Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Siothrún Nolan.

le Lun 12 Jan - 20:19



¤ Siothrún Nolan.


  • Nom : Nolan.
  • Prénom : Siothrún (Dieu de la Paix).
  • Âge : 24 ans.
  • Statut : Artiste, dessinateur ambulant, publiant parfois dans des journaux ses dessins.
  • Race : Demi-dieu.
  • Pouvoir, compétence ou attribut : Une vue sans limite, sans frontière. Quand il le souhaite, Siothrún peut voir n’importe quelle personne, n’importe quelle scène, n’importe quel lieu sans y être. Il lui suffit de se concentrer, et son regard se porte au loin, par-delà même l’Entre-monde. À chaque compétence lui est attribué un revers. Dès lors que sa vue se porte loin de lui, Siothrún devient inconscient de ce qui l’entoure, il reste immobile, aveugle, sourd et insensible à ceux qui l’entourent. Il devient alors une proie facile.
    Qui plus est, ce talent est visible en lui-même. Ses propres yeux changent, en fonction de où se porte son regard : s’il est proche, ses yeux ne deviendront qu’un ruisseau tranquille de vert et de doré se mélangeant ; lorsqu’il s’éloigne le ruisseau devient de l’argent en fusion, un gris parsemé de reflets blancs ; lorsqu’il observe au plus profond des 8 miroirs, le flot se fige en or, un or scintillant et pure.
    Sa vision est cependant limitée à ce que Siothrún connait : son don ne lui permet pas de découvrir des contrées inconnues pour lui, mais il peut, par le récit détaillé d’autres habitants, dévoiler à son regard ce que cachent les Miroirs. Une vue imprenable sur l’interdit, et exclusive : lui seul peut Voir.



¤ Description Physique.


Siothrún ressemble énormément à sa mère, et n'a pas beaucoup de point commun avec son père biologique. Pourtant il aurait aimé lui ressembler un peu plus, afin d'en savoir un peu plus sur lui, et lui donner un visage. Ainsi, le demi-dieu a une petite tête. Du moins n'est-elle pas large, et ce malgré tous les rêves qui l'envahissent. Son visage est ovale, orné de deux yeux qui attirent facilement le regard des autres. Avant tout car ils sont grands, mais pas tout à fait globuleux puisqu'il a la paupière basse. Ils sont d'une couleur verte éclatante, mais lorsque l'on observe de plus près, il est possible de remarquer les tâches mordorées autour de sa pupille - un des rares traits qu'il ne tienne pas de sa mère. Ses yeux peuvent être qualifiés de lumineux, de par leur couleur vive et brillante à la fois. Siothrún a de longs cils, mais de gros sourcils assez broussailleux.
Ses pommettes sont hautes, et encadrent un nez en trompette dont il n'est pas mécontent. Ni trop long ni trop court, les narines peu voyantes, et une arrête creusée. Il a le menton rentré, mais pas fuyant. La courbe de sa lèvre supérieure est très prononcée, à l'inverse de sa lèvre inférieure, plus pulpeuse. Ses dents sont d’un blanc éclatant, parfois surprenantes pour un habitant de condition modeste. L’habitude de sourire est empreinte dans ses traits : Siothrún a développé des compétences toutes particulières pour sourire, un simple geste qu’il utilise pour apporter un peu de chaleur autour de lui. Son sourire est d’une grande beauté : sincère, doux, aimant. Quant à ses oreilles, elles sont petites - un contraste avec ses yeux - et légèrement décollées. Il a les lobes d'oreilles attachés.

Le tout est accompagné d'une touffe de cheveux blonds, aux quelques reflets roux au soleil, qui lui arrivent jusqu'en bas de la nuque environ. Ils sont toujours ébouriffés et jamais coiffés : Siothrún n'a même jamais songé à les coiffer une seule fois dans sa vie. Sa peau est relativement blanche, entachée par des poils essentiellement présents sur ses bras, entre ses pectoraux - bien que ceux-ci soient inexistants - et une ligne verticale en dessous du nombril. Ses jambes en sont relativement épargnées, de même que son visage parce qu'il se rase toujours de près.

Siothrún est trop mince, voir maigre. Ayant été à la rue quelques temps, il en garde ce séquelle et son maigre appétit n’aide pas. Sa taille n'est pas non plus pour l'avantager, car il est très petit pour un garçon. À peine 1 mètre 63. Il a les jambes endurantes, ainsi que de bonnes fesses bien rondes. Dommage qu'il n'ait jamais fait pour les mettre en valeur, si bien qu'elles restent inconnues à ces demoiselles – et surtout à ces messieurs.
Enfin, Siothrún n’étant pas quelqu’un d’aisé, il s’habille de simples habits parfois usés par le temps, ce qui n’est hélas pas particulièrement alléchant.


¤ Description Morale.


Le premier regard vers Siohrún donne l’impression d’un ange sans ailes, très certainement par son joli visage de jeune garçon, mais également par sa manière de regarder le monde. Bien qu’il n’attire pas tous les regards, loin de là, ceux venant à sa rencontre seront enveloppés d’une aura chaleureuse ; la présence de Siothrún a ce petit quelque chose qui apaise les cœurs. Cela est principalement dû à son sourire, très récurrent. Le sourire du demi-dieu est particulier, il engage à lui seul la conversation. Qui que vous soyez, vous y serez confronté. Pourtant, il est très vite remarquable que ce sourire cache une timidité enfantine. Bien qu’il soit très poli avec tout le monde, n’attendez pas aux premiers abords une longue discussion agréable, mais plutôt à une gêne due à sa timidité. Peut-être est-il devenu si modeste à cause de sa timidité maladive ? Il se montre humble avec tout ce qu'il entreprend, et le réalise avec beaucoup de patience. En effet, cette dernière est une de ses qualités, tout comme son calme. Il parait d'un calme presque divin, ce qui n'est certainement pas une coïncidence. Cependant, ce ne sont que les premières impressions que donne Siothrún.
Avec un peu de patience et de persévérance, Siothrún se découvrira petit à petit. Il sera alors plus qu’évident que le demi-dieu manque cruellement de confiance en soi. Malgré sa volonté de continuer à avancer, il se montre très peu sûr de lui dans bien des domaines. Cela l’a rendu particulièrement pudique et craintif. À vrai dire, il s’agit d’un véritable trouillard surnommé de « poule mouillée » par les autres enfants. Il demeure également impressionnable : il en faut peu pour être admiré de Siothrún. Malheureusement, il peut être facilement influencé voir manipulé, ce qui est sa plus grande faiblesse. Fils de Dieu certes, mais un jeune garçon très naïf par moments. Attention à ne pas croire qu’il est totalement innocent, toutefois…

En vous liant d’amitié avec Siothrún, sa naturelle timidité s’effacera pour révéler une personne d’une grande bienveillance. Le demi-dieu est très généreux, il n’hésite pas à apporter son aide magnanime à ceux qui sont dans le besoin. Malgré qu’il soit lui-même en situation de précarité, le partage est dans sa nature. Il fait preuve d’une grande empathie et d’une grande sensibilité. Il est incapable de rester indifférent aux malheurs des autres, s’oubliant presque lui-même au profit des autres. Un être d’une grande douceur, qui a développé une grande facilité avec les enfants. Il s’avère également que Siothrún est un ami fidèle, loyal, plein de dévotion. Il n’oublie pas ceux qu’il aime, et ne doute jamais d’eux.

Pourtant il n’est pas facile de s’accrocher à un garçon paraissant si inaccessible. Tout en étant présent, il donne l’impression d’être ailleurs, dans un autre monde. Ce monde lui appartient entièrement, et il s’y baigne avec félicité : celui de ses songes. Siothrún est un éternel rêveur, cette personne au regard lointain et semblant voir des merveilles invisibles aux autres. Son imagination est sans limite, il est capable de rêver de tout. Son rêve le plus cher demeure néanmoins la rencontre avec son divin père, qu’il ne connait pas. Perdu ainsi, il peut paraître avare de paroles. En effet, il est relativement taciturne. Ces silences réguliers ont fait de lui un très mauvais menteur. Impossible pour lui d’inventer le moindre mensonge plausible ! N’étant pas tout à fait solitaire, le garçon s’est rapidement habitué à la solitude. Ces longs moments seuls, face au vaste monde, ont forgé un esprit critique, doté d’une certaine sagesse.



¤ Son Histoire.


Un vague souvenir. Le Square Ratatosk, orné en son centre d’une grande statue, inchangée, d’écureuil. Le regard perçant toujours le même, la bouche toujours légèrement ouverte, en un message perpétuel. La même statue, ayant traversé les années, après 14 ans. Le détail du pelage, l’ombre du grand chêne dessus à ce moment-là. Le grand chêne, entité hors du temps et majestueux, son grand tronc protecteur d’un enfant. Le petit renfoncement là, derrière le buisson ; le souvenir des écorces sur ses doigts et l’odeur de la pluie avant la pluie et les bavardages des autres enfants s’approchant sont ils de ce vague souvenir ou une reconstitution de son esprit lorsqu’il porte son regard vers le square de son enfance ? Il avait été là à tout âge, mais surtout à 10 ans, prostré entre feuilles et écorce, le ciel au-dessus de lui, très loin et pourtant si proche.
Il y avait son sac d’école, souvenir informe vague informe, boîte à magie étrange d’où il sortait une feuille et des crayons. La raison lui était inconnue, mais il se souvenait avec précision de son dessin ce jour-là, un pont d’un très bel ouvrage, il s’était appliqué sur les détails, notamment pour réaliser les chevaux ornant la rambarde. Le pont ne chevauchait pas une rivière d’eau, un passage sûr au-dessus des bouches monstrueuses tendant leurs dents pointues vers le pont, en essayant de l’atteindre en vain. À ce moment-là, il avait déjà pour projet de traverser le miroir, il voulait découvrir ce que peu de gens avaient vu. Il avait toujours aimé marcher jusqu’à l’inconnu qui deviendrait connu. C’était un curieux, dans ce monde-ci.

Le bruit des voix honnis s’approchant, il avait rangé son dessin, reprit sa boîte magique et s’en était allé. Mais il n’avait pas pu, les voix plus proches se formèrent en des corps de garçons de quelques années plus âgés que lui. Quelques enfants de dieux eux aussi, de vrais dieux certainement, pas juste une histoire de mère avant d’aller se coucher. Les noms étaient oubliés, sauf celui de Tom, très grand et très méchant avant et toujours maintenant, qui revendiquait et revendique toujours maintenant le nom de son père, un parmi les dieux de la Guerre – mais quelle guerre ?
Il n’avait pas de souvenir de ce qu’ils lui eurent dis ce jour-là en particulier, certainement les mêmes paroles depuis toujours.

« Tiens la poule mouillée ! »
« Oh le petit Siothrún est sorti de sa cachette. »


Il ne les avait jamais aimés, ce groupe de demi-dieux qui traînaient ensemble pour leur sang, au comportement tyrannique envers les enfants humains, envers lui aussi – demi-dieu indigne de son sang, ou au sang indigne.

« Hé, tu vas encore t’enfuir en courant la mauviette ? Pff, ton père doit avoir honte ! »
« Son père ? Certainement un moins que rien, comme lui ! C’est d’famille. »


D’éternels mensonges qui n’eurent de cesse de le blesser. Paroles infâmes, creuses, mais des mots de grand pouvoir, plus que leurs regards de haut. Bassesse d’esprit fourbe et maligne, poignard invisible suintant de méchanceté face à la naïveté du plus jeune demi-dieu-sans-le-côté-divin. Plus que leur sens, la blessure provenait de l’incompréhension de leurs sons. Comme il en avait l’habitude, il avait fui sous des rires grossiers, s’éloignant d’une réalité trop laide, à la recherche d’un pont qui l’empêcherait de se noyer.
Ses pas l’emmenèrent chez lui, belle petite maison vide à cette heure-ci – qu’il n’avait jamais revue – où il attendit la fin du service de sa mère. Elle aurait les bons mots, ceux qui apaisent, ceux qui sont vrais, qui reviennent toujours comme les autres. Et le cycle reprendrait, entre sa maison, la bibliothèque et l’école, ponctué des quelques escapades loin de tout ça. À l’époque, il ne se contentait pas de voir là où il voulait aller, il y allait en quelques secondes – je veux, j’y suis. À l’époque, il était dépendant de cette mobilité acquise par ses téléportations. Ça lui manquait, parfois. Et seul, dans cette maison, à attendre celle qu’il aimait plus que tout, il avait été repris de cette envie de partir loin, vers l’inconnu, découvrir un autre monde. Le miroir : tout le monde dans sa petite ville en avait entendu parler, des rumeurs selon lesquelles les fils de Dieux pouvaient rejoindre leurs parents.
D’un instant à l’autre, il y était, face à cette porte ouverte. À l’époque une effervescence autour de ce miroir, aujourd’hui seulement surveillé par les autorités. Un autre monde.

*~*

Autour de lui, les murmures s’étaient élevés peu à peu : les miroirs ne laissaient plus passer personne ! La porte s’était refermée.
Siothrún avait été ébloui par ce qu’il avait trouvé derrière le miroir, tant et si bien qu’il avait passé la nuit dans une auberge de la ville pour une modique somme. Cette nuit, semblait-il, était de trop. Il avait entendu au hasard ces mots, qui s’étaient peu à peu propagés telle une onde survolant la ville. Très inquiet, il s’était naturellement dirigé vers le miroir par lequel il était arrivé, surnommé Souen par les habitants. Quel mal lui en prit, privé de son don de mobilité le plus précieux – pourquoi cette malchance ? – il avait dû retrouver son chemin, demandant timidement à quelques passants qui n’eurent de cesse de plaindre ce pauvre petit.

Quand enfin le demi-dieu arriva sur la bonne île, submergée par la foule, ce qu’il essayait d’endiguer l’engloutit en un instant. La panique le prenait avec une telle violence qu’il crût s’effondrer sur le moment. Ce qui ne se présentait que comme une rumeur à ses oreilles se concrétisait devant ses yeux, avec ses personnes amassés hurlant et forçant un miroir qui resta définitivement clos. Ne sachant pas quoi faire d’autre, il se rattacha à ce don si utile dans le passé mais qu’il n’avait jamais su réutiliser dans l’Entre-monde : il souhaita de toutes ses forces, de toute sa volonté, retourner chez lui auprès de sa mère. Il le voulait, mais n’y fut jamais.
Dévasté, l’enfant de 10 ans se cacha de la foule dans un coin sombre, et attendit. Il ne sut jamais combien de temps, s’il s’agissait d’heures ou de jours, il attendit. Plus personne ne réussit à traverser le miroir, et Siothrún se sentit piégé dans ce monde dont il ne faisait pas partie.

Un visage flou vint le récupérer, dans son coin, lui une petite masse informe désarticulée, dont il ne put distinguer que l’habit de policier – appelés Sanctuaris ici. Le monde se referma sans pitié sur lui, et l’enfant seul qu’il était se retrouva dans un vaste bâtiment d’une cohue sans pareille. Tout se mélangeait, entre affairements des adultes, questions des Sanctuaris, pleurs d’enfants, lamentations d’adolescents. Siothrún reconnut à peine le quartier dans lequel il était, mais comprit très rapidement que le vaste bâtiment avait été réquisitionné et modifié dans la précipitation afin d’accueillir tous ceux qui, comme lui, se retrouvaient seuls dans un monde d’adulte.
Il oublia les premiers jours, où il lui semblait qu’il n’avait fait que pleurer avec les autres la perte de ses parents, mais se souvient avec précision le jour où il prit la décision de chercher des yeux sa mère. Cette faculté, il la connaissait comme une chose qui était survenue quelques rares fois dans sa vie d’enfant, toujours de manière inopinée. Jamais auparavant Siothrún n’avait exploité cette vue extraordinaire. Alors il s’était entraîné, en cachette bien sûr, à tenter d’apercevoir les lieux où il n’était pas. Sa volonté de fer l’aida à très rapidement comprendre son don. Après une quinzaine de jour, il réussit à porter son regard au-delà de l’Entre-monde, jusque chez lui.

La scène qu’il aperçut blessa plus Siothrún qu’elle ne le consola. Il avait vu sa mère, éplorée, pleurant la disparition de son unique enfant. Il revint avec empressement à lui, dans cet orphelinat improvisé, ayant réalisé que ce don serait certainement mieux nommé sous l’appellation de malédiction. Il se jura de ne plus retenter de voir sa mère tant ce moment fut douloureux pour son cœur de jeune enfant. Il ne porta plus jamais son regard vers elle, se contentant de la voir comme elle était, est et sera pour toujours dans ses précieux souvenirs. De même, le demi-dieu se jura de ne parler de sa vue exceptionnelle à aucun enfant : hors de question que tous viennent lui demander de voir leurs parents, hors de question qu’il ne leur offre cette douleur qu’il avait ressenti.
Depuis ce jour, il avait tenu ses deux promesses : plus jamais il ne revit sa mère, et à – presque – personne il ne révéla son don – sa malédiction.

*~*

Une vaste étendue de marron, de gris et de noir, parsemée ici et là d’éclats colorés inédits, joyaux à peine découverts par la lumière en contrebas. Lumière provenant d’un petit marché, où un musicien jouait d’un instrument étrange, les hommes et les femmes, et autres créatures, emplissaient la terre du bruit de leur voix. La peinture en un style se rapprochant un peu de l’impressionnisme rappelait l’impression de Siothrún de respirer de la poussière au lieu d’oxygène. Les Fumeroles étaient certes impressionnantes, mais jamais il ne s’y était fais. La caresse du vent, du soleil ainsi que celle de la pluie manquaient dans ces lieux. Après plusieurs heures, son œuvre finie, il remonta avec félicité à la surface.
Siothrún parcoure les rues qu’il avait appris à connaître, au fil des années. Il rejoignit les locaux d’un journal, non loin du centre du quartier de Tern pour y déposer sa peinture. Il s’agissait principalement de son gagne-pain. Ce journal l’avait contacté après avoir vu ses œuvres dans un périodique, une série d’articles sur l’économie d’Entre-monde qu’ils cherchaient à illustrer. Bien évidemment, la Magna était un peu délaissé mais le monde était ainsi : on détournait le regard de ce qui était trop laid. En 14 ans d’errance dans ce monde, le demi-dieu avait gagné en maturité et regardait le monde différemment.

L’orphelinat ne s’était pas mal occupé de lui et des autres enfants, il avait même lié quelques amitiés, mais l’air triste, solitaire et terne du bâtiment l’avait étouffé. Cela faisait déjà 10 ans qu’il avait pris son indépendance, assez tôt certes, mais la plupart des quartiers d’Entre-monde n’avaient pas regardé à son âge. Qu’il sache lire et écrire l’avait aidé, le dessin plus encore. Il s’était souvent posé dans les plus beaux endroits de Northrives d’où il immortalisait les moments uniques de couples contre quelques pièces. Aujourd’hui, la presse le quémandait régulièrement, notamment parce qu’elle possédait de nombreux sujets à traiter, comme ces membres de la Silnà, les catastrophes divines et les mesures prises par la ville.
Aussi étonnant que cela lui était, Siothrún s’était trouvé une petite place dans ce monde qui lui était totalement inconnu au début. Il avait également pu le visiter – la ville mais aussi quelques alentours – et avait appris à l’aimer tel qu’il était.

En 14 ans, il tint ses deux promesses – à quelques exceptions qui avaient su exhorter de lui la vérité sur sa nature – et se plaisait à vivre simplement, considéré comme un simple humain banal, artiste pauvre qui utilise ses maigres payes pour offrir à d’autres ce qu’ils ne peuvent avoir. Siothrún ne savait l’expliquait : il s’était attaché à la Magna et y demeurait, quand bien même il aurait pu avoir les moyens de vivre ailleurs. Là-bas, il y restait discret et sa solitude lui plaisait plus que le mépris de la population.


Dernière édition par Siothrún Nolan le Mar 13 Jan - 15:59, édité 2 fois
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Siothrún Nolan.

le Lun 12 Jan - 21:35


Bonsoir Siothrún.

Très jolie fiche, tout mes félicitations. Très agréable à lire, bien présentée.

Pour le pouvoir, je vais demander confirmation auprès de l'admin. Je comprends ton pouvoir, et le fait qu'avec une description tu puisses voir un lieu présent sur ce monde. a vérifier si Wergeld validera le coup du "même les lieux inaccessibles".
Méfie toi de la banquière aussi. Pas sur qu'elle apprécie que tu puisses regarder le contenu de ses coffres sans son autorisation (et elle est assez soupe au lait.)
(Après, un point m'a gêné mais c'est peut-être de l'interprétation personnelle : j'ai toujours vu les Miroirs éteints comme ternes et sans éclats, un genre de vitre teintée. Donc pour regarder "au plus profonds des miroirs"...)

Le reste de la fiche ne me pose aucun soucis. Bravo pour la description très détaillée.
Ton "A venir" me laisse supposer que ta fiche n'est pas terminée, auquel cas bon courage pour la suite.
Corben Krayt
Admin | Technomage
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Chance, Sarkina, Artisan, Lin, Hôtel, Bénédiction Divine, Jus, Ferra, Hanami, Titan, Précision, Tchi, Unelma, Blum, Ballast

Race : Demi-Dieu
Statut : Technomage
Pims : 438
Notes : PNJ : Raku
Nounours vivant pervers
Messages : 1491
Titre débile : Bouboule Boum Boum

Re: Siothrún Nolan.

le Lun 12 Jan - 23:51


Bienvenue !

Ton pouvoir ne posera de problème à personne sauf à moi -évite donc d'inventer ce que je n'ai pas déjà mis en place ou tu risques de concurrencer mes plans pour EM- ce qui veut dire que je donne mon sacro-saint accord.

Corben, à toi l'honneur de valider quand la fiche sera finie.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 866
Messages : 13229
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Siothrún Nolan.

le Mar 13 Jan - 16:06


Bonjour !

Merci pour les compliments, je pense que c'est important de donner aux autres joueurs l'envie de lire. Je respecterais votre sacro-saint accord avec beaucoup d'attention, promis ! Madame la banquière n'a pas à s'inquiéter, tant qu'elle ne lui décrit pas à quoi les lieux ressemblent.

Bref, je l'ai finie, j'attends votre ultime jugement.
Merci d'avance,
Siothrún N.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Siothrún Nolan.

le Mar 13 Jan - 16:31


Bon bon bon, si le chef est ok, alors dans ce càs je n'ai plus qu'a poser le tampon officiel.

Tu es validé !


Joie et félicité, tu peux désormais poster où bon te semble (a part dans le panneau d'affichage, bien sur). Je m'occupte de te donner ta jolie couleur jaune, et te souhaites un bon jeu !

Have fun !

Corben Krayt
Admin | Technomage
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Chance, Sarkina, Artisan, Lin, Hôtel, Bénédiction Divine, Jus, Ferra, Hanami, Titan, Précision, Tchi, Unelma, Blum, Ballast

Race : Demi-Dieu
Statut : Technomage
Pims : 438
Notes : PNJ : Raku
Nounours vivant pervers
Messages : 1491
Titre débile : Bouboule Boum Boum

Re: Siothrún Nolan.

le Mar 13 Jan - 16:44


Merci beaucoup !
Mais, c'est orange, pas jaune...
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Siothrún Nolan.

le Mer 14 Jan - 15:57


Bienvenue, très jolie fiche !
Karan
Prêtre de Na'keisärin
avatar

Avatar © : 霜月汐さん

Masculin Suivi : Ma fiche, Mon compte,
Le temple du dragon


Titre : Perçant

Race : Dieu
Statut : Milicien de K'ien, Commissaire
Pims : 450
Notes : Sinmora : loup cybernétique

Messages : 601

Re: Siothrún Nolan.

le Mer 14 Jan - 16:58


Merci beaucoup Karan :dah:.
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Siothrún Nolan.

le Mer 14 Jan - 18:48


Bienvenue Siothrun (aïe, comment tape-t-on cet accent ?). J'espère que tu te plairas sur EM !


Xénon
Prêtre de Ho'una | Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Chevalier, Lin, Voleur, Minne, Magnet, Verdad, Bénédiction Divine de Ho'una, Sarkina, Crépuscule, Orange

Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 874
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1764

Re: Siothrún Nolan.

le Mer 14 Jan - 19:01


ALT 163.
Merci beaucoup !
Siothrún Nolan
avatar

Masculin Suivi : Fiche ♦️ Feuillet ♦️ Compte en banque ♦️ Demeure

Titre : Hotel

Race : Demi-dieu.
Statut : Artiste.
Pims : 587
Messages : 340

Re: Siothrún Nolan.


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

- Sujets similaires