerez pas les pouces. Toute cette agitation dans la ville fait paniquer les habitants, il faut donc les canaliser pour éviter qu'il y ai des émeutes et qu'on se retrouve à devoir là aussi gérer une bataille alors que les combattants sont au front. Proposez des animations, ou mettez en place des tours de garde, mais faites en sorte qu'ils ne paniquent pas encore plus afin d'éviter les problèmes.

Récompense de 20 pims.



Vous avez là aussi 10 jours pour compléter tout ça.

A vos plumes.


Meliel
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Titre : Noble, Hanami, Perçant
Race : Dieu de l'illusion
Statut : Maître du Miroir
Pims : 475
Messages : 170

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Mar 2 Juin - 15:54


Groupe 1 - Pour une fois qu'on ne vous dit pas de les manger, vos champignons !



Selin hésitait encore à y aller. Est-ce que ça valait réellement le coup de se pointer là-bas et de leur filer quelques cultures de ses champignons lumineux? Non mais sincèrement ? Après tout, elle pourrait en tirer certainement bien plus en les revendant un par un à des particuliers éplorés par la Nuit.

Maaaaaaaaaais ..

Mais dans l'annonce qui fut passée il y a peu, on parlait de risques d'émeutes. Or, avec toutes ses prises à la chasse qu'elle avait précieusement conservées, elle risquait beaucoup. Et puis, y'avait sûrement moyen d'être tout de même un peu payée pour son travail.
Bref, Selin avait tout à y gagner.

Une fois résolue, elle emballa soigneusement ses mini-serres de manière ce qu'aucune lueur ne filtre sur le trajet, jeta un châle sur son dos et fila dans le noir jusqu'à l'endroit où l'on déposait les donations, à Northrive.

Arrivée sur place, elle déballa ses précieux paquets qui émirent une raisonnable lueur bleutée. Certes, ça ne pouvait être utile que pour un usage domestique, mais ça aurait peut-être le mérite de rassurer une partie de la population.
Puis, elle demanda de quoi noter et commença à écrire quelles étaient les conditions d'entretiens de ses cultures lumineuses.
Selin Bargnunerk
avatar

Féminin Suivi :

Race : Truc humanoïde a esprit félin
Statut : Chat-rlatan
Pims : 150
Messages : 74
Titre débile : Le Chat

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Mer 3 Juin - 20:00


Groupe 2.

Depuis le début de cette guerre, Siothrún voyait des réfugiés arriver de tous les côtés, de tous les horizons, de tous types : familles, personnes solitaires, fermiers, artisans, riches, pauvres... Bien qu'Entre-Monde accueille tout le monde et fasse de son mieux pour subvenir à tous les besoins, cela faisait une sacrée population et tout le monde n'avait pas un foyer permettant une certaine intimité. Des personnes logeaient temporairement dans de grands locaux, et la cohabitation était tendue. Parqués ainsi, devant se contenter de ce qu'on leur offrait, et devant toujours se comporter de manière amicale avec des voisins très proches, les réfugiés voyaient leur moral baisser dangereusement. Le demi-dieu l'avait constaté, mais surtout, il avait remarqué les enfants : le visage triste, souvent enfouis dans les bras de leurs parents, à attendre et à s'ennuyer.

Tout cela l'attristait. Puis, il eut une idée. Siothrún se rendit donc dans la papeterie où il achetait un bon nombre de crayons de couleur - de très bonne qualité ! - et de carnets, et où il avait acheté de la peinture pour le visage il y a de cela quelques mois. Il était connu du propriétaire, et lui avait exposé son dessein. Siothrún était maladroit, peu persuasif, mais heureusement pour lui, l'épouse du propriétaire s'émut d'une telle gentillesse, et réussit à convaincre son mari. Malgré le peu de vente ces derniers-temps, et les temps durs, ils firent un geste d'une grande solidarité, de l'avis du blond. Lui qui n'avait pas un sous en poche, voilà qu'il repartait avec de nombreux pots de peinture pour le visage !

À vrai dire, il eut bien du mal à tout transporter, tant l'homme s'était montré généreux. Le sourire éclatant, Siothrún arriva dans un des camps de réfugiés, dans un entrepôt désaffecté de Tern. Il n'entra pas, et préféra s'installer sur un petit muret non loin de là. Quelques familles de réfugiés se tenaient dehors, certainement pour éviter la foule et sa chaleur humaine trop envahissante ; l'artiste eut le plaisir de constater qu'il avait attiré l'attention de quelques enfants.
D'une grande tendresse, Siothrún adressa un beau sourire à une petite fille, qui lui répondit. Il entama alors une petite discussion, lui demandant comme elle était arrivée ici. Puis, il lança son sujet :

« Dis-moi, en quoi voudrais-tu te transformer ?
_ Me transformer ? »
questionna-t-elle avec surprise.
« Oui, tu dois t'ennuyer ici. Si je te dis que je peux te transformer en ce que tu veux, pour échapper à toute cette monotonie, qu'aimerais-tu devenir ? »

Après quelques hésitations et un moment de réflexion, l'enfant s'exclama d'un grand « un papillon ! ». Comme promis, le demi-dieu dessina un magnifique papillon sur son visage, s'amusant des rires de la fillette qui trouvait que son pinceau lui faisait des guili-guilis. Ceci eut l'effet d'attirer l'attention des autres enfants, ainsi que des adultes. Une autre jeune fille lui demanda de la transformer en princesse, un garçon se fit en pirate, un autre voulut être un dragon, une pré-adolescente voulut rayonner tel le soleil. En peu de temps, un groupe s'était formé autour de lui, et les enfants si timides et si solitaires, enthousiasmés par ces jolis dessins, commencèrent à jouer ensemble. Malgré le temps que lui prit cette entreprise, Siothrún sentit son cœur gonfler de joie en entendant tous ces rires d'enfants, parfois accompagnés de leurs parents, heureux de les voir heureux.

Il fit de tout : des animaux, des fleurs, des plantes, des personnages, des arabesques élégantes, et à une profusion de jeunes allant de bambins à adolescents. Siothrún garderait un très beau souvenir de cette journée, qu'il comptait esquisser sur un carnet pour plus tard le peindre. Son souvenir le plus vivace, le plus beau, fut celui d'un petit garçon très timide, à l'air résigné, qui - il l'apprendrait plus tard - était arrivé seul par un convoi, seulement accompagné d'anciens voisins et son père parti au front.

« S'il vous plaît. Dessine-moi un mouton. » avait-il demandé.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : FicheFeuilletCompte en banqueDemeure

Titre : Hotel
Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Sam 6 Juin - 2:47


[ Groupe 1 ]

Le soleil s'est éteint et les étoiles ont disparues. Il était évident que l'observatoire ne pouvait rester indifférent à cette situation. Aussi, lorsqu'ils eurent vent qu'une collecte de sources d'énergies était organisée à Northrives se lancèrent-ils dans de grands débats au terme desquels les acolytes se mirent à fouiller l'observatoire à la recherche d'objets utiles. Entre autres choses, il dégottèrent une chaudière à piston actionnée par la vapeur, un balancier à mouvement perpétuel, une orbe produisant un faible courant électrique, deux lampes à huile, une pierre phosphorescente et trois dynamos à manivelle. On décida alors qu'on pouvait se dispenser de la chaudière et des dynamos mais que l'on garderait l'orbe ainsi que les autres objets.

Une délégation de trois acolyte fut donc dépêchée tandis que la gargouille fut désignée pour transporter tous ces objets dans une charrette qu'elle aurait pour mission de tracter.
- Et vous comptez nous téléporter là bas à l'aide de vos gigantissimes pouvoirs d'apprentis? demanda la gargouille d'un ton sarcastique. Ou dois-je vous souhaiter le bonsoir et vous dire à dans trois mois ? Car partir en charrette jusqu'à Northrives est sans nul doute une idée de génie. Mais sinon, moi qui suis une créature simple, je viens d'avoir une idée simple...

La statue mouvante retourna d'un pas ferme vers l'observatoire, prit l'orbe éclectique et revint franchir le portant. Ne sachant trop que faire, les acolytes lui emboîtèrent le pas en se saisissant d'une dynamo chacun.

Et c'est ainsi que notre délégation parvint cahincaha jusqu'à la place de Northrives où se trouvait déjà tout un bric à brac. Ils y ajoutèrent les trois dynamos à manivelle ainsi que l'orbe électrique.
Nabot l'Uxeporte
avatar

Suivi :


Race : Gargouille d'airain
Statut : Aucun
Pims : 25
Messages : 16

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Dim 7 Juin - 15:46


Groupe 1

Depuis le début de la guerre, Cerclon était une véritable fourmilière. On faisait des inventaires à qui mieux mieux, on inventait et améliorait à tour de bras, on cherchait à produire plus et défendre mieux, et ce à toute heure du jour et de la nuit (non pas que cela fasse une grande différence quand le soleil ne se montrait plus, mais nombre de résidents de Cerclon n'avaient de toute façon aucun besoin de dormir).

L'énergie était primordiale pour le quartier technologique, plus encore qu'ailleurs. Sans elle, les robots et les intelligences artificielles n'étaient plus que des bouts de ferraille inutiles, éteints et morts.

C'est pourquoi le premier réflexe de HK-50, premier secrétaire de Ken, avait été de recenser tous les générateurs sur lesquels on avait pu mettre la main à Cerclon et de les stocker avec tout le soin et la possessivité d'un dragon veillant sur son or.

Xénon et HK n'avaient jamais eu une dispute aussi longue et aussi explosive que lorsque le Maître de Ken tenta de convaincre son ami de céder une partie de leurs réserves aux autres quartiers. Pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, ils en vinrent même aux mains. HK se soucierait toujours des citoyens de Ken avant toute chose, et si les organiques devaient passer quelques mois dans le noir et le froid, cela lui était bien égal. Il était si borné sur ce point que Xénon ne réussit à le convaincre qu'en lui rappelant que toute la population de Ken n'habitait pas à Cerclon.

Pour finir, une petite armée de miliciens et d'ingénieurs de Cerclon débarquèrent un beau jour au campement de Northrives pour y décharger des camions entiers de matériel : les générateurs les plus petits ou les plus vieux, quelques-uns montés sur roues, des caisses entières de piles et de batteries. Le désordre le plus complet régna plusieurs heures sur les quais.


Xénon
Prêtre de Ho'una | Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Chevalier, Lin, Voleur, Minne, Magnet, Verdad, Bénédiction Divine de Ho'una, Sarkina, Crépuscule, Orange
Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 1054
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1748

Re: Fini le thé, place à la charité.

le Dim 7 Juin - 19:47


Siothrún Nolan a écrit:Joue avec Hanzt Zimmer.



Groupe 2.

Au Sanctuaire des Braves, une agitation perpétuelle semblait régner depuis le début de la Nuit, entre des soldats ou des aventuriers victimes d'attaques au front, et les réfugiés qui avaient fait un long voyage pour venir à la capitale, se récoltant parfois des blessures de prédateurs voraces. Mais la plupart des réfugiés étaient maintenant installés, le flux avait diminué, et après l'épisode des lances-flammes le Sanctuaire connaissait une accalmie. Qu'elle était le bienvenue ! Hanzt put enfin passer une nuit entière à dormir, et aujourd'hui, il n'aspirait qu'à une journée reposante dans son petit laboratoire à concocter quelques onguents et infusions médicinales. Oui, du repos.
C'était sans compter sur une collègue un peu trop zélée qu'il avait fait l'erreur d'apprécier.

Alors le voici, pauvre guérisseur dont les espoirs de repos viennent de s'évanouir, avec deux collègues, à sillonner les rangs de lits occupés par des fermiers venants d'il-ne-savait-où. Pourquoi était-il là, parmi ces gens terrorisés et ayant presque tout perdu ? D'après les arguments qui lui avaient été exposés, il s'agissait de leur montrer que la population d'Entre-Monde les accueillait, qu'elle s'occupait d'eux, et qu'elle était sensible à leur douleur. Il s'agissait de les rassurer, de leur redonner un peu d'espoir et peut-être même le sourire. Dans les faits, ils passaient de famille en famille, écoutant leurs plaintes et leurs questions, rassurant que, oui, il ne s'agissait que d'une petite toux qui partirait, conseillant que, non, il ne valait pas mieux dormir dehors pour faire baisser une fièvre. Munis de leurs trousses de premiers soins, ils traitèrent quelques cas légers sur place.

Hanzt était agacé, parce qu'il n'avait pas sa journée de repos, et que la plupart de ces gens s'inquiétaient pour un rien. Il fit néanmoins preuve d'un calme olympien, tel l'excellent guérisseur qu'il était, et ses mots rassurants ou les quelques médicaments administrés lui valurent des dizaines et des dizaines de remerciements et de sourires. Si, au début, l'ange était peu réceptif - sa journée, calme, reposante ! - à tout ceci ; à la fin de leur visite une certaine satisfaction étreignait son cœur. Oui, ce n'était pas grand-chose, en soi il ne s'était pas fatigué, il n'avait qu'accordé qu'un peu de temps... mais cela avait semblé faire plaisir à ces réfugiés.

Le guérisseur, en sortant avec ses deux collègues, et avisant le mouvement de son amie, il l'interrompit.

« Et ne me dis pas que tu me l'avais bien dis ! » bougonna-t-il.
PNJ
avatar

Titre : n°1
Pims : 5
Messages : 87

Re: Fini le thé, place à la charité.


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

- Sujets similaires