Eva Carine

le Jeu 27 Jan - 18:28


Eva Carine
Loup garou et Bibliothécaire

Peut se transformer en un simple loup blanc lorsque c'est volontaire. Il arrive que le loup soit noir et dans ce cas, sauve qui peut...

*
*__________*

On dit de mon peuple qu'il est le plus ancien de l'Entre-Monde. On raconte sur mes ancêtres qu'ils donnèrent leurs noms aux tous puissants Dieux. Et pour les remerciers les Dieux leurs offrirent les terres qui nous font vivre.
Ils creusèrent l'intérieur d'un vieux volcan, remplit d'une roche noire et d'une terre riche, là bas ils permirent à leurs fidèles de vivre sereinement loin des prédateurs et des tribues guerrières qui fleurissaient à l'est.
Et pour les protéger, ils dissimulèrent l'entrée de notre ville derrière une grande cascade qui pleure chaque jour et chaque nuit la même mélodie.

Notre village est posé sur une corniche pointue au dessus du lac intérieur d'un volcan inactif, sur les lèvres intérieur de notre montagnes se dessinnent les escaliers verdoyant de nos plantations. Quand le soleil est à son zénith, il est au dessus de nous comme une magnifique orbe doré et l'eau des cultures et du lac scintillent et brillent de milliers de couleurs sur les murs blancs de nos maisons. Cet endroit s'appelle Varvandel.

Le village n'est pas bien grand mais nos maisons sont hautes et nos toits pointus et les coupoles sont faits de tuiles de roche volcanique, nous vivons simplement du peu de confort que nous apporte le lac et la sérénité de la montagne, nous vivons de magie et de légendes, de sciences et d'alchimie.
Il en est une que j'ai toujours aimé : Les maudits de Varvandel.

Un jour, un puissant loup demanda l'hospitalité aux gens du village. Il s'arrêta dans une auberge et y demanda un coin dans l'établit et les os destinés aux chiens. L'aubergiste était un homme avare et peu amène avec les créatures de la terres, il chassa le loup et le renvoya errer dans le blizzard qui sévissait en ce rude hivers.
Le loup continua alors vers une autre maison qui elle aussi le rejeta. Il fit ainsi sept maisons sans succès. Frigorifié il finit par s'allonger dans la neige au beau milieu de la rue.
Il s'était arrêté de marcher à quelques pas d'une huitième maison, c'était une petite forge sans prétention, d'où il ne s'était pas échappé de fumée depuis très longtemps et dans laquelle on ne forgeait plus rien de bien utile. Une fillette tout juste assez grande pour s'embarasser de ses robes sortit dehors et tituba sous le vent. Elle ôta sa cape et la fit tomber sur le loup. Elle le secoua et tira sur sa fourrure en lui disant "lèves-toi, il fait chaud à l'intérieur, ne reste pas ici !" Le loup finit par se lever et la suivre, il entra dans la petite forge.
Il vit le feu et les vieux outils, songeait à reculer mais la fillette le poussa vers l'âtre et lui offrit le tapis pour lit, elle lui donna son propre repas et le laissa seul toute la nuit durant.
On dit de ce loup que lorsque le blizzard se fut calmé, qu'il retourna dans chaque maison qui lui avait refusé l'hospitalité et qu'il mordit chacun des enfants pour punir leurs pères et mères.
Les enfants mordus se transformèrent alors en des créatures terrifiantes, qui n'avaient plus rien d'humain et tout du loup.

Aujourd'hui encore, les gens de chez moi racontent cette histoire aux enfants et leurs disent de ne jamais fermer leurs portes à ceux qui ont besoin de leur aide.
Mais pire encore nos lois ont conservé dans toute leur substance la force de ces vieilles légendes. C'est ainsi que les enfants des criminels sont marqués au bras de la morsure d'un loup.

Quand le vieux chaman nous racontait cette histoire, il y avait toujours un autre gamin pour lui demander ce que ses parents avaient fait pour qu'il ait l'apparence d'un animal. Car notre chaman était un grand loup qui marchait sur ses pattes arrières et tenaient debout grâce à un long bâton armé de petits bouts des fourrures de centaines d'animaux. Il riait, et on voyait ses dents comme plein de petits couteaux, il riait et sa voix était comme un grondement entrecoupé de soupirs.

Pourquoi je raconte toute cette histoire ? Parce qu'elle incarne mon chez moi. Ce village perdu dans une montagne où la vie est paisible et les lois mêlées de formules saintes. Les enfants se réunissent chaque soir sur la grande place pour écouter le chaman raconter ses légendes, et nos procès commencent au levé du soleil, quand le prêtre-juge lève les mains au ciel et demande aux Dieux de bien vouloir nous aider à trancher le vrai du faux.
J'aimais mon village et tous ses défauts.

J'étais une jeune fille qui aimait le grand air et les longues balades, j'ai peu à peu nourrit un sentiment d'indifférence envers les personnes qui m'entouraient. Famille, amis, voisins. Je passais les jolies heures de ma vie humaine à courir au bord de la rivière qui se perdait dans la roche, à plonger dans le lac, sans aucune peur malgré les légendes qui nous racontent qu'un monstre vit dans ces profondeurs.
Jusqu'au jour où j'ai choisi de quitter le volcan. Un baluchon sur l'épaule, une cape épaisse sur le dos, j'ai enfilé mes chaussures les plus robustes et je me suis patiemment éloigné de la corniche, j'ai dévalé les mètres de roche qui mètres de roche qui me séparaient de la cascade et dans le long tunnel j'ai longé le court d'eau.

Vous rendez-vous compte que chez nous les arbres sont peu nombreux. Nous avons bien un petit bois à l'intérieur, mais je n'avais jamais envisagé que l'on puisse être entouré d'une forêt immense. Ni même qu'une surface d'eau puisse être si grande et si majestueuse, est-ce l'océan que je vois au loin ?

Mais pire encore, je ne me doutais pas de la nature des créatures qui vivaient dans ce monde titanesque. Ivre de cette nouvelle vie d'insouciance, de ma propre imprudence, j'ai traversé le territoire d'une meute de loups. Et là bas les loups ne vous demandent pas l'hospitalité.

Ce furent des loups magnifiques comme dans les légendes, avec un pelage coloré et des yeux comme des perles d'eau douce. Mais féroces et affamés, comme les monstres des cauchemars.

Je suis morte ce jour là.
Mais je ne suis pas morte seule.

Nous Varvandel sommes les premiers fidèles des dieux, leurs premiers protégés.

Et il y avait un loup parmi eux. Un loup noir comme la pierre dans le volcan, le regard brillant comme le lac à midi et les griffes acérées comme les lèvres de la corniche.
Plus grand que les autres, plus fier qu'eux tous, il s'est avancé jusqu'à ma dépouille et mordit l'encolure de la bête au museau plongé jusqu'aux yeux dans mes chairs. Le déchirement comme un coup de tonnerre, l'animal succomba, repus de sang.

Et j'entendis la voix du dieu. Elle me raconta le début d'une autre légende.
Il parla d'une fille insouciante comme tous les varvandels, il parla d'un loup cruel et affamés comme tous les monstres. Et il parla d'un pacte.
À cette fille, il rendit la vie mais à deux conditions : elle devrait chérir le loup qui revivrait avec elle, et elle ne pourra revenir parmi les siens que lorsqu'elle aura su dompter ce monstre à l'intérieur. À moitié Varvandel, à moitié Loup. Elle se releva à l'orée d'une immense forêt et entama un long et douloureux voyage vers d'autres montagnes, d'autres forêts. Elle était libre comme une créature sauvage.

Et avec tout ça vous me voyez devenir bibliothécaire à Entre-Monde ?
Qu'est-ce qu'un chien enragé ferait dans une bibliothèque, n'est-ce pas ?
Et bien venez me voir, vous verrez bien !

*
*__________*

Vous me reconnaitrez sûrement à...

Cette grande fille maigrichonne. Une frange blonde cache à moitié ses yeux bleus. Elle est souriante et calme. Ne s'intéresse qu'aux mystères et aux découvertes, bien moins aux êtres vivants qu'elle côtoie.
Elle est intelligente et curieuse, mais parfois impatiente. Elle déteste les secrets et les surprises.
Ouverte d'esprit elle adore l'Entre-Monde pour sa multiplicité.
Son corps semble tendu dans le silence, comme un vase qui tremble au bord d'une table. Elle s'attend à exploser, à chuter. Sur le qui-vive, son regard passe de l'une à l'autre chose sans sourcillé, elle examine et froide au fond elle attend son heure.
Eva Carine
Bibliothécaire
avatar

Avatar © : A.Baille

Féminin Suivi :


Titre : Artisan, Cosmos

Race : Loup Garou
Statut : Bibliothécaire
Pims : 268
Notes : .
Messages : 833

Re: Eva Carine

le Jeu 27 Jan - 18:43


Bienvenue sur Entre-Monde.

Fiche validée.

Je classe chez K'ouen.
Wergeld
Admin | Maitre du Miroir
avatar

Avatar © : A.Baille

Masculin Suivi :


Titre : Optimus - Noble, Héros, Voyageur, Artisan, Acolyte, Perçant, Precision, Fashion, Bling-Bling, Make-Up, Rockstar, Voleur, Tchi, Daya, Titan, Abracadabra, Arcturi

Race : Humain mutant
Statut : Maitre du miroir K'ouen
Pims : 906
Messages : 13283
Titre débile : Wu, Wuzord

https://www.facebook.com/Dodonosaure/

Re: Eva Carine

le Jeu 27 Jan - 20:29


Une loulou en plus Very Happy

Encore un K'ouen ^^ je comprends pourquoi Wu voulais restreindre un peu le miroir. (Mais là, c'est un prédéf, ça passe x)

Bienvenue à toi. Very Happy
Constantine
avatar

Féminin Suivi :


Titre : Perçant

Race : Androïde
Statut : Comissaire de K'ouen
Pims : 30
Messages : 66
Titre débile : La Canette d'Or

http://anyalis.xooit.fr/index.php

Re: Eva Carine

le Jeu 27 Jan - 22:05


Bienvenue.
Tu devrais demander à Fafnir de réduire un peu tes rangs Wu XD
Invité
Invité
avatar


Re: Eva Carine


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires