Les nuits perdues de Trost

le Sam 23 Nov - 15:43


Spoiler:
Suite de : http://www.entre-monde.forumactif.com/t2566-gagner-sa-vie
Aussitôt dit, aussitôt fait, les quatre aventuriers apparurent sur la plate-forme d'atterrissage Perçant de Trost, en plein cœur de la ville.

Xénon se souvenait de Trost comme d'une cité aux habitants méfiants, où personne n'entrait sans présenter ses papiers et subir une interrogation en bonne et dûe forme sur les raisons de sa venue. Aussi s'attendait-il à ce que des gardes s'approchent tout de suite d'eux pour les contrôler. Pourtant, personne ne vint.

Il jeta un regard inquiet aux alentours. Il y avait bien quelques personnes à proximité, mais elles se contentaient de les dévisager avec un étrange mélange de lassitude, de chagrin, et d'une pointe d'espoir mal dissimulée. Aucun d'eux ne semblait avoir moins de 50 ans.


Xénon
Prêtre de Ho'una | Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Chevalier, Lin, Voleur, Minne, Magnet, Verdad, Bénédiction Divine de Ho'una, Sarkina, Crépuscule, Orange
Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 1054
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1748

Re: Les nuits perdues de Trost

le Dim 24 Nov - 19:33



Les nuits perdues de Trost

Nij'Aku, Azurée du Trèfle, Xénon, Morok

L'oiseau leva la tête vers le bruit qu'il venait d'entendre. Enfin, le bruit était une parole mais bon. Il vit un énorme crocodile qui semblait se dorer la pilule au soleil. Enfin, normal pour un reptile au sang froid. Il avait l'air arrogant, encore plus que l'oiseau lui même. Cela ne lui ferrait pas de mal d'affronter une autre personne encore plus moche de caractère que lui.

Il ricane à la remarque du reptile sur le fait que celui-ci prenne l'expédition qu'il avait formé pour son groupe. Mais ile se croyait où avec son grand joujou de marteau ? Nij n'était nullement téméraire mais il y avait un moment où il ne fallait pas l'énerver. Même s'il paraissait faible et menu, il n'en demeurait pas moins un excellent épéiste. Peut-être qu'il ne pouvait pas tellement rivaliser avec la brutalité mais la finesse était son dada, en matière de combat bien sûr.

- N'est-ce pas ? Mais je pense qu'un cure-dents, bien placé, peut même tuer le plus arrogant des crocodiles. Mais dis moi, tu ne risques pas de te faire mal avec ton gros marteau ? Il ne faudrait pas qu'il te tombe sur un pied, ce serait fâcheux que de se retrouver avec une personne unijambiste. Ah non, pardon, trijambiste.

Il sourit, conscient qu'il venait sûrement de signer son arrêt de mort. Mais rien ne refroidirait ce plaisir qu'il prenait à faire du sarcasme.

- Je n'accepte pas de maladroits dans mon équipe, finit-il en reprenant mots pour mots ce qu'avait dit l'alligator.

Il soupira avant de réaliser qu'il ne savait pas qui était ce sac à main sur patte.

- Je n'ai pas le plaisir de te connaitre, qui es-tu ?

Mais il n'a pas le temps d'avoir une réponse qu'Azurée arrive et que Xénon sorte de sa torpeur. Fronçant les sourcils et croisant les bras, Nij regarde tout ce beau monde avant que le maître de Cerclon, que faisait-il ici d'ailleurs, il devrait être en train de remplir de la paperasse ou d'aller courtiser des calculettes, n'annonce qu'ils partaient.

L'oiseau soupira et se laissa porter par le tire perçant, il n'arrivait toujours pas à ce faire à ce genre de voyage et retenait ses tripes à l'intérieur de son ventre, pour arriver en plein milieu de la journée. Les gens paraissaient ne pas avoir d'étincelles de vie. Des zombies quoi.

- Heu... Dites, c'est quoi cette ville ? Y a que des vieux ici !

Oui bon, Nij avait peut-être 118 ans, ou plus, mais il avait gardé toute la beauté de sa jeunesse, ce corps si parfait qui ferrait rougir une none, si exquis ! Il était tellement fier de son corps qu'il lui arrivait de rougir devant son propre reflet.

Aku, sceptique, tourne la tête vers Xénon, puis vers le sac à main sur patte et regarde en dernier Azurée du trèfle. Du trèfle, il ricane, avoir un nom aussi naze il n'avait vraiment pas été gâté lui. Du trèfle, comme s'il possédait un trèfle au dessus de la tête qui lui donnerait la chance ultime.

Le phénix secoue la tête et reprend un visage las tout en regardant ces vieux déambuler dans les rues tel des zombies. Il soupir et en vient à se demander pourquoi il avait accepté cette quête. Ah oui, il était fauché. En pensant à cela, il grimace tout en crispant les mains. Pauvre ! Il était pauvre avec seulement 300 pims. Tu faisais quoi avec 300 pims ? Rien, rien du tout ! Découragé, il était totalement découragé.

Prenant son courage à deux mains, il venait de décider de finir cette quête pour récolter ces minables 100 pims qui pourraient entrer dans sa bourse pour un peu la remplir. Là elle était toute plate, sans rien du tout. Seulement 300pims... il s'effondra à quatre pattes sur le sol, en presque larmes.

- 300 piiiiiimseuh... Seulement 300 pims ! Je suis maudis !


Dernière édition par Nij'aku le Mer 27 Nov - 19:33, édité 3 fois
Nij'aku
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Titan, Tchi
Race : Demi-Dieu, Phénix
Statut : Maître de Souen !
Pims : 1210
Notes : Merci Wu pour le kit :3


Messages : 1020
Titre débile : Moinal vert

Re: Les nuits perdues de Trost

le Lun 25 Nov - 11:30


Morok leva un sourcil quand Nij’Aku lui répondit. La plupart des humains baissaient le regard ou détournaient la tête quand le Charan les menaçait. Celui-ci semblait être animé d’une particulière estime de soi… ou d’une folie pure. Le crocodile se leva pesamment, prenant appui sur son arme et toisa le petit homme, plongeant son regard dans le sien. Un silence lourd plana entre les deux,  uniquement brisé par l’apparition d’Azurée.

Dans ces yeux, Morok lut de la volonté, beaucoup de fierté. De la colère et de la rancœur aussi. Un mélange détonnant, surtout pour une carrure aussi fine que la sienne. Un rire sourd et lent sortit des profondeurs de la gorge du crocodile, un rire peu rassurant. Le petit homme avait du cran, le Charan devait l’avouer.

°Que dis-tu de ça, petit ? Si tu survis à cette mission, ça sera toi et moi, dans l’arène. Ton cure-dent contre mon gros marteau.°

Le Sanctuari ne crachait pas sur un combat. Surtout quand l’autre pensait être plus fort que lui. L’humain avait surement l’agilité, le Charan avait la puissance. Le combat serait sans doute bref, mais intense. Restait à voir avec Sten. Ce dernier n’aimait pas les paperasses, et de toute façon, l’arène interdisait les combats à mort. Mais pourquoi pas une règle où le premier à tomber dans les vapes, d’inanition ou à cause de la perte de sang…

Ken utilisa son titre de perçant pour faire voyager tout ce petit monde, et le groupe se retrouva sur la place de Trost, ce village méfiant et fermé. Pourtant cette fois ci, aucune menace et contrôle n’eurent lieu. Les seuls habitants à porté de vue étaient des adultes vieillissants, aux épaules voûtées comme si la misère du monde reposait sur leurs épaules. Morok dégaina son marteau et le posa le manche sur son épaule, prêt à en faire l’usage.

°Ce village pue. Vivement qu’on rentre.°

Morok n’attendit pas d’instruction pour descendre les quelques marches de la plate-forme des perçants. Il avait hâte de partir d’ici, retrouver cette fameuse cabane miroitante, mettre une raclée au responsable, rentrer et mettre une raclée à Nij’aku. Ledit humain étant en train de raconter n’importe quoi, à genoux sur la place. Un simple voyage lui avait tant retourné les tripes ? Finalement, il n’était qu’un humain banal. Cette idée fit grogner Morok, qui avait cru desceller en lui un potentiel adversaire.

°Tsss. Je te pensais plus fort que ça, humain Morok accentua ce mot d’un mépris palpable.

°Bon le robot, je vais faire un tour de reconnaissance. Ces vieux  doivent savoir les lieux où cette cabane pourrie apparait. Eh, humain, Fit le Charan en désignant Azurée d’un coup de mâchoire, avant de sourire, meurt pas tout de suite, on aura peut-être besoin de toi plus tard.°

Il s’en alla d’un rire guttural, fier de sa blague mesquine. Pendant la demi-heure qui suivit, Morok interrogea les passants qui n’arrivaient pas à courir assez vite pour le semer, l’étrange malédiction qui frappait les hommes les rendant faibles et fatigués, le Charan ne les hélant pas de la manière la plus diplomatique qu’il soit. Selon les dires des habitants, la fameuse cabane de bois apparaissait aux mêmes endroits selon un cycle bien précis. Toujours dans tel champ le premier jour, près de la rivière le deuxième, etc. Selon toute vraisemblance, la cabane était actuellement près de la mer, au sud-ouest.

Ne trouvant pas mieux à que retrouver ses compagnons pour annoncer les nouvelles, il s’installa sur la terrasse de la taverne principale du village, sur la Grand-Place et commanda une pinte. Ces types avaient intérêt de se bouger. Le crocodile n’aimait pas l’inaction.
Morok
Sanctuari
avatar

Masculin Race : Charan
Statut : Sanctuari
Pims : 117
Messages : 118
Titre débile : Sac-à-main (NDLR : Comme Kaizen ! *o*)

Re: Les nuits perdues de Trost

le Mar 26 Nov - 13:18


Une magie époustouflante, voilà ce que je pensais en regardant machinalement le cadran de ma montre. Un voyage à travers la moitié du pays n'avait pas duré plus de quelques secondes. Pratique et révolutionnaire, le titre méritait que j'y porte toute mon attention très bientôt.
Combien vaut le secret de cette magie là ?
Car si j'ai bien appris une chose dans l'Entre-Monde, c'est que tout se monnaie, même la vie de ses frères. Sinon, les missions de sauvetage comme celle à laquelle ils participaient tous ne serait pas bien payée...

Quand je relevais le nez de ma montre je regardais deux choses tour à tour. La première, un petit homme qui ressemblait vaguement à Nij'aku vue de dos et d'en haut, prostré sur le sol et pleurant sur sa bourse trop ou pas assez remplie à son goût. La seconde, le saurien s'éloignant à grand renfort de rires et de plaisanteries de mauvais goût.

-Nous sommes tombés sur des fous.

Heureusement pour Xénon, j'étais sain d'esprit. Autant que l'un des miens qui pourrait en dire autant. Notion toute relative mais à ce stade j'avais conscience que mon travail serait de regarder ce qu'il se passe ici et de rester cacher derrière l'androïde.

Ce crocodile à l'humour marécageux ne me disait rien qui vaille, quant à celui qui lèche le sol en quête d'argent, il me semble être le pire de nous quatre.

Je jetais un oeil tout autour de notre plateforme, plus loin quelques échoppes montraient le signe d'une activité, d'ici on pouvait voir une fenêtre illuminée.

-Essayons de voir ce que les commerçants ont à dire...

Mains dans les poches, je suivais l'exemple du saurien et descendais les quelques marches. Cependant, arrivé en bas, je me tournais vers mes compagnons restants pour m'assurer qu'ils étaient d'accords avec ce plan.
Vu que jusqu'à preuve du contraire, ce sont eux qui m'assureront de rester en vie jusqu'au bout. Alors je ne les quitterai pas d'une semelle.
Azurée du Trèfle
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Guide, Perçant, Sarkina
Race : Frère de la Silnà
Statut : Acolyte
Pims : 5
Notes : Equipement
Carte Holographique +2
Combinaison de camouflage
Hope (arme)
Griffe (monture)
.

Messages : 749

Re: Les nuits perdues de Trost

le Mar 26 Nov - 18:02


A peine arrivé sur place et Xénon regrettait déjà sa Res Publica. Il avait travaillé avec toutes sortes de gens à l'époque où il était chasseur, mais ce groupe de bras cassés était sans aucun doute l'une des pires équipes sur lesquelles il soit jamais tombé. L'un changeait d'humeur plus vite qu'une humaine enceinte, au point qu'il commençait à le soupçonner d'être drogué, et le second, qui s'éloignait déjà sans avoir demandé l'avis de personne, était le type de coéquipier individualiste à penser que "solidaire" désignait un champ de force invisible. Tous deux méprisaient ouvertement les villageois qu'ils étaient censés aider.

Ne restait qu'à croire en l'intégrité du troisième, qui eut l'amabilité d'exprimer succinctement leur dilemme majeur. Xénon adressa un sourire un peu crispé à Azurée.

"Allons-y."

Il lui emboîta le pas, mais se baissa en passant près de Nij'aku toujours agenouillé et lui tapota répétitivement l'épaule, imitant la raillerie que le jeune homme lui avait adressée quelques instants plus tôt.

"Alors, on prend racine ?" ironisa-t-il.

A peu près sûr qu'on le suivrait, même si ce n'était que pour râler une protestation, Xénon répondit à la requête muette d'Azurée et prit la tête de leur trio de choc.

Les commerçants se montrèrent très accueillants - tant que Nij'aku n'ouvrait pas trop la bouche, en tout cas - et firent preuve de beaucoup d'enthousiasme pour renseigner l'homme blond très poli et bien armé qui était venu là, disait-il, avec ses compagnons pour les aider. Il était évident que les villageois étaient désespérés et avides de tout secours qu'on voudrait bien leur apporter.

Lorsqu'ils quittèrent pour finir l'herboristerie du village, ils avaient amassé tout un tas de détails sur les symptômes exacts du mal (qui auraient sans doute été primordiaux pour un guérisseur ou un médecin, mais n'avaient pour l'heure pas d'intérêt évident pour un groupe d'aventuriers en goguette), à peu près les mêmes informations que Morok sur la cabane mystérieuse, ainsi qu'un brin de lavande que l'herboriste ridée avait absolument tenu à glisser dans les cheveux de Xénon, persuadée que ses propriétés antiseptiques le préserveraient plus longtemps de la malédiction. Il avait bien essayé de lui dire que puisqu'il ne dormait jamais, il ne risquait rien, mais elle n'avait pas voulu écouter, aussi l'avait-il laissée faire avec stoïcisme. Si ça la rassurait...

C'est par pur hasard que la boutique de la (vieille ?) femme donnait sur la grand-place de Trost, et Xénon aperçut Morok posé à une terrasse non loin. Il s'approcha, soulagé de ne pas devoir perdre du temps à le chercher dans tout le village.

"La prochaine fois, convenir d'un point de rendez-vous avant que tu ne disparaisses serait une bonne idée," suggéra-t-il au Sanctuari.

Il s'assit près de lui, répandant quelques pétales mauves sur la table.

"On a trouvé un moyen de transport. Un fermier accepte de nous prêter sa charrette. Ce sera plus rapide que d'y aller à pied."

Il désigna du pouce un grand véhicule tiré par trois chevaux qu'un vieil homme courbé par l'arthrose attachait justement de l'autre côté de la place. Le fermier leur adressa un signe de la main anxieux avant de disparaître dans une ruelle avoisinante.


Xénon
Prêtre de Ho'una | Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Chevalier, Lin, Voleur, Minne, Magnet, Verdad, Bénédiction Divine de Ho'una, Sarkina, Crépuscule, Orange
Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 1054
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1748

Re: Les nuits perdues de Trost

le Mer 27 Nov - 19:30



Les nuits perdues de Trost

Nij'Aku, Azurée du Trèfle, Xénon, Morok

Aku se releva à la remarque de Xénon. Il le regarda avec un regard froid avant de soupirer. Le sac sur patte était partit faire un tour et c'était tant mieux. Ce grand dadet à la bouche bien plus grande que le pois chiche qui lui servait de cerveau était vraiment une personne agaçante, plus que Nij selon l'avis de ce dernier. Il soupira doucement et se mit à suivre les deux autres dans toute la ville pour aller de commerce en commerce. Les vendeurs, ces pauvres villageois touchés par cette stupide malédiction, donnaient des renseignements qui pouvaient servir. Pour une fois, Aku garda sa grande gueule fermée et laissa faire les autres. Il se contentait juste de suivre et de mémoriser les informations.

Il rit lorsque Xénon reçut de la part d'une vieille femme un brin d'herbe dans les cheveux. "Cela vous protègera de la malédiction" qu'elle disait la vieille. Taquin, l'oiseau ne tarda pas à faire une remarque à l'androïde:

- T'as une touche et crois moi, c'est sûrement mieux qu'une calculatrice. Déjà ça possède moins de touches.

Puis fier de sa remarque complètement idiote, il se tut à nouveau. Marchant encore durant un petit instant, ils se retrouvèrent devant un café. On pouvait y voir une grande tête verse dépasser de deux mètres au moins les serveurs qui marchaient avec lenteur entre les tables. La carpette à écailles était donc là, à se la couler douce. Nij s'approcha, emmerdeur et emmerdé par la situation, il ne faisait pas grand chose et ce genre de situation l'embêtait au plus haut point, prit une chaise et s'affala dessus, regardant ses trois autres coéquipiers.

- Et bien papy, t'es touché par la malédiction toi aussi ? Tu sais il ne fallait pas venir si c'est pour rester assis ici. M'enfin, il semblerait que tu n'ai pas vraiment chômé puisque ton renseignement est utile, dit-il en s'adressant au tas d'écailles.

Il posa les coudes sur la table, se redressant pas la même occasion.

- Tu dis qu'un paysan nous prête sa charrette ? Et nous partons quand ? D'ailleurs, savons nous le rayon d'action de cette malédiction ?

L'oiseau râleur et imbu de lui même se retrouvait, tout à coup, très sérieux, enfin aussi sérieux que peut l'être un homme de son espèce. Il en avait même oublié Azurée qui ne se faisait guère remarquer pour l'instant.


Dernière édition par Nij'aku le Mar 3 Déc - 18:10, édité 1 fois
Nij'aku
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Titan, Tchi
Race : Demi-Dieu, Phénix
Statut : Maître de Souen !
Pims : 1210
Notes : Merci Wu pour le kit :3


Messages : 1020
Titre débile : Moinal vert

Re: Les nuits perdues de Trost

le Jeu 28 Nov - 15:20


°Vous m’avez retrouvé, non ?°

Morok accueillit les participants avec un regard froid et un grognement. Il est vrai qu’il n’avait pas eu l’idée du rendez-vous, mais le village n’était pas si grand et le Sanctuari, reconnaissable. Le reste du groupe se rapprocha de la table et Nij’Aku fit ce à quoi il était bon : Briser les noix.
Morok dut prendre sur lui pour ne pas se lever et mettre un poing à cet arrogant humain qui n’avait décidément rien d’autre à foutre qu’user les nerfs. La raison : Sten n’aimait recevoir des plaintes concernant ces Sanctuari. Mais si jamais une occasion se présentait pour qu’un malheureux accident se produise pendant la mission…


°Tu as une cervelle de piaf, humain. C’était écrit noir sur blanc : Kamph et Aoura sont déjà touchées, donc le rayon d’action est large. De toute façon, ce ne sera bientôt plus un problème. En avant, direction la mer. Plus vite on en aura terminé, moins j’aurais à supporter le pauvre.°

Se relevant, il se dirigea vers la charrette. Au grand dam des chevaux qui commencèrent à rouler des yeux et taper nerveusement le sol avec leurs sabots. La vue d’un crocodile bipède s’approchant n’était pas franchement rassurant pour tout herbivore. Soupirant de contrariété, il gromella que cette charrette était de toute façon à l’image de son lieu de vie, complètement pourrie, avec des chevaux stupides.
Une fois les chevaux calmés, il dut trouver une la position la plus confortable possible au bord de la charrette, le plus loin des chevaux possibles selon les instructions de ses compagnons. Il passa la majorité du temps du voyage dos aux gens, son manche de marteau coincé sur l’épaule, à fixer la route et à oublier la présence des autres.

La végétation ne semblait pas touchée par l’étrange phénomène. Partout les plantes poussaient normalement. Pas d’arbre mort sous une croissance trop rapide, pas d’herbes mortes, pas de chêne tricentenaire merveilleusement apparu. Cette remarque fut la seule qu’il prononça de tout le voyage.

L’air marin se fit sentir au bout d’un certain temps. Selon les dires des habitants, c’est là que la cabane attendait. Il y avait intérêt que l’info soit bonne. Sinon, Morok reviendrait sur ses pas. Et le village aurait a répondre.


Spoiler:
J'ai fais avancer le groupe. Si vous vouliez disctuter un peu avant de partir, prévenez et je rééditerais. Nij', tu vas finir entre les crocs du croco Very Happy
Morok
Sanctuari
avatar

Masculin Race : Charan
Statut : Sanctuari
Pims : 117
Messages : 118
Titre débile : Sac-à-main (NDLR : Comme Kaizen ! *o*)

Re: Les nuits perdues de Trost

le Mar 3 Déc - 15:06


En silence j'ai gagné la charrette. conduire les deux chevaux de labour me paraissait être une mission à mon niveau. Volontaire, je m'assis à l'avant, les rênes en main.

L'épopée épique annoncée par la quête sentait l'odeur de renfermé et de formol typique des hospices pour les fous...
Je n'irais pas jusqu'à dire que la Citadelle est exempte de problème mais ce taux élevé de décadence psychologique sur Entre-Monde m'inquiétait plus qu'à d'autres moment. La providence a voulue que je sois si bien entouré que ce fait me sautait à la gorge.

Attendons de voir le genre de défaillance dont est sujet le Maitre de Ken, je le soupçonne de cacher son jeu maintenant que deux des quatre participants ont déjà avoué à leur façon l'absence de quelques cases de rangement dans leur caboche.

Comme mes compagnons, le voyage me servit à regarder le paysage. Mais pour des raisons bien différentes des leurs.
Les prédicains racontent l'histoire ancienne de notre peuple, les souvenirs écrits ou transmis oralement ne font aucun doute sur notre provenance. La terre qui nous a vu naître est celle-ci.
Revoir l'océan m'a donné du baume au cœur, l'odeur d'iode et le goût du sel tapissa ma langue. C'était bon de trouver un repère qui me semble si familier.
Que nous serions bien ici. Cette terre est fertile, la mer regorge de poissons et l'atmosphère y est tempérée. Nous n'aurions besoin de rien d'autre.

Les chevaux s'arrêtèrent et le défilé des images avec eux. Je regardais mes compagnons.

-Nous ne sommes plus très loin, je suggère de laisser notre seul moyen de transport qui puisse soulever Morok éloigné de notre lieu de visite.

J'avais prévu un peu de marche. Cela nous laisserait le temps de prévoir nos premières hypothèses. Ma contribution fut simplement :

-Les chevaux ne paraissent pas touchés par l'épidémie. Qu'est-ce qui protège ces chevaux ou désigne comme cible les habitants de Trost ?

C'était assez difficile de me rappeler chaque jour que mes compagnons auront au minimum près de 40 ans supplémentaires d'années à vivre après ma mort.
Je mourrais aux alentours de mes quarante ans, peut-être un peu avant. Si je vieillissais subitement et si ces chevaux vieillissaient au même rythme, il serait tout à fait plausible qu'il soit encore debout et assez solide à ma mort prématurée.
Mais, dans l'Entre-Monde l'espérance de vie humaine est de 80 ans, près de trois fois celle des chevaux. si les chevaux étaient touchés, il n'y en aurait plus eu un seul dans Trost, vu l'âge avancé de ses occupants, les chevaux n'aurait pas survécus.
Ou bien ces deux là sont des rescapés ou bien ils devraient être trop vieux pour tirer une charrette aussi lourde.
Sauf si le problème ne touche pas les simples animaux, ni les plantes.
Azurée du Trèfle
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Guide, Perçant, Sarkina
Race : Frère de la Silnà
Statut : Acolyte
Pims : 5
Notes : Equipement
Carte Holographique +2
Combinaison de camouflage
Hope (arme)
Griffe (monture)
.

Messages : 749

Re: Les nuits perdues de Trost

le Jeu 5 Déc - 16:17


"Ni les chevaux, ni la végétation..."

Xénon descendit de la charrette et ajusta machinalement le harnais de la grande épée pendant dans son dos. Leur petit groupe se mit en marche vers la côte.

"Le dôme de Cerclon utilise une technologie capable de différencier les citoyens de l'Entre-Monde des espèces animales nuisibles, mais je doute qu'il s'agisse d'une chose pareille..." Déjà parce que la technologie en question était tellement avancée que même l'actuel Maître de Cerclon n'avait pas la moindre idée de comment elle fonctionnait. "S'il s'agit bien de la magie de l'Eutopos, comme c'est plus probable, on se casserait les dents à essayer de comprendre le mode de fonctionnement du phénomène. La zone est complètement imprévisible."

Tout de même, ces indices firent leur petit bonhomme de chemin dans sa tête. Au bout de plusieurs minutes de marche, ils commencèrent à apercevoir une façade qui pointait entre les bruyères et les pins du bord de mer. La fameuse maison, supposa Xénon. Elle ne paraissait en tout cas pas vraiment à sa place.

"Hé, attendez une seconde," jeta-t-il à ses compagnons.

Il s'immobilisa et leur fit signe de faire de même.

"D'après tous les témoignages, la maison est censée disparaître lorsqu'on s'en approche. Mais j'ai réfléchi. La malédiction n'affecte ni la végétation, ni les chevaux... ni les objets. C'est peut-être aussi le cas de notre maison fantôme. Comme l'a fait remarquer Azurée, on ne sait pas ce qui désigne les habitants comme des cibles, donc impossible de savoir si je serai considéré comme un objet ou pas. Mais je pense que j'ai quand même de meilleures chances d'approcher que vous trois. Restez à distance, je vous fais signe dès que je suis à destination. Si j'arrive à destination."

Joignant le geste à la parole, il les laissa derrière lui et couvrit le reste de la distance qui les séparait encore du bâtiment. Il garda un œil méfiant sur lui tout du long, mais rien d'inattendu ne se produit.

Il parvint devant la porte d'entrée sans encombre. Il hésita un instant, puis avança la main vers la poignée de porte, supposant que la maison serait moins susceptible de disparaître s'il était en contact avec elle.

Spoiler:
Nij', je te laisse décider si je réussis ou que je me plante lamentablement. siffle Si ça t'embête, contacte-moi. A moins que Daeythe ne décide d'intervenir...


Xénon
Prêtre de Ho'una | Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Perçant, Chevalier, Lin, Voleur, Minne, Magnet, Verdad, Bénédiction Divine de Ho'una, Sarkina, Crépuscule, Orange
Race : Androïde
Statut : Maître de Ken
Pims : 1054
Notes : HK-50 : partenaire de Xénon et droïde psychopathe

Messages : 1748

Re: Les nuits perdues de Trost

le Jeu 5 Déc - 19:31


Suite du Rp ici
Daeythe
avatar

Féminin Race : Dieu de l'Entre-Monde
Statut : PNJ
Notes : Je suis un Maitre du Jeu
Messages : 67

Re: Les nuits perdues de Trost


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires