Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Re: Bouillabesse du désert

le Lun 6 Aoû - 14:55


J'ai bien appris ma leçon. Le désert est une question de timing et de respect. Observer pour mieux voir, écouter pour mieux entendre. Il y avait le vent puis il y eut le gonflement de l'air. Les raies nous venaient dessus.
Ce qui déclencha cette bataille : une androïde jouant à saute-mouton avec les oiseaux du désert.
Qui aurait pensé une seule seconde qu'elle se rendrait si utile !

J'en eus le souffle coupé.
Non. Quelque chose m'est rentré dedans.

Le pommeau de mon épée s'abattit d'instinct sur la créature, elle chancelait déjà. Finit à mes pieds, dans les vapes.
Le troisième chasseur se débarrassait des monstres à bout de bras. J'étais accompagné de Sans peur et Sans peine. L'un et l'autre n'avait pas besoin de moi pour une telle mission, ils s'occupaient très bien des créatures avec une facilité déconcertante.

Mon orgueil en pris un coup.

Le désert paré de lueur. La nuit tombée et les diables s'enfuyaient. Je captais les lueurs de leurs corps s'éloigner et plonger dans le sable.

-Je croyais que tu pouvais chasser de nuit, Augure.

Tuer est une chose. Chasser en est une autre.
Moi je vois de nuit comme de jour, bien que les couleurs soient sombres et les mouvements fais de lumière. Si je suis le seul à y voir clair, un arrêt au temple serait plus prudent. Nous pourrions en profiter pour échanger nos impressions sur ce premier combat.

Dans le sable des sillons profonds. Les raies ont bosselé la dune en s'enfuyant.

-Elles vont vers l'Est. Peut-être un nid commun ou... autre chose.

Un accroissement significatif de la population des raies expliquerait aisément qu'elles s'en prennent aux êtres conscients. La nourriture se faisait rare, elles chassent ce qu'elles trouvent.

-Ces créatures vivent plus vers les montagnes d'ordinaire, elles y trouvent de l'eau et le terrain de chasse est plus riche que le cœur du désert. Pour venir jusqu'ici, quelque chose a dû les pousser à migrer de force.

Je ne peux pas étudier les raies. Je sais les manger... C'est déjà bien.

-Pour le moment il y a beaucoup d'explications possibles. Allons vers l'Est, je veux voir ce qu'il en est.

Chasser en groupe pour des prédateurs solitaires.
Nombreuses et loin de leur habitat préféré.

La dernière fois que j'ai vu ça c'était une histoire de lion des montagnes qui s'étaient installés de l'autre côté du pays, au bord de mer. Les pluies, le nombre et surtout l'absence de nourriture assez importante les avaient contraint à quitter leurs montagnes de naissance.
Etrangement, je n'expliquais pourquoi se rassemblement en groupe. Il y avait forcément quelque chose de plus dans cette histoire.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 785
Messages : 13331
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Bouillabesse du désert

le Dim 12 Aoû - 10:18


1! 2! 3! 4! ...Ou pas. Le soleil se couche, la lumière du jour disparait. Les blocs optiques de l'androïde ont beau s'ajuster automatiquement, quand il n'y a plus suffisamment de lumière pour voir correctement autours de soit, il n'y a rien à faire. Nini arrivait encore à distinguer des silhouettes, mais rien de très précis : il était devenu difficile de voir quand les raies prenaient leur envole et de sauter avec le bon timing. Alors voilà, pour la case numéro 4; c'était raté! Le robot s'était élancé trop tard, et bien qu'elle est certainement donner un coup à l'animal, il était déjà trop pour qu'elle arrive à atterrir dessus sans problème. Glissant sur la peau élastique du prédateur, elle tomba en arrière. Heureusement qu'elle retomba sur du sable et non pas sur du macadam : la réception sur son dos ne fit pas vraiment de dommage, à part pour la désorienter quelques secondes. La queue d'une autre raie la frôla, accrochant l'un de ses vêtements, tandis qu'elle se mettait en position assise, retrouvant son équilibre. Elle aperçut une grosse forme foncer sur elle et, son système de survie prenant le dessus, elle roula sur le coté en un réflexe pas loin du miracle programmé. Elle venait d'éviter de justesse de se faire percuter de plein fouet par l'une de ces bestioles et d'endommager sa délicate mécanique. Par contre, elle se retrouva avec du sable dans la bouche qu'elle s'empressa de cracher. Un seul petit grain de sable dans ses circuits et ce serait potentiellement la plus grand catastrophe de sa vie! Que se passerait-il si ces tous petits bouts de rien du tout se retrouvait du coté de ses cartes, de ses processeur, et rayait l'un de ses circuits gravés à une échelle microscopique? Ce serait le drame! Surtout qu'elle ne savait même pas si, ici, sur l'Entre-Monde, elle trouverait quelqu'un pour la réparer!

Occupée à cracher son sable, elle ne remarqua pas tout de suite que les raies du désert effectuait un repli stratégique. Elle se releva et alla tranquillement vers les deux combattants, époussetant ses vêtements. Le sable, l'ennemi public numéro 1... En arrière plan, elle en profita aussi pour faire une analyse de ses fonctions, s'assurant que sa chute n'avait rien abîmé et qu'aucune donnée ne risquait d'être perdue. Ce n'était pas vraiment le moment d'avoir une avarie, et surtout pas l'endroit.

-On va vers l'Est? Vers les montagnes? Et, on y va comment, en marchant? Parce que moi, je peux le faire sans problème mais vous en tant que créature organique...

Pour elle, marcher non-stop durant durant des jours n'était pas un problème à partir du moment où elle avait suffisamment de batterie. Mais pour eux... Le problème des créatures organiques, c'est qu'il faut qu'ils mangent, dorment, se lavent, aillent aux sels. Que des trucs enquiquinant, et s'ils ne le font pas ils terminent par être cassés. Quoique dans tous les cas, ils terminent toujours par être cassés et bon à être brûlés, mis au rebut, démontés, transformés en composte.
Nini
avatar

Féminin Suivi :

Race : Androïde
Statut : En plein apprentissage de la vie
Pims : 61
Messages : 1394
Titre débile : le "ça" d'EM >D

Re: Bouillabesse du désert

le Jeu 23 Aoû - 19:36


K'ouen peut râler autant qu'il le veut ça ne changera rien au fait qu'il fait trop noir pour que je puisse chasser. La nuit dans le désert est bien plus obscure que ce que j'aurai put imaginer. Et puis c'est pas comme si il n'y voyait rien lui ! Après tout c'est le grand caïd du dehors. Le chasseur parmi les chasseur ! Je suis sûr qu'il est blindé de titres et qu'il voit de nuit comme de jour avec la même facilité. Ma première intention avait été de lui ordonner de les pister car il était l'option la plus logique mais j'ai préféré poser une question ouverte pour éviter qu'il ne fasse exactement le contraire. C'est pas comme si j'attends que la conserve se rende utile de son plein gré.

Mais non, l'humain préfère ronchonner au lieu d'avancer. Enfin il finit tout de même par nous apprendre quelque chose d'utile sur ces raies.

Je n'écoute Nini que d'une oreille. Pas besoin de plus de toute façon, elle ne raconte que des absurdités. Notre groupe se met en route vers l'Est. K'ouen en pointe suit la piste laissée par les raies des sables. Les sens en éveils, je ferme la marcher et veille à ce que rien ne nous surprenne par derrière. Nini est entre nous. Sa petite silhouette collée aux basque de Wergeld. Mais il s'agit là de son boulet, pas du mien.

Nous marchons depuis plus de deux heures. Je bois à intervalles réguliers pour ne pas me déshydrater. La température baisse à toute allure. La chaleur fait place à la fraicheur, qui s'efface peu à peu devant le froid de cette nuit. On dirait presque que quelqu'un s'est amusé à éteindre le four pour ensuite mettre la clim. Une idée en entrainant une autre, je repense aux paroles de K'ouen.

- Quelque chose... ou quelqu'un.


Le maître du miroir semble croire que la nature est responsable de la migration des raies, mais s'il n'y a rien de naturel la-dedans ? Et si... Je me stoppe net, coupé dans ma réflexion par une odeur pestilentielle charriée par le vent. Cela vient du nord-est et cette odeur... je l'ai déjà sentie mais bien moins forte. Je presse la pas et dépasse Wergeld, lui indiquant la direction que je prends. De toute façon, c'est impossible que je sois le seul à sentir ça.

J'arrive en haut d'une dune et l'odeur me retourne l'estomac. Je ne vois que du noir et du gris, mais je n'ai pas besoin de mes yeux pour savoir ce que je devant moi. Un charnier et d'après la puissante odeur de décomposition que laissent échapper les cadavres il est loin d'être petit. Un macchabée pue déjà bien assez, mais là je suis prêt à parier qu'il y en a une bonne centaine.

Je remonte mon bandana pour qu'il couvre mon nez, histoire d'atténuer un peu l'odeur. Loin de m'émouvoir ce cimetière à ciel ouvert m'interpelle. Je me fou bien de savoir pourquoi ce charnier est ici. Ce que je veux savoir c'est comment ces types sont morts et surtout pourquoi. En tout cas une chose est sure, les corps ont été déposés ici il y a peu sinon le sable les aurait déjà recouvert.

Je me tourne vers Wergeld.

- Allons voir ça de plus près.

Et je descend la colline avec précaution. Je reste sur mes gardes, même lorsque mon pied rencontre sa première tête. Me voilà dans le charnier entrain de fouiller des corps. ça me donne des envies de meurtres.

Sang et larmes.
Augure
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Optimus, Terreur des Cimetières, Lin, Tchi, Daya, Titan, Kohë, Joyeux Noël, Unelma, Hermès, Brume, Itxi, Minor, Domus, Oxygène, Salva, Incontrôlable

Race : Néphilim
Statut : Maitre de Tchen
Pims : 700
Messages : 656
Titre débile : La méchante fée frustrée

Re: Bouillabesse du désert

le Sam 25 Aoû - 0:48


J'ai laissé à Nini un bref mais se voulant gentil "ça ira". Marcher, même dans le désert, ne me faisait pas peur. J'y voyais bien, mieux qu'eux-deux réunis. Je verrais n'importe quel prédateur venir. Les raies du désert font un bruit caractéristiques, comme des ailes qui battent l'air au décollage, mais le rythme est plus lent. C'est un courant d'air entre deux portes. Régulier. Dans le silence de la nuit ce sera plus facile de les entendre, si elles se montrent assez imprudente pour se faire entendre... Étrangement, ça m'étonnerait qu'elles nous fassent ce petit cadeau.

Un charnier. Je dirais Garde-manger. Les corps n'avaient pas été réunis là pour le plaisir d'entasser des bouts de viandes putréfiés.

-Je ne te suivrais pas là dedans.

C'est un nid. A mes yeux c'est évident, c'est le seul endroit à des kilomètres où on aurait pas dû mettre les pieds. Il y avait une chance sur deux... Non, neuf chances sur dix pour que des raies montent la garde dans les environs. Avec notre chance elles seront sur nous dans peu de temps. Bien assez peu pour nous montrer des rangées de dents avant de pouvoir dégainer.
Pour cette raison, je sortais mon épée par avance. Si je devais sauver ma vie, je défendrais chèrement ma peau. Même si elle ne vaut plus grand chose.

Le voir fouiller les corps. Voilà que ça me retourne les tripes. Je me détourne de cette vision. Trop de morts ces derniers temps. La fatigue se fait sentir et mes oreilles bourdonnent encore depuis ce jour... Non, si les raies se font entendre, moi, je ne me rendrai compte de rien avant qu'elles ne me tombent dessus.

Du regard je parcoure les environs. Pour le moment rien ne bouge. Il n'y a pas de vent, l'air est froid mais l'atmosphère est plate. Notre odeur ne serait pas portée sur de grandes distances, c'était déjà une bonne chose.

-Tu trouves quelques chose ?

J'espérais qu'il m'entendrait. Mais bizarrement, je ne fis pas l'effort d'élever la voix, je n'allais pas en plus attirer toutes les bêtes du coin.

Le ciel était noir. Vers le Nord, quelque chose filait sur l'horizon comme un courant d'air chaud... Mais nous étions en pleine nuit. Impossible de repérer ce genre de déformation dans l'air sans lumière et sur un fond aussi sombre.

-Augure, sort de là, elles arrivent !

On fuit ou on tente le diable et on se bat ?
Fuir.
Se battre.
J'étais incapable de me décider. Ou bien, j'avais déjà décidé de me jeter dans le bordel qui s'annonçait pour me déchainer.
Quand je pense que j'avais suggéré de retourner au temple pour la nuit... Je commence à avoir faim !
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 785
Messages : 13331
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Bouillabesse du désert

le Mer 24 Oct - 11:48


Le trio de joyeux lurons se mit en route. Direction : l'Est et ses mystères. Si mystère il y avait bien. Enfin, pour tout dire, ce n’était pas ce qui préoccupait le plus l’androïde. D'ailleurs, elle ne se préoccupait pas de grands choses, ce qui était bien normal vue qu'elle n'avait plus de maître a servir et dont elle devait prendre soin. Apres sa partie de marelle avec les raies des sables en guise de case, voila qu'elle partait faire une agréable promenade nocturne sur les dunes. Le prince boueux et la fée aigrie n’était pas la meilleure compagnie qu'elle ait jamais eu, mais au moins ils ne l'enquiquinaient pas et n'essayaient pas de lui donner des ordres comme si elle leur appartenait. Finalement, avoir un cadavre en pleine décomposition dans le sol d'une autre dimension en guis de propriétaire avait ses bons cotes. Nini évita tout de même de sautiller malgré sa joie de jouer aux aventuriers dans un bac a sable géant : elle s’enfonçait déjà suffisamment a chaque pas qu'elle faisait bien que son allure se soit automatiquement adapte aux terrains sur lequel elle évoluait. Elle avait beau être un petit bijou de technologie, elle pesait sont poids de boite de conserve ultra-perfectionner et toutes les miniaturisations de processeurs ne pouvaient rien y faire. La fille artificielle chantonnait tranquillement d'une voix fluette, au rythme de sa marche, regardant le paysage et le ciel nocturne.

-Trois p'tits chats, trois p'tits chats, trois p'tits chats chats chats; chapeau d'paille, chapeau d'paille, chapeau d'paille paille paille. Paillasson paillasson paillasson-sons-son...

Marcher en musique était tout de même plus sympathique que d'avancer en silence, comme s'ils se rendaient un enterrement. Nini mettait donc un peu d'ambiance. Les deux autres étaient bien trop graves et sombres a son gout. Bref, ils étaient pas très drôles. Toutefois, elle arrêta de pousser la chansonnette lorsque la fée grincheuse et sans aucun doute frustrée (peut-être faisait-il un régime et ne pas pouvoir manger de gâteau le mettait d'une humeur affreuse?) trouva un cimetière a ciel ouvert. Plein de gens dormaient a la belle étoile, se décomposant gentiment et faisandant ensemble. Était-ce les restes des membres d'une secte attendant un message des petits hommes verts ou du leur dieu jaune fluo a 18 tentacules qui n'est jamais arrive? L’androïde regarda Augure, ou plutôt l'ombre d'Augure, descendre lentement vers la réserve de viandes pas fraîches. Une chance pour la fille vivant aux pays des petits poneys et des licornes qui font des cacas arc-en-ciel : son odorat n’était pas si développé que ça. Ça allait de perd avec son incapacité a réellement distinguer les saveurs des aliments : la semaine du gout ne la concernait définitivement pas. Du coup, la puanteur du charnier ne la dérangeait pas plus que ça. Elle avait juste eu le droit a un petit message lui signalant que ça ne sentait pas très bon. Nini avança jusqu'au rebord de la cuvette ou les corps s'entassaient, interdite. Elle s'y accroupit, observant la fée. De temps a autre, elle jetait un coup d'oeil a Wergeld. Bon, la, elle se rendait compte qu'il y avait un petit truc qui clochait.

-Augure, sort de là, elles arrivent !


Nini se redressa d'un coup et se rapprocha a pas rapides du prince crasseux taciturne. Elle fixa le point qu'il observait. Apres un petit temps, elle arriva a déceler des formes qui semblaient bouger et grossir. Oups... Cette fois, il n'y avait pas une ou deux bestioles des sables qui fondaient sur eux. Nop. Cette fois c’était un gros groupe de raies qui venait les mettre en charpie. La meute entière peut-être?

-Dites, vous connaissez un bon mécanicien au cas ou j'ai besoin de me racheter un revêtement? Parce que la...

Nini laissa sa phrase en suspens. Fuir? Prendre ses jambes a son cou et partir le plus vite possible? Pas sur que ça serve a grand chose. Ou plutôt : sur que ça serve a rien. Le groupe avait perdu trop de temps a hésiter et les prédateurs avaient gagnent bien trop de terrain. La probabilité pour que les raies les rattrapent s'ils se mettaient a courir maintenant tendait a 100% a chaque battement d'ailes de ces créatures. Le trio mal assorti n'avait pas d'autre choix que se battre pour leur survie. Mais peut-être que si elles s'allongeait et se mettait en veille, soit en un mot si elle faisait la morte, peut-être bien que les raies la laisseraient tranquilles? Apres tout, elle ne faisait pas vraiment parti de leur gibier...

Spoiler:
Désolée pour le retard! Désolée, désolée! Mais mieux vaut tard que jamais? *pas frapper, pas frapper* Nini
Nini
avatar

Féminin Suivi :

Race : Androïde
Statut : En plein apprentissage de la vie
Pims : 61
Messages : 1394
Titre débile : le "ça" d'EM >D

Re: Bouillabesse du désert

le Jeu 1 Nov - 18:47


Plus je fouille de cadavres et plus je me dis que je perds mon temps. J'y vois rien et aucun cadavre n'a de secret à me révéler. Si ce n'est qu'aucun d'entre eux n'a de porte-feuilles ou plaque d'identité, ou même de badge de la BCP. C'est d'ailleurs cette absence qui est le plus intéressant. Je doute que les raies s'arrangent pour qu'on ne puisse identifier leurs victimes. Des œufs de raies ça par contre ça pullule. Ce foutu nid n'est pas de leur fait. Elles se sont appropriées le lieu point barre. Si on...

Voilà que Wergeld me hurle de sortir et le simple fait qu'il crie signifie qu'il est déjà trop tard pour ça. Il ne reste que deux options. Se battre et mourir ou faire le mort et survivre. Le choix s'impose de lui même et je ne compte pas tergiverser avec K'ouen et encore moins avec la boite de conserve pour prendre une décision. Je repère la voix de Nini et je me téléporte juste derrière elle. Du plat du pied je la pousse dans le charnier. Si elle a ne serait-ce qu'un brin d'intelligence elle va la fermer et se mettre en veille ou je ne sais quoi tant qu'elle reste silencieuse. Sinon, elle est morte et nous avec.

- La chaleur des corps en décomposition va couvrir la notre.

Et sans plus de paroles inutiles je l'envoie lui aussi valser avec les morts. Qu'il apprécie ou non le geste ne m'intéresse pas le moins du monde. Il y a urgence. Il aura tout le temps de râler quand nous serons sorti de ce merdier. Je me téléporte non loin d'eux et je me dépêche de me mêler aux cadavres. Je m'arrange pour qu'une bonne couche me recouvre, ne laissant que ma tête à l'air libre. L'odeur des corps est infâme, mais je me retiens de tousser. Il est temps de faire le mort. Je me relâche, complètement désarticulé, il n'y a plus qu'à attendre. La nuit est longue alors que je sens les raies qui fouillent le charnier à la recherche d'intrus. J'en sens même deux ou trois me frôler en passant.

Au petit matin, il n'y a plus aucun mouvement. Les poissons sont partis je ne sais où... chasser peut-être. Peut m'importe tant qu'elles se mettent pas en travers de notre chemin. Je m'apprête à m'extirper du tas de corps qui me recouvre, mais un bruit de moteur approche. Puis des portières qui claquent et des voix qui s'élèvent. Encore une surprise... Génial. Comment ont-ils passé les patrouilles de ces foutus poiscailles ?! Et pourquoi ont-ils l'air sereins ? Une seule certitude : Il nous faut leur camion !

Sang et larmes.

Je compte bien laisser K'ouen agir en premier. Une fois qu'il aura leur attention, je n'aurais plus qu'à jaillir et les neutr... les corps autour de moi bougent. Il y a quelque chose qui remue la-dedans et ça ne se déplace pas comme les raies de cette nuit. Une main m'attrape la chevilles. Une drôle de sensation m'envahit. Il n'est plus temps de se cacher. Je dégage mon pied de l'étau qui le retient et je m'extirpe jusqu'à refaire surface. Je ne note même pas l’effarement des deux types qui sont entrain de décharger des corps non loin de là. Ceux-là même dont on entendait les voix. Bref, le sol bouge. Non les cadavres bougent ! Pas tous mais une bonne, mais bien suffisamment à mon gout ! Des zombies... de mieux en mieux.

Sans crier gare je balance mon poing vers le crâne du téméraire qui s'approche. L'os se brise et ma main s'enfonce à demi dans son crâne, puis il tombe raide mort. Pour de bon. Mais déjà un autre m'agrippe et me projette à terre. J'ai à peine le temps de me téléporter pour me mettre en lieu sûr. Je me rapproche de K'ouen tout en défonçant le crâne de mon agresseur.

- Il nous faut un de ces types vivant.


Je ne lui fait pas l'affront de lui dire qu'il faut qu'on se dirige vers le camion. C'est une évidence et notre seule chance de survie. Il le sait. Je le sais, même nini doit le savoir. Mais il est hors de question qu'une horde de cadavres vienne foutre la mission en l'air ! J'esquive un coup et écrase de ma botte le crâne d'un zombi qui rampe vers moi. Ils sont lents. Je suis leste. Ils veulent me bouffer ? Et bien qu'ils essaient, ils n'approcheront pas de moi si facilement.

Sang et larmes.


Dernière édition par Augure le Dim 2 Déc - 14:39, édité 1 fois
Augure
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Optimus, Terreur des Cimetières, Lin, Tchi, Daya, Titan, Kohë, Joyeux Noël, Unelma, Hermès, Brume, Itxi, Minor, Domus, Oxygène, Salva, Incontrôlable

Race : Néphilim
Statut : Maitre de Tchen
Pims : 700
Messages : 656
Titre débile : La méchante fée frustrée

Re: Bouillabesse du désert

le Ven 2 Nov - 15:03


Durant les heures passées dans le charnier je crois que j’ai tourné de l’œil durant une bonne moitié. Respirer s’était révélé difficile au début, l’odeur fut si forte que mon odorat se permit de provoquer des haut-le-cœur furieux soulevant ma poitrine à chaque fois. Les retenir manqua de me faire repérer.
Le soleil se leva prêt à nous éblouir, je ne sentais plus rien. Seulement l’épais marasme dans lequel je baignais. Un mélange peu ragoûtant de textiles et de chairs rigides ou, au contraire, bien trop molles.

Il a des courant dans cette mare.
C’était un poil trop écœurant pour mes nerfs déjà bien entamés. Augure se bat contre un ennemi que je ne reconnais pas. Jusqu’à ce qu’un copain se pointe dans mon champs de vision.
Je n’ai pas attendu longtemps pour émerger et frapper aussi fort que possible sur tout ce qui bougeait.
Je manquais le demi-démon de peu.

Il parla quand je bousculais un cadavre aux cordes vocales juste assez en bonne état pour pousser un râle grave. Ce type était un ténor avant de succomber à la non-vie.
Il bascula en arrière. Un fémur brisé au près de l’articulation formait une pointe acérée dressée vers le ciel. L’os se ficha dans le cervelet du non-mort. Le voilà de retour au royaume des morts et pour de bon cette fois.

Le camion n’en menait pas large. Les goules sortaient du sable pour agripper les nouveaux venus par les chevilles. L’un d’eux, armé d’un mauvais fusil tenta de tirer un coup de feu dans la gueule qui lui avait saisit une semelle. L’arme s’enraya avec un « clic » répétitif désespéré.
Il le retourna et frappa du plat de la crosse. La mâchoire le libéra quand l’os du lobe frontal se brisa vers l’intérieur.

Ils étaient distraits par cette invasion soudaine.

Seulement, le mouvement était maintenant trop grand, trop présent. Nous étions trop nombreux dans le nid des raies.
Elles revinrent sur leur pas, survolant le charnier, nombre d’entre-elles ne se préoccupèrent que des mort-vivants. Les dents se refermaient sur des têtes entières. L’une d’elle éclata comme un fruit pourri, une autre fut arrachée nette du cou qui la retenait à peine.

Quand à moi, j’évitais les mains tendues et les crocs, pour me précipiter vers le véhicule. On ne s’en sortira pas vivant sans lui.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 785
Messages : 13331
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Bouillabesse du désert

le Ven 9 Nov - 16:59


Alors, pour faire une belle roulade-avant, il faut s'élancer vers le sol, les bras bien tendus en avant. On rentre la tête, le menton collé à la poitrine, et on arrondit son dos. On colle les talons aux fesses et le tour es joué. En théorie, on est censé se relever tout de suite pour enchainer d'autres figures d'une manière fluide. Nini, pour sa série de roulade avant méritait la note de 0.25, pour l'effort et la présence. Pour la grâce et la difficulté : zéro pointé. L'androïde dégringola misérablement la dune, bras et jambes absolument pas coordonnés. C'était juste pitoyable de la voire rouler dans le sable avant d'atterrir sur un matelas de chairs en décompositions. D'ailleurs, quelques tissus et fluides humains putrides éclaboussèrent les alentours. Charmant. Il y avait de quoi vous mettre en appétit, surtout quand elle se fit une petite galerie entre les cadavres.

Pas bête, cette fée frustrée. Comme quoi, elle servait à autre chose qu'à plomber l'ambiance! Poussant un cadavre vers la droite, soulevant un bras, glissant sous une cuisse un peu trop fondante, Nini se fraya un chemin entre les cadavres et se mit bien au chaud sous les corps en décompositions. Ses senseurs lui signalèrent que l'odeur était tout sauf agréable, mais heureusement pour elle son odorat n'était pas suffisamment développer pour se rendre compte du degré de puanteur qui embaumait son terrier. L'androïde entendit le bruit lent et lourd des raies survolant leur garde-mangé. Elle entendit quelques crânes se faire mâchouiller ou exploser en fonction du degré de décomposition, quelques membres se faire arracher. Elle sentit quelques mouvements dans les couches supérieurs du tas de cadavres la recouvrant. Un charognard avait dû trainer un ou deux corps sur plusieurs mètres afin qu'un bras ou une jambe ne termine par céder et se décrocher du corps. Deux ou trois raies devaient avoir un petit creux. Les capteurs tactiles de Nini l'alerta à plusieurs reprises que quelque chose glissait et se tortillait sur sa peau de synthèse. Certainement des vers et autres parasites. Le petit robot découvrait ce qu'était le grand cycle de la vie et quelles petites bestioles se nourrissaient de la chaire humaine en décomposition. Passant en mode veille une fois sur qu'elle était bien cachée, l'appareil électroménager ne se réanima que lorsqu'il entendit Augure dire qu'ils leur fallait ces types vivants.

Nini sentit de drôles de mouvements autours d'elle. Ils venaient d'en-dessous d'elle, d'à coté et aussi d'au-dessus d'elle. Ils glissaient sur elle, comme si elle n'avait été qu'un gros rocher au milieu d'une rivière boueuse au courant ralentit. Heureusement pour l'androïde, son passage en mode veille avait baissé sa température et surtout, elle avait deux parfait appâts à cadavres mouvants suceurs de cervelle : un prince à passer au carsheur et une fée frustrée. Eux deux, bien chauds et bien réactifs, attiraient l'attention de ces corps qui n'étaient pas censés bouger. Très clairement, un truc louche se passait. Mais quand on est une fille aux cheveux roses avec quelques bugs de programmation de son intelligence artificielle et qu'on a décidé de faire toute une mission potentiellement dangereuse et étant entourée de personnages de conte de fées... Il n'y avait pas quoi s'alarmer pour une ou deux bizarreries de plus. Des morts qui reviennent à la vie et qui bougent encore plus lentement qu'une tortue atteinte de narcolepsie. Ça ne devait rien d'autre qu'un mauvais tour joué par la sorcière du coin! L'androïde resta donc calme. Surtout qu'elle avait déjà eu le droit de jouer avec des amis zombis.

Néanmoins, pour une fois, Nini se mettra intelligente. Au lieu de foncer dans le temps et de commencer à défoncer des crânes et à démembrer des corps, elle se mit à imiter la façon de bouger des morts-vivants. Elle avait tout de même conscience que si elle se faisait repérer, elle risquait d'avoir de sacrés ennuis vue le nombre de suceurs de cervelle. Lentement, elle avança en direction de la voiture à présent abandonné. Elle fit attention à ne pas augmenter sa température, se fondant parfaitement dans la masse de créatures décomposées. Wergeld et Augure lui facilitait la tâche en servant de distraction. Les raies ne s'occupèrent pas plus de Nini que les zombies. Ces bestioles devaient sentir instinctivement qu'elle n'était pas comestible et qu'elle ne risquait pas de taper dans leurs provisions. Les prédateurs préféraient continuer leur repas de minuit et déguster quelques cadavres séchés ou marinés. Lentement, doucement, à la mode des morts-vivants, elle grimpa la dune et termina par atteindre le camion. Les nouveaux arrivants étaient déjà les proies des zombies. Il n'y avait rien à faire pour eux, enfin, Nini n'avait surtout pas envie d'avoir à faire quoique ce soit pour eux. D'un coup, elle accéléra son allure, sauta sur le siège conducteur et pris le contrôle du véhicule. Elle l'approcha au maximum de la cuvette grouillante.

-Dépêchez-vous!
Nini
avatar

Féminin Suivi :

Race : Androïde
Statut : En plein apprentissage de la vie
Pims : 61
Messages : 1394
Titre débile : le "ça" d'EM >D

Re: Bouillabesse du désert

le Mar 13 Nov - 18:40


Dans le chaos environnant je distingue à peine Wergeld qui s'éloigne. Mains et mâchoires sortant de toutes parts s'acharnent à vouloir me piéger. Tout ce qui s'approche de trop près je le cogne et le brise. Un zombi m'agrippe le dos, tandis qu'un autre m’attrape la cheville. Je saisis le premier et l'envoi atterrir sur le deuxième. L'instant d'après ma botte s'abat sur eux à deux reprises, leur brisant à chacun la nuque. Ceux-ci ne se relèveront pas. Mais déjà d'autres s'amènent. Soudain le soleil se voile. Au dessus de nos têtes, s'abattent une pluie de raies des sables. C'est l'occasion de se barrer.

Profitant de la diversion, je me dirige vers les deux convoyeurs de cadavres. Il me faut abattre encore trois zombis pour les rejoindre. Même mode opératoire. Même sentence. Chaque mort-vivant qui s'approche trop près tombe la nuque brisée. Bref, je ne sais pas par quel foutu miracle mais les deux hommes sont encore sains et sauf. Je vérifie vite fait qu'ils n'ont pas été mordus et je relève la tête pour voir à quelle distance du camion nous sommes. L'engin s'est rapproché et comme je ne vois ni K'ouen, ni l'androïde dans le coin, ils doivent déjà être dedans. Pourvu que ce soit pas la boîte de conserve qui conduise !

- Suis moi, si tu veux vivre.


Les deux hommes me regardent et acquiescent. Trop choqués par ce qu'il se passe autour, ils n'ont pas l'air de comprendre ce qu'implique ma phrase. Trop de zombis, trop d'ennemis... J'ai bousillé déjà bien trop de force dans ce foutu champ de bataille et je n'ai ni l'envie, ni l'énergie d'accomplir l'impossible en les sauvant tous les deux.

Sang et larmes.

J'empoigne le plus grand des deux par le col, agrippe sa ceinture de mon autre main et d'un mouvement circulaire, je l'envoie valser en direction du camion. Il renverse quatre zombis dans sa chute, qui à leur tour en font tomber et ainsi de suite. Un vrai jeu de quilles. Le chemin jusqu'au camion est dégagé.

- Cours.

Je n'ai pas besoin de me répéter pour que l'autre s'exécute. Il ne ralenti même pas devant son camarade qui hurle à l'aide alors que les zombis s'en taillent une tranche. Celui-là au moins rempli son rôle. L'instant d'après je rentre dans la cabine, précédé du type affolé. Nini et K'ouen sont déjà là. Je flanque la portière.

- Roule.

L'autre laisse reposé sa tête en arrière. Les yeux fermés, le souffle court, il n'arrête pourtant pas de gâcher son air. Il nous sort du merci à tout va. Il n'a rien compris. Je ne lui ai pas sauvé son petit cul terreux par bonté d'âme ! Il est temps qu'il le comprenne.

Sang et larmes.

Je le choppe à la gorge et resserre petit à petit mon étreinte.

- D'où viennent les macchabées que tu transportes ?


- Je...

Et parce que "je" ne peut commencer la réponse que j'attends, je serre plus franchement, puis je relâche un peu. De l'incompréhension, il passe à la peur. S'il devient hystérique je le tue tout simplement.

- Si je vous le dit, il me tuera !

Super ! L'excuse du méchant patron sans cœur. Pourquoi les abrutis et les bons à rien croient toujours que j'en ai quelque chose à foutre du traitement que leur réservera leur patron ?! Il est temps de lui faire comprendre que c'est pas son problème le plus urgent.

- Ok d'accord. On se calme. Je comprends.


Je relâche sa gorge et le laisse prendre quelques bouffées d'air. J'en profite pour jeter un coup d’œil à K'ouen. Il ne croit pas un mot de ce que je viens de dire. J'en mets ma main à couper. Il ne va pas apprécier ce qui va suivre non plus mais je ne vais pas lui laisser le loisir d'intervenir. D'un coup sec, mon poing s'enfonce dans le ventre du type. Puis, de mon autre main, je favorise la rencontre entre sa tête et le tableau de bord. Pendant qu'il geint, j'ouvre la portière, le choppe par la chemise et le sors à moitié de la cabine. A cette vitesse, la chute sera douloureuse, même dans le sable et nous sommes encore en plein dans le territoire des raies. Il a un choix à faire et vite.

- Un.

Il geint encore.

- Deux.

Il me supplie.

- Tr...

-La boîte à gants ! Il y a un GPS avec les coordonnées dans la boîte à Gants... Par pitié remontez-moi !

C'est si gentiment demandé que j'obtempère sans attendre. Il retrouve sa place. moi la mienne et je referme la portière. Je fouille la boîte à gant et trouve le GPS que je tends à K'ouen. Il est temps que mes deux compagnons se rendent utiles.
Augure
Maitre du Miroir
avatar

Masculin Suivi :

Titre : Noble, Optimus, Terreur des Cimetières, Lin, Tchi, Daya, Titan, Kohë, Joyeux Noël, Unelma, Hermès, Brume, Itxi, Minor, Domus, Oxygène, Salva, Incontrôlable

Race : Néphilim
Statut : Maitre de Tchen
Pims : 700
Messages : 656
Titre débile : La méchante fée frustrée

Re: Bouillabesse du désert

le Mar 20 Nov - 10:11


Engoncé dans le véhicule, j’avais rejeté mon épée et tout ce qui m’importais c’était de retrouver mon souffle. L’odeur des corps imprégnait mes vêtements, ma peau. Leur visqueuse consistance avait laissé sur mon palais un goût glacé de mort.
J’en tremble encore tant mon corps n’a pas supporté l’expérience.
On a tous nos faiblesses : moi c’est les choses mortes et décomposées.

Les zombies se tuent, au moins, ça je sais faire. Les morts, les vrais… C’était comme m’enfermer dans un cercueil. De la claustrophobie irrationnelle.
Nini devenue conductrice de char et Augure menaçant un survivant… L’image d’une autre personne se superposa à la situation. Un soubresaut supplémentaire, je me détournais le teint nauséeux et la fatigue faisant son chemin.
J’imagine qu’il me faudra un moment pour dépasser les tremblements nerveux et les haut-le-cœur qui me soulèvent encore la poitrine. Et un moment encore plus long pour oublier ces derniers mois.

L’autre gars tremble aussi mais pour d’autres raisons. Il nous regarde tour à tour comme si nous étions tous fous. Il n’a pas tort, l’androïde me semble avoir un défaut de programmation et Augure… Lui aussi il a quelques bug. Et pas des moindres.

Je n’ai aucune idée de comment utiliser un GPS, la carte holographique est l’une des rares choses que je sais faire fonctionner, surtout qu’elle y développe les mouvements de population et indique notre position exacte. Je la déplie et laisse l’hologramme me montrer où se situe normalement les raies par rapport à là où nous sommes.

-Elles ont parcouru un sacré chemin quand même…

Plusieurs centaines de kilomètres juste pour des cadavres ?

La carte mise de côté, j’observe notre prise. Il n’apprécie pas mon regard inquisiteur et se tortille dans son coin.
S’il croit que je vais le balancer par-dessus bord… Il se trompe.

-Vous faisiez quoi au nid des Raies ?

Il ne répond pas. Quelque chose me dit qu’il préfère se mordre la langue que d’en parler.
Je n’insistais pas. Il parlera quand il ne pourra plus faire autrement. Quand les raies ou les zombies se pointeront à nouveau, il parlera s'il veut qu'on le protège. Sinon, il ira nourrir les prédateurs, morts ou vivants.

Spoiler:
je ne sais pas faire fonctionner un GPS et je ne conduis pas donc… à vous de faire avancer les choses
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 785
Messages : 13331
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Bouillabesse du désert


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

- Sujets similaires