Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Les pages de mon existence

le Mer 14 Jan - 15:48


Même la plus grande des imaginations a besoin d'être réapprovisionnée.

Les temps troublés des derniers mois engendraient une douce panique au sein de la population, les gens commençaient à se méfier des autres - et s'il était de la Silnà ? et s'il soutenait l'autre camp ? Les quartiers les plus tristes devenaient plus tristes encore, certaines personnes fuyaient la surface et tentaient de se réfugier sous terre ou dans les cieux et les médias en profitaient à pleine joie. Temps troubles, bénéfices pour journaux et gazettes ! Siothrún en profitait lui-même, quelques habitués de ses dessins lui quémandaient portraits, paysages, allégories, caricatures, son dernier en date accompagnait l'article de Leslie sur l'inutilité de la réunion des maîtres des miroirs. Bien qu'il n'était pas entièrement d'accord avec cette pensée, il l'avait comprise et avait fait au mieux : le résultat était un bon salaire en à peine quelques semaines ! Siothrún ne savait plus quoi en faire. Acheter de nouveaux fusains, peut-être ?

Toujours est-il qu'avec cette frénésie médiatique, le demi-dieu passait la plupart de son temps penché sur des détails picturaux. Une petite fatigue le prenait, et comme à son habitude, il se retrancha sur la lecture pour échapper à cette répétition. Ayant déjà emprunté un livre à la bibliothèque, il l'avait lu petit à petit, un moment de détente où ses poignets se reposaient et où son imagination se regorgeait. Deux semaines avaient suffit à finir ce gros roman, il était dans les temps pour le rendre comme à son habitude. Mais qui dit livre fini, dit passage à la bibliothèque pour en prendre un nouveau !

Un vieux sac de cuir abîmé en bandoulière, Siothrún profita d'une course dans le quartier de Tern (encore un dessin) pour faire un détour par la bibliothèque. Un manteau léger de coton sur le dos, le demi-dieu tentait de réchauffer ses mains soumises au froid de l'hiver profondément enfoncées dans ses poches, vêtues de gants troués ressemblant plus à des mitaines. Le nez enfoui dans une grande écharpe de laine noire enroulée autour de son cou le faisait plus petit encore qu'il ne l'était. Il ne neigeait pas, quelques tas de neige persistaient et le froid ambiant était indéniablement de saison. Seuls ses pieds, que le jeune homme avait rangé dans de grosses chaussettes achetées récemment ne souffraient pas du froid. Il avait hâte de rejoindre la chaleur bienfaitrice de la bibliothèque.

Le bâtiment était parmi ses préférés, il s'agissait d'une bibliothèque remarquable, très grande et avec une bibliothécaire plutôt agréable - tout dépendait du jour. En franchissant les portes, il fut soulagé de sentir le froid autour de lui s'alléger, l'air s'emplissant d'une odeur de livres et de feuilles comme il les aimait. Siothrún était toujours heureux de revenir ici, il s'y sentait bien, un lieu de refuge depuis 14 ans. Bien qu'il n'eût pas encore tout lu, quelques jours étaient durs quant au choix de son prochain emprunt. En ce sens, le demi-dieu avait pris l'habitude de demander directement à Eva si elle avait de la nouveauté.

Ses yeux voyagèrent peu de temps - elle siégeait à son bureau, tout simplement. D'un pas léger, sortant ses mains de ses poches et de ses gants, Siothrún venait à la rencontre de la bibliothécaire - une grande connaissance.
Lorsqu'elle l'aperçut, Siothrún eut le même réflexe qu'à son habitude, à savoir de lui faire son sourire spécial. Un sourire qui démontrait parfaitement qu'il était à son aise ici, qu'il s'y sentait bien et que revoir un visage connu faisait chaud au cœur. La rougeur de ses oreilles et de ses joues due au froid lui donnait un visage encore plus amicale qu'à l'habitude.
« Bonjour, Mademoiselle. Je viens vous rendre ceci... joignant le geste à la parole, il sortit le livre emprunté de son sac, auriez-vous reçu un nouveau roman, par hasard ? »

Avec douceur, Siothrún posa le livre à rendre sur la pile des livres rendus, jetant un œil à la pile sans y voir de nouveaux titres. Il prenait toujours soin de ne pas importuner la dame dans son travail, ni d'être trop insistant - elle semblait submergée par son travail parfois. Entre la gestion de la bibliothèque et des missions s'accumulant, il la plaignait un peu. Cependant, elle tenait son poste d'une main de fer et l'accueillait toujours relativement bien - tout dépendait des jours. En ce sens, le demi-dieu avait une grande considération de la femme, et avait naturellement pensé à elle quand il avait préparé des cookies. Ah! oui, les cookies.

« Ah! j'allais oublier. »
Sortant de son sac 2 cookies enrobés dans un bout de tissu, il les lui présenta.
« J'en ai préparé et, heu... J'espère que vous aimez ? »
Une couleur rose s'installa sur les joues de Siothrún, gêné de son audace car il ne connaissait même pas ses goûts. Il était légèrement inquiet quant au fait que son geste pourrait être déplacé.


Dernière édition par Siothrún Nolan le Lun 1 Juin - 22:07, édité 4 fois
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Les pages de mon existence

le Mer 14 Jan - 16:30


Un petit air de désespoir dans ces vêtements, un sourire gentil et le sommet d'une tête blonde vingt centimètres en dessous de la taille moyenne des habitués mal élevés de mon hall. Je connaissais parfaitement ce jeune homme. Il était l'un des rares qui entraient encore dans ma bibliothèque pour autre chose que des pims ou la mort.

-Siothrùn ! Est-ce qu'au moins celui-là t'a plu ? Des nouveaux romans... Des nouveaux... Mes mains fouillaient mon comptoir récemment mis à sac par un Kip surexcité en quête d'une fiche de mission particulière. Attends, j'ai la liste des arrivages de la semaine quelque part.

Je levais les yeux quand il proposa un goûter on ne peut plus bienvenu. Un franc sourire égaya mon expression -c'était bien rare ces temps-ci - je me redressais oubliant totalement ma liste.

-Tu sais quoi, va t'assoir par là-bas, je t'envoie Kip et les derniers romans qu'on a reçu sur une desserte, tu n'auras qu'à les essayer et voir ceux que tu veux emporter ! Café, thé ou chocolat ?

Si Kip voulait se rendre utile c'était le moment. Dans le haut-parleur de la bibliothèque j'interpellais le petit robot cubique qui me servait d'assistant, il mis moins d'une minute à arriver dans le hall toujours aussi énergique.

-Kip ! Trouve-moi la liste des romans reçus cette semaine, tu en choisiras des exemplaires pour Siothrùn, apporte-les lui au petit salon. Ah ! Tu penseras à lui apporter de quoi se réchauffer aussi. Une boisson, précisais-je, ne lui apporte pas un sac de couchage...

Le robot fit un semblant de garde-à-vous et se faufila brusquement parmi les visiteurs pour accomplir sa nouvelle mission.

-Il ne s'arrange pas avec le temps celui-là... Je rêve où il a oublié de te demander ce que tu voulais ?

Carine s'éveillait au bon moment. Son museau pointait dans mes pensées et forçait mon nez à inspirer les odeurs dans la salle. Il avait sentit l'odeur des pâtisseries.
Si on m'avait dit un jour qu'un loup sauvage se laisserait gâter pour des cookies, je ne l'aurais jamais cru.

Je m'emparais d'un gâteau, lui laissant le second.

-Je te rejoins plus tard, je m'occupe juste des demandes de missions avant.

Mon humeur s'assombrit aussitôt que je mentionnais la présence d'aventuriers venus s'inscrire. L'expérience m'a appris à ne pas être trop gentille avec eux, ils ne le rendent pas souvent.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 551
Notes : .
Messages : 854

Re: Les pages de mon existence

le Mer 21 Jan - 11:42


Eva était d'une telle énergie qu'elle avait toujours su impressionner Siothrún. Même en fin de journée, exténuée, elle semblait prête à faire un marathon pour son simple plaisir. Il y avait en elle une vivacité contagieuse, de celles qui vous donnent envie de chanter sous la pluie. Elle ne restait pas amorphe derrière son bureau, au contraire, elle semblait être en perpétuelle agitation, l'exact contraire d'une bibliothécaire modèle en soi. Mais indéniablement une personne charmante - tout dépendait des jours. Elle ne lui laissa pas le temps de répondre que oui, il avait apprécié sa lecture, qu'elle était partie à la recherche de ce qu'il lui avait demandé. En toute honnêteté, il était habitué à ne pas avoir le temps de lui répondre, il se contentait de rester là, silencieux, à la regarder et parfois à communiquer par quelques mouvements corporels. Cela ne lui déplaisait absolument pas, Siothrún n'était pas de nature loquace et parler de tout et de rien ne lui était pas facile. Il n'engageait pas souvent les conversations, et Eva s'en chargeait toujours.

En bonne maîtresse des lieux, elle lui donna ses ordres auxquels le demi-dieu s'y plierait sans broncher - si un fou un jour, avait eu l'audace de contester son autorité, il dût s'en mordre les doigts. À sa deuxième question, il se contenta de hausser les épaules, les trois lui conviendraient de toute façon, du moment que c'était chaud. De toute façon, il n'eut pas le temps de répondre encore une fois, qu'elle appelait son drôle de petit robot qui faisait toujours rire Siothrún. Il était à l'image de sa maîtresse : qu'importe sa fatigue, il démontrait toujours une énergie hors du commun. Une véritable pile électrique rechargeable qui en avait toujours à en revendre. Il le vit arriver comme une flèche, prêt à recevoir ordre et à l’exécuter dans la joie et la bonne humeur. (Les premiers temps, il avait été époustouflé par la sensibilité presque humaine qu'il percevait chez le petit robot.)

Kip, ses ordres reçus, n'attendit pas une seconde pour foncer accomplir sa mission, comme si elle était d'une importance capitale. Autant dire qu'il prenait tout à cœur, prêt à aider n'importe qui n'importe quand. Il était plus serviable que la plupart des êtres vivants peuplant Entre-monde. Un ami adorable. La consternation d'Eva sur l'oubli du robot amusa Siothrún.
« Il a oublié. » lui confirma-t-il, sourire aux lèvres.

En la voyant attraper un biscuit, le demi-dieu fut content : elle aimait et il n'avait pas été déplacé dans son geste. Il n'était pas le meilleur cuisinier du monde mais, la dame vivant en dessous de lui lui prodiguait d'excellents conseils. Il espérait qu'ils soient bons, au moins. Eva disposa de lui, prenant son autre rôle de grande gérante des missions qui lui donna un air plus austère. Il comprenait bien sa réaction, certains assoiffés de sang ne connaissaient pas la politesse - il avait déjà pu le constater en direct. Il lui hocha donc la tête, lui adressant un dernier doux sourire dans l'espoir de lui octroyer un peu de courage et s'en alla rejoindre sa place désignée, un peu plus loin.

S'installant sur un fauteuil moelleux, Siothrún attendit le retour de Kip et de la bibliothécaire. Se frottant les mains l'une contre l'autre pour se les réchauffer, son visage reprenait une couleur blanche avec la chaleur ambiante, enfouissant parfois son nez dans son écharpe, soufflant dedans pour que son souffle chaud se propage sur son visage. Il ne vit personne dans les rayonnages de livres, il y avait toujours peu de personnes. À l'inverse du comptoir, qui se trouvait souvent envahi de feuilles aux indications précises sur où aller, quand, pourquoi et quoi faire. En tant que grand lecteur, il trouvait dommage l'abandon auxquels étaient soumis les livres. Au lieu d'aller se faire frapper sur la tête, ces brutes devraient plutôt lire la douce écriture pleine d'esprit de certains auteurs. L'arrivée de Kip - et du bruit qu'il fit - le fit sortir sa tête de son écharpe.
Le petit robot portait une tasse d'où s'échappaient des volutes de fumées, ainsi que 4 livres empilés les uns sur les autres dans un équilibre précaire.

« Merci beaucoup Kip. Tu es adorable. » le remercia Siothrún, en aidant le dit-Kip à se débarrasser de son fardeau.

Sur la table basse en face de lui, il posa les nouveaux livres, tous de taille différentes. Un d'entre eux attira son œil, la couverture étant très belle à son avis. Le petit robot avait opté pour du thé, et avait même songé à apporter un sucrier - un ange. Ajoutant la dose qu'il voulait, il touilla le liquide puis prit la tasse entre ses mains, les réchauffant. Le liquide brûla agréablement sa gorge, tandis qu'il observait couvertures, titres, auteurs et résumés des 4 livres.


Dernière édition par Siothrún Nolan le Ven 30 Jan - 11:02, édité 1 fois
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Les pages de mon existence

le Jeu 29 Jan - 15:42


Kip quitta Siothrùn, son plateau vide sous le bras. Jouer au serveur l’avait mis de bonne humeur, son réacteur n’était plus tout à fait équilibré si bien que Kip flottait dans l’air perdant ou gagnant de l’altitude de manière aléatoire. Kip passa devant moi sans me voir.

-Kip … N’aurais-tu pas oublié quelque chose ?

Carine piaffait d’impatience dans son petit coin d’esprit. Lui, il savait ce que Kip avait oublié.

-Kip ! Non, madame Eva, Kip n’a rien oublié. Kip ! Kip n’oublie jamais rien.

-Dans ce cas, pourquoi la bouilloire est-elle encore allumée bien qu’elle soit vide ?

Le petit espace cafétéria derrière le comptoir d’Eva fumait légèrement. Juste assez pour que l’odorat d’un loup le sente. La cafetière et la boulloire trônaient fièrement sur leur petite étagère, surplombée d’une autre remplie de matières premières pour tout esprit au travail.

-Kip !!!!!!

Le petit robot se précipita vers la bouilloire pour l’éteindre. Je l’abandonnais là, décidée à ne pas le chouchouter et donc, refusant de le consoler.
Un rire parcouru le dernier groupe d’aventuriers venant s’inscrire. J’enregistrais leur fiche tout en mémorisant les noms affiliés aux nouveaux visages.

Quand ils furent partis, je rejoignis Siothrùn, un café chaud attendait devant mon siège vide. Pas si vide que ça… Kip se tenait juste derrière, penaud.

-Merci pour le café Kip !

Ce petit rien le fit bondir de joie.

-Tu as éteint la cafetière ?

Trop tard, Kip s’était déjà enfuit à l’autre bout du hall pour balancer ses bras joyeux très près des colis encore non déballés de nouvelles archives.
Le plus drôle, c’est de voir qu’avec le temps même Carine arrive à retrouver son âme de louveteau quand Kip fait preuve de tant de bonne volonté. Le loup trépignait d’amusement en le regardant se cogner un peu n’importe où, son cube lançait des visages heureux à qui le croisait dans cette phase de folie.

Un soupir las plus tard, j’étais assise sur mon fauteuil, je m’emparais de l’un des ouvrages laissés à l’intention de mon résident régulier.
Un vague regard pour la couverture je l’ouvris sur mes genoux et entrepris de lire quelques lignes. Peu intéressée par les pages de titres, je lançais la conversation sur autre chose :

-Comment vas-tu en ce moment ?
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 551
Notes : .
Messages : 854

Re: Les pages de mon existence

le Ven 30 Jan - 15:27


Sa tasse de thé entre les mains, Siothrún lisait le résumé du premier livre qu'il avait posé sur ses genoux. À priori, il s'agissait d'une sorte de thriller angoissant et sombre qui n'intéressa pas son potentiel lecteur. Le reposant plus loin sur la table basse, il en prit un autre sur ses genoux, sa tasse toujours en main. Étrangement, Siothrún avait toujours aimé le froid, pour la simple raison qu'il appréciait les différents moyens de se réchauffer. Un feu de cheminée, une boisson chaude, ou le contact d'un autre corps... Une douce chaleur s'insinuant en lui, dans une caresse réchauffante, ravivait son corps endormi par le froid de dehors. Siothrún avait toujours aimé l'hiver pour cela.

Ce nouveau livre de petite taille était un recueil de poèmes. S'il ne s'agissait pas de son genre préféré, la poésie avait toujours eu le mérite de l'émouvoir lorsqu'elle était bien écrite. Ainsi le petit robot avait bien mémorisé son faible pour cette facette-là de la littérature. Il reconnaissait le nom du poète, qu'il avait déjà lu et avait apprécié. Peut-être. Buvant une gorgée brûlante, le demi-dieu vit Kip revenir avec un café cette fois-ci, qu'il installa devant le siège encore vide destiné à Eva. Dans ces moments-là, il était très facile de deviner l'amour que portait le petit cube à sa maîtresse, ce qui avait le don de faire fondre le petit cœur du jeune homme tout en le rendant nostalgique. La bibliothécaire avait beaucoup de chance d'avoir cette petite chose en ami.

« Et attentionné en plus. » ajouta-t-il à sa description de Kip, dans un sourire. « Oh, attention, elle arrive. » prévint-il sur le ton de la confidence, avisant du coin de l'œil l'approche d'Eva.

Le robot se cacha derrière le fauteuil, tel un jeune enfant espérant être pardonné de sa bêtise. Parfois, celui-ci donnait envie à Siothrún de le serrer dans ses bras, de le choyer et d'embrasser le haut de sa petite tête tant il était adorable. Jouant le jeu, l'artiste détourna les yeux de Kip et revint à son recueil qu'il feuilletait. Il reposa le bouquin sur le bord de la table basse - signifiant qu'il était sur la liste des possibilités - alors que la bibliothécaire arrivait. Le troisième livre sur ses genoux, il n'entreprit pas tout de suite de lire son résumé pour regarder l'échange entre les deux amis, sirotant une autre gorgée de thé. Un simple remerciement, et Kip devenait un cube mécanique sautillant de joie partout dans le bâtiment. Il semblait si heureux qu'il en oubliait tout le reste, son environnement même. Vagabondant sans logique et se cognant à à peu près tout, la machine eut le mérite de faire rire Siothrún, dont le son était définitivement attendri. Qu'il aurait aimé, lui aussi, avoir un ami aussi fidèle que Kip !

Eva s'installa, attrapant le livre qu'il avait placé plus loin, faisant face à un jeune homme qui ne sut pas quoi dire. Au lieu de cela, il regarda avec attention la couverture, soit une peinture bucolique d'un vallon sublime, avec en son centre un petit personnage guère plus qu'une ombre. Il lut en diagonale le résumé, présentant un petit garçon qui décida de quitter son village et de voyager dans le but de retrouver une mystérieuse personne. Il n'en fallut pas plus pour attirer la curiosité de Siothrún, qui aimait toujours les romans d'aventure avec de longues descriptions des paysages rencontrés.

Alors qu'il posait ce livre promettant un voyage mental certainement époustouflant sur le recueil de poèmes - donc, sur sa pile de possibilités -, Eva lui demandait comment il allait, précisant bien « en ce moment ». Mais que devait-il répondre, sachant que depuis sa dernière visite, rien n'avait changé ? Le demi-dieu était toujours pauvre et seul, reclus dans ses rêveries et ses tableaux. Habitué à sa situation stable depuis des années - pour ne pas dire depuis 15 ans - Siothrún s'en contentait, arrivant à se convaincre d'être heureux de sa situation ayant au moins la chance de vivre de sa passion. Aussi ne trouva-t-il rien d'autre à répondre que :
« Comme d'habitude. »

Il regardait la table basse d'un regard neutre, dans une lassitude qu'il n'était même pas conscient d'avoir, songeant à sa modeste vie. Relevant prestement les yeux sur Eva, son premier réflexe fut de lui sourire avec cette sincérité qui le caractérisait, en effet heureux de passer un peu de temps avec elle. Il ne savait jamais quel terme utilisé avec elle, le mot d'ami aurait été un peu surfait puisqu'ils ne se voyaient que lorsque Siothrún venait emprunter un livre. Sa bibliothécaire préférée, peut-être ? Toujours est-il qu'il l'aimait bien, et qu'elle faisait partie des petits plaisirs de sa vie. Il aurait certainement dû corriger, dire qu'en ce moment précis, il se sentait bien. Au lieu de cela, il se contenta de boire une gorgée de son thé, et d'essayer d'esquiver une discussion sur sa misérable personne.

« Et vous alors ? Vous n'êtes pas... surchargée de travail ? »


Dernière édition par Siothrún Nolan le Dim 8 Fév - 19:25, édité 1 fois
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Les pages de mon existence

le Dim 8 Fév - 18:56


-Comme d’habitude.

Je mimais avec une certaine ironie sa réponse. S’il ne voulait pas parler de lui, je ne parlerai pas de moi. Carine renâclait devant la faible odeur de peinture et de solvant qui le marquait comme une empreinte olfactive incontournable.

Je terminais le biscuit offert par Siothrún quand Carine remarqua qu’il y avait à peine fait attention. La petite créature le faisait saliver bien plus… Il couina de mécontentement. Comme si les tentations trop nombreuses le faisaient tourner en bourrique. Quant à moi :

-Tu pourrais séduire bien plus de monde qu’une bibliothécaire avec ces cookies, tu sais ?

Le fait que Carine n’ai noté que l’odeur de térébenthine et de peinture, sans remarquer la moindre trace d’une autre personne signifiait deux choses : Siothrún vivait seul et cela faisait un moment que ça durait.

La manière de le dire était cavalière, certes. J’avais bien trop pris l’habitude de traiter avec ces idiots d’aventuriers. Mes gants de délicatesse ont pris la poussière.
Cela dit, le jeune homme était un être sensible et réveillait en moi l’envie de le materner un peu. A la façon d’une grande sœur taquine, j’essayais d’en savoir plus sur son cadre de vie.

Le retour de Kip les bras chargés de livres me coupa dans mon élan.

Il déversa sur nous une pluie de livres plus ou moins récents adaptés aux goûts de tous les deux. Evidemment, ils étaient totalement mélangés et exigeraient de perdre un temps fou à les ranger quand nous en auront fini.

Le soupir mental de Carine me retint de sermonner le robot sur ses anticipations excessives.

Kip nous tournait autour en quête d’autre chose à faire pour participer à cette pause-café. Agacée, j’en terminais par lui intimer de s’assoir sur un siège libre et de lire tranquillement.

Je cessais de bouger quand mes doigts effleurèrent la couverture d’un vieux livre relié de cuir.

-Le mont de Varvandel, lis-je à haute voix.

Je souhaitais m’assurer de ne pas avoir mal lu le titre.

-Kip, où as-tu déniché cet ouvrage ?
-Kip ! Dans le nouveau rayonnage sur la zone inconnue ! Kip !
-Je n’étais au courant que ce rayonnage contenait un livre sur varvandel…
-Kip !

Son écran affichait une suite de caractères de recherche avant qu’un « kip ! » hoqueté ne vienne indiquer la fin du processus.

-Archivé il y a onze jours via le poste du douzième étage, Kip !

Ce détail finit de me faire froncer les sourcils. La mention du volcan des varvandels calma Carine qui alla se coucher dans un coin, apeuré.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 551
Notes : .
Messages : 854

Re: Les pages de mon existence

le Dim 8 Fév - 22:19


Alors qu'il s'interrogeait sincèrement sur l'état d'Eva, Siothrún ne s'attendait pas à ce qu'elle lui ressorte ses propres mots. Cela pouvait être un reproche qui lui était directement destiné, mais le demi-dieu ne le vit pas ainsi. En réalité, s'il avait parfaitement remarqué la répétition, il s'intéressait plutôt à la signification de ces mots. Il ne voyait que très rarement la bibliothécaire se reposer sur ses lauriers, elle avait constamment un peu (beaucoup) de paperasse et de personnes à prendre en charge. Ainsi était-elle toujours un peu surmenée, ce qui expliqua à merveille le regard empli d'une amicale inquiétude qu'il lui jeta. Il la plaignait, mais ne savait pas quoi dire - qu'aurait-il pu dire, de toute façon ? Comme à son habitude, il ne dit rien, se contentant de lui transmettre tant bien que mal sa compassion par son expressivité. Il la regardait déguster son maigre présent, assise devant une tasse de café amicalement Kip, plus soucieux d'elle que de son propre état de misère.

Pas décontenancé par un simple silence, le blond replongeait son regard dans le liquide sombre puis en but une gorgée. À ce moment-là, la bibliothécaire fit une remarque qui, il fallait l'avouer, eut pour réussite de surprendre Siothrún. Il ne s'était pas le moins du monde attendu à une telle remarque, et pris dans sa surprise, il avala de travers. Son instinct naturel le fit tousser quelques secondes afin que le thé reprenne le bon chemin. Reprenant son souffle, il regarda son interlocutrice sourcils relevés figés dans cette surprise évidente, se demandant bien d'où pouvait sortir ces mots. Bien qu'il sache ne pas connaître parfaitement Eva, elle ne lui avait encore jamais sorti une telle remarque. Il ne savait pas quoi en penser.

« Je n'essayais pas de vous séduire, juste de vous faire plaisir. » lui expliqua-t-il naturellement, comme s'il s'agissait d'une vérité générale qui coulait de source.

Quelle idée de séduire avec des cookies ! Une pareille technique ne pourrait définitivement pas fonctionner, il fallait être rationnel. C'était très loin d'être aussi facile. Dans le cas contraire, le demi-dieu serait déjà marié à l'heure actuel. Improbable. Plus encore, bien qu'il appréciât Eva comme l'excellente et chaleureuse bibliothécaire qu'elle était, elle n'était définitivement pas son genre... En fait, l'idée même que Siothrún tente de séduire quelqu'un était elle-même incongrue. Jamais il n'oserait imposer sa misérable personne dans la vie d'autrui. Sa surprise s'effaça, ses yeux replongèrent dans le contenu de sa tasse sans le voir. Son visage était un véritable livre ouvert - cette page-là, comme bien d'autres, racontait toute sa solitude et sa mélancolie. Qui voudrait d'un pauvre garçon de Magna se baladant avec des crayons gris ?

Le demi-dieu fut sortit de ces sombres sentes que prenaient ses pensées par le retour d'un vif Kip. Il lui suffit de voir l'engouement incarné pour s'arracher à ses maussades sentiments et être repris de la même tendresse qu'il avait manifesté tout à l'heure. Les deux êtres de chairs qu'ils étaient se virent offrir un gros paquet d'ouvrages en tout genre par le petit robot, qui faisait preuve d'une grande force et d'une grande habilité pour porter tout cela compte tenu de sa taille. Il y avait de tout - des livres modernes de Tern aux copies faites main d'Ordae, des formats de toutes les tailles et quelques uns aux formes peu conventionnelles, une pluie de couleur pour les couvertures illustrées. En soit, un choix difficile.

« Merci, Kip. » souffla-t-il au robot pour le récompenser de son zèle.

Finissant d'un coup sa tasse de thé, Siothrún la reposa sur la table basse, ses yeux voyageant sur les pages. Ne se cachant pas d'être attiré par cet étalage, il glissa de son fauteuil pour s'asseoir par terre, ses jambes repliées sous lui. À la bonne hauteur pour observer la table basse, et attrapait tout ce qu'il lui fallait. Avant de s'atteler à sa minutieuse recherche de sa future distraction de la semaine, l'artiste enleva son écharpe qu'il n'avait pas quitté le temps de se réchauffer, la déposant à ses côtés. Eva et Siothrún prirent un livre en même temps, et se plongèrent dans la même découverte. Il entendit vaguement le titre de sa congénère sans y prêter grande attention de prime abord.

Néanmoins, l'homme releva la tête aux questions relativement précises que posait Eva à son fidèle Kip. Relativement intrigué, il comprit rapidement que ce fameux Mont existait bel et bien, et n'était pas un élément de fiction. De plus, ce lieu-dit ne se contentait pas d'exister, mais semblait être pris de vie dans les yeux de la bibliothécaire. Il était évident qu'elle connaissait ce lieu plus que de nom. Il se demanda ce que cela représentait pour elle. À quoi pouvait ressembler ce Mont ? Où se situait-il ? Était-il habité ? Était-il seulement habitable ? Autant dire que sa curiosité revenait contre son gré, assiégeant l'esprit d'un Siothrún qui écouta et observa avec attention. D'une quelque manière que ce soit, l'énonciation de ce mot était la cause du trouble d'Eva. De ce fait, le demi-dieu ne s'empêcha pas de demander, d'une voix tout à fait innocente et sans sous-entendu, ceci :

« Qu'est-ce ? Le Mont Varvandel ? » dit-il, sa tête se penchant légèrement pour accompagner la question.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Les pages de mon existence

le Mar 3 Mar - 22:30


Séduire ? Mais où est-il aller chercher ça... Je souris et hochais gravement de la tête. Nous étions d'accords, si je le contredisais je mettrai trop d'informations dans ce début de conversation. Je n'avais pas envie de l'intimider trop tôt.
Évidemment, l'arrivée de Kip a bouleverser ladite discussion. Le livre sur Varvandel captait mon regard et mes pensées.

-Un endroit, loin d'ici.

Je caressais une gravure représentant le volcan. Les arbres grimpaient si haut sur ses flancs qu'on aurait dit qu'un dieu malicieux avait fait couler une mer émeraude depuis le ciel.

-C'était chez moi, avant.

Je redonnais le livre à Kip. Le robot voulait seulement m'aider. Il m'avait sûrement enregistrer en train de rabrouer Carine ou bien dans un moment d'appitoiement. Le fait que le nom de Varvandel lui revienne suffisait à en dire long sur les dernières mises à jour de son très récent logiciel de conscience.
Le petit robot, promu chez Ken récemment, était sensible...

-Merci Kip, je vais lire celui-là.
-Kip ! Du café ?
-Non merci !

Avec beaucoup de condescendances je l'invitais silencieusement à ne plus s'approcher du matériel de restauration à disposition.

-J'attends le jour où ils te programmeront cuisinier ET pompier, jusque là, évite de trop te servir de la cafetière et de la bouilloire, d'accord ?
-Kip !

J'en revins à nos moutons.
Siothrún avait besoin d'amour et je connais un endroit où il en trouverait. Il ne faudra pas toujours être très regardant sur la marchandise, cela étant, il fera dix fois plus de rencontre en une heure trente que durant toute une année.
C'était une occasion à ne pas louper.
Ni pour lui, ni pour moi.

-Siothrún, te souviens-tu qu'il y a un speed dating organisé par les prêtres sur le Fenrir dans quelques jours ? J'espère que tu m'y accompagneras, je ne veux vraiment pas m'y retrouver seule. Si jamais je croise un aventurier... Il me faudra une sortir de secours !
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 551
Notes : .
Messages : 854

Re: Les pages de mon existence

le Mar 5 Mai - 12:10


Jamais Siothrún n'avait entendu le nom de Varvandel. Si bien que sa curiosité, cette vilaine chose, fut frustrée et déçue à la simple description d'un « endroit, loin d'ici. » Elle pesta contre sa faim d'informations, mais le jeune homme ne dit rien. Il ne fit qu'hocher la tête, silencieusement, acceptation d'un secret qui ne voulait - pouvait - pas être révélé. Il observait la bibliothécaire, celle-ci plongée dans la contemplation du livre mais plus dans la contemplation de ses souvenirs, à priori. Il y avait quelque de nostalgique, d'étonnement doux chez elle, les yeux dans le vague remous de sa mémoire. À ce moment précis, sa curiosité s'envola pour faire place à une furieuse envie d'attraper toile pinceaux et peinture. Il était étonnant de constater tout le remue-ménage dans la tête de Siothrún alors que son visage gardait cette même expression de politesse amicale.

Il leva les sourcils, dans une curiosité resurgissant subitement - cette vilaine chose - mais toujours avec réserve. Il comprit bien mieux la nostalgie perçue quelques instants plus tôt : une ancienne maison, peut-être perdue ou abandonnée de force ? Le demi-dieu ne dit rien, car ne savait pas quoi dire. Qu'aurait-il pu dire ? Il n'était ni doué avec les mots, ni excessivement poche d'Eva, malgré toute l'affection qu'il lui portait. Il se contenta d'opiner à nouveau, cette fois-ci d'une compréhension et d'une promesse de ne pas en demander plus qu'il ne fallait. Ses yeux trouvèrent la couverture du livre, s'étant légèrement redressé sur ses pieds.
« Ça m'a l'air très beau. » réagit-il finalement, d'une voix douce.

La phrase, bien que d'apparence innocente, était sincère : il trouvait la couverture jolie, et le paysage représenté derrière devait être magnifique à voir. Un fin sourire lui vint naturellement. Quelque chose flottait dans l'atmosphère, la rendant légère et mélancolique. Cela ne venait pas de Siothrún, mais il le percevait nettement. Il aima ce petit moment, ces minuscules bouts de vie qui ne pouvaient être représentés par aucune peinture ou aucun mot, mais qui se vivaient pleinement. Il suffisait d'y être sensible, de cette même sensibilité qui rendait l'artiste étrange aux yeux des autres.

Kip, par sa magie inconnue, fut à nouveau cet élément de transition entre deux moments différents. Grâce à lui, Siothrún rit, sentant la chaleur enivrante de la joie emplir l'air. Parfois, même la plus petite des choses pouvait changer le court de l'histoire, songea-t-il. Il imagina le petit robot en pompier, comme le suggérait Eva, et la vision fictive amusa l'artiste. Ce serait certainement un petit dessin griffonné pour le plaisir dans les jours à venir. Peut-être même sera-t-il une inspiration pour Kip ? Il espéra que non, pour le bien de la cuisine de la bibliothèque. Elle n'y survivrait surement pas. Assis par terre, un mont de livres devant lui et un grand sourire amusé, Siothrún se sentait heureux. Il ne lui en fallait pas beaucoup, certes, mais ce bonheur pouvant être qualifié de puéril ou de naïf ne rendait son sourire que plus intense encore. Il aimait cet endroit et ses propriétaires.

En fait, il faillit avaler sa salive de travers lorsqu'Eva mentionna le speed dating à venir. Quel changement de sujet brutal ! Et surtout, pour en venir à lui. S'il avait encore été capable de se téléporter, aucun doute qu'il aurait lâchement fuit cette conversation gênante pour lui. Il était au courant, bien évidemment, et avait pris la décision d'y aller. Mais il n'était pas à l'aise avec cette idée. Savoir qu'Eva y allait, qu'il ne serait peut-être pas totalement seul, le soulagea un peu. Au moins, elle ne jugerait pas sa décision comme stupide. Du moins l'espérait-il. Légèrement recroquevillé de gêne, Siothrún prit un livre au hasard pour s'occuper les mains.

« Heu, oui, je pensais y aller... » avoua-t-il, ce qui le fit rosir. « Vous pourrez compter sur moi, bien sûr. »

Il douta qu'Eva ne trouve personne, c'était une femme formidable de son point de vue. Il doutait bien plus de sa propre réussite. Il ne savait même pas comment il allait se présenter, n'ayant pas de tenue convenable. Mais, s'il pouvait rendre service à une dame, il viendrait ! Enfin, peut-être.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Les pages de mon existence

le Sam 23 Mai - 12:47


Je me renfonçais dans mon siège, un regard énigmatique posé sur Siothrún. Un soupir plus tard, je lui offris un léger sourire.

-La solitude ne convient à personne, tu as tes chances de repartir accompagné.

Cette fois j'étais amusée, non pas par un Kip qui commençait à ouvrir les livres pour en profiter à son tour. Il avait tout simplement posé sur cube devant le tas et ses bras articulés ouvraient et feuilletaient les pages. Non plus par Siothrún qui devait se demander quel enfer venait de lui tomber dessus avec ma proposition de sortie.

-Sauf si, comme moi, tu connais déjà à l'avance quasiment tous ceux et celles qui s'y présenteront. La dernière fois, j'ai passé ma soirée à demander des nouvelles à mes partenaires... Ils étaient quasiment tous passés au moins une fois par la bibliothèque. Tu parles de rencontres !

Et puis, fronçant de nouveau les sourcils :

-Je sais que j'y vais uniquement pour m'occuper une soirée. Je vais sûrement encore retrouver tous mes aventuriers esseulés. Et s'il y a bien une chose que je ne souhaite pas c'est de pendre au bras de l'un de ceux là.

J'observais Kip du regard, le petit robot était plongé dans une lecteur étrangement lente pour un robot. Il pouvait scanner les pages à la vitesse de la lumière et terminer de lire cette pile entière en quelques minutes... Je lui découvrais un côté patient et curieux. Ne sachant quoi en penser, je détournais la conversation.

-Mais, tu as peut-être déjà quelqu'un. Je t'ai proposé ça sur un coup de tête...

Et sur la confirmation de Carine (à travers mon nez) que le jeune homme vivait seul.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos, Sarkina, Perçant, Hotel, Lin, Lux, Cie, Oxygène, Curo, Domus

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 551
Notes : .
Messages : 854

Re: Les pages de mon existence


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

- Sujets similaires